NIBELUNGEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'origine du terme « Nibelungen » est loin d'être claire. Dans la première partie de la Chanson des Nibelungen, il désigne les rois Schilbung et Nibelung, dont les sujets sont des nains et des géants appelés eux aussi Nibelungen. Après avoir défait et tué les deux rois, Siegfried s'empare de leur trésor qui, après sa mort, passe aux mains des rois burgondes, et ceux-ci, dans la deuxième partie du poème, sont eux-mêmes qualifiés de Nibelungen. Le terme aurait donc été appliqué aux possesseurs successifs du fameux trésor qui, à l'origine, aurait appartenu à des êtres mythiques (en vieux norois [vnor.], Niflheimr, pays du brouillard, désigne le royaume des morts).

Une autre explication a cependant été avancée. Partant du fait que, dans les textes les plus anciens, ce sont les rois burgondes qui sont appelés Nibelungen (vnor. : Niflungar), on a émis l'opinion que, dès l'origine, le terme – courant comme anthroponyme en Allemagne dès le viiie siècle – s'appliquait à ces rois, à leur dynastie, et que les Nibelungen mythiques seraient donc d'origine plus récente.

Quelle que soit l'interprétation retenue, un fait est sûr : si le merveilleux abonde dans certaines parties et dans certaines versions de la légende des Nibelungen, celle-ci se déroule cependant pour l'essentiel sur un plan humain ; les éléments constitutifs en sont la vie et la mort de Siegfried, la mort des rois burgondes.

La « Chanson des Nibelungen »

La version la plus complète et la plus belle, sinon la plus ancienne, de cette légende est certainement la Chanson des Nibelungen (Nibelungenlied). Le poème, qui comprend 3 379 strophes – de quatre vers chacune – réparties en trente-neuf « aventures », a été composé en Autriche peu après l'an 1200. Le succès en fut immédiat et durable, comme l'attestent environ trois douzaines de manuscrits ou bien de fragments de manuscrits conservés.

Après avoir reçu auprès de ses parents l'éducation d'un chevalier courtois, Siegfried se rend à Worms pour y briguer la main de Kriemhild, sœur des rois burgondes (Gunther, Gernot, Giselher), dont il a entendu célébrer la beauté. Reconnu dès son arrivée à Worms par Hagen, l'un des vassaux des rois, qui rappelle comment il s'est emparé du trésor des Nibelungen et de la chape qui rend invisible, comment il s'est rendu invulnérable en se baignant dans le sang d'un dragon qu'il venait de tuer, Siegfried n'est cependant admis à se présenter devant celle qu'il aime qu'après avoir aidé les Burgondes à triompher des Saxons et des Danois. Un marché est alors conclu entre Gunther et Siegfried : celui-ci accordera au preux étranger la main de sa sœur Kriemhild, à condition qu'il l'aide à conquérir Brünhild, la vierge guerrière qui règne sur l'Islande. Grâce à la chape magique, Siegfried se substitue à son ami et triomphe dans les épreuves que Brünhild impose à ses prétendants. Un double mariage est alors célébré à Worms, mais, une nouvelle fois, Siegfried doit intervenir pour mater Brünhild, la mariée rebelle ; au cours de la lutte, il lui enlève sa ceinture et son anneau, qu'il a le tort de remettre à Kriemhild. Ensuite, accompagné de son épouse, il retourne dans son pays.

Brünnhilde

Photographie : Brünnhilde

Après un long oubli, la Chanson des Nibelungen (XIIIe siècle) a connu une manière de résurrection à l'époque romantique. Le texte a fait alors l'objet de nombreuses traductions et adaptations. Richard Wagner, enfin, s'en est largement inspiré pour sa Tétralogie.Brünnhilde, huile sur... 

