TÉHÉRAN

Téhéran, capitale de l'Iran, est une des principales agglomérations mondiales par sa population (13,5 millions, dont 7,8 dans la municipalité de Téhéran au recensement de 2006). Son rayonnement international est en revanche faible, en raison de l'isolement politique de l'Iran depuis 1979 et du développement de Dubaï comme place économique centrale dans la région. Au niveau national, le centralisme de l'État depuis l'avènement de la dynastie des Pahlavi (1925) a fait de cette ville une vraie capitale politique, économique et culturelle, même si les métropoles régionales se développent à un rythme plus rapide.

Iran : carte administrative

Iran : carte administrative

carte

Carte administrative de l'Iran. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Téhéran capitale bicentenaire

Située sur un vaste glacis au sud de l'Alborz (ou Elbourz), la ville est séparée du désert tout proche par les riches plaines agricoles de Karaj, Rey et Varāmin. Les différences biogéographiques entre le nord de la ville (1 500-1 700 m d'altitude), frais, arboré, riche en ressources en eau, lieu de villégiature estival, et le sud (1 200-1 000 m) très chaud en été, proche du désert, où se trouvent le bazar et la ville historique, ont structuré l'histoire et la hiérarchie sociale de la capitale. Le niveau social allait de pair avec l'accès à des ressources en eau abondante et propre, donc avec la proximité de la montagne. La vue sur le Towchāl (3 986 m) confère à Téhéran un paysage apprécié, tandis que la topographie en pente douce ne présente pas d'obstacle majeur au développement d'une ville et facilite même l'évacuation des eaux usées. Aucune rivière pérenne ne traverse la ville, mais l'eau des rivières de l'Alborz est abondante (barrages de Karaj, Jāj Rud, Lār, barrage de Tāleqān en construction). Le seul problème est la sismicité, surtout dans les quartiers sud où les constructions populaires sont de qualité médiocre.

Téhéran s'est développée après que les Mongols eurent rasé en 1220 la très ancienne ville de Rey. Le voyageur arabe Yaqut signale pour la première fois en 1224 une zone de peuplement portant ce nom, au milieu de jar [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  TÉHÉRAN  » est également traité dans :

AHMADINEJAD MAHMOUD (1956-    )

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER
  •  • 1 642 mots

jusqu'en 2003, année où les conservateurs gagnent la plupart des municipalités et où il est lui-même élu maire de Téhéran. Il bénéficie, lors de ces élections, du mécontentement d'une large partie de la population face à la dégradation de la situation économique, d'un fort taux d'abstention traduisant la démobilisation des électeurs réformateurs ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahmoud-ahmadinejad/#i_33065

ĀQĀ MOHAMMAD KHĀN ou AGHĀ MUḤAMMAD KHĀN (1742?-1797) shāh de Perse (1796-1797)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 089 mots

Réunificateur de la Perse après la désagrégation de l'empire de Nāder Shāh (1736-1747) et la période troublée de luttes pour la succession de Karim Khān Zand (1750-1779), Āqā Mohammad Khān est le fondateur de la dynastie des Qādjār (1794-1925) sous laquelle la Perse subit des changements profonds ; d'une monarchie orientale médiévale, elle se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aqa-mohammad-khan-agha-muhammad-khan/#i_33065

FATH ‘ALI SHĀH (1759/60-1834)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 211 mots

Neveu du fondateur de la dynastie qādjār de Perse, Āqā Mohammad Khān, et second souverain de cette dynastie, Fath ‘Ali Shāh était le fils du chef qādjār qoyunlu Hoseyn Qoli Khān Djahansuz. Né en 1173 de l'hégire (1759-1760), il avait reçu son nom ainsi que son surnom de Bābā Khān en mémoire du prestigieux ancêtre qādjār Fath ‘Ali Khān, éliminé en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fath-ali-shah/#i_33065

IRAK-IRAN (GUERRE)

  • Écrit par 
  • Philippe RONDOT
  •  • 3 779 mots
  •  • 5 médias

l'objet de 240 notes officielles de protestation de Bagdad à Téhéran. Le président Saddam Hussein, selon son habitude, aura voulu précéder l'événement et contenir un déferlement de la révolution khomeiniste que ses services de renseignement jugent, à travers plusieurs indices, imminent. Ce faisant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irak-iran-guerre/#i_33065

IRAN - Géographie

  • Écrit par 
  • Bernard HOURCADE
  •  • 5 161 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Bazars, métropoles et banlieues »  : […] 12 millions d'habitants, soit 17 p. 100 de la population iranienne, la région urbaine de Téhéran s'est développée à un rythme plus modéré que celui des autres grandes villes du pays, mais elle monopolise l'essentiel de l'activité de haut niveau, avec 50 p. 100 des grandes entreprises, 35 p. 100 du P.I.B., 34 p. 100 des fonctionnaires et 40 p. 100 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iran-geographie/#i_33065

IRAN - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 22 384 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La contestation s'affermit »  : […] police répondent des grèves et, pour la première fois, les commerçants du grand bazar de Téhéran (les bazaris, représentants de la moyenne et de la petite bourgeoisie, musulmans convaincus) s'y joignent pour protester à la fois contre la situation économique, les actions policières et la dégradation de la moralité : cet apparent amalgame est en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iran-histoire-et-politique/#i_33065

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard HOURCADE, « TÉHÉRAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/teheran/