Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

Foisonnement des organismes fossiles

À la suite des diverses études de phylogénie morphologique et moléculaire menées depuis les années 1970, il est devenu classique de diviser le monde vivant en trois groupes de rang supérieur (« domaines ») : les eubactéries (Eubacteria) ; les archées (Archaea) ; et les eucaryotes (Eucarya), parmi lesquels on distingue quatre « règnes » : les protistes ou protoctistes (Protista ou Protoctista), les champignons (Fungi), les plantes (Plantae) et les animaux ou métazoaires (Animalia ou Metazoa). Nous n'aborderons ici que le groupe des eucaryotes. Pour les bactéries (Eubacteria et Archaea), dont les plus anciennes correspondraient à des structures stromatolitiques datées entre — 3 500 et — 3 200 Ma (ce qui fait encore l'objet de débats scientifiques animés, certains réfutant ces structures en tant que traces de vie avérées), leur diversité familiale n'a en général pas changé depuis le Protérozoïque. Cela n'empêche pas que les bactéries (et les virus) constituent de nos jours l'essentiel de la biomasse à l'échelle globale.

Les protistes ou protoctistes (eucaryotes basaux)

Ce groupe est typiquement paraphylétique, c'est-à-dire qu'il est défini par exclusion : ses représentants ne sont ni des animaux, ni des plantes, ni des champignons, ni des bactéries. Il s'agit d'eucaryotes basaux, c'est-à-dire des algues à cellules nucléées, des flagellés, des protozoaires, etc. Ce sont presque tous des organismes unicellulaires à noyau, mais certains d'entre eux présentent une organisation multicellulaire différente de celle des autres eucaryotes (par exemple certains ciliés, des euglènes, des chrysophytes et des diatomées), d'où le concept de protoctistes pour réunir les protistes unicellulaires et les protistes multicellulaires. Ils sont aquatiques (marins, dulcicoles ou parasites). Au Paléozoïque, le plancton marin comprend les acritarches, un groupe correspondant vraisemblablement à un amalgame d'organites et d'organismes d'affinités biologiques variées (animale, végétale ou protiste). Apparus vers —2 200 Ma en Sibérie (si le site d'Ikabijsk est correctement daté), ils sont préservés à cause de leur paroi organique en sporopollénine (un polymère naturel lipidique constituant la paroi des pollens et des spores). Leur biodiversité au Paléozoïque est très mal connue du fait d'une taxonomie non stabilisée, de datations trop imprécises et d'une disparité des données entre les diverses masses paléocontinentales. Les acritarches seraient au moins en partie phylogénétiquement apparentés aux dinoflagellés et correspondraient au moins en partie à des kystes d'organismes (pas encore identifiés). Ils sont classiquement utilisés en biostratigraphie, en particulier au Paléozoïque inférieur. Les chitinozoaires sont un autre groupe d'affinités biologiques incertaines, souvent considérés aujourd'hui comme les œufs de métazoaires marins à corps mous. Ces microfossiles en forme de petites bouteilles à paroi organique apparaissent à l'Ordovicien et disparaissent à la fin du Dévonien. Ils sont très utiles en biostratigraphie des faciès schisteux (argilites, siltites).

Les deux autres groupes importants de protistes au Paléozoïque sont les radiolaires et les foraminifères. Les radiolaires sont des actinopodes marins à endosquelette siliceux faisant partie du plancton. Ils sont apparus au Cambrien et ont persisté jusqu'à aujourd'hui. Ils sont classiquement associés à des faciès marins profonds (radiolarites et roches équivalentes), mais ils existent dans tous les environnements jusqu'à ceux de la province néritique. Leur valeur en biostratigraphie est meilleure dans le Carbonifère-Permien où leur diversité familiale est la plus forte pour le Paléozoïque. Les accumulations de radiolaires dans[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès sciences (doctorat d'État), agrégé de l'Université, directeur de recherche au C.N.R.S.

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Paléozoïque : échelle stratigraphique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Paléozoïque : échelle stratigraphique

Paléozoïque : paléogéographie - crédits : Encyclopædia Universalis France

Paléozoïque : paléogéographie

Évolution de la biosphère et de la géosphère au cours des temps géologiques - crédits : Encyclopædia Universalis France

Évolution de la biosphère et de la géosphère au cours des temps géologiques

Autres références

  • ACANTHODIENS

    • Écrit par Philippe JANVIER
    • 817 mots
    • 4 médias

    Les acanthodiens (Acanthodii Owen, 1846 ; du gr. acantha, épine) sont un groupe de vertébrés à mâchoires, ou gnathostomes, éteints, connus par des fossiles de l'ère primaire, ou Paléozoïque. Ils sont les plus anciens gnathostomes certains à apparaître dans le registre fossile, à...

  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

    • Écrit par Anne FAURE-MURET
    • 18 789 mots
    • 22 médias
    ...encore séparés). Cette mer, dont la Méditerranée est la fille, a reçu les noms de Téthys ou de Mésogée. Elle va évoluer tout au long des temps paléozoïques pour se refermer lors de l'orogenèse calédono-hercynienne. Celle-ci aura pour résultat d'accoler le bouclier baltique à la Laurentia, puis...
  • AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

    • Écrit par Jean AUBOUIN, René BLANCHET, Jacques BOURGOIS, Jean-Louis MANSY, Bernard MERCIER DE LÉPINAY, Jean-François STEPHAN, Marc TARDY, Jean-Claude VICENTE
    • 24 158 mots
    • 23 médias
    Originelles, et remontant au moins au Paléozoïque, alors que les Amériques représentaient la façade occidentale (dans les coordonnées géographiques actuelles) de ce qui allait devenir la Pangée, les relations avec le Pacifique se sont poursuivies au cours du Secondaire et du Tertiaire, alors que les...
  • AUSTRALIE

    • Écrit par Benoît ANTHEAUME, Jean BOISSIÈRE, Bastien BOSA, Vanessa CASTEJON, Universalis, Harold James FRITH, Yves FUCHS, Alain HUETZ DE LEMPS, Isabelle MERLE, Xavier PONS
    • 27 355 mots
    • 29 médias
    Les formations de ces âges affleurent sous la forme de lambeaux dispersés préservés de l'érosion qui font partie d'une zone plissée intracratonique. On peut citer le bassin de Bangemall, en Australie de l'Ouest, les bassins de plate-forme relativement peu déformés comme ceux d'Amadeus, de Ngalia, de...
  • Afficher les 35 références

Voir aussi