EDDAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lorsque, en 1643, l'évêque Brynjólfur Sveinsson de Skálholt découvrit en Islande le manuscrit, connu sous le nom de Codex Regius, qui contient les poèmes de l'ancienne Edda, il ne se doutait peut-être pas qu'il venait de mettre la main sur un des textes les plus précieux, non seulement pour les nations germaniques dans leur ensemble, mais aussi pour la connaissance de la civilisation de l'Europe ancienne. Diversité des formes et virtuosité des techniques, variété des registres et des tons, multiplicité des genres, beauté sauvage de la langue, splendeur raffinée des images et des figures : ces poèmes nous livrent un univers étrange et fascinant, une conception originale de l'homme, de la vie et du monde. Sans eux, on saurait peu de chose de la mythologie germanique primitive et de l'éthique nordique ancienne. Sans eux, surtout, on ignorerait l'existence d'une conception du destin qui préfigure curieusement la « gloire » cornélienne. Sans eux, enfin, il manquerait au trésor de la poésie universelle quelques-uns de ses plus beaux fleurons gnomiques, héroïques ou magiques.

« Edda » et « Eddas »

Il faut d'abord s'interroger sur la signification du mot edda : les savants n'ont pu s'accorder sur ce point. Le mot peut provenir du substantif ódr (furor poétique) et signifier tout simplement la « poétique ». Mais il est plus tentant de voir en lui un cas oblique du substantif Oddi, nom du plus brillant centre culturel d'Islande aux xiie et xiiie siècles ; il faudrait considérer alors