NIBELUNGEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« L'Anneau du Nibelung »

La première exécution de l'intégralité de la tétralogie wagnérienne, L'Anneau du Nibelung (Der Ring des Nibelungen), a lieu en août 1876 lors du premier festival de Bayreuth : Hans Richter y dirige trois cycles complets, créant Siegfried et Le Crépuscule des dieux (L'Or du Rhin et La Walkyrie avaient été créés en 1869 et en 1870, respectivement, au Königliches Hof- und Nationaltheater de Munich, sous la direction de Franz Wüllner). Wagner y travaillait depuis 1848. Les points de départ en sont, naturellement, l'Edda poétique et l'Edda en prose de Snorri Sturluson, la Völsunga Saga, La Chanson des Nibelungen du xiiie siècle, la Thidrekssaga, avec d'importantes modifications, non seulement dans l'intrigue mais dans l'idée générale, et, pour cette dernière, dans deux directions successives. Au début de son travail (inauguré en 1848 par un essai sur les Nibelungen – Der Nibelungensage – et une esquisse dramatique sur le mythe des Nibelungen – Der Nibelungen-Mythus : als Entwurf zu einem Drama), Wagner adhérait encore au romantisme révolutionnaire et à l'optimisme de Feuerbach : le héros est celui qui rend caduque la loi et proclame la libération de l'humanité. Dans les années suivantes, l'influence croissante de Schopenhauer modifie ce point de vue : Wagner admet l'affaiblissement du vouloir-vivre (effacement progressif de Wotan et même de Siegfried) et la décadence d'un monde rongé par la cupidité.

Festspielhaus de Bayreuth

Photographie : Festspielhaus de Bayreuth

Photographie

Le Festspielhaus (théâtre des festivals) de Bayreuth, en 1876. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le prologue, L'Or du Rhin (Das Rheingold), commence par le rapt du trésor, confié à la garde des ondines du Rhin, par le Nibelung nain Alberich. Ce prologue est dominé par la figure de Wotan, qui fait construire par les géants Fasolt et Fafner la forteresse du Walhalla, siège futur de sa tyrannie. Ne voulant pas leur donner en récompense sa sœur Freia, déesse de la jeunesse et de l'amour, il leur remettra de l'or. Grâce à une ruse de Loge, le dieu du feu, il fait prisonnier Alberich et se fait livrer par lui, outre l'or du Rhi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Brünnhilde

Brünnhilde
Crédits : AKG

photographie

Festspielhaus de Bayreuth

Festspielhaus de Bayreuth
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Lille-III
  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'université de Paris-Sorbonne

Classification

Autres références

«  NIBELUNGEN  » est également traité dans :

LA CHANSON DES NIBELUNGEN (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 768 mots
  •  • 1 média

La Chanson des Nibelungen est sans doute la version la plus achevée de la légende homonyme : c'est un vaste poème de 3 379 strophes (de quatre vers chacune) qui s'est formé autour du personnage central de Siegfried et qui a été composé par un poète autrichien inconnu entre 1200 et 1210.Chef-d'œuvre de […] Lire la suite

BRÜNHILD, BRÜNNHILDE ou BRYNHILDR

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 302 mots

Princesse guerrière à la grande beauté, héroïne de la littérature épique germanique du Moyen Âge et apparaissant dans d'anciennes sources noroises et nordiques (chants de l' Edda , saga islandaise des Völsungar) et, en allemand, dans le Nibelungenlied (début du xiii e  siècle ; La Chanson des Nibelungen ). Appelée Brynhild, Brynhildr Brünhild, Brünnhilde ou Brunehilde selon les sources, elle es […] Lire la suite

BURGONDES

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 3 322 mots
  •  • 5 médias

Sans doute originaires de Scandinavie, si l'on en croit les données linguistiques et toponymiques, les Burgondes (du latin Burgundiones ) apparaissent dans l'histoire au i er  siècle de notre ère. Ils sont alors établis sur les rives polonaises de la mer Baltique où ils séjourneront jusqu'au iii e  siècle, avant d'entreprendre une nouvelle migration vers le sud-ouest, qui les conduira aux frontièr […] Lire la suite

EDDAS

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 951 mots

Dans le chapitre « Auteurs, dates et lieux de composition »  : […] Rien n'est plus malaisé que de décider de la provenance de ces textes. En principe, il faudrait envisager chacun à part. Malgré les progrès de la paléographie, de l'archéologie, les comparaisons utiles à faire avec les œuvres de certains scaldes, la critique interne et l'histoire, il suffira ici de dire que les spécialistes ne parviennent même pas à s'accorder sur un moyen terme. Tout ce qu'on peu […] Lire la suite

GRIMM JAKOB (1785-1863) et WILHELM (1786-1859)

  • Écrit par 
  • Michel-François DEMET
  •  • 1 735 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'œuvre philologique »  : […] Les deux frères s'intéressaient depuis longtemps à la littérature médiévale allemande. Ils avaient remarquablement commenté et édité la Chanson des Nibelungen ( Nibelungenlied ), Le Pauvre Henri ( Der arme Heinrich , début du xiii e  siècle) de Hartmann von Aue. Leur intérêt se porta peu à peu sur la langue elle-même. L'étude des langues et de leur étymologie n'était pas nouvelle en 1819, date de […] Lire la suite

HEINRICH VON OFTERDINGEN (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre SERVANT
  •  • 583 mots

C'est grâce à Novalis que le nom de Heinrich von Ofterdingen a gardé aujourd'hui toute sa puissance d'évocation ; comme il veut répliquer par un roman poétique au Wilhelm Meister de Goethe, qu'il juge trop réaliste et bourgeois, ce romantique de la première génération choisit tout naturellement de donner à son héros le nom d'un ménestrel. Mais le roman, d'ailleurs resté inachevé, n'apprend rien s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre SERVANT, Georges ZINK, « NIBELUNGEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nibelungen/