ORDONNANCES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sous l'Ancien Régime, les ordonnances étaient des actes par lesquels le roi édictait des règles juridiques. Abandonnée par la Révolution, la notion d'ordonnance fut à nouveau utilisée sous la Restauration. Selon l'article 14 de la charte de 1814, elle désignait certains actes émanant de l'autorité royale nécessaires pour l'exécution des lois et l'autorité de l'État. Les fameuses ordonnances de 1830 prises par Charles X devaient entraîner la révolution de Juillet et l'avènement de Louis-Philippe.

Abandonné par les régimes non monarchiques qui se sont succédé en France depuis 1848, le terme d'ordonnance réapparaît dans le vocabulaire du droit public en 1940. En effet, le 27 octobre 1940, le général de Gaulle prend, à Brazzaville, au nom du peuple français, une ordonnance organisant les pouvoirs publics pendant la guerre. Mais c'est avec le retour au pouvoir du général de Gaulle et l'avènement de la Ve République que la notion d'ordonnance connaît un renouveau dans le droit public français.

En effet, la constitution du 4 octobre 1958 institue trois types différents d'ordonnances. En premier lieu, l'article 92 confie l'exercice du pouvoir législatif, pendant la période de mise en place des nouvelles institutions, au gouvernement statuant par ordonnances ayant force de loi. Ensuite, l'article 47 de la Constitution autorise le gouvernement à promulguer par voie d'ordonnance le projet de budget lorsque le Parlement ne l'a pas voté dans un délai de 70 jours. Enfin, l'article 38 autorise le gouvernement à intervenir dans le domaine législatif. Il faut en outre citer, en marge du texte constitutionnel, les ordonnances prises par le chef de l'État sur habilitation référendaire.

Ce sont les ordonnances de l'article 38, prenant le relais de la pratique des décrets-lois de la IIIe et de la IVe République, qui présentent, du fait de la pratiq [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ORDONNANCES  » est également traité dans :

BUDGET DE L'ÉTAT

  • Écrit par 
  • Raymond FERRETTI, 
  • Paul GAUCHER
  •  • 6 937 mots

Dans le chapitre « La discussion du budget »  : […] Le droit de discuter le budget est évidemment le droit minimum dont doit disposer un Parlement. Son principe n'est pas contestable, mais des difficultés risquent de se produire si la discussion s'éternise et si le budget n'est pas voté au début de l'année de son application. La question consiste à savoir si l'on doit laisser le Parlement le discuter aussi longtemps qu'il le souhaite ou si la discu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/budget-de-l-etat/#i_4991

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 834 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les élections législatives de mars 1967 »  : […] Le nouveau gouvernement Pompidou, mis en place en janvier 1966, ne demande pas la confiance à l'Assemblée. C'est une étape de plus dans l'éloignement par rapport aux pratiques parlementaires traditionnelles. Le gouvernement, nommé par le président élu du peuple, n'estime pas nécessaire de se faire adouber par la représentation nationale. C'est l'Assemblée qui peut, pendant ses sessions ordinaires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-la-periode-gaullienne-1958-1969/#i_4991

DÉCRET & DÉCRET-LOI

  • Écrit par 
  • Daniel AMSON
  •  • 439 mots

Il est possible de définir le décret comme l'acte signé par un président de la République ou un Premier ministre dans un domaine qui ne ressortit pas à la compétence législative. On distingue le décret réglementaire , c'est-à-dire édictant des mesures à portée générale et impersonnelle (par exemple un décret relatif aux interventions d'une banque centrale sur le marché monéta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decret-et-decret-loi/#i_4991

FRANCE (Histoire et institutions) - Le droit français

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HALPÉRIN
  •  • 7 137 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sources de renouvellement  »  : […] Avec un stock évalué à un peu plus de 8 000 lois en vigueur, le droit français est renouvelé chaque année par une moyenne d'une centaine de lois. Si le nombre de ces textes n'est pas lui-même en nette augmentation pendant la dernière décennie, la longueur moyenne de chaque loi a indubitablement connu une croissance qui alimente les dénonciations répétées de « l'inflation législative ». Quelques te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-le-droit-francais/#i_4991

LOI

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Universalis
  •  • 12 636 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fin du monopole législatif des Assemblées »  : […] Les tabous constitutionnels sont extrêmement contraignants, surtout lorsque, en en respectant la lettre, ils autorisent la violation de son esprit. Ainsi en est-il dans les régimes représentatifs où, pour satisfaire à la conception classique de la démocratie, les constituants affirment réserver aux élus du peuple le pouvoir de faire la loi. En fait, cependant, le principe ne peut prévaloir contre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi/#i_4991

Pour citer l’article

Jean-Claude MAITROT, « ORDONNANCES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordonnances/