LA BELLE JARDINIÈRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 25 octobre 1824, à Paris, Pierre Parissot, marchand de tissus du faubourg Saint-Antoine, ouvrait dans l'île de la Cité, près du marché aux Fleurs, « les magasins à prix fixe de La Belle Jardinière ». Au nouveau marché, ouvert par l'introduction à Paris de l'industrie de la confection, devait correspondre une démarche novatrice : la fabrication et la commercialisation en grand pour une clientèle populaire. Le succès fut rapide et aboutit à la constitution, en 1856, de la société Pierre Parissot et Cie. En 1867, sept ans après la mort de son fondateur, La Belle Jardinière s'installait quai de la Mégisserie, dans les immeubles construits par Blondel. Les grands magasins du Pont-Neuf eurent de multiples succursales en province. À ce mouvement de démocratisation de la consommation allaient, entre autres, participer, sous le second Empire, Boucicaut, acquéreur en 1852 du Bon Marché qu'il transforma en 1869, Chauchard et Hériot avec les Magasins du Louvre (1855), Jaluzot avec le Printemps (1865), Cognacq avec la Samaritaine (1870).

—  Bernard VALADE

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification

Les derniers événements

8-30 juillet 1981 • France • Débuts du second gouvernement Mauroy

aide de 100 millions de francs, à la condition que les frères Willot garantissent leur gestion passée sur leurs biens propres. Jean-Pierre Willot est inculpé d'abus de biens sociaux dans la gestion de la Belle Jardinière et de Christian Dior. Le 30, le Conseil des ministres [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « LA BELLE JARDINIÈRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-belle-jardiniere/