POITOU-CHARENTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Intercommunalité et réseaux de villes

Dès 1972, Poitou-Charentes disposait d'une proposition de schéma spatial qui anticipait les évolutions institutionnelles et affirmait implicitement deux principes fondamentaux : la couverture complète de l'espace rural avec un maillage suffisamment ample pour que chaque unité ait un poids démographique et économique significatif ; une organisation s'appuyant sur un réseau de « pôles d'activité », exprimant la nécessaire solidarité entre les villes et l'espace rural.

La quasi-totalité de l'espace picto-charentais connaît des structures intercommunales : 97 p. 100 de la population appartiennent soit à une communauté de communes, soit à une communauté d'agglomération. La région est à l'avant-garde de l'intercommunalité puisqu'une première vague de « pays » a été créée entre 1975 et 1980. Si les premiers pays étaient vastes (50 à 100 communes) et très ruraux, la seconde vague, issue de la loi de 1995, a donné naissance à des pays localisés dans des espaces à dominante littorale ou périurbaine, moins étendus, mais plus denses (île de Ré, vallée du Clain, Entre Touvre et Charente...).

Au cours des années 1990, la Région a construit une politique contractuelle d'appui aux projets de développement local, confortant les pays dans leur rôle d'interlocuteur privilégié.

Dès 1992, les villes de Cognac, Saintes et Rochefort ont uni leurs efforts au sein du Réseau Charente Océan pour favoriser leur développement, dans un souci de cohérence. Leur taille démographique comparable et la proximité géographique entre ces villes reliées par le fleuve Charente ont été des éléments décisifs. La confrontation à des problèmes similaires tels que la dévitalisation des centres urbains et la nécessité d'atteindre un poids suffisant dans certains domaines (par exemple, le tourisme ou le développement socio-économique) ont conforté ce mouvement. Les objectifs du réseau étaient de créer une dynamique de coopération pour renforcer l'offre et l'attrait des trois villes. Malgré le départ de Rochefort en 2002, ce réseau de villes favorise des synergies intéressantes.

Le réseau urbain est structuré autour de quatre villes moyennes, les chefs-lieux de département, distantes de 70 à 140 kilomètres les unes des autres ; elles représentent 40 p. 100 du poids économique et démographique de la région et elles ont un profil comparable : quatre agglomérations de taille semblable, trois villes de tertiaire administratif et marchand, une plus industrielle (Angoulême). Loin d'être une contrainte, l'absence de métropole a été transformée en atout par les maires, qui ont créé dès 1989 un réseau de villes, AIRE 198 (somme des numéros des quatre départements). La finalité est de favoriser l'intégration des villes de la façade atlantique de l'Europe pour améliorer leur position face à la concurrence internationale et de créer entre elles des liens plus étroits, par le renforcement des pôles d'excellence de chaque site urbain.

Poitou-Charentes a très souvent été présentée comme une région moyenne, approche qui masque ses particularités et ses atouts. Cette région associe, de façon très originale en France, la ruralité et l'urbanité, la diversité des terroirs et la richesse des paysages, les activités économiques et la qualité du patrimoine bâti et naturel, le temps long des territoires et la modernité des réseaux. Elle devra faire jouer ces atouts au sein de la grande région formée en 2016 avec l’Aquitaine et le Limousin.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités, géographe, université de Poitiers

Classification

Autres références

«  POITOU-CHARENTES  » est également traité dans :

NOUVELLE-AQUITAINE, région administrative

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 220 mots
  •  • 1 média

La région Nouvelle-Aquitaine, qui s’est appelée à titre provisoire Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, a été créée par la loi du 16 janvier 2015 – relative à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral.  Elle est formée des trois anciennes régions administratives métropolitaines Aquitaine, […] Lire la suite

ANGOULÊME

  • Écrit par 
  • Yves JEAN
  •  • 617 mots
  •  • 3 médias

Ancienne capitale de l'Angoumois, Angoulême, chef-lieu du département de la Charente, compte 44 704 habitants dans la ville et 180 593 dans l'aire urbaine (recensement de 2012). La cité ancienne , sur un éperon au-dessus du fleuve, domine l'agglomération avec ses remparts et la cathédrale Saint-Pierre . Au xix e  siècle, prolongeant une tradition préindustrielle, Angoulême est le seul centre indus […] Lire la suite

