OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Alliance à l'épreuve de la coexistence pacifique

L'Alliance était née de la guerre froide et elle s'était dramatiquement développée dans la foulée de la guerre de Corée. Elle se retrouva un peu prise au dépourvu quand la coexistence pacifique survint. La cohésion alliée fut alors menacée par deux dangers. D'abord, l'adoption, à l'instigation des Américains, de la stratégie des « représailles massives » contribua à détourner les Européens d'efforts militaires conventionnels dont ils ne voyaient plus l'utilité : pour leur sécurité, ils s'en remirent de plus en plus à la dissuasion stratégique et aux têtes nucléaires tactiques dont étaient alors dotées les troupes américaines de l'Alliance atlantique (celle-ci comptait plus de 7 000 de ces armes au milieu des années soixante). Ensuite, le déplacement de la rivalité américano-soviétique vers le Tiers Monde allait multiplier les occasions de tensions entre les États-Unis et ceux de leurs alliés qui détenaient encore des colonies.

Pour permettre à l'Alliance de s'adapter à ces nouvelles réalités, certains estimèrent qu'il était temps de donner des prolongements concrets à l'article 2 du traité, pour en faire une véritable « communauté ». Le 4 mai 1956, le Conseil atlantique décidait de nommer trois « sages » (Lester Pearson, Halvard Lange et Gaetano Martino) pour le « conseiller sur les voies et moyens d'améliorer et d'étudier la coopération de l'O.T.A.N. dans les domaines non militaires et de développer une plus grande unité à l'intérieur de la Communauté atlantique ». Pourtant, il fut très vite évident que les États-Unis, qui avaient des responsabilités mondiales, dans l'océan Pacifique en particulier, n'accepteraient pas un rapport recommandant une coopération très poussée. Surtout, avant même que le texte n'ait pu être adopté, la crise de Suez devait rappeler, selon les mots de Paul-Henri Spaak, qu'il « est bien difficile d'être alliés dans un coin du monde et de s'opposer violemment dans un autre ». Britanniques et Français reprochèrent aux Américains d'avoir voté, à l'O.N.U., la condamnation d'une intervention armée dont les États-Unis portaient, selon eux, indirectement la responsabilité : après tout, c'était le refus de Washington de financer le barrage d'Assouan qui avait incité Nasser à nationaliser le canal. Les Américains déplorèrent ce recours à la « diplomatie de la canonnière » qui détourna partiellement l'attention des autres pays de l'intervention soviétique en Hongrie.

Crise de Suez, 1956

Vidéo : Crise de Suez, 1956

Le 26 juillet 1956, le président égyptien Gamal Abdel Nasser, annonce à Alexandrie la nationalisation du canal de Suez. Le 30 octobre, Français et Anglais lancent une intervention militaire dans la région. Les Français reprochent à Nasser son soutien aux nationalistes algériens. Les... 

Crédits : National Archives

Afficher

La crise eut des effets très différents sur Londres et sur Paris. Les Britanniques se persuadèrent qu'ils n'avaient plus les moyens d'agir sans le soutien des États-Unis : aussi, pour eux, l'affaire déboucha-t-elle, au printemps de 1957, sur une relance inattendue des « liens spéciaux » entre les deux pays. Les Français en conclurent, au contraire, qu'il fallait construire l'Europe pour renforcer leur voix, trop isolée autrement, et accélérer leurs recherches atomiques militaires : lorsque Boulganine avait menacé des foudres atomiques les Français et les Britanniques, Washington avait laissé entendre que la garantie atlantique jouerait si le territoire européen était menacé, mais que les troupes expédiées à l'autre bout de la Méditerranée n'étaient pas couvertes par le traité. Ces clivages se dessinaient quand deux événements vinrent leur donner une toute autre portée. D'un côté, à l'automne de 1957, le lancement de deux Spoutniks par les Soviétiques mit un terme à la protection quasi absolue qu'avait offerte jusqu'ici le parapluie atomique des États-Unis. Maintenant que les villes d'outre-Atlantique allaient être, dans un avenir proche, à portée des fusées intercontinentales du Kremlin, le président américain prendrait-il la responsabilité d'ordonner un tir nucléaire sur les cités de l'adversaire pour protéger les Européens ? De l'autre, pour la première fois, la balance américaine des paiements afficha, en 1958, un déficit inquiétant, et des pays demandèrent le remboursement en or des dollars qu'ils détenaient en excédent. C'était la fin indéniable de l'après-guerre économique, durant lequel la devise américaine avait été plus appréciée que l'or, c'était le début d'une ère nouvelle où les États-Unis allaient éprouver des difficultés à financer le coût de la « politique impériale » qu'ils avaient adoptée à la fin des hostilités.

