LIGORIO PIRRO (1500 env.-1583)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Casino de Pie IV, Vatican

Casino de Pie IV, Vatican
Crédits : Sally Greene, Bridgeman Images

photographie

Villa d'Este, Tivoli, grand salon

Villa d'Este, Tivoli, grand salon
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Né à Rome, Pirro Ligorio travaille dans cette ville de 1534 à 1569 comme peintre et comme architecte : le casino de Pie IV et la villa d'Este à Tivoli témoignent de son œuvre architecturale. La seule décoration certaine de cette période romaine, La Danse de Salomé (1540-av. 1550, oratoire de San Giovanni Decollato) est marquée par l'influence de Jules Romain et de l'art ferrarais. En 1549, il entre au service du cardinal Ippolito d'Este comme peintre dans son palais romain, mais surtout comme expert et comme conseiller en matière d'œuvres antiques. Dans cette période romaine, Ligorio devient surtout célèbre comme peintre de façades, et reprend la tradition érudite et archéologique créée par Baldassare Peruzzi et Polidoro da Caravaggio : mais toutes ces œuvres ont disparu. À partir de 1569, Ligorio travaille comme antiquaire pour la cour d'Este à Ferrare où il meurt. Ses nombreux dessins attestent l'influence de Jules Romain et de l'Antiquité à laquelle il emprunte de nombreux motifs souvent traduits avec un sens bizarre du grotesque.

Casino de Pie IV, Vatican

Casino de Pie IV, Vatican

photographie

Casino de Pie IV, Cité du Vatican. Architecte : Pirro Ligorio. 

Crédits : Sally Greene, Bridgeman Images

Afficher

Villa d'Este, Tivoli, grand salon

Villa d'Este, Tivoli, grand salon

photographie

Grand salon, villa d'Este, Tivoli (environs de Rome). Architecte : Pirro Ligorio. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Sylvie BÉGUIN

Écrit par :

  • : conservateur en chef au département des Peintures du musée du Louvre

Classification


Autres références

«  LIGORIO PIRRO (1500 env.-1583)  » est également traité dans :

BOMARZO

  • Écrit par 
  • Christian BONNEFOI
  •  • 1 041 mots
  •  • 1 média

Le jardin Bomarzo de Vicino Orsini, duc de Bomarzo, situé entre Rome et Orvieto, dans la région d'Étrurie, longtemps laissé à l'abandon et ignoré, fut découvert par les surréalistes. Il demeure un mystère de l'architecture de la Renaissance. Une dédicace gravée au nom du cardinal Madruccio (propriétaire d'une villa dans les monts Cimini) permet de le situer vers 1561, date précoce pour un jardin q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bomarzo/#i_18635

JARDINS - De l'Antiquité aux Lumières

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL, 
  • Maurice LEVY
  •  • 8 135 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le jardin classique »  : […] Le premier jardin vraiment « classique », c'est-à-dire celui dont les lignes sont commandées par des rapports géométriques avec celles de la demeure dont il constitue le cadre et la continuation, est la cour du Belvédère, dans le palais du Vatican. Sa conception est de l'architecte Bramante, dont l'art était imprégné par les souvenirs et la présence autour de lui des ruines antiques qui parsemaie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-de-l-antiquite-aux-lumieres/#i_18635

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La villa »  : […] Le plus souvent, la villa, création typique de cette civilisation raffinée, utilise au mieux le cadre naturel : la villa d'Este à Tivoli, due à Pirro Ligorio (1550), est le chef-d'œuvre de cette savante mise en scène où les perspectives, les fontaines et les arbres créent un cadre enchanteur à l'architecture. La villa a généralement des portiques et des terrasses qui permettent de jouir du paysag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_18635

Pour citer l’article

Sylvie BÉGUIN, « LIGORIO PIRRO (1500 env.-1583) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pirro-ligorio/