NATURE PHILOSOPHIES DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « Naturphilosophie »

Les thèmes de la Naturphilosophie se mettent donc en place, et l'on peut aussitôt donner l'une des définitions qui ont été proposées de ce type de philosophie. Elle est due à Heinrich Schmidt, dans son Philosophisches Wörterbuch : « Ensemble des tentatives philosophiques d'interprétation et d'explication de la nature, que ce soit directement à partir de la vie de la nature, ou bien à l'aide des connaissances fondamentales des sciences de la nature, en vue d'une conception globale et d'une unification de l'ensemble de notre savoir de la nature, d'une élucidation des concepts fondamentaux des sciences de la nature (substance, matière, force, espace, temps, vie, évolution, lois de la nature) et de la connaissance des relations et de la légalité du devenir total de la nature. »

Dans cet énoncé, on remarque que deux tendances sont indiquées : l'une, que l'on peut qualifier d'intuitive, voire de poétique (et la Naturphilosophie est en effet poésie pour Schlegel, Hölderlin et surtout Novalis) ; l'autre, qui cherche à intégrer dans la philosophie de la nature les données de la science, ce qui correspond très directement à l'ambition de Schelling lorsqu'il écrit : « De la sorte, la philosophie fournissant les idées et l'expérience les faits, nous pourrons enfin parvenir à cette physique supérieure que j'attends d'une époque plus lointaine. »

Le nom de Schelling a été déjà plusieurs fois mentionné, et c'est bien lui qui est habituellement considéré comme le fondateur de la Naturphilosophie. Mais, même si les questions de priorité sont souvent tenues pour oiseuses, on peut cependant apporter ici quelques précisions. Jacques Rivelaygue, se référant à Ernst Cassirer, écrit qu'il faut en chercher les origines « chez Hölderlin dès 1795 ». De plus, il faut tenir compte d'une certaine lecture de Leibniz par [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages





Écrit par :

  • : maître de conférences de philosophie, université de Nice

Classification


Autres références

«  NATURE PHILOSOPHIES DE LA  » est également traité dans :

ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Miguel ABENSOUR
  •  • 7 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Critique de la domination »  : […] L'insistance polémique d'Adorno sur le tropisme de la souveraineté aboutit nécessairement à une critique de la domination. Mais avant même d'envisager cette critique, encore faut-il creuser plus profond, vers la préhistoire de la raison, et revenir sur la liaison de la raison et de la nature exprimée au mieux dans un passage de Dialectique négative  : « Le fait que la raison soit autre chose que l […] Lire la suite

ALAIN DE LILLE (1128-1203)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 1 043 mots

Né à Lille, élève de Bernard Silvestre à Chartres, Alain étudie dans la mouvance de Gilbert de la Porrée ; il devient maître ès arts, puis maître en théologie à Paris, avant d'enseigner à Montpellier ; parvenu au sommet de la gloire, il suit l'exemple de son ami Thierry de Chartres et entre comme convers à Cîteaux, où il meurt. On le surnomme « le Docteur universel », parce que, disait-on, « il sa […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La vie »  : […] De la nature à la vie, de la vie à l'âme, la transition est, pour Aristote, continue. Nous avons vu que la nature était définie par lui comme principe interne de mouvement, autrement dit comme spontanéité (ainsi, la pierre tend d'elle-même vers le bas). Dès lors, la difficulté n'est pas tellement pour lui d'expliquer le caractère naturel de la vie que de distinguer la nature animée de la nature in […] Lire la suite

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La physique, la biologie »  : […] Aristote fait de la nature elle-même le principe du mouvement, que ce soit dans le ciel (où le mouvement des astres est circulaire et uniforme) ou sur la Terre (où ont lieu le changement substantiel, et le changement selon le lieu, la qualité ou la quantité). D'où les deux compartiments de la nature : le ciel, dont les mouvements sont éternels et nécessaires ; la Terre, où les changements obéis […] Lire la suite

ARISTOTÉLISME MÉDIÉVAL

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 4 994 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'« aristotélisme commun » et la représentation de la nature »  : […] Restent les données de fond de l'aristotélisme, ce qu'on pourrait appeler l'« aristotélisme commun », la multitude des emprunts et des garanties que la science et les sciences aristotéliciennes fournissent au savoir médiéval. La matière est ici inépuisable. L'idée même de science et des critères de la scientificité est, durant toute la période scolastique, proprement aristotélicienne : le De ortu […] Lire la suite

BLOSSFELDT KARL (1865-1932)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  • , Universalis
  •  • 1 262 mots

Dans le chapitre « La philosophie de la nature »  : […] Karl Blossfeldt est le photographe par excellence des plantes et des fleurs. Ce qui en fait un artiste singulier, c'est que le choix de son sujet ne doit rien à un goût ou à une lubie mais qu'il résulte d'une pensée issue de la tradition philosophique allemande. C'est en Allemagne qu'est née la philosophie de la nature dont le plus illustre représentant est Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling […] Lire la suite

BONHEUR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 588 mots

Dans le chapitre « Bonheur et nature »  : […] En dépit de ce paradoxe, la civilisation gréco-romaine, ignorant l’idée de faute, étrangère à la notion de mal, a eu le privilège d’imaginer un accès réel au bonheur. Il suffirait pour être heureux de « vivre selon la nature », ce qui est le mot d’ordre de toutes les philosophies antiques. La nature est bonne, elle est un cosmos – à la fois idée de monde et idée de beauté – et il existe un ordre […] Lire la suite

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 880 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le sophisme naturaliste »  : […] Aussi bien « nature » que « culture » sont des termes qui désignent moins des réalités strictement déterminées que des termes horizon, si l'on peut dire, des termes « englobants ». Ils constitueraient, pour la nature, l'horizon de totalisation de toutes les choses, forces, données, de tous les êtres ( avec la nature humaine, ou sans elle), et, pour la culture, l'horizon et comme l'enveloppe des […] Lire la suite