Le problème majeur de l'Alliance se profilait donc dès la fin des années c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 25 pages

Médias de l’article

OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord)

OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Blocus de Berlin, 1948

Blocus de Berlin, 1948
Crédits : National Archives

vidéo

1945 à 1962. La décolonisation

1945 à 1962. La décolonisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Crise de Suez, 1956

Crise de Suez, 1956
Crédits : National Archives

vidéo

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord)  » est également traité dans :

CRÉATION DE L'O.T.A.N.

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 198 mots
  •  • 1 média

La création, à Washington, de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (O.T.A.N.) est une conséquence du constat de la séparation de l'Europe par ce que le Britannique Winston Churchill avait nommé, en 1946, un « rideau de fer ». Dix États d'Europe de l'Ouest (Belgique, Danemark, France, Islande, Italie, Luxembou […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le retrait occidental »  : […] Si le combat entre l'insurrection et la coalition semble à première vue déséquilibré, la guerre d'Afghanistan met en lumière des failles majeures dans le fonctionnement des armées occidentales, notamment les limites des ressources humaines et matérielles de la coalition, la forte inertie des pratiques et la faiblesse du renseignement. Le 11 août 2003, l'O.T.A.N. prend le commandement de la Force […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les Balkans : du « bon voisinage » à la tourmente  »  : […] Dans le cadre du « bon voisinage entre États et peuples des Balkans », réaffirmé à l'issue du VII e  congrès, Reis Malile, alors chef de la diplomatie albanaise, confirmait en 1988 les nouvelles orientations de son gouvernement lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères des six pays balkaniques à Belgrade. Le 1 er novembre 1991, l'Albanie a accueilli la vingt-quatrième conférence de […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 315 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La « grande initiative » diplomatique »  : […] Celle-ci domina l'année 1954, que les historiens de la R.D.A. appellent l'« année de la grande initiative ». Il s'agissait en fait de s'opposer au réarmement de l'Allemagne occidentale, prévu depuis 1952 par le projet de C.E.D. La conférence des quatre ministres des Affaires étrangères, à Berlin, du 21 janvier au 8 février 1954 , vit de nouveau s'opposer thèses soviétiques et thèses occidentales. […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 229 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Statut et souveraineté »  : […] Le projet d'Europe communautaire, lancé à partir de 1950 avec la C.E.C.A. et la Communauté européenne de défense, ne peut se réaliser avec une Allemagne privée de politique étrangère. Le 6 mars 1951, la « petite révision » du statut d'occupation reconnaît à la République fédérale le droit d'exercer partiellement une action extérieure, puis d'avoir un ministre des Affaires étrangères. Avec l'entrée […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 7 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'affirmation de l'Allemagne sur la scène internationale »  : […] En termes de politique étrangère, le chancelier Kohl a su s'imposer sur la scène internationale, ce qui lui permet d'obtenir l'assentiment et le soutien du président américain George Bush et du dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev pour réunifier l'Allemagne au sein de l' O.T.A.N. et de l U.E. L'approbation pour ce projet n'allait pourtant pas de soi pour le pouvoir soviétique ; le chancelier Ko […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 638 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Atlantique depuis le début du XXe siècle »  : […] L'Atlantique joue encore pleinement, au xx e  siècle, son rôle de trait d'union entre les trois continents qui le bordent. Mais si son importance stratégique et politique se maintient au cours des deux Guerres mondiales et lors de la guerre froide, le réveil économique du monde asiatique, du Japon à la Chine et à l'Inde, rééquilibre progressivement, après les années 1960, les échanges à l'échelle […] Lire la suite

