Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PAPOUASIE-NOUVELLE-GUINÉE

Nom officiel

Papouasie-Nouvelle-Guinée (PG)

    Chef de l'État

    Le roi Charles III (Royaume-Uni), représenté par le gouverneur général Bob Dadae (depuis le 15 mars 2023)

      Chef du gouvernement

      James Marape (depuis le 30 mai 2019)

        Capitale

        Port Moresby

          Langues officielles

          Anglais (langue officielle de facto) ; le hiri motu et le tok pisin (pidgin) sont des langues véhiculaires

            Unité monétaire

            Kina (PGK)

              Population (estim.) 9 507 000 (2023)
                Superficie 461 937 km²

                  La Papouasie-Nouvelle-Guinée est un État composite, héritage d'une histoire coloniale complexe, qui a obtenu son indépendance en 1975. Sa viabilité semblait dès le départ problématique, tant était grande l'hétérogénéité de sa population, émiettée en de multiples groupes ethniques et linguistiques dispersés sur d'immenses espaces souvent montagneux, bien loin de toute idée d'unité et d'identité nationale. À la survie des traditions les plus anciennes, y compris guerrières, viennent s'ajouter des problèmes sociaux liés à une démographie galopante, et, à une croissance urbaine explosive, des problèmes politiques (instabilité, clientélisme et corruption) et des risques d'implosion (mouvements sécessionnistes de Bougainville) et de conflit extérieur (frontière avec l'Indonésie).

                  Papouasie-Nouvelle-Guinée : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

                  Papouasie-Nouvelle-Guinée : carte physique

                  Papouasie-Nouvelle-Guinée : drapeau - crédits : Encyclopædia Universalis France

                  Papouasie-Nouvelle-Guinée : drapeau

                  Port Moresby, Papouasie-Nouvelle-Guinée - crédits : Michael Coyne/ Getty Images

                  Port Moresby, Papouasie-Nouvelle-Guinée

                  La Papouasie-Nouvelle-Guinée est un État vaste mais peu peuplé. Ses 462 840 kilomètres carrés se partagent entre la moitié orientale de la très grande île de Nouvelle-Guinée (dont la moitié occidentale fait partie de l'ensemble indonésien) et une série de grandes îles constituant, d'une part, l'archipel Bismarck (Nouvelle-Bretagne, Nouvelle-Irlande), et, d'autre part, l'extrémité nord-ouest de l'archipel des Salomon (Bougainville), sans oublier une série de petits archipels (îles de l'Amirauté, archipel de la Louisiade, etc.) qui augmentent d'autant la très vaste zone économique exclusive. La population (7 059 600 habitants au recensement de 2011), globalement peu dense (15 hab/km2), est très inégalement répartie, avec des poches de forte densité (plus de 100 hab./km2), notamment sur les hautes terres, et d'immenses zones quasi vide dans les vastes plaines marécageuses, forestières et fortement impaludées de la Fly River (province de Daru, moins de 2 hab/km2). Les villes ne regroupent encore qu'une faible part de la population, la principale étant la capitale, Port Moresby.

                  Puissance, jeunesse et instabilité des reliefs

                  Les îles constituant la Papouasie-Nouvelle-Guinée sont très montagneuses, avec des reliefs puissants et instables qui témoignent de leur jeunesse et de leur situation au contact de deux plaques majeures de la croûte terrestre dans le Pacifique. Située à l'est et au nord, la plaque Pacifique affronte au sud-est la plaque australo-indienne, avec une progression de quelques centimètres par an qui génère une très forte instabilité, marquée par de fréquents et souvent redoutables tremblements de terre et par une intense activité volcanique. La Nouvelle-Guinée et ses prolongements insulaires font partie de la fameuse « ceinture de feu » du Pacifique dont ils constituent l'une des zones les plus agitées. Les nombreux volcans actifs de l'archipel Bismarck comme ceux de la péninsule du sud-est de la Nouvelle-Guinée représentent une menace redoutable. Rabaul, capitale de la Nouvelle-Bretagne, a été touchée à plusieurs reprises (en 1999 notamment) par l'activité du mont Vulcan qui domine la péninsule de Gazelle, tandis que l'on évoque toujours les terribles nuées ardentes de mont Lamington qui, en 1951, tuèrent 4 000 personnes et en contraignirent plus de 50 000 à s'enfuir précipitamment. S'y ajoute, dans les régions littorales, le risque de tsunami associé aux mouvements sous-marins. Le tremblement de terre et le tsunami qui frappèrent en 1938 la région du Sepik ont fait des milliers de morts.

