Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PAPOUASIE-NOUVELLE-GUINÉE

Nom officiel

Papouasie-Nouvelle-Guinée (PG)

    Chef de l'État

    Le roi Charles III (Royaume-Uni), représenté par le gouverneur général Bob Dadae (depuis le 28 février 2017)

      Chef du gouvernement

      James Marape (depuis le 30 mai 2019)

        Capitale

        Port Moresby

          Langues officielles

          Anglais (langue officielle de facto) ; le hiri motu et le tok pisin (pidgin) sont des langues véhiculaires

            Unité monétaire

            Kina (PGK)

              Population (estim.) 9 507 000 (2023)
                Superficie 461 937 km²

                  De considérables potentialités minières et énergétiques

                  Le pays a la chance de bénéficier d'importantes ressources minières et énergétiques, qui sont bien loin d'être pleinement exploitées, ou même inventoriées, par les sociétés et capitaux internationaux, australiens, américains, britanniques et, de plus en plus, chinois. Les principales productions, le cuivre (166 000 tonnes, en 2009) et l'or (63 tonnes), pour lesquelles la Papouasie-Nouvelle-Guinée se trouve dans les quinze premiers producteurs mondiaux, sont fournies par les mines de Porgera, d'Ok Tedi, de Misima et de Lihir. Le resserrement des liens avec Pékin a permis la conclusion, en 2006, d'un accord très important entre la China Metallurgical Construction Corporation (M.C.C.), une société australienne et une corporation de l'État papou pour la mise en exploitation de l'énorme gisement de nickel-cobalt de Ramu. Les investissements, à 85 p. 100 sous l'égide de la M.C.C., pourraient dépasser 1 milliard de dollars. La M.C.C. envisage de faire venir pendant un an pour les travaux trois mille ouvriers chinois. Ce grand projet pourrait bien n'être que le premier d'une large coopération avec la Chine.

                  Dans le domaine énergétique également, les potentialités apparaissaient considérables, même si les multinationales ont parfois un peu de peine à prendre en compte les arcanes de la politique locale et des systèmes fonciers traditionnels. Un consortium Exxon-Mobil a entrepris en 2009 de mettre en valeur les très riches gisements de gaz naturel des Highlands, avec la construction d'une usine de liquéfaction, tandis que se précise un autre projet : la construction d'un gazoduc de quelque 4 000 kilomètres de long vers les grandes villes du nord-est australien. Enfin, la firme américaine Interoil a mis en route une première raffinerie de pétrole d'une capacité de 30 000 barils par jour. La croissance du pays est tirée par le développement de projets gaziers et miniers et par la demande croissante du marché asiatique.

                  Face à cette primauté des activités agricoles et minières, le secteur tertiaire est encore peu développé. Le tourisme n'est qu'embryonnaire (100 000 visiteurs par an à la fin des années 2000), pour des raisons physiques (climat, maladies) et humaines (difficultés de transport, insécurité). Le gouvernement espère stimuler ce secteur par l'adoption, en 2006, d'une nouvelle loi sur les jeux permettant de construire des casinos dans toutes les provinces et autorisant les paris, les casinos virtuels et autres loteries en ligne.

                  La flambée des cours des matières premières, y compris agricoles, au milieu des années 2000, a dopé l'économie nationale, qui présente des taux de croissance flatteurs (9,2 p. 100 en 2012), une inflation qui se maintient autour de 6 ou 7 p. 100 en 2012 et 2013, et un commerce extérieur largement bénéficiaire, même si la faiblesse des industries et des infrastructures du pays exige des importations de biens d'équipement. Les principaux fournisseurs, dans l'ordre l'Australie, Singapour et le Japon, sont aussi parmi les clients essentiels, l'Australie en tête, suivie du JaponMais la part de la Chine n'a cessé de s'accroître, aussi bien aux importations qu'aux exportations, d'autant plus que le Premier ministre cherche à réduire l'influence traditionnelle et prépondérante du « grand frère » australien, principal bailleur de fonds pour les projets de développement, au niveau total de quelque 300 millions de dollars par an dans les années 2000. La Papouasie-Nouvelle-Guinée est membre de l'A.P.E.C. (Coopération économique des pays d'Asie-Pacifique) depuis 1993, de l'Organisation mondiale du commerce (1996) et observateur aux réunions de l'Association des nations du Sud-Est asiatique (A.S.E.A.N.)

                  La suite de cet article est accessible aux abonnés

                  • Des contenus variés, complets et fiables
                  • Accessible sur tous les écrans
                  • Pas de publicité

                  Découvrez nos offres

                  Déjà abonné ? Se connecter

                  Écrit par

                  . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                  Médias

                  Papouasie-Nouvelle-Guinée : carte physique

                  Papouasie-Nouvelle-Guinée : carte physique

                  Papouasie-Nouvelle-Guinée : drapeau

                  Papouasie-Nouvelle-Guinée : drapeau

                  Port Moresby, Papouasie-Nouvelle-Guinée

                  Port Moresby, Papouasie-Nouvelle-Guinée

                  Autres références

                  • ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

                    • Écrit par Julien BONHOMME
                    • 4 200 mots
                    ...des compétences de communication chez les enfants, comme l’illustrent les travaux de Bambi Schieffelin sur la socialisation langagière parmi les Kaluli des hautes terres dePapouasie–Nouvelle-Guinée ou ceux de Marjorie Goodwin sur les jeux des enfants d’un quartier afro-américain de Philadelphie.
                  • AUSTRALIE

                    • Écrit par Benoît ANTHEAUME, Jean BOISSIÈRE, Bastien BOSA, Vanessa CASTEJON, Universalis, Harold James FRITH, Yves FUCHS, Alain HUETZ DE LEMPS, Isabelle MERLE, Xavier PONS
                    • 27 355 mots
                    • 29 médias
                    Bien que séparée de l'Australie par le détroit de Torres, la Papouasie - Nouvelle-Guinée constitue une zone mobile en bordure du craton australien. Ce craton recouvert par les sédiments de la plate-forme transaustralienne s'avance sous la mer jusqu'en Papouasie Nouvelle-Guinée, où il est entré en contact...
                  • BISMARCK ARCHIPEL

                    • Écrit par Universalis
                    • 539 mots

                    Possession allemande jusqu'en 1914, l'archipel Bismarck appartient à la Papouasie-Nouvelle-Guinée depuis 1975, date de l'indépendance de cet État. Il est constitué de deux îles principales, la Nouvelle-Bretagne et la Nouvelle-Irlande, et de quelques îles ou groupes d'îles secondaires...

                  • BOUGAINVILLE ÎLE DE

                    • Écrit par Alain HUETZ DE LEMPS
                    • 481 mots
                    • 2 médias

                    L’île de Bougainville appartient du point de vue géographique aux îles Salomon, situées dans le sud-ouest de l’océan Pacifique, mais elle est administrée par la Papouasie-Nouvelle-Guinée. L'île comptait 175 160 habitants en 2000. Plusieurs îles ou groupes d'îles ont été rattachés...

                  • Afficher les 22 références

                  Voir aussi