PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Foisonnement des organismes fossiles

À la suite des diverses études de phylogénie morphologique et moléculaire menées depuis les années 1970, il est devenu classique de diviser le monde vivant en trois groupes de rang supérieur (« domaines ») : les eubactéries (Eubacteria) ; les archées (Archaea) ; et les eucaryotes (Eucarya), parmi lesquels on distingue quatre « règnes » : les protistes ou protoctistes (Protista ou Protoctista), les champignons (Fungi), les plantes (Plantae) et les animaux ou métazoaires (Animalia ou Metazoa). Nous n'aborderons ici que le groupe des eucaryotes. Pour les bactéries (Eubacteria et Archaea), dont les plus anciennes correspondraient à des structures stromatolitiques datées entre — 3 500 et — 3 200 Ma (ce qui fait encore l'objet de débats scientifiques animés, certains réfutant ces structures en tant que traces de vie avérées), leur diversité familiale n'a en général pas changé depuis le Protérozoïque. Cela n'empêche pas que les bactéries (et les virus) constituent de nos jours l'essentiel de la biomasse à l'échelle globale.

Les protistes ou protoctistes (eucaryotes basaux)

Ce groupe est typiquement paraphylétique, c'est-à-dire qu'il est défini par exclusion : ses représentants ne sont ni des animaux, ni des plantes, ni des champignons, ni des bactéries. Il s'agit d'eucaryotes basaux, c'est-à-dire des algues à cellules nucléées, des flagellés, des protozoaires, etc. Ce sont presque tous des organismes unicellulaires à noyau, mais certains d'entre eux présentent une organisation multicellulaire différente de celle des autres eucaryotes (par exemple certains ciliés, des euglènes, des chrysophytes et des diatomées), d'où le concept de protoctistes pour réunir les protistes unicellulaires et les protistes multicellulaires. Ils sont aquatiques (marins, dulcicoles ou parasites). Au Paléozoïque, le plancton marin comprend les acritarches, un groupe correspondant vraisemblablement à un amalgame d'organites et d'organismes d'affinités biologiques variées (animale, végétale ou protiste). Apparus vers —2 200 Ma en Sibérie (si le site d'Ikabijsk est correctement daté), ils sont préservés à cause de leur paroi organique en sporopollénine (un polymère naturel lipidique constituant la paroi des pollens et des spores). Leur biodiversité au Paléozoïque est très mal connue du fait d'une taxonomie non stabilisée, de datations trop imprécises et d'une disparité des données entre les diverses masses paléocontinentales. Les acritarches seraient au moins en partie phylogénétiquement apparentés aux dinoflagellés et correspondraient au moins en partie à des kystes d'organismes (pas encore identifiés). Ils sont classiquement utilisés en biostratigraphie, en particulier au Paléozoïque inférieur. Les chitinozoaires sont un autre groupe d'affinités biologiques incertaines, souvent considérés aujourd'hui comme les œufs de métazoaires marins à corps mous. Ces microfossiles en forme de petites bouteilles à paroi organique apparaissent à l'Ordovicien et disparaissent à la fin du Dévonien. Ils sont très utiles en biostratigraphie des faciès schisteux (argilites, siltites).

Les deux autres groupes importants de protistes au Paléozoïque sont les radiolaires et les foraminifères. Les radiolaires sont des actinopodes marins à endosquelette siliceux faisant partie du plancton. Ils sont apparus au Cambrien et ont persisté jusqu'à aujourd'hui. Ils sont classiquement associés à des faciès marins profonds (radiolarites et roches équivalentes), mais ils existent dans tous les environnements jusqu'à ceux de la province néritique. Leur valeur en biostratigraphie est meilleure dans le Carbonifère-Permien où leur diversité familiale est la plus forte pour le Paléozoïque. Les accumulations de radiolaires dans certains échantillons de roches sont souvent le résultat du dépôt de pelotes fécales (ayant permis leur préservation) où l'on trouve parfois d'autres micro-organismes, des tintinnoïdiens et des chrysophytes. Les foraminifères, quant à eux, sont des organismes unicellulaires à test organique, calcaire ou agglutiné, dont l'importance en biostratigraphie a été reconnue dès le xixe siècle par Alcide d'Orbigny. Ils apparaissent au Cambrien. Tous les foraminifères paléozoïques sont benthiques. Ils montrent deux épisodes importants d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Paléozoïque : échelle stratigraphique

Paléozoïque : échelle stratigraphique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Paléozoïque : paléogéographie

Paléozoïque : paléogéographie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Évolution de la biosphère et de la géosphère au cours des temps géologiques

Évolution de la biosphère et de la géosphère au cours des temps géologiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Paléozoïque : arthropodes

Paléozoïque : arthropodes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès sciences (doctorat d'État), agrégé de l'Université, directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE  » est également traité dans :

ACANTHODIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 817 mots
  •  • 4 médias

