MARSHALL PLAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 5 juin 1947, dans un discours à Harvard, le secrétaire d'État George C. Marshall propose un plan qui porte son nom. La situation économique et politique de l'Europe étant instable, les États-Unis, dit-il en substance, ne sauraient demeurer indifférents ; leurs intérêts sont en jeu. La politique américaine n'est dirigée « contre aucune doctrine ni aucun pays, mais contre la faim, la pauvreté, le désespoir et le chaos ». Washington propose, en conséquence, de fournir aux Européens les dollars dont ils ont besoin, à condition qu'ils déterminent eux-mêmes leurs besoins et assurent la répartition des crédits américains.

Plan Marshall, Grèce, 1949

Photographie : Plan Marshall, Grèce, 1949

Photographie

À Athènes, le 21 décembre 1949, les Grecs fêtent l'arrivée de « la millionième tonne du plan Marshall ». L'aide des États-Unis est destinée au ravitaillement d'un pays dévasté par la guerre civile, que Washington ne veut pas voir tomber dans le giron de Moscou. 

Crédits : Everett Historical/ Shutterstock

Afficher

Cette proposition, généreuse et intéressée à la fois, fait suite à l'exposition de la doctrine Truman, qui date du 12 mars 1947 et vise à secourir les gouvernements grec et turc menacés par la « subversion communiste ». Pourtant, elle s'adresse à tous les pays européens, y compris l'Union soviétique. Moscou semble hésiter ; puis, à la fin de juin, à la Conférence de Paris, Molotov fait connaître le refus de son gouvernement. L'U.R.S.S. n'admet pas que les nations qui font partie de sa sphère d'influence puissent exprimer une opinion divergente de la sienne et contraint la Tchécoslovaquie et la Pologne à refuser à leur tour. En rejetant fermement le retour à l'isolationnisme, en se proposant de « remettre économiquement l'Europe sur ses pieds », les États-Unis s'efforcent de réactiver le commerce international, dont ils ont besoin, et de porter secours aux Européens, qui manquent de denrées alimentaires, de produits industriels, de combustibles et d'argent. Ils veulent aussi les préserver du danger communiste : 1947 marque la rupture des partis communistes français et italien avec les coalitions au pouvoir. Le plan n'en contribue pas moins à accélérer la coupure en deux blocs du vieux continent.

Seize pays européens se réunissent à Paris au cours de l'été 1947 pour répondre à l'invitation du secrétaire d'État américain. De leurs délibérations naîtront un progr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'Amérique du Nord à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  MARSHALL PLAN  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 312 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Réparations et nationalisations »  : […] En même temps, et conformément à l'analyse marxiste, on donnait à cette démocratie sa base économique. Le 5 juin 1946, l'administration militaire (S.M.A.) décidait que les 213 plus grosses usines, jusque-là soumises au séquestre et représentant 25 p. 100 de la capacité industrielle de la Zone, devenaient propriété soviétique ( Sowjet Aktiengesellschaft  : S.A.G.) et seraient exploitées au compte […] Lire la suite

BANQUE MONDIALE

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC, 
  • Olivier MARTY
  •  • 3 206 mots

Dans le chapitre « Du soutien de la croissance à la lutte contre la pauvreté »  : […] L'idée de créer une Banque mondiale pour la reconstruction et le développement est née du constat que les marchés financiers étaient réticents, durant l'entre-deux-guerres, à financer des projets d'investissement dans des pays en développement, même lorsque ces projets présentaient toutes les garanties de sérieux et de rentabilité. Dans ses premières années, la mission essentielle de la Banque ser […] Lire la suite

CHANGE - L'intégration monétaire européenne

  • Écrit par 
  • Christian BORDES
  •  • 14 236 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le problème des relations monétaires dans l'Europe en reconstruction »  : […] En 1945, les Alliés veulent éviter les erreurs des années 1930. Un système monétaire mondial très contraignant est mis en place à Bretton Woods (1944) autour de la convertibilité en or du dollar, monnaie de référence sur laquelle s'ancrent les autres monnaies, avec une marge de fluctuation limitée à 1 p. 100. Il garantit la stabilité monétaire au niveau international – grâce à la fixité des parit […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - La cinéphilie

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 4 017 mots

Dans le chapitre « Cinéphilie et Nouvelle Vague »  : […] Telle est la raison qui, non sans fondement, fit prendre la génération d'après guerre pour celle de la première cinéphilie. Il faut y ajouter un facteur circonstanciel d'importance : le retour des films américains après la Seconde Guerre mondiale. Non seulement la production hollywoodienne avait déserté les écrans de la France occupée, mais les compagnies américaines devaient écouler plusieurs s […] Lire la suite

CONSTRUCTION EUROPÉENNE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christophe PÉRY
  •  • 993 mots

