OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les rivalités franco-américaines

Au début des années soixante, l'Alliance fut à son apogée : le monde occidental, dont l'O.T.A.N. était le bouclier, entra dans une ère d'expansion et d'intégration économique sans précédent. La convertibilité monétaire fut totalement restaurée. Les échanges commerciaux s'épanouirent entre les deux rives de l'Atlantique : de 1955 à 1965, les exportations américaines à destination du vieux continent doublèrent pratiquement (de 5,1 à 9,2 milliards de dollars) et leurs importations en provenance de celui-ci augmentèrent encore plus rapidement (de 2,4 à 6,2 milliards). Pour les entreprises américaines, l'Europe, plus qu'un simple marché, devint un terrain d'investissement privilégié : de 1950 à 1964, leurs investissements directs en Europe avaient sextuplé. La prospérité ne permit pourtant pas à l'Alliance de se réformer ; le compromis s'avéra impossible entre les voies préconisées par les Américains et celles souhaitées par les Français.

En 1958, cela faisait déjà longtemps que les Français étaient mécontents. Les Américains s'étaient toujours refusés à étendre l'autorité du standing group au-delà de la zone géographique couverte par le traité, et l'adoption d'une stratégie fondée avant tout sur l'arme nucléaire y avait privé de toute signification, ou presque, la présence des Français. En réalité, ceux-ci avaient demandé à plusieurs reprises (René Pleven en 1951, Christian Pineau en 1956) l'instauration d'une coopération étroite entre les trois pays occidentaux. Et, hypersensibilisé par l'exclusion du « club nucléaire », le gouvernement Gaillard avait, dès avril 1958, décidé la construction d'une « force de frappe » française avant même le retour du général de Gaulle au pouvoir.

Dès le 17 septembre 1958, le général de Gaulle reprenait sous une forme beaucoup plus directe les griefs que ses prédécesseurs avaient exprimés. Remarquant que « l'alliance occidentale ne répondait plus aux conditions nécessaires de la sécurité », il proposait l'établissement de ce que l'on appellerait un « directoire à trois ». Il s'agissait pour les trois Grands de l'Occident d'instituer une organisation qui aurait, « d'une part, à prendre les décisions communes dans les questions politiques touchant à la sécurité mondiale, d'autre part, à établir et, le cas échéant, à mettre en application les plans d'action stratégique, notamment en ce qui concerne l'emploi des armes nucléaires ». Le texte suscita une vive irritation chez les « petits alliés » qui, s'ils partageaient certains des griefs du gouvernement français, refusaient de voir celui-ci bénéficier d'un statut privilégié. Des négociations n'en furent pas moins engagées entre Américains, Britanniques et Français. Mais elles ne purent déboucher sur le type d'organisation que le général de Gaulle souhaitait. Il était clair, dès lors, que celui-ci allait remettre brutalement en question la participation française à l'armée intégrée : il l'avait déjà dénoncée comme incompatible avec l'indépendance de la France ; mais, faute d'une concertation à trois, elle risquait d'entraîner celle-ci, malgré elle, dans un conflit voulu par les États-Unis.

Au début, la politique du général de Gaulle fut modérée. Il préférait sans doute d'abord restaurer les institutions et l'économie du pays, et régler le problème algérien. Surtout, il dut juger inopportun d'affaiblir l'Alliance occidentale pendant une période de tension avec le Kremlin. Or Khrouchtchev venait (nov. 1958) de relancer la crise de Berlin. Durant celle-ci, de Gaulle afficha une solidarité totale avec le chancelier Adenauer et les Américains, allant jusqu'à refuser de négocier, ce qu'envisageait Kennedy, devant le fait accompli (le « mur de la honte », érigé en août 1961).

