OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Alliance atlantique est née de l'échec des plans américains pour l'après-guerre. On peut dire qu'elle a été l'instrument privilégié de la politique de rechange que les États-Unis ont dû improviser pour préserver ce qui pouvait l'être du système que l'O.N.U., le F.M.I., la B.I.R.D. et le G.A.T.T. incarnaient et qui, dans leur esprit, aurait dû être étendu au monde entier. L'échec de leur projet est d'abord résulté du refus de l'U.R.S.S. d'appliquer les règles qui l'inspiraient (élections libres, ouverture commerciale, protection de l'entreprise privée) dans un glacis de sécurité qu'elle s'était constitué en Europe de l'Est et de son recours quasi systématique au veto au Conseil de sécurité de l'O.N.U. Mais il a aussi découlé de l'estimation trop optimiste que les experts américains avaient donnée du niveau de désintégration des économies et des sociétés dans ce qui constituait le vieux noyau des démocraties industrialisées, l'Europe occidentale.

OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord)

Dessin : OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord)

Albanie, Allemagne, Belgique, Bulgarie, Canada, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, États-Unis, France, Grèce, Hongrie, Islande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Monténégro, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Tchèque (République),... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Si la diplomatie américaine s'était résignée à ce que Churchill, dès 1946, avait qualifié de « rideau de fer » jeté par l'Union soviétique sur ses satellites, elle ne pouvait risquer de voir les pays qui avaient jusqu'ici échappé au contrôle de l'U.R.S.S. passer sous celui-ci. Or, à l'hiver 1946-1947, non seulement les communistes semblaient devoir remporter la guerre civile grecque, non seulement la Turquie éprouvait les pires difficultés à soutenir l'état de mobilisation permanente que les revendications soviétiques sur les Détroits lui imposaient, mais la crise économique et son corollaire, la misère, menaçaient de plonger dans le désespoir des pays comme la Grande-Bretagne et d'avoir, dans d'autres comme la France ou l'Italie où le Parti communiste jouissait d'une forte popularité, des conséquences d'une immense portée. Aussi, durant l'hiver et le printemps de 1947, les États-Unis adoptaient-ils la politique de l'« endiguement ». Le 12 mars, la « doctrine Truman » proclamait leur détermination à se substituer, dans le rôle de protecteur de la Grèce et de la Turquie, aux Britanniques qui ne pouvaient plus l'assumer. Le 5 juin, à Harvard, le secrétaire d'État George Marshall annonçait un plan destiné à apporter une aide substantielle aux « vieilles nations ». L'idée était de permettre aux économies ouest-européennes de se reconstituer en leur procurant les capitaux dont elles manquaient. Mais si une aide militaire était prévue pour la Grèce et la Turquie, il n'en était nullement question, dans l'esprit des dirigeants des États-Unis, pour les autres pays d'Europe occidentale. Pourtant, deux ans après, la signature du traité de l'Atlantique nord intervenue le 4 avril 1949, puis, en décembre 1950, la décision de créer une « armée atlantique intégrée » traduisaient le glissement de l'endiguement du domaine économique et financier vers le terrain stratégique.

Cette évolution provenait d'un enchaînement quasi inéluctable. Deux facteurs avaient en effet incité certains des pays ouest-européens à réclamer une aide et une garantie militaires des États-Unis. Tout d'abord, la brutalité des réactions de Staline au plan Marshall (qu'il semble avoir hésité à rejeter mais qu'il devait ensuite dénoncer comme une machine de guerre américaine contre son pays) sema l'inquiétude chez ses bénéficiaires. La formation du Kominform (5 oct. 1947) entraîna le passage brutal du Parti communiste dans l'opposition en France et en Italie : dans ces deux pays, à la fin de l'année 1947, une série de grandes grèves, qui avaient pour origine le mécontentement social, menacèrent de prendre une allure insurrectionnelle. Le « coup de Prague » (févr. 1948) acheva d'affoler les démocraties. Mais il y eut un autre motif à la volonté de certaines d'entre elles de s'assurer une garantie des États-Unis. La France, en particulier, redoutait la constitution, réclamée par Washington, d'un gouvernement ouest-allemand, de même que les réactions que cette décision provoquerait dans l'autre camp.