AZERBAÏDJAN

  • Écrit par 
  • Raphaëlle MATHEY, 
  • Ronald Grigor SUNY
  • , Universalis
  •  • 6 517 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Coopération symbolique avec l'O.T.A.N.  »  : […] L'Azerbaïdjan est partenaire de l'Alliance depuis 1994 à travers le Partenariat pour la paix. Dans le cadre d’un dialogue renforcé avec l’O.T.A.N., l’Azerbaïdjan a signé, en 2011, un troisième Plan d’action individuel pour le partenariat, comprenant une coopération active pour la réforme du secteur de la sécurité. Le pays a participé aux opérations au Kosovo (1999-2008) et est présent en Afghanis […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 612 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Relations extérieures »  : […] Sur le plan extérieur, l'Union économique et douanière conclue à Londres en 1944 entre la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg, entrait progressivement dans les faits. La Belgique adhéra à l'O.N.U. (1945), à l'O.T.A.N. (1949), à la C.E.C.A. (Communauté européenne du charbon et de l'acier, 1951), aux traités de Rome et à l'Euratom (1957). En dépit de sa taille modeste, elle parvint à jouer un rô […] Lire la suite

BELGIQUE - La période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean FANIEL, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 8 985 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Belgique sur la scène internationale »  : […] La Belgique est un des six États fondateurs des Communautés européennes. Elle appartient toujours, au sein de l'U.E., au cercle des États liés par les coopérations les plus poussées, qu'il s'agisse de l'accord de Schengen ou de la monnaie européenne. Le consensus pro-européen qui règne parmi les partis politiques belges a été quelque peu mis à l’épreuve par l’opposition, dès 2012, des deux princip […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-8 juillet 2021 Afghanistan – États-Unis. Retrait des troupes américaines.

Le 2, les troupes américaines et de l’OTAN évacuent la base aérienne stratégique de Bagram, au nord de Kaboul, plaque tournante de l’activité militaire des États-Unis dans le pays depuis leur intervention en 2001. Le 8, alors que les forces talibanes contrôlent la moitié des districts du pays et encerclent Kaboul et les capitales provinciales, le président américain Joe Biden déclare que le retrait américain sera « achevé le 31 août », que la prise du pouvoir par les talibans n’est pas « inévitable » et que son pays n’abandonnera pas le régime du président Ashraf Ghani. […] Lire la suite

14 juin 2021 O.T.A.N. Sommet de Bruxelles.

Le communiqué final du sommet de l’OTAN réuni à Bruxelles pointe le « défi systémique » que représente la Chine pour l’ordre et la sécurité du monde, en raison notamment de sa coopération militaire avec la Russie. Cette position, défendue par les États-Unis, se confronte à celle des Européens, plus soucieux de la défense de leur territoire et favorables au maintien de relations équilibrées avec Pékin. […] Lire la suite

22 janvier 2021 O.N.U. Entrée en vigueur du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires.

Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires entre en vigueur à la suite de sa ratification par cinquante États. Ce texte qui interdit la mise au point, l’essai, la production, le stockage, le transfert, l’utilisation et la menace d’utilisation d’armes nucléaires a été adopté en juillet 2017, lors de l’Assemblée générale de l’ONU, par 122 voix sur 192. […] Lire la suite

4 septembre - 12 octobre 2020 Turquie – Grèce. Baisse des tensions en Méditerranée orientale.

Le 4, le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg appelle la Turquie et la Grèce, toutes deux membres de l’organisation, à engager des « discussions au niveau technique et militaire » de façon à régler leur différend sur la délimitation de leurs zones maritimes. Le 12, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis annonce son intention d’acquérir dix-huit avions Rafale, dans le cadre d’un renforcement de ses forces armées. […] Lire la suite

4-30 août 2020 Biélorussie. Réélection contestée du président Alexandre Loukachenko.

Ils proposent la médiation de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour résoudre la crise en Biélorussie. Le 22, le président Loukachenko place l’armée en état d’alerte maximale, dénonçant d’« importants agissements des forces de l’OTAN à proximité » des frontières. Le 23, alors que des foules massives se réunissent pour un deuxième dimanche de manifestations, le service de communication de la présidence diffuse des images qui montrent Alexandre Loukachenko arrivant en hélicoptère au palais présidentiel, équipé d’un gilet pare-balles et armé d’un fusil automatique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André FONTAINE, Pierre MELANDRI, Guillaume PARMENTIER, « OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/otan-organisation-du-traite-de-l-atlantique-nord/