NIORT

  • Écrit par 
  • Yves JEAN
  •  • 635 mots
  •  • 1 média

Chef-lieu du département des Deux-Sèvres, la ville de Niort compte 59 700 habitants (2013). Niort doit sa naissance à sa situation de place frontière entre le Poitou et l'Aunis-Saintonge. Ce fut une ville-marché, au contact de plusieurs pays du Poitou. La forteresse édifiée au xii e  siècle , dont il subsiste un double donjon, était destinée à contrôler l'accès à la mer et aux salines, dont l'expl […] Lire la suite

POITIERS

  • Écrit par 
  • Yves JEAN
  •  • 1 102 mots
  •  • 2 médias

Poitiers, chef-lieu de la Vienne et capitale régionale de Poitou-Charentes jusqu’au 31 décembre 2015, compte 90 340 habitants dans la ville et 138 760 dans l'agglomération (2012). Cette cité du Haut-Poitou dispose d'une bonne situation géographique, sur le seuil du Poitou. Lieu de communication entre le Bassin parisien et le Bassin aquitain, entre le Massif central et le Massif armoricain, Poitie […] Lire la suite

ROCHELLE LA

  • Écrit par 
  • Yves JEAN
  •  • 1 092 mots
  •  • 1 média

La Rochelle , chef-lieu du département de la Charente-Maritime , est une ville presqu’aussi importante que Poitiers à l’échelle régionale. La commune comptait 77 119 habitants et l'agglomération 126 435 personnes lors du recensement général de 2012. Au fond d'une anse, abritée par trois îles, Oléron, Aix et Ré, La Rochelle a, dès sa naissance au x e  siècle, fondé sa renommée sur l'océan pour deve […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-13 décembre 2015 France. Fort progrès du Front national aux élections régionales.

La droite est en tête en Pays de la Loire, Auvergne-Rhône-Alpes, Île-de-France, Normandie et à La Réunion, et la gauche en Bretagne, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes et Corse, ainsi qu’en Guadeloupe, Martinique et Guyane. La direction du P.S. annonce le retrait de ses listes au second tour dans les trois régions où le F.N. pourrait l’emporter à la faveur d’une triangulaire : Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. […] Lire la suite

17 décembre 2014 France. Adoption de la loi modifiant la carte des régions

Sont regroupés : Champagne-Ardenne, l'Alsace et la Lorraine; le Limousin, l'Aquitaine et Poitou-Charentes; l'Auvergne et Rhône-Alpes; la Bourgogne et la Franche-Comté; le Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées; la Haute-Normandie et la Basse-Normandie; le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie.  […] Lire la suite

3-18 juin 2014 France. Présentation de la réforme territoriale

Ce projet prévoit la réduction du nombre des régions métropolitaines de vingt-deux à quatorze, à compter de 2016, grâce à la fusion de la Basse et de la Haute-Normandie, de l'Alsace et de la Lorraine, de la Bourgogne et de la Franche-Comté, de Rhône-Alpes et de l'Auvergne, de Midi-Pyrénées et du Languedoc-Roussillon, et du Centre, du Poitou-Charentes et du Limousin. […] Lire la suite

24-29 novembre 2010 France. Candidature de Ségolène Royal aux primaires socialistes

Le 29, Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes, annonce sa candidature aux primaires socialistes. Elle bouleverse ainsi le calendrier officiel mis en place par la direction du parti, qui prévoyait que le dépôt des candidatures se ferait en juin 2011.  […] Lire la suite

8-15 avril 2010 France. Polémique sur le tracé des « zones noires » décrétées à la suite de la tempête Xynthia

Le 14, la présidente de la région Poitou-Charentes, Ségolène Royal, soutenant des associations de victimes, réclame « un nouveau zonage sur la base d'une expertise contradictoire ». Le 15, le ministre de l'Écologie Jean-Louis Borloo, en visite dans la région, indique que « les zones évoquées [...] sont des zones de solidarité et des zones de rachat, [. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves JEAN, « POITOU-CHARENTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/poitou-charentes/