PATRIARCATS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La pentarchie et son évolution

C'est surtout à partir de Justinien (482-565) que se développe la « pentarchie » ou gouvernement des cinq patriarches ; selon la codification de cet empereur (notamment dans les Novelles 81 et 123), les sièges se rangent dans l'ordre de préséance suivant : Rome, Constantinople, Alexandrie, Antioche, Jérusalem. Ils sont comme les cinq sens de l'Église et ils ont la responsabilité commune de la foi et de la communion. Même après la rupture avec Rome, la théorie demeure en vigueur, les Russes plaçant Moscou au cinquième rang. À partir du xixe siècle, elle est cependant sévèrement attaquée par les fondateurs des Églises autocéphales, moins pour son contenu doctrinal que pour sa limitation au nombre de cinq, les patriarcats se multipliant avec les Églises nationales. Aux quatre sièges antiques s'ajoutent aujourd'hui les patriarcats de Moscou (supprimé par Pierre le Grand et restauré en 1917), de Géorgie (restauré en 1918), de Serbie, de Roumanie, de Bulgarie. Le titre de patriarche œcuménique, porté par l'évêque de Constantinople, n'implique aucune juridiction sur l'ensemble de l'orthodoxie mais doit être compris selon son sens originel de conformité à la doctrine commune à l'Orient et à l'Occident. Enfin, contrairement au pape de Rome, libre d'agir seul, un patriarche orthodoxe ne peut prendre de décisions engageant son Église qu'avec son synode.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PATRIARCATS  » est également traité dans :

ABOUNA

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 228 mots

Mot arabe qui veut dire « notre père » abouna est devenu le titre ordinaire que donnent les chrétiens arabes à leurs simples prêtres. En Éthiopie, ce titre est réservé au patriarche de l'Église nationale. Depuis les origines (fin du iv e  s.) jusqu'à 1881, cette dernière n'eut qu'un seul évêque, l'abouna, qu'elle recevait de l'Église copte, un moine égyptien que le patriarche d'Alexandrie ordonna […] Lire la suite

AUTOCÉPHALES ÉGLISES

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 1 041 mots

L'autocéphalie (du grec autoképhalos , « qui est sa propre tête ») est le régime canonique qui règle les rapports institutionnels existant entre les diverses Églises sœurs dont se compose l'Église orthodoxe. Deux traits caractérisent ce régime : le refus d'une primauté de juridiction qui s'étendrait à l'Église universelle et la détermination autonome de la vie des Églises à l'échelon national. Les […] Lire la suite

BYZANCE - L'Empire byzantin

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 13 297 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'iconoclasme : dynasties isaurienne et amorienne (717-867) »  : […] La sévérité des historiens des siècles passés à l'égard de l'Empire byzantin tient en grande partie aux querelles religieuses qui s'y sont succédé presque sans interruption jusqu'au milieu du ix e siècle, et qui ont semblé si futiles aux esprits modernes. La violence de ces querelles vient de ce qu'elles mettaient en jeu l'unité de l'Empire ; dans l'Occident déjà politiquement morcelé, mais spiri […] Lire la suite

CANONIQUE DROIT

  • Écrit par 
  • Patrick VALDRINI
  •  • 8 014 mots

Dans le chapitre « Le droit des Églises orientales catholiques »  : […] L'activité et la vie interne des vingt et une Églises orientales catholiques, dont six sont dites Églises patriarcales, relèvent du nouveau Code promulgué le 18 octobre 1990. Le concile Vatican II a reconnu la spécificité d'organisation de ces Églises. Elles « possèdent depuis leur origine, dit-il, un trésor auquel l'Église d'Occident a puisé beaucoup d'éléments de la liturgie, de la tradition spi […] Lire la suite

CÉSAROPAPISME

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD, 
  • Michel MESLIN
  •  • 5 398 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Facteurs de crise (VIIIe-IXe siècles) »  : […] La déroute de l'iconoclasme annonce une éclipse du césaropapisme doctrinal. Pour maintes raisons. Les édits christologiques, conçus pour ressouder l'unité avec les provinces orientales, n'ont plus de sens après la conquête arabe. L'entreprise des Isauriens allait trop au rebours des mœurs pour ne pas échouer. Il y a encore ce sentiment, de plus en plus commun, que l'ère des conciles est close, et […] Lire la suite

CHRISTIANISATION DE L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 320 mots

Environ 800 Création de l'archevêché de Nin en Croatie. 863 Cyrille et Méthode, missionnaires dépêchés par Byzance, sont reçus à la cour du roi des Moraves, Ratislav. Ils traduisent les Saintes Écritures en slavon. 864 Baptême de Boris I er , tsar de Bulgarie. 869 Un an après la reconnaissance par Rome de la nouvelle Église slavonne de Moravie, le pape Adrien nomme Méthode archevêque de Sirmiu […] Lire la suite

EUROPE - Diversité religieuse

  • Écrit par 
  • Michel MIAILLE, 
  • Kathy ROUSSELET
  •  • 11 282 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Affirmations nationales et religieuses »  : […] Les impulsions identitaires qui ont accompagné la disparition de la tutelle soviétique ont replacé les Églises historiques au cœur des nations. Elles sont ainsi appelées à relier les États à une culture et une tradition effacées par le communisme, à renouer les fils d'une continuité historique perdue. Elles provoquent des conflits mémoriels, à l'image de ceux qui se sont produits à l'occasion des […] Lire la suite

GRÉGOIRE Ier LE GRAND saint (540 env.-604)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 1 735 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Haut fonctionnaire, moine et pontife »  : […] Grégoire naît à Rome d'une vieille famille patricienne, apparentée à la gens Anicia et dès longtemps chrétienne : le pape Félix II (mort en 492) était son trisaïeul ; sa mère Sylvia est honorée comme sainte, ainsi que deux sœurs de son père, Tharsilla et Aemiliana. Il reçoit une formation intellectuelle qui peut lui valoir la réputation d' homo litteratus , mais il n'est que de comparer son latin, […] Lire la suite

MARONITE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 781 mots

Dans un pays qui compte une vingtaine de communautés religieuses différentes, l'Église maronite retient l'attention par le nombre de ses fidèles (quelque 1 400 000 en 2005), par son rôle historique dans la naissance du Liban, par son poids humain et politique, par son insertion dans le monde arabe, par le statut de son clergé et par sa place originale au sein de l'Église catholique. Elle est l'une […] Lire la suite

ORIENT ÉGLISES CHRÉTIENNES D'

  • Écrit par 
  • Irénée-Henri DALMAIS, 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 6 565 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Situations et modèles particuliers »  : […] Certaines Églises orientales ne rentrent qu'imparfaitement dans les cadres qu'on vient d'esquisser. C'est le cas de l'Église maronite, de l'Église d'Éthiopie, des communautés de l'Inde du Sud et des Églises dites uniates. L'Église maronite s'est constituée au cours du viii e  siècle à l'intérieur du patriarcat d'Antioche à partir de monastères de la vallée de l'Oronte, en Syrie, et notamment de ce […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Hervé LEGRAND, « PATRIARCATS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/patriarcats/