En 1961, pourtant, le général de Gaulle avait déjà lancé, dans le cadre de l'Alliance, une offensive destinée à la réformer : il entendait travailler, à partir de la C.E.E., à la formation d'un bloc continental autonome sinon indépendant, dont le pilier serait un rapprochement franco-allemand. Dès le 31 mai 1960, il avait indiqué les bases (des réunions régulières à l'exclusion de toute institution supranationale) sur lesquelles pourrait être réalisée « cette Europe d'Occident qui fut jadis le rêve des sages et l'ambition des puissants ». En novembre 1961, le « plan Fouchet » était avancé. Mais il ne devait jamais être adopté : la candidature déposée, en juillet 1961, par les Britanniques auprès de la C.E.E. avait incité les Belges et, surtout, les N [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 25 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord)

OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Blocus de Berlin, 1948

Blocus de Berlin, 1948
Crédits : National Archives

video

1945 à 1962. La décolonisation

1945 à 1962. La décolonisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Crise de Suez, 1956

Crise de Suez, 1956
Crédits : National Archives

video

Afficher les 11 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord)  » est également traité dans :

CRÉATION DE L'O.T.A.N.

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 198 mots
  •  • 1 média

La création, à Washington, de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (O.T.A.N.) est une conséquence du constat de la séparation de l'Europe par ce que le Britannique Winston Churchill avait nommé, en 1946, un « rideau de fer ». Dix États d'Europe de l'Ouest (Belgique, Danemark, France, Islande, Italie, Luxembou […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le retrait occidental »  : […] Si le combat entre l'insurrection et la coalition semble à première vue déséquilibré, la guerre d'Afghanistan met en lumière des failles majeures dans le fonctionnement des armées occidentales, notamment les limites des ressources humaines et matérielles de la coalition, la forte inertie des pratiques et la faiblesse du renseignement. Le 11 août 2003, l'O.T.A.N. prend le commandement de la Force […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les Balkans : du « bon voisinage » à la tourmente  »  : […] Dans le cadre du « bon voisinage entre États et peuples des Balkans », réaffirmé à l'issue du VII e  congrès, Reis Malile, alors chef de la diplomatie albanaise, confirmait en 1988 les nouvelles orientations de son gouvernement lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères des six pays balkaniques à Belgrade. Le 1 er novembre 1991, l'Albanie a accueilli la vingt-quatrième conférence de […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 315 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La « grande initiative » diplomatique »  : […] Celle-ci domina l'année 1954, que les historiens de la R.D.A. appellent l'« année de la grande initiative ». Il s'agissait en fait de s'opposer au réarmement de l'Allemagne occidentale, prévu depuis 1952 par le projet de C.E.D. La conférence des quatre ministres des Affaires étrangères, à Berlin, du 21 janvier au 8 février 1954 , vit de nouveau s'opposer thèses soviétiques et thèses occidentales. […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 229 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Statut et souveraineté »  : […] Le projet d'Europe communautaire, lancé à partir de 1950 avec la C.E.C.A. et la Communauté européenne de défense, ne peut se réaliser avec une Allemagne privée de politique étrangère. Le 6 mars 1951, la « petite révision » du statut d'occupation reconnaît à la République fédérale le droit d'exercer partiellement une action extérieure, puis d'avoir un ministre des Affaires étrangères. Avec l'entrée […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 7 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'affirmation de l'Allemagne sur la scène internationale »  : […] En termes de politique étrangère, le chancelier Kohl a su s'imposer sur la scène internationale, ce qui lui permet d'obtenir l'assentiment et le soutien du président américain George Bush et du dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev pour réunifier l'Allemagne au sein de l' O.T.A.N. et de l U.E. L'approbation pour ce projet n'allait pourtant pas de soi pour le pouvoir soviétique ; le chancelier Ko […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 638 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Atlantique depuis le début du XXe siècle »  : […] L'Atlantique joue encore pleinement, au xx e  siècle, son rôle de trait d'union entre les trois continents qui le bordent. Mais si son importance stratégique et politique se maintient au cours des deux Guerres mondiales et lors de la guerre froide, le réveil économique du monde asiatique, du Japon à la Chine et à l'Inde, rééquilibre progressivement, après les années 1960, les échanges à l'échelle […] Lire la suite

