Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ISLANDE

Nom officiel

République d'Islande (IS)

    Chef de l'État

    Gudni Th. Jóhannesson (depuis le 1er août 2016)

      Chef du gouvernement

      Bjarni Benediktsson (depuis le 11 janvier 2017)

        Capitale

        Reykjavik

          Langue officielle

          Islandais

            Unité monétaire

            Couronne islandaise (ISK)

              Population (estim.) 403 000 (2024)
                Superficie 103 000 km²
                  Islande : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

                  Islande : carte physique

                  L'Islande , qui a acquis son indépendance complète vis-à-vis du Danemark en 1944, est une île de 103 000 kilomètres carrés, située au nord de l'Atlantique, près de l'océan Arctique. Elle est constituée par un plateau dont l'altitude dépasse souvent 500 mètres et dont le centre est recouvert de glaciers, de champs de lave et de sables volcaniques. Un volcanisme récent et actuel se manifeste par l'existence de volcans encore en activité (Hekla, 1 447 m), des geysers et des sources chaudes. Sauf au sud, les côtes sont profondément entaillées par des fjords. Le climat, moins rigoureux que la latitude ne le ferait attendre, est tempéré à l'ouest, au sud et à l'est par des influences océaniques.

                  Islande : drapeau - crédits : Encyclopædia Universalis France

                  Islande : drapeau

                  Le glacier Vatnajökull, Islande - crédits : George Kavanagh/ Stone/ Getty Images

                  Le glacier Vatnajökull, Islande

                  Geysers en Islande - crédits : Harald Lange/ ullstein bild/ Getty Images

                  Geysers en Islande

                  Vers l'an 872, le Nord dépêche dans une île lointaine les plus entreprenants des siens, toute une élite qui, une fois installée, s'organise en société originale, politiquement en avance sur son temps de plusieurs siècles. Ces explorateurs – ici commence la saga – sont aussi poètes, historiens et prosateurs, et, dès qu'ils sont mis par l'Église en mesure de le faire, ils consignent par écrit toutes les grandes traditions gnomiques, mythiques et héroïques de leurs ancêtres proches ou lointains, développent et poussent à sa perfection un type d'écriture servi par une vision du monde et de l'homme, et par une langue qui ne changeront guère pendant un millénaire. Qui plus est, ils sauvent de l'oubli, ce faisant, ce que la Germanie (peut-être) et le Nord (à coup sûr) avaient de plus précieux. Tel est ce que l'on a justement appelé le « miracle islandais » pendant trois siècles au moins (du xiie au xive siècle), l'une des productions littéraires les plus remarquables de tout le Moyen Âge, les plus injustement méconnues aussi en France ; un style poétique qui fait songer aux recherches les plus modernes ; un coup d'œil historique qu'on ne redécouvrira qu'à la fin du xixe siècle ; chez les prosateurs, une technique du « regard froid » que Flaubert, sinon Robbe-Grillet, n'aurait pas désavouée, un art de la litote et une science du rendu elliptique, du sous-entendu, de la formule explosive qui gardent, à sept ou huit siècles de distance, une surprenante actualité.

                  Mais la médaille a son revers. Passé l'« ère de la grandeur », au cours de la longue nuit qui succède à la perte de l'indépendance (1264) et même depuis sa restauration (1918), les Islandais sont restés envoûtés par la réussite exceptionnelle, la manière inimitable de leur Moyen Âge. Non que les talents leurs aient fait défaut ou que l'ouverture à l'étranger, l'un des traits caractéristiques de ce peuple, ait cessé en Islande. Mais sur les plus belles œuvres planent les ombres gigantesques d'Egill Skallagrimsson, de Snorri Sturluson ou d'Ari le Savant.

