PERUZZI BALDASSARE (1481-1536)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Architecte et peintre du cercle de Raphaël, né à Sienne, Baldassare Peruzzi se consacre d'abord à la peinture, sous la direction de Pinturicchio avec qui il collabore aux fresques du dôme de Sienne (chapelle Saint-Jean), puis vers 1503 part pour Rome et travaille dans le même style avec Pietro d'Andrea, chargé de commandes à la fin du pontificat d'Alexandre VI. Avant de quitter Sienne, Peruzzi s'était initié à l'architecture auprès de son compatriote Francesco di Giorgio Martini. À Rome, il cherche à vérifier sur les monuments les principes de la « grande » architecture, en faisant de nombreux relevés. Le cardinal Chigi lui demande de construire une villa, la Farnésine (1509-1510), séjour de repos et de fêtes, dont le jardin s'étend jusqu'au Tibre. Peruzzi conçoit l'édifice comme une scène de théâtre à l'antique et, pour la décoration peinte, cherche à suivre la description qu'Ovide donne du palais du Soleil, avec des représentations des constellations et des signes du zodiaque pour lesquelles il se fait aider par Sodoma. Son style évolue au cours du travail : à l'imitation de l'antique succède une manière plus sculpturale qui détache les personnages sur un fond de mosaïque d'or. Enfin, sous l'influence de Raphaël, dont le style doux correspond à son élégance de Siennois, il réalise un portique en trompe l'œil, démontrant ainsi sa science toute nouvelle de la perspective et des raccourcis. Presque aussitôt, il construit le dôme de Carpi (1513-1514) et donne en même temps un projet sur plan centré pour Saint-Pierre de Rome. Il prend part au concours pour la façade de San Petronio à Bologne, puis élève à Sienne la villa Belcaro (1524) et le palais Pollini, tout en collaborant avec Antonio da Sangallo le Jeune aux travaux de Saint-Pierre. Réfugié à Sienne lors du sac de la Ville éternelle, en 1527, il y exécute différents travaux, notamment des fortifications, des palais, un projet d'église : San Domenico. On lui demande aussi des estimations pour les fresques exécutées par Sodoma au Palazzo Pubblico et pour un carton de mosaïque de Beccafumi. De retour à Rome vers 1532, Peruzzi s'occupe du palais Massimo alle colonne, où les souvenirs antiques sont dilués dans un souci de raffinement extrême qui ouvre la voie au maniérisme. Il est alors nommé par le pape architecte de Saint-Pierre (1534), mais ne conserve que très peu de temps ce poste honorifique, et il est difficile de déterminer ce qui lui revient dans cette immense entreprise. Bien que ses travaux d'architecture l'aient détourné à peu près complètement de la peinture, il dresse en 1520 les décors pour la représentation de la Calandra au Vatican et pour une fête donnée à l'occasion de l'intronisation de Clément VII (1523).

Villa Farnésine, Rome

Photographie : Villa Farnésine, Rome

Villa Farnésine, Rome. Architecte : Baldassare Peruzzi. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Décor en trompe l'œil, villa Farnésine, Rome

Photographie : Décor en trompe l'œil, villa Farnésine, Rome

Villa Farnésine, Rome, salle des Perspectives. Décor en trompe l'œil de Baldassare Peruzzi. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Peruzzi avait rassemblé un grand nombre de dessins de monuments antiques (conservés en grande partie aux Offices) et pensait publier un traité d'architecture, qu'il n'eut pas le temps d'achever. Il légua ses carnets à son élève Sebastiano Serlio, qui les utilisera pour la publication de son traité, en notant dans sa préface tout ce qu'il devait à son maître.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Villa Farnésine, Rome

Villa Farnésine, Rome
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Décor en trompe l'œil, villa Farnésine, Rome

Décor en trompe l'œil, villa Farnésine, Rome
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  PERUZZI BALDASSARE (1481-1536)  » est également traité dans :

BROSSE SALOMON DE (1571 env.-1626)

  • Écrit par 
  • Rosalys T. COOPE
  •  • 1 183 mots

Dans le chapitre « Du maniérisme au classicisme »  : […] Malgré la disparition d'une grande partie de ses œuvres, une documentation suffisante autorise une analyse du style et de l'influence de de Brosse. Par sa naissance et par son éducation, cet architecte faisait partie de « l'équipe Du Cerceau », où l'influence de son aïeul Jacques I er était grande. À sa mort (vers 1585), celui-ci laissa à ses héritiers ses livres, ses gravures et de nombreux dess […] Lire la suite

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 205 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Les modèles »  : […] En architecture, comme en peinture, l'exemple de Raphaël et de Michel-Ange fut décisif. Le premier crée une architecture avant tout picturale, d'une symétrie élégante et harmonieuse, où la variété des motifs a pour fonction d'animer les façades ( palais Branconio dell'Aquila, élevé à l'emplacement de la colonnade du Bernin, aujourd'hui détruit). La richesse d'inventions y était accentuée par l'emp […] Lire la suite

MÉCÉNAT DE JULES II - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 296 mots

1503 Bramante est chargé de la reconstruction de la basilique Saint-Pierre. Le chantier, inauguré en 1506, sera en activité tout au long du xvi e  siècle, divers architectes en ayant repris la direction et modifié successivement le projet initial : Raphaël, Baldassare Peruzzi, Antonio da Sangallo, Michel-Ange, Vignole et Giacomo Della Porta. La façade, construite par Carlo Maderno de 1607 à 1614, […] Lire la suite

SERLIO SEBASTIANO (1475-env. 1554)

  • Écrit par 
  • Sylvia PRESSOUYRE
  •  • 1 387 mots
  •  • 1 média

Architecte et théoricien de l'architecture italien. Il fut l'élève à Rome de Baldassare Peruzzi qui lui légua ses notes et ses dessins. À Venise, où il se rendit sans doute après le sac de Rome de 1527, Serlio fut bien accueilli dans le milieu savant de Trissino, d'Alvise Cornaro, de Titien ; on le consultait comme un expert ; l'Arétin l'admirait sans réserve. Sur la foi de sa réputation, François […] Lire la suite

Pour citer l’article

Renée PLOUIN, « PERUZZI BALDASSARE - (1481-1536) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/baldassare-peruzzi/