Crédits : AKG

Afficher

Dix ans plus tard, Siegfried et Kriemhild retournent à Worms, où une violente querelle ne tarde pas à éclater entre les deux reines. Brünhild traite sa belle-sœur de serve – en Islande, Siegfried s'était fait passer pour le vassal de Gunther – mais elle est réduite au silence quand Kriemhild lui montre la ceinture et l'anneau qui lui avaient été dérobés au cours de la nuit des noces, et qu'elle l'accuse publiquement d'avoir été la « concubine » de Siegfried. Humiliée, Brünhild ne songe plus qu'à se venger, et Hagen lui promet son aide. Ayant obtenu par ruse que Kriemhild elle-même lui indique le seul endroit où Siegfried est demeuré vulnérable, il organise, avec l'assentiment de Gunther, une partie de chasse dans l'Odenwald et, traîtreusement, il tue Siegfried. Devant le corps de son époux, Kriemhild exhale sa haine contre les meurtriers. Mais il lui faudra attendre de longues années avant d'avoir la possibilité de se venger.

C'est ce désir qui lui fait accepter la demande en mariage d'Etzel, le roi des Huns. Elle se rend au pays des Huns et épouse E [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Brünnhilde

Brünnhilde
Crédits : AKG

photographie

Festspielhaus de Bayreuth

Festspielhaus de Bayreuth
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Lille-III
  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'université de Paris-Sorbonne

Classification

Autres références

«  NIBELUNGEN  » est également traité dans :

LA CHANSON DES NIBELUNGEN (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 768 mots
  •  • 1 média

La Chanson des Nibelungen est sans doute la version la plus achevée de la légende homonyme : c'est un vaste poème de 3 379 strophes (de quatre vers chacune) qui s'est formé autour du personnage central de Siegfried et qui a été composé par un poète autrichien inconnu entre 1200 et 1210.Chef-d'œuvre de […] Lire la suite

BRÜNHILD, BRÜNNHILDE ou BRYNHILDR

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 302 mots

Princesse guerrière à la grande beauté, héroïne de la littérature épique germanique du Moyen Âge et apparaissant dans d'anciennes sources noroises et nordiques (chants de l' Edda , saga islandaise des Völsungar) et, en allemand, dans le Nibelungenlied (début du xiii e  siècle ; La Chanson des Nibelungen ). Appelée Brynhild, Brynhildr Brünhild, Brünnhilde ou Brunehilde selon les sources, elle es […] Lire la suite

BURGONDES

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 3 324 mots
  •  • 5 médias

Sans doute originaires de Scandinavie, si l'on en croit les données linguistiques et toponymiques, les Burgondes (du latin Burgundiones ) apparaissent dans l'histoire au i er  siècle de notre ère. Ils sont alors établis sur les rives polonaises de la mer Baltique où ils séjourneront jusqu'au iii e  siècle, avant d'entreprendre une nouvelle migration vers le sud-ouest, qui les conduira aux frontièr […] Lire la suite

EDDAS

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 951 mots

Dans le chapitre « Auteurs, dates et lieux de composition »  : […] Rien n'est plus malaisé que de décider de la provenance de ces textes. En principe, il faudrait envisager chacun à part. Malgré les progrès de la paléographie, de l'archéologie, les comparaisons utiles à faire avec les œuvres de certains scaldes, la critique interne et l'histoire, il suffira ici de dire que les spécialistes ne parviennent même pas à s'accorder sur un moyen terme. Tout ce qu'on peu […] Lire la suite

GRIMM JAKOB (1785-1863) et WILHELM (1786-1859)

  • Écrit par 
  • Michel-François DEMET
  •  • 1 737 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'œuvre philologique »  : […] Les deux frères s'intéressaient depuis longtemps à la littérature médiévale allemande. Ils avaient remarquablement commenté et édité la Chanson des Nibelungen ( Nibelungenlied ), Le Pauvre Henri ( Der arme Heinrich , début du xiii e  siècle) de Hartmann von Aue. Leur intérêt se porta peu à peu sur la langue elle-même. L'étude des langues et de leur étymologie n'était pas nouvelle en 1819, date de […] Lire la suite

HEINRICH VON OFTERDINGEN (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre SERVANT
  •  • 583 mots

C'est grâce à Novalis que le nom de Heinrich von Ofterdingen a gardé aujourd'hui toute sa puissance d'évocation ; comme il veut répliquer par un roman poétique au Wilhelm Meister de Goethe, qu'il juge trop réaliste et bourgeois, ce romantique de la première génération choisit tout naturellement de donner à son héros le nom d'un ménestrel. Mais le roman, d'ailleurs resté inachevé, n'apprend rien s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre SERVANT, Georges ZINK, « NIBELUNGEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nibelungen/