                  La moitié est de l'île de Nouvelle-Guinée est structurée par un puissant système montagneux (cordillère centrale de 100 à 300 km de largeur) fait de chaînes parallèles nord-ouest - sud-est surgies au Tertiaire mais dont les phases d'activité orogénique les plus intenses sont beaucoup plus récentes (début du Quaternaire). Formées par la surrection de roches métamorphiques, de matériaux volcaniques et de calcaires coralliens,[...]

                  La suite de cet article est accessible aux abonnés

                  • Des contenus variés, complets et fiables
                  • Accessible sur tous les écrans
                  • Pas de publicité

                  Découvrez nos offres

                  Déjà abonné ? Se connecter

                  Écrit par

                  . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                  Médias

                  Papouasie-Nouvelle-Guinée : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

                  Papouasie-Nouvelle-Guinée : carte physique

                  Papouasie-Nouvelle-Guinée : drapeau - crédits : Encyclopædia Universalis France

                  Papouasie-Nouvelle-Guinée : drapeau

                  Port Moresby, Papouasie-Nouvelle-Guinée - crédits : Michael Coyne/ Getty Images

                  Port Moresby, Papouasie-Nouvelle-Guinée

                  Autres références

                  • ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

                    • Écrit par Julien BONHOMME
                    • 4 200 mots
                    ...des compétences de communication chez les enfants, comme l’illustrent les travaux de Bambi Schieffelin sur la socialisation langagière parmi les Kaluli des hautes terres dePapouasie–Nouvelle-Guinée ou ceux de Marjorie Goodwin sur les jeux des enfants d’un quartier afro-américain de Philadelphie.
                  • AUSTRALIE

                    • Écrit par Benoît ANTHEAUME, Jean BOISSIÈRE, Bastien BOSA, Vanessa CASTEJON, Universalis, Harold James FRITH, Yves FUCHS, Alain HUETZ DE LEMPS, Isabelle MERLE, Xavier PONS
                    • 27 355 mots
                    • 29 médias
                    Bien que séparée de l'Australie par le détroit de Torres, la Papouasie - Nouvelle-Guinée constitue une zone mobile en bordure du craton australien. Ce craton recouvert par les sédiments de la plate-forme transaustralienne s'avance sous la mer jusqu'en Papouasie Nouvelle-Guinée, où il est entré en contact...
                  • BISMARCK ARCHIPEL

                    • Écrit par Universalis
                    • 539 mots

                    Possession allemande jusqu'en 1914, l'archipel Bismarck appartient à la Papouasie-Nouvelle-Guinée depuis 1975, date de l'indépendance de cet État. Il est constitué de deux îles principales, la Nouvelle-Bretagne et la Nouvelle-Irlande, et de quelques îles ou groupes d'îles secondaires...

                  • BOUGAINVILLE ÎLE DE

                    • Écrit par Alain HUETZ DE LEMPS
                    • 481 mots
                    • 2 médias

                    L’île de Bougainville appartient du point de vue géographique aux îles Salomon, situées dans le sud-ouest de l’océan Pacifique, mais elle est administrée par la Papouasie-Nouvelle-Guinée. L'île comptait 175 160 habitants en 2000. Plusieurs îles ou groupes d'îles ont été rattachés...

                  • Afficher les 22 références

                  Voir aussi