Les acanthodiens ( Acanthodii Owen, 1846 ; du gr. acantha , épine) sont un groupe de vertébrés à mâchoires, ou gnathostomes, éteints, connus par des fossiles de l'ère primaire, ou Paléozoïque. Ils sont les plus anciens gnathostomes certains à apparaître dans le registre fossile, à l'Ordovicien supérieur, il y a 445 millions d'années (Ma), mais disparaissent au Permien inférieur, il y a 290 Ma. […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Anne FAURE-MURET
  •  • 18 709 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le Phanérozoïque »  : […] Au moment de passer à l'ère paléozoïque, voyons comment se présente l'Afrique, qui émerge alors dans sa presque totalité. À la fin du Précambrien, les événements panafricains ont soudé et ressoudé les différents morceaux de l'Afrique, qui maintenant forment un tout. Nous y retrouvons les différents cratons nés de l'Archéen, enrichis des chaînes du Protérozoïque inférieur et moyen et complétés par […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 183 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le Paléozoïque »  : […] Au cours du Primaire, la partie occidentale de l'Amérique du Sud connaît une évolution dont le terme est un édifice montagneux de type alpin, à double déversement, en relation avec la collision des cratons afro-brésilien – qui ne se sépareront qu'au cours du Secondaire – et australien. Les deux chaînes élémentaires du système, Bolivianides à l'est, Cuyanides à l'ouest, se disposent de part et d'a […] Lire la suite

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Vanessa CASTEJON, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  •  • 27 374 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Le Protérozoïque supérieur (Adélaïdien) et le Paléozoïque »  : […] Les formations de ces âges affleurent sous la forme de lambeaux dispersés préservés de l'érosion qui font partie d'une zone plissée intracratonique. On peut citer le bassin de Bangemall, en Australie de l'Ouest, les bassins de plate-forme relativement peu déformés comme ceux d'Amadeus, de Ngalia, de Georgina, de Wiso, de Daly River, de Ord et du golfe Joseph-Bonaparte, et, surtout, le grand ensemb […] Lire la suite

CAMBRIEN

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 1 174 mots

Cambrien est le nom donné, au xix e  siècle, par Adam Sedgwick à une série stratigraphique du nord du pays de Galles. Ce nom vient de Cambria / Cumbria , formes latines du mot celte qui désigne cette région. Le Cambrien correspond au premier système de l'ère paléozoïque (ère primaire) et s'étend de — 542 millions d'années (+/— 1 Ma) à — 488,3 Ma (+/— 1,7 Ma), soit une durée de près de 54 Ma. La t […] Lire la suite

CARBONIFÈRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 1 167 mots

C'est dès le xviii e  siècle que Richard Kirwan a introduit le terme carbonifère pour désigner des roches productrices de charbon et le mot a désigné les dépôts houillers de Grande-Bretagne et d'Europe occidentale à partir du xix e  siècle. Aujourd'hui, le Carbonifère représente un système de l'ère paléozoïque (ère primaire) qui succède au Dévonien (système précédent). Il s'étale de — 359,2 m […] Lire la suite

COUVINIEN

  • Écrit par 
  • Jacques PHILIPPON
  •  • 283 mots

Étage appartenant au Dévonien moyen et existant surtout en Belgique. La série couvinienne est décrite, en 1862, par J. B. d'Omalius d'Halloy : « Elle est principalement composée de schistes, ordinairement gris, quelquefois noirâtres, contenant souvent des noyaux, des amas ou des bancs de calcaires. Ceux-ci se trouvent ordinairement dans la partie moyenne du système. Les schistes de la partie infér […] Lire la suite

DÉVONIEN

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 1 229 mots

Le terme Dévonien a été proposé par Adam Sedgwick et Roderick Impey Murchison en 1839 pour désigner la série stratigraphique marine du Devon, dans le sud-ouest de l'Angleterre, qui s'est avérée être contemporaine des Vieux Grès Rouges du pays de Galles, du nord de l'Angleterre et d'Écosse. Il représente un système de l'ère paléozoïque (ère primaire), situé entre le Silurien et le Carbonifère. Il […] Lire la suite

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 015 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le cycle calédonien »  : […] Il est commode de regrouper toute la première moitié de l'histoire paléozoïque (Cambrien, Ordovicien, Silurien : de 550 à 400 Ma environ) sous l'étiquette de cycle calédonien  : ce cycle commence par une période de calme tectonique relatif, de transgressions marines, et s'achève par l'adjonction de la chaîne calédonienne à la masse continentale du nord de l'Europe. En fait, des déformations se son […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean COGNÉ, 
  • Michel DURAND-DELGA, 
  • François ELLENBERGER, 
  • Jean-Paul von ELLER, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Charles POMEROL, 
  • Maurice ROQUES, 
  • Étienne WINNOCK
  •  • 16 657 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Domaine des grands synclinaux paléozoïques »  : […] Vers l'est et le nord-est, en Bretagne centrale ou orientale et dans les régions du golfe normano-breton, le domaine des grands synclinaux paléozoïques présente une couverture épicontinentale plissée, discordante sur un socle précambrien. Cette couverture, souvent peu épaisse, à dominante détritique, coupée de lacunes liées à des régressions locales, caractérise des mers généralement peu profonde […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain BLIECK, « PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paleozoique-ere-primaire/