Aussi, dès la fin de 1947, après que la conférence de Londres eut sanctionné l'échec des négociations à quatre, la France et la Grande-Bretagne avaient-elles pris contact avec les États-Unis. À la demande de ces derniers, Français et Britanniques signaient, en mars 1948, le traité de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 25 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord)

OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Blocus de Berlin, 1948

Blocus de Berlin, 1948
Crédits : National Archives

video

1945 à 1962. La décolonisation

1945 à 1962. La décolonisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Crise de Suez, 1956

Crise de Suez, 1956
Crédits : National Archives

video

Afficher les 11 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord)  » est également traité dans :

CRÉATION DE L'O.T.A.N.

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 198 mots
  •  • 1 média

La création, à Washington, de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (O.T.A.N.) est une conséquence du constat de la séparation de l'Europe par ce que le Britannique Winston Churchill avait nommé, en 1946, un « rideau de fer ». Dix États d'Europe de l'Ouest (Belgique, Danemark, France, Islande, Italie, Luxembou […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le retrait occidental »  : […] Si le combat entre l'insurrection et la coalition semble à première vue déséquilibré, la guerre d'Afghanistan met en lumière des failles majeures dans le fonctionnement des armées occidentales, notamment les limites des ressources humaines et matérielles de la coalition, la forte inertie des pratiques et la faiblesse du renseignement. Le 11 août 2003, l'O.T.A.N. prend le commandement de la Force […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les Balkans : du « bon voisinage » à la tourmente  »  : […] Dans le cadre du « bon voisinage entre États et peuples des Balkans », réaffirmé à l'issue du VII e  congrès, Reis Malile, alors chef de la diplomatie albanaise, confirmait en 1988 les nouvelles orientations de son gouvernement lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères des six pays balkaniques à Belgrade. Le 1 er novembre 1991, l'Albanie a accueilli la vingt-quatrième conférence de […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 315 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La « grande initiative » diplomatique »  : […] Celle-ci domina l'année 1954, que les historiens de la R.D.A. appellent l'« année de la grande initiative ». Il s'agissait en fait de s'opposer au réarmement de l'Allemagne occidentale, prévu depuis 1952 par le projet de C.E.D. La conférence des quatre ministres des Affaires étrangères, à Berlin, du 21 janvier au 8 février 1954 , vit de nouveau s'opposer thèses soviétiques et thèses occidentales. […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 229 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Statut et souveraineté »  : […] Le projet d'Europe communautaire, lancé à partir de 1950 avec la C.E.C.A. et la Communauté européenne de défense, ne peut se réaliser avec une Allemagne privée de politique étrangère. Le 6 mars 1951, la « petite révision » du statut d'occupation reconnaît à la République fédérale le droit d'exercer partiellement une action extérieure, puis d'avoir un ministre des Affaires étrangères. Avec l'entrée […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 7 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'affirmation de l'Allemagne sur la scène internationale »  : […] En termes de politique étrangère, le chancelier Kohl a su s'imposer sur la scène internationale, ce qui lui permet d'obtenir l'assentiment et le soutien du président américain George Bush et du dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev pour réunifier l'Allemagne au sein de l' O.T.A.N. et de l U.E. L'approbation pour ce projet n'allait pourtant pas de soi pour le pouvoir soviétique ; le chancelier Ko […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 638 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Atlantique depuis le début du XXe siècle »  : […] L'Atlantique joue encore pleinement, au xx e  siècle, son rôle de trait d'union entre les trois continents qui le bordent. Mais si son importance stratégique et politique se maintient au cours des deux Guerres mondiales et lors de la guerre froide, le réveil économique du monde asiatique, du Japon à la Chine et à l'Inde, rééquilibre progressivement, après les années 1960, les échanges à l'échelle […] Lire la suite

