ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’anthropologie de la communication s’intéresse aux rapports entre le langage, la culture et la société. Elle emploie les méthodes de l’enquête ethnographique pour étudier les échanges langagiers et, de manière plus générale, les pratiques de communication. Elle envisage le langage comme une ressource culturelle dont les usages sont régis par des normes variables selon les sociétés et comme un outil servant à communiquer, mais aussi à agir sur autrui et sur le monde. Elle s’occupe de tout genre de discours, qu’il s’agisse de conversations ordinaires ou de discours cérémoniels. Ses objets d’étude peuvent être aussi bien des mythes, des contes, des incantations rituelles, des éloges funéraires ou des allocutions politiques que des échanges de potins, des salutations quotidiennes ou un marchandage entre chaland et commerçant.

Dell Hymes et le projet de l’anthropologie de la communication

L’anthropologie de la communication naît au cours des années 1960 au sein de l’anthropologie culturelle américaine. En 1962, l’anthropologue et linguiste Dell Hymes publie un manifeste pour une ethnographie de la parole (ethnography of speaking). Il y propose d’étudier l’articulation entre langue, culture et société dans le sillage des travaux de Franz Boas, Edward Sapir et Benjamin Lee Whorf, mais en mettant plus résolument l’accent sur l’analyse de pratiques langagières saisies dans leur contexte. Deux ans plus tard, il dirige avec le sociolinguiste John Gumperz un numéro de la revue American Anthropologist consacré à l’ethnographie de la communication : ce nouveau nom de baptême met en avant le fait que la communication ne saurait se réduire à sa seule dimension verbale. Ce numéro, auquel contribuent des auteurs comme Erving Goffman et William Labov, joue un rôle fondateur dans la constitution d’un nouveau champ de recherches au carrefour des sciences sociales et des sciences du langage. Dix ans plus tard, deux étudiants de Hymes à l’université de Pennsylvanie, Richard Bauman et Joel Sherzer, publient un ouvrage collectif, Explorations in the Ethnography of Speaking, qui représente un jalon important et le premier aboutissement du programme lancé par leur maître. Depuis, ce domaine thématique de l’anthropologie a suscité un courant de recherches extrêmement fécond, en particulier aux États-Unis. En France, il n’a en revanche pas bénéficié d’une reconnaissance académique aussi grande, en dépit des travaux pionniers de Geneviève Calame-Griaule qui inaugure l’ethnolinguistique « à la française » dans les années 1960 (Ethnologie et langage. La parole chez les Dogon, 1965), et même si nombre d’anthropologues de langue française ont apporté des contributions originales à ce courant.

Le projet de l’anthropologie de la communication se définit par opposition à l’approche linguistique des faits de langage. De Ferdinand de Saussure à Noam Chomsky, la linguistique s’est employée à étudier la langue en elle-même et pour elle-même, en l’envisageant comme une structure formelle indépendamment de ses usages concrets. Par contraste, l’anthropologie de la communication recentre l’attention sur les usages afin de mieux comprendre le rôle du langage dans la vie sociale. Dans la continuité des travaux des philosophes John Austin et John Searle sur les « actes de langage », elle déplace le regard du langage vers la parole, de la compétence vers la performance, du code vers le contexte. Elle insiste en outre sur le fait que le langage ne se limite pas à un usage référentiel, mais qu’il consiste également en une forme d’action sociale en soi : il sert à accomplir des actions, ce que montrent bien des verbes performatifs tels que « saluer », « maudire », « baptiser » ou « condamner ». L’étude des usages sociaux du langage exige d’adopter une méthode d’investigation résolument ethnographique, alors que l’anthropologie linguistique s’était jusque-là limitée à des considérations théoriques plus générales, dans la lignée des débats autour de l’hypothèse Sapir-Whorf sur la relativité linguistique, c’ [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : maître de conférences en anthropologie à l'Ecole normale supérieure de Paris

Classification

Autres références

«  ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE VISUELLE

  • Écrit par 
  • Damien MOTTIER
  •  • 4 464 mots

Dans le chapitre « Image-corps-mouvement »  : […] S’inspirant des études en physiologie expérimentale et des expérimentations pré-cinématographiques d’Eadweard Muybridge et d’Étienne-Jules Marey, qui documentent précisément ce que l’observation directe ne peut déceler, le médecin et anthropologue Félix Regnault a réalisé dès 1895 à Paris, lors de l’exposition sur l’Afrique occidentale, des « chronophotographies ethniques », dont le principe étai […] Lire la suite

COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Yves WINKIN
  •  • 4 805 mots

Dans le chapitre « Un modèle alternatif »  : […] Contrairement au modèle de Shannon et Weaver, dont on peut aisément localiser les origines (M.I.T., 1942-1945), la réflexion alternative sur la communication qui se développe dès le début des années 1950 aux États-Unis apparaît simultanément en de multiples lieux, à partir de travaux d'origines très différentes. Mais trois observations sont faites. Tout d'abord, il s'agit de chercheurs souvent mar […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Julien BONHOMME, « ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-de-la-communication/