Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ANGOULÊME

Nouvelle-Aquitaine : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Nouvelle-Aquitaine : carte administrative

Ancienne capitale de l'Angoumois, Angoulême, chef-lieu du département de la Charente, compte 44 704 habitants dans la ville et 180 593 dans l'aire urbaine (recensement de 2012).

La cité ancienne, sur un éperon au-dessus du fleuve, domine l'agglomération avec ses remparts et la cathédrale Saint-Pierre. Au xixe siècle, prolongeant une tradition préindustrielle, Angoulême est le seul centre industriel notable de la région Centre-Ouest. La production papetière, apparue au xvie siècle, se développe à partir de 1770 en diversifiant ses matières premières (pâte à bois) et ses productions : papier glacé, papier sulfurisé puis, à partir de 1863, le papier à cigarettes de marque « Le Nil » ; plus de 80 p. 100 de ces productions sont exportés. Trois familles dominent ce secteur, les Lacroix, les Laroche-Joubert et les Bardou.

Angoulême - crédits : Philippe Tran/ EyeEm/ Getty Images

Angoulême

Cathédrale Saint-Pierre, Angoulême - crédits : Peter Willi/  Bridgeman Images

Cathédrale Saint-Pierre, Angoulême

Le pôle métallurgique s'organise à partir de la fonderie de canons de Ruelle, créée en 1750 par Montalembert. Au xixe siècle, la fabrication de nouveaux armements permet la création de nombreux ateliers et fait passer le nombre d'ouvriers de 370 en 1869 à 1 500 en 1897. Les fonctions économiques sont complétées par l'installation d'une poudrerie nationale en 1826, à l'ouest, en contrebas du plateau, dans un méandre de la Charente. D'autres activités sont présentes : confection, corderie, faïencerie, brasserie. Dans l'entre-deux-guerres, s'implantent près d'Angoulême les Ciments Lafarge ; c'est également le début de l'aventure Leroy-Somer avec l'installation, à Sillac, d'un atelier de production de moteurs électriques.

Dans les années 1950, d'assez vastes faubourgs ont été construits dans les vallées autour de l'oppidum initial, les communes ouvrières s'étalant sans ordre précis. L'analyse de la zone urbaine d'Angoulême permet de discerner des « couronnes », avec une diminution du poids de la commune-centre ainsi que la dégradation de l'évolution démographique des communes de l'agglomération stricto sensu au profit des communes plus éloignées. L'évolution périurbaine s'est effectuée à partir d'un axe nord-sud privilégié grâce à la RN 10, structurant une dynamique économique qui concerne les communes de Ruelle-Le-Gond Pontouvre – Angoulême – La Couronne, en contraste avec un moindre développement de l'axe est-ouest.

Angoulême fait partie des aires urbaines en difficulté : elle peine à offrir des emplois à ses habitants, les revenus sont faibles, la poursuite des études conduit les jeunes à partir vers les villes universitaires de la région (Poitiers et La Rochelle) et les grandes métropoles (Paris et Bordeaux).

Alors que la ville est la plus industrialisée de la région, de nombreuses fermetures d'usines caractérisent la période contemporaine. Certains secteurs industriels ont cependant bien résisté, en particulier l'électromécanique.

Les emplois d'encadrement tertiaire sont essentiellement dus aux métiers artistiques et de la communication, et à la présence des sièges régionaux de banques. Angoulême se spécialise dans le domaine de l'art, notamment avec le Festival international de la bande dessinée (depuis 1974) et l'implantation, en 1990-1991, du Centre national de la bande dessinée et de l'image (C.N.B.D.I.). Un pôle image (Magelis) est né, regroupant des formations, des studios de dessin, des entreprises de création. Sur les friches des papeteries et des quais de la Charente s'esquisse un nouveau départ pour Angoulême.

— Yves JEAN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, géographe, université de Poitiers

Classification

Pour citer cet article

Yves JEAN. ANGOULÊME [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 08/12/2015

Médias

Nouvelle-Aquitaine : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Nouvelle-Aquitaine : carte administrative

Angoulême - crédits : Philippe Tran/ EyeEm/ Getty Images

Angoulême

Cathédrale Saint-Pierre, Angoulême - crédits : Peter Willi/  Bridgeman Images

Cathédrale Saint-Pierre, Angoulême

Autres références

  • ANGOUMOIS

    • Écrit par
    • 292 mots

    Ancienne province de France au nord du bassin d'Aquitaine, l'Angoumois correspond approximativement au département de la Charente.

    La cité d'Angoulême fut constituée à la fin du ive siècle. Son pays, uni au Périgord et à l'Agenais, forma un comté en 866. Guillaume III Taillefer...

  • ANGOULÊME FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA BANDE DESSINÉE D'

    • Écrit par
    • 1 315 mots

    À sa naissance, en janvier 1974, rien ne laissait penser que le salon international de la bande dessinée d’Angoulême – abrégé en SIBD, puis FIBD quand, en 1996, le Salon prend l’appellation de festival –, deviendrait en France, et même dans le monde, la manifestation la plus importante consacrée...

  • MOLITERNI CLAUDE (1932-2009)

    • Écrit par
    • 508 mots

    Écrivain, scénariste, éditeur, journaliste, homme de radio et cofondateur du festival de la bande dessinée d'Angoulême (1974), Claude Moliterni est né à Paris le 21 novembre 1932. D’abord documentaliste, il change de voie et publie une centaine de romans policiers sous différents pseudonymes,...

  • ROMAN ART

    • Écrit par
    • 20 556 mots
    • 19 médias
    ...Par contre, au narthex de Saint-Mexme de Chinon, on ne comptait pas moins de soixante-dix dalles sculptées, disposées en sept registres. Ainsi naît un type de façade que la grande époque romane portera à sa perfection à la cathédrale d'Angoulême et à Notre-Dame-la-Grande de Poitiers.