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 720 mots

Dans le chapitre « Liberté humaine et nécessité naturelle »  : […] Selon Bloch et Wartburg ( Dictionnaire étymologique de la langue française ), le mot déterminisme n'apparaît en français qu'en 1836. Mais il est plus ancien en allemand, où il appartient au vocabulaire de la théologie et de la philosophie morale ( Determinismus ). Dans le réseau contradictoire des échanges de significations et de problèmes, qui vont de l'idéologie à l'activité scientifique et qui […] Lire la suite

FECHNER GUSTAV THEODOR (1801-1887)

  • Écrit par 
  • Claude RABANT
  •  • 911 mots

L'inventeur de la psychophysique, Fechner — un des penseurs qui marquèrent le plus l'Allemagne au xix e siècle — est à bien des égards l'héritier de la philosophie de la nature. Encore étudiant, il lit avec enthousiasme les œuvres de Schelling et d'Oken. Il en retient l'idée « que la nature culmine dans une unité et qu'elle est pénétrée par un principe spirituel ». Pourtant il préfère d'abord, lo […] Lire la suite

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

Dans le chapitre « Le vitalisme structuraliste et sémiotique »  : […] Avant d'exposer brièvement divers aspects de ces entreprises de subjectivation, il est bon de dire quelques mots sur le vitalisme du xix e  siècle. Après Kant, et en particulier en rapport avec la Naturphilosophie schellingienne, un certain nombre de penseurs en sont revenus à une position aristotélicienne-leibnizienne en tentant d'élargir le concept objectif de Nature. Un cas exemplaire est celu […] Lire la suite

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 321 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le retournement hégélien »  : […] Tout autre est la signification du moment hégélien. Du point de vue qui a été adopté, ici, on dira que Hegel cherche tout à la fois à renouer le lien du sujet et du monde, et à maintenir le primat de la pensée théorique, voire à le renforcer. Il y réussira en identifiant savoir et discours, et en niant, au nom de cette identification, que la science positive, modèle paradigmatique, avoué ou secre […] Lire la suite

HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 352 mots

L'humanité est d'abord la qualité de l'être humain, autrement dit la nature humaine. Pour préciser en quoi consiste cette qualité, d'autres sens du mot peuvent nous guider. Ce terme désigne aussi la bienveillance ou la compassion (la vertu d'humanité), la culture comprise comme perfection de l'humanité, la politesse, la civilité, le savoir-vivre. Employé au pluriel, il couvre les studia humanitat […] Lire la suite

IDÉALISME ALLEMAND

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT
  •  • 7 090 mots

Dans le chapitre « Un gouffre entre l'homme et la nature »  : […] L'aventure singulière de l'idéalisme allemand se préparait de longue date, mais c'est bien Kant qui l'a véritablement engagée, en rompant avec la métaphysique traditionnelle. Le dogmatisme de Leibniz et de Wolff, se targuant d'une connaissance exhaustive de l'absolu, ne lui parut plus offrir les défenses théoriques suffisantes contre ce qu'il tenait pour les principaux dangers : il a cru sauver l' […] Lire la suite

INDIVIDU

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 4 626 mots

Dans le chapitre « La qualification de la matière »  : […] L'individualité prend place à l'intérieur de la dialectique de la nature qui est exposée dans le Précis de l'encyclopédie des sciences philosophiques . Ce Précis , plan d'ensemble de la progression hégélienne, se déroule selon les normes successives de la logique, de la nature et enfin de l'esprit. L'individualité se situe dans le deuxième moment, celui de la détermination et de la qualification s […] Lire la suite

INDIVIDUATION

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 414 mots

Sur le plan philosophique, et d'une façon très générale, l'individuation désigne le processus d'organisation qui détermine la réalisation d'une forme individuelle complète et achevée. Qu'il y ait une réalité individuelle est une énigme métaphysique. Elle se constate. Comment la comprendre ? Derrière toute émergence d'une forme individuelle, comprise comme passage de la puissance à l'acte, Aristote […] Lire la suite

ISMAÉLISME

  • Écrit par 
  • Michel BOIVIN, 
  • Osman YAHIA
  •  • 6 934 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La philosophie de la nature »  : […] La philosophie de la nature chez les ismaéliens s'appuie sur celle d'Aristote, réinterprétée selon une perspective néo-platonicienne. Ce qui attire d'abord l'attention du chercheur est ici la distinction entre le macrocosme et le microcosme, qu'en même temps ils considèrent comme liés l'un à l'autre et en correspondance. L'apparition du macrocosme dans l'existence répond à un acte d'instauration […] Lire la suite

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 382 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la téléologie à la théologie morale »  : […] La critique du jugement esthétique ayant expliqué comment est possible une finalité formelle et subjective de la nature, c'est à son espèce matérielle et objective que s'attache alors la critique du jugement téléologique. Celui-ci se fondant sur la considération des choses qui ont leur fin dans leur existence même, la question est de savoir à quoi l'on reconnaît de telles choses. Il faut d'abord […] Lire la suite

LIBERTÉ (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 519 mots

Dans le chapitre « Liberté et libération »  : […] Revenons à Descartes qui, en séparant dans l’être humain l’intelligence (nommée par lui « entendement ») et la volonté, nous propose une conception radicale de la liberté, que ne pourra accepter un penseur aussi rationaliste que Spinoza (1632-1677). Que peut être en effet la liberté d’un ignorant ? Tout en admirant Descartes, Spinoza va pourtant refuser catégoriquement les divisions cartésiennes, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice ÉLIE, « NATURE PHILOSOPHIES DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-la-nature/