PANISLAMISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mot créé à la fin du xixe siècle pour exprimer l'idée d'une cohésion défensive de la communauté musulmane contre les ambitions des puissances européennes qui tendaient à dominer la quasi-totalité du monde musulman. Le panislamisme repose sur le sentiment d'appartenance à la Cité musulmane fondée par Mahomet à Médine (622-632). Après la mort du Prophète fut instauré le califat, qui n'assura l'unité de la communauté (Umma) qu'à peine un peu plus d'une vingtaine d'années. Celle-ci se brisa au temps du quatrième calife, Ali, et par la suite aucun successeur n'a régi la totalité des musulmans. Mais l'unité de la foi, des obligations cultuelles et des comportements sociaux ont fait de l'islam une sorte de fraternité sociale, par-dessus les frontières : la Cité musulmane. À la fin du xviiie siècle et au début du xixe, sous l'influence de l'Occident, l'idée d'un califat, puissance spirituelle, sorte de papauté en islam, véritable hérésie du point de vue de l'orthodoxie musulmane, finit par s'accréditer. Le sultan Abdul Hamid II (1876-1909) tenta de regrouper par ce moyen, autour de son empire déclinant, l'ensemble des musulmans (Empire ottoman). Il bénéficia, un temps, du soutien du mouvement réformiste (Djamal al-Din al-Afghani, mort en 1897) qui s'efforçait de concilier les principes de l'islam avec l'évolution du monde moderne et, en prônant une réconciliation des rites et des sectes, d'éveiller l'islam à une nouvelle vie.

La révolution jeune-turque de 1908 porta un premier coup au panislamisme : Turcs et Arabes s'orientent vers des nationalismes rivaux, fondés principalement sur la communauté de langue. La Première Guerre mondiale révéla quelques années plus tard la faiblesse de celui-ci (échec de la guerre sainte proclamée par le calife et, par contre, révolte arabe dirigée par les hachémites). Au lendemain de celle-ci, le démembrement de l'Empire ottoman, la proclamation de la République turque, la suppression du califat par Atatürk privèrent les peuples islamiques de l'espoir de voir rétablir une direction spirituelle et temporelle. Une série de congrès entre les deux guerres (notamment à La Mecque et au Caire en 1926 et à Jérusalem en 1931) constata l'impossibilité de rétablir sous une forme monarchique et théocratique l'unité musulmane. La communauté tendait à se fractionner en nations aux intérêts opposés. Le panislamisme trouva cependant une nouvelle voie dans le sous-continent indien. L'idée de réunir les Bengalis, Pathans, Baloutches, Sindhis et Pendjabis, musulmans parlant des langues différentes et possédant leurs propres traditions culturelles, née en 1930, aboutit le 14 août 1947 à la création du Pakistan ; celui-ci éclate en 1971 (naissance du Bangladesh). Les inspirateurs de ce regroupement tentèrent dans les années 1950 de répéter leur expérience à l'échelle mondiale, utilisant divers moyens (activité culturelle, émancipation économique, solidarité religieuse, volonté des peuples, initiatives gouvernementales, etc.). Ils échouèrent, certains de leurs interlocuteurs arabes ayant adopté sous l'influence de dirigeants comme Nasser d'autres options : arabisme, anti-impérialisme, neutralisme les rapprochant de Nehru... D'autres initiatives se succéderont jusqu'à nos jours, essentiellement au travers de l'Organisation de la conférence islamique et de la Ligue islamique mondiale, aboutissant à des rencontres dans toutes les métropoles du monde musulman : La Mecque, Jérusalem, Le Caire, Bagdad, Rabat, Téhéran, Karachi, Djakarta, Mogadiscio, Nairobi... Elles s'efforcent de réaliser une sorte de concert des nations islamiques. Ces initiatives butent sur la force des nationalismes, sur la diversité des alliances internationales et des choix idéologiques ou économiques des États. L'idée panislamique resurgit ici ou là pour faire face aux pressions de l'étranger, s'opposer à l'expansion du rationalisme athée ou à la liberté d'expression qui permet les blasphèmes, soutenir des croyants opprimés, empêcher enfin la spoliation d'une terre considérée comme musulmane (Palestine), mais elle [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  PANISLAMISME  » est également traité dans :

ARABIE SAOUDITE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 18 454 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Le rôle religieux »  : […] L' islam est l'un des outils principaux de légitimation du pouvoir en Arabie Saoudite. Grâce au wahhabisme, le pouvoir s'est associé dès ses origines à un mouvement de prédication et à une réinterprétation rigoriste du texte islamique. Mais en annexant la province du Hijaz, où se trouvent La Mecque et Médine, les Saoud se sont dotés d'un rôle autrement prestigieux, celui de gardiens des Lieux sai […] Lire la suite

ARABISME

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 5 512 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Proto-nationalisme musulman et débuts du nationalisme arabe »  : […] Au cours du xix e  siècle, l'hégémonie de l'Occident s'impose de plus en plus à l'Empire ottoman. Les ambassadeurs européens dictent leur politique aux sultans, imposent l'ouverture des marchés orientaux aux produits européens. La position de subordination politique et économique où est placé l'Orient ottoman suscite des réactions. Les souverains envisagent des réformes d'en haut, des intellectue […] Lire la suite

DJAMĀL AL-DĪN AL-AFGHĀNĪ (1838-1897)

  • Écrit par 
  • Gilbert DELANQUE
  •  • 312 mots

Iranien, formé en milieu shī‘ite duodécimain, et non sunnite comme il l'a laissé croire, al-Sayyid Muḥammad b. Ṣafdar Djamāl al-dīn al-Afghānī se prétend afghān (d'où le nom ethnique d'al-Afghānī). Il fait des études à Qazwin, à Téhéran et à Najaf. À partir de 1856, il mène la vie errante d'un propagandiste ; si ses idées et ses attitudes ont pu varier, il semble avoir conservé constamment le même […] Lire la suite

PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU, 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 21 336 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Mutations des structures d'empire »  : […] Les politiques de réforme ont introduit une distorsion plus préoccupante encore. À vouloir moderniser les institutions sans bouleverser les sociétés, elles ont déstabilisé les structures d'empire sans renouveler les rapports sociopolitiques. Ainsi, dans le monde ottoman, la société repose traditionnellement sur la dichotomie entre musulmans et non-musulmans. L'identification entre la loi de l'Empi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert SANTUCCI, « PANISLAMISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/panislamisme/