AZERBAÏDJAN

  • Écrit par 
  • Raphaëlle MATHEY, 
  • Ronald Grigor SUNY
  • , Universalis
  •  • 6 517 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Coopération symbolique avec l'O.T.A.N.  »  : […] L'Azerbaïdjan est partenaire de l'Alliance depuis 1994 à travers le Partenariat pour la paix. Dans le cadre d’un dialogue renforcé avec l’O.T.A.N., l’Azerbaïdjan a signé, en 2011, un troisième Plan d’action individuel pour le partenariat, comprenant une coopération active pour la réforme du secteur de la sécurité. Le pays a participé aux opérations au Kosovo (1999-2008) et est présent en Afghanis […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 612 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Relations extérieures »  : […] Sur le plan extérieur, l'Union économique et douanière conclue à Londres en 1944 entre la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg, entrait progressivement dans les faits. La Belgique adhéra à l'O.N.U. (1945), à l'O.T.A.N. (1949), à la C.E.C.A. (Communauté européenne du charbon et de l'acier, 1951), aux traités de Rome et à l'Euratom (1957). En dépit de sa taille modeste, elle parvint à jouer un rô […] Lire la suite

BELGIQUE - La période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean FANIEL, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 8 985 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Belgique sur la scène internationale »  : […] La Belgique est un des six États fondateurs des Communautés européennes. Elle appartient toujours, au sein de l'U.E., au cercle des États liés par les coopérations les plus poussées, qu'il s'agisse de l'accord de Schengen ou de la monnaie européenne. Le consensus pro-européen qui règne parmi les partis politiques belges a été quelque peu mis à l’épreuve par l’opposition, dès 2012, des deux princip […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-30 septembre 2022 Ukraine – Russie. Contre-offensive ukrainienne et annexion par Moscou des territoires occupés par l'armée russe.

Il menace de nouveau de recourir à « tous les moyens » pour défendre le territoire russe et dénonce la responsabilité des « Anglo-Saxons » dans les sabotages des gazoducs Nord Stream. Le 30 également, Volodymyr Zelensky demande l’« adhésion accélérée » de son pays à l’OTAN. Il se dit « prêt pour un dialogue avec la Russie, mais uniquement avec un autre président russe ». […] Lire la suite

13-18 septembre 2022 Arménie – Azerbaïdjan. Affrontements meurtriers à la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

Erevan avait fait en vain appel à l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dominée par la Russie, dont elle fait partie. Le 18, quelques centaines de personnes manifestent à Erevan en faveur de la sortie du pays de l’OTSC et d’un rapprochement avec l’OTAN. […] Lire la suite

28-30 juin 2022 O.T.A.N. – Suède – Finlande. Validation de la demande d'adhésion de la Suède et de la Finlande.

Du 28 au 30 se tient à Madrid le sommet du « tournant » de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), selon son secrétaire général Jens Stoltenberg, alors que s’annonce « une nouvelle ère de compétition stratégique ». Le président turc Recep Tayyip Erdogan accepte de lever son veto à l’adhésion de la Suède et de la Finlande, après la signature avec la Première ministre suédoise Magdalena Andersson et le président finlandais Sauli Niinistö d’un mémorandum « répondant aux préoccupations de la Turquie ». […] Lire la suite

1er-31 mai 2022 Ukraine – Russie. Évacuation des derniers combattants de Marioupol.

Il compare les atrocités commises en Ukraine au génocide rwandais, déclare ne pas savoir « comment répondre » à la question de savoir s’il faut armer l’Ukraine et fustige « les aboiements de l’OTAN à la porte de la Russie » qui auraient poussé Moscou à intervenir. Il confirme le report sine die de sa rencontre avec le patriarche Cyrille, chef de l’Église orthodoxe russe, prévue en juin à Jérusalem. […] Lire la suite

18 mai 2022 O.T.A.N. – Suède – Finlande. Dépôt des candidatures de la Suède et la Finlande à l'OTAN.

Moscou a accusé l’OTAN de vouloir créer « un autre flanc pour accentuer la menace militaire » contre la Russie. De son côté, la Turquie, membre de l’Alliance atlantique, a menacé de mettre son veto à ces adhésions : elle accuse la Suède et la Finlande d’apporter leur aide, sur leur sol, à des militants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qu’elle considère comme une organisation terroriste. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André FONTAINE, Pierre MELANDRI, Guillaume PARMENTIER, « OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/otan-organisation-du-traite-de-l-atlantique-nord/