AZERBAÏDJAN

  • Écrit par 
  • Raphaëlle MATHEY, 
  • Ronald Grigor SUNY
  • , Universalis
  •  • 6 517 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Coopération symbolique avec l'O.T.A.N.  »  : […] L'Azerbaïdjan est partenaire de l'Alliance depuis 1994 à travers le Partenariat pour la paix. Dans le cadre d’un dialogue renforcé avec l’O.T.A.N., l’Azerbaïdjan a signé, en 2011, un troisième Plan d’action individuel pour le partenariat, comprenant une coopération active pour la réforme du secteur de la sécurité. Le pays a participé aux opérations au Kosovo (1999-2008) et est présent en Afghanis […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 612 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Relations extérieures »  : […] Sur le plan extérieur, l'Union économique et douanière conclue à Londres en 1944 entre la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg, entrait progressivement dans les faits. La Belgique adhéra à l'O.N.U. (1945), à l'O.T.A.N. (1949), à la C.E.C.A. (Communauté européenne du charbon et de l'acier, 1951), aux traités de Rome et à l'Euratom (1957). En dépit de sa taille modeste, elle parvint à jouer un rô […] Lire la suite

BELGIQUE - La période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean FANIEL, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 8 985 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Belgique sur la scène internationale »  : […] La Belgique est un des six États fondateurs des Communautés européennes. Elle appartient toujours, au sein de l'U.E., au cercle des États liés par les coopérations les plus poussées, qu'il s'agisse de l'accord de Schengen ou de la monnaie européenne. Le consensus pro-européen qui règne parmi les partis politiques belges a été quelque peu mis à l’épreuve par l’opposition, dès 2012, des deux princip […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

28-30 juin 2022 O.T.A.N. – Suède – Finlande. Validation de la demande d'adhésion de la Suède et de la Finlande.

Du 28 au 30 se tient à Madrid le sommet du « tournant » de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), selon son secrétaire général Jens Stoltenberg, alors que s’annonce « une nouvelle ère de compétition stratégique ». Le président turc Recep Tayyip Erdogan accepte de lever son veto à l’adhésion de la Suède et de la Finlande, après la signature avec la Première ministre suédoise Magdalena Andersson et le président finlandais Sauli Niinistö d’un mémorandum « répondant aux préoccupations de la Turquie ». […] Lire la suite

1er-31 mai 2022 Ukraine – Russie. Évacuation des derniers combattants de Marioupol.

Il compare les atrocités commises en Ukraine au génocide rwandais, déclare ne pas savoir « comment répondre » à la question de savoir s’il faut armer l’Ukraine et fustige « les aboiements de l’OTAN à la porte de la Russie » qui auraient poussé Moscou à intervenir. Il confirme le report sine die de sa rencontre avec le patriarche Cyrille, chef de l’Église orthodoxe russe, prévue en juin à Jérusalem. […] Lire la suite

18 mai 2022 O.T.A.N. – Suède – Finlande. Dépôt des candidatures de la Suède et la Finlande à l'OTAN.

Moscou a accusé l’OTAN de vouloir créer « un autre flanc pour accentuer la menace militaire » contre la Russie. De son côté, la Turquie, membre de l’Alliance atlantique, a menacé de mettre son veto à ces adhésions : elle accuse la Suède et la Finlande d’apporter leur aide, sur leur sol, à des militants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qu’elle considère comme une organisation terroriste. […] Lire la suite

1er-30 avril 2022 Ukraine – Russie. Mise au jour de massacres de civils dans la région de Kiev évacuée par les troupes russes.

Le 25, dans un entretien télévisé, Sergueï Lavrov dénonce les livraisons d’armes sophistiquées à l’Ukraine par des pays membres de l’OTAN. Il affirme que « l’OTAN, en substance, est engagée dans une guerre avec la Russie via un intermédiaire et elle arme cet intermédiaire ». Il met en garde contre le risque « grave, réel » de guerre mondiale. Le 26, les représentants de près de quarante États se réunissent sur la base militaire américaine de Ramstein (Rhénanie-Palatinat), en Allemagne, afin d’évaluer les besoins militaires de l’Ukraine. […] Lire la suite

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Il prononce un discours qu’il conclut en déclarant que « cet homme [Vladimir Poutine] ne peut rester au pouvoir » – il l’avait peu avant traité de « boucher ». Son entourage précisera que Washington n’a pas de stratégie de changement de régime à Moscou. Paris et Berlin prendront leur distance à l’égard des propos de Joe Biden. Le 28, l’armée ukrainienne reprend le contrôle de la ville d’Irpin, dans la banlieue nord-ouest de Kiev. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André FONTAINE, Pierre MELANDRI, Guillaume PARMENTIER, « OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/otan-organisation-du-traite-de-l-atlantique-nord/