                  Aussi doit-on faire un double effort pour rendre justice à une littérature d'une fécondité et d'une qualité sans exemple, pour un pays qui ne compte que 320 000 habitants (recensement de 2011) : admettre, d'une part, notre ignorance et s'initier de plus près à ces chefs-d'œuvre que sont les Eddas, les sagas, le Heimskringla ; comprendre, d'autre part, que la qualité de cette littérature, à l'âge moderne, tient aux tentatives courageuses pour résoudre un grave dilemme : demeurer dignes de l'héritage des prestigieux ancêtres, et pourtant essayer de dégager une note personnelle de cette emprise, dans une Islande redevenue indépendante et prospère.

                  Géologie

                  Située entre 14 et 24 degrés de longitude ouest et entre 63,5 et 66,5 degrés de latitude nord, dans l'Atlantique nord, l'Islande est une île de 103 000 kilomètres carrés, aux structures et à l'histoire géologiques riches. L'Islande est une terre géologique d'exception, connue du grand public[...]

                  La suite de cet article est accessible aux abonnés

                  • Des contenus variés, complets et fiables
                  • Accessible sur tous les écrans
                  • Pas de publicité

                  Découvrez nos offres

                  Déjà abonné ? Se connecter

                  Écrit par

                  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne
                  • : ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm et de l'Institut national des langues et civilisations orientales, professeur d'histoire contemporaine à l'institut des hautes études européennes de l'université de Strasbourg
                  • : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis
                  • : professeur des Universités, Institut de physique du globe de Paris, volcanologue
                  • : maître de conférences à l'université de Caen
                  • : professeur à l'université de Lille-III

                  Classification

                  Pour citer cet article

                  Régis BOYER, Maurice CARREZ, Encyclopædia Universalis, Édouard KAMINSKI, Lucien MUSSET et Claude NORDMANN. ISLANDE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

                  Article mis en ligne le et modifié le 02/11/2023

                  Médias

                  Islande : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

                  Islande : carte physique

                  Islande : drapeau - crédits : Encyclopædia Universalis France

                  Islande : drapeau

                  Le glacier Vatnajökull, Islande - crédits : George Kavanagh/ Stone/ Getty Images

                  Le glacier Vatnajökull, Islande

                  Autres références

                  • ISLANDE, chronologie contemporaine

                    • Écrit par Universalis
                  • ANSPACH SÓLVEIG (1960-2015)

                    • Écrit par
                    • 694 mots
                    • 1 média

                    Sólveig Anspach est née le 8 décembre 1960 à Heimaey, dans l’archipel de Vestmann (Islande), d’une mère islandaise et d’un père juif viennois qui avait rejoint les États-Unis puis combattu en Europe sous l’uniforme américain. Cette citoyenne du monde grandit à Paris, fréquente l’école allemande, fait...

                  • ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

                    • Écrit par et
                    • 13 670 mots
                    • 12 médias
                    ...en Sicile. Ils s'aventurent loin vers l'ouest. En 874, deux soldats normands, Ingold et Leif, chassés de chez eux pour meurtre, abordent en Islande. Ils prennent possession du sol, fondent une colonie, chargent une assemblée des habitants, l'Alting, de rédiger des lois. Un siècle plus tard,...
                  • CHASSE À LA BALEINE

                    • Écrit par et
                    • 8 049 mots
                    Elle est pratiquée parl'Islande et la Norvège qui, en dépit du moratoire en place depuis 1986, capturent des petits rorquals, essentiellement dans leurs zones économiques exclusives en Atlantique nord, sous couvert des objections ou réserves que ces deux pays ont déposées. Sous ce régime dérogatoire,...
                  • CHRISTIAN X (1870-1947) roi de Danemark (1912-1947) et d'Islande (1918-1944)

                    • Écrit par
                    • 625 mots

                    Fils aîné du futur roi Frédéric VIII (1906-1912) et de Louise de Suède-Norvège, le futur Christian X entre dans l'armée en 1889, est nommé commandant de la garde, puis major général (1908). Prince royal en 1906, il règne après la mort de son père le 15 mai 1912. Le Danemark est alors...

                  • Afficher les 19 références