3   avril 1948 Entrée en vigueur du plan Marshall. L'aide financière à la reconstruction de l'Europe, proposée par le secrétaire d'État américain George Marshall à Harvard le 5 juin 1947, est gérée par l'Organisation européenne de coopération économique (OECE), créée le 16 avril 1948. 5   mai 1949 Traité de Londres créant le Conseil de l'Europe. 18   avril 1951 Signature, à Paris, par l'Allemag […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 175 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « La double doctrine Truman »  : […] Harry Truman va prendre à revers tous ses opposants. Le 12 mars 1947, il propose la doctrine Truman : les États-Unis interviendront économiquement ou militairement lorsqu'ils le jugeront nécessaire afin de préserver leurs intérêts stratégiques ou économiques ; c'est la prise en charge de la doctrine du containment (endiguement) . Le plan Marshall (proclamé par le secrétaire d'État George Marshal […] Lire la suite

EUROPE - Histoire de l'idée européenne

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste DUROSELLE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 10 490 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'impulsion des États-Unis »  : […] L'idée d'une unité économique européenne a été imposée par les États-Unis au moment du plan Marshall, lancé en mars 1947, lui-même essentiellement initié pour faire renaître l'économie de l'Europe libre face à la menace soviétique. Les nouvelles instructions données en juillet 1947 par Washington au général dirigeant l'occupation américaine constataient : « Une Europe ordonnée et prospère demande […] Lire la suite

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Le plan Marshall »  : […] De plus en plus persuadé que le gouvernement soviétique « était froidement résolu à exploiter l'état où se trouvait une Europe sans défense pour propager le communisme », le nouveau secrétaire d'État américain, George Marshall, annonça le 5 juin 1947 l'intention de son gouvernement de fournir une aide économique importante aux pays européens, à charge pour ceux-ci de s'entendre au préalable sur l […] Lire la suite

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

Dans le chapitre « 1947, l’année de la rupture »  : […] L’expansion soviétique en Europe et au Moyen-Orient précipite la rupture. En Iran, tout d’abord, les Russes poussent les Kurdes à la révolte, puis occupent l’Azerbaïdjan, tandis qu’ils revendiquent de partager le contrôle des détroits avec la Turquie, et que les communistes grecs tentent de s’emparer du pouvoir. Mais c’est surtout en Europe de l’Est que la poussée est la plus marquée. L’installati […] Lire la suite

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 392 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'hégémonie démocrate-chrétienne »  : […] L'importance de l'enjeu explique l'intense mobilisation et le taux élevé de participation (92,3 p. 100 des inscrits) qui marquent la première élection législative italienne en avril 1948. L'Église et le monde catholique, par l'intermédiaire de comités civiques créés pour l'occasion, s'engagent à fond dans la bataille électorale en faveur de la Démocratie chrétienne. À gauche, la décision de présen […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Réponse du président Emmanuel Macron au rapport de Jean-Louis Borloo. 22 mai 2018

À la suite de la remise du rapport de Jean-Louis Borloo sur les banlieues, en avril, le président Emmanuel Macron reçoit à l’Élysée six cents acteurs de terrain pour une réunion sur le thème de « La France, une chance pour chacun ». Il annonce son refus de lancer « un énième plan Marshall […] Lire la suite

France – Haïti. Visite du président François Hollande à Port-au-Prince. 12 mai 2015

« aucune compensation ». Celui-ci demande en revanche à la France de participer à la mise en œuvre d’« un véritable plan Marshall pour l’éducation en Haïti ». […] Lire la suite

France. Présentation du « pacte de relance pour la ville ». 18 janvier 1996

À Marseille, le Premier ministre Alain Juppé présente les soixante-huit mesures du « pacte de relance pour la ville », inspiré du « plan Marshall », à destination des banlieues et promis par le candidat Jacques Chirac au cours de la campagne présidentielle. Doté d'un budget de 15 milliards […] Lire la suite

France. Renforcement des moyens policiers dans les banlieues. 29 octobre 1995

, de véhicules plus puissants et de fusils tirant des balles en caoutchouc. Le « plan Marshall pour les banlieues », programme de mesures économiques et sociales annoncé durant la campagne présidentielle, reste, quant à lui, à l'état de projet. Dans son entretien télévisé sur France 2, le 26 […] Lire la suite

France – Afrique. Sommet franco-africain au Togo. 13-18 novembre 1986

s'engage à maintenir et même peut-être à accroître son aide militaire, puisqu'une guerre tchado-libyenne a succédé à une guerre civile ; d'autre part, l'idée d'un plan Marshall des pays du Nord au bénéfice des pays du Sud, lancée par le président Eyadema, hôte du sommet, est reprise par François […] Lire la suite

Pour citer l’article

André KASPI, « MARSHALL PLAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/plan-marshall/