Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PROLÉTARIAT & PROLÉTARISATION

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Le prolétariat aujourd'hui

Disparition des travailleurs indépendants, expansion du salariat

L'extension massive du prolétariat en dehors des « classes ouvrières » professionnelles est une constante du développement capitaliste. Successivement, à des périodes différentes selon les pays, la grande industrie et les secteurs de service qui y sont liés ont absorbé l'ancienne classe ouvrière compagnonne, la quasi-totalité des artisans, de nombreux petits patrons, la grande majorité de la paysannerie européenne. Depuis la Seconde Guerre mondiale, le capitalisme européen, après avoir quasi achevé la prolétarisation de la paysannerie autochtone, puise ses réserves de main-d'œuvre dans la paysannerie africaine et asiatique, tandis que le capitalisme américain a achevé depuis bientôt cinquante ans la conversion des anciens esclaves agraires en armée de réserve industrielle. En 1906, la France comptait 7 406 000 salariés pour une population active de 20 482 000 personnes, soit 36 p. 100. En 1968, plus des trois quarts de la population active est salariée. Mais de nombreux auteurs, reconnaissant la quasi-disparition des activités « indépendantes », estiment que la part des ouvriers proprement dits régresse depuis quinze ans au profit de ce que l'on appelle les « nouvelles classes moyennes salariées ». La classification de l'économiste Colin Clark, aujourd'hui universellement acceptée, répartit la population active en trois grandes branches d'activité : le secteur primaire, regroupant les activités agricoles, forestières, la pêche et les mines ; le secteur secondaire, incluant l'ensemble de l'industrie et le bâtiment, et un vaste secteur appelé « tertiaire », comprenant les activités de service (commerce, transports, communications...). En 1901, 42 p. 100 de la population active était occupée dans le secteur primaire, 30 p. 100 dans le secondaire, 28 p. 100 dans les services. En 1968, le primaire n'utilise plus que 16 p. 100 de la population active, le secondaire 40 p. 100 ; le tertiaire, par contre, est monté à 44 p. 100. L'ensemble des services tend de plus en plus à s'intégrer au secteur industriel, d'une part en devenant producteur de plus-value et d'autre part en s'intégrant à une machinerie productive supprimant l'autonomie professionnelle.

La prolétarisation des employés

Selon ces critères, la mécanisation et l'automatisation progressives des emplois de bureau sont en train de transformer progressivement le statut social et la conscience sociale du monde des « employés ». Le sociologue suisse Roger Girod, en conclusion d'une enquête déjà ancienne sur « les couches salariées » et centrée sur la distribution entre milieu social des ouvriers et milieu social des employés, était obligé d'admettre « qu'il n'y avait pas une frontière nette entre le milieu « mécanique » et l'autre, mais plutôt une zone de transition. Le progrès technologique tend à rendre certains laboratoires, certains bureaux et magasins de plus en plus semblables à certains ateliers ou entrepôts. Le tour, par exemple, se met à ressembler toujours davantage à la machine comptable, depuis que le premier tend à chaque nouveau perfectionnement à devenir plus automatique, moins bruyant et plus propre et depuis que la seconde est liée toujours plus souvent à un complexe d'appareils à fiches perforées » (Les Couches salariées, 1960). La volonté de ces couches de « s'affirmer » comme « prolétaires » en adoptant les modes d'intervention utilisés par les ouvriers proprement dits a été confirmée non seulement par l'élévation rapide de taux de syndicalisation au cours de ces dernières années, mais aussi par l'utilisation de formes de lutte « illégales » (occupation des locaux, séquestration des directeurs, etc.). Il est vrai que cette prise[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-VIII, directeur du laboratoire de sociologie de la connaissance

Classification

Pour citer cet article

Serge MALLET. PROLÉTARIAT & PROLÉTARISATION [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Manifeste du Parti communiste - crédits : AKG-images

Manifeste du Parti communiste

Proudhon - crédits : Nadar/ Getty Images

Proudhon

György Lukács - crédits : Hulton-Deutsch/ Corbis Historical/ Getty Images

György Lukács

Autres références

  • ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

    • Écrit par et
    • 26 883 mots
    • 39 médias
    ...Leurs revenus baissent depuis 1820. Beaucoup s'endettent et font faillite : ils vont rejoindre les ouvriers des fabriques, formant ainsi l'amorce d'un prolétariat qui se constitue à partir des années 1840-1850. Les tisserands de Silésie qui se mettent en grève, en 1846, pour protester contre leurs...
  • CHINE - Histoire jusqu'en 1949

    • Écrit par et
    • 44 594 mots
    • 50 médias
    À la ville comme à la campagne, les contradictions sociales continuent à s'aggraver. Le misérable prolétariat industriel (environ deux millions de personnes à la veille de la Seconde Guerre mondiale) présente maints caractères originaux : prédominance des femmes et des enfants, instabilité, basse...
  • CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

    • Écrit par
    • 8 287 mots
    ...n'est liée qu'à des phases historiques déterminées du développement de la production ; que la lutte de classes mène nécessairement à la dictature du prolétariat ; que cette dictature elle-même ne représente qu'une transition vers l'abolition de toutes les classes et vers une société sans classes. »...
  • COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

    • Écrit par
    • 21 116 mots
    • 6 médias
    ...est dans leur œuvre empreint d'une ambiguïté fondamentale : « On a, en outre, reproché aux communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité. Les travailleurs n'ont pas de patrie. On ne peut leur retirer ce qu'ils n'ont pas », lit-on dans Le Manifeste. Marx poursuit dans L'...
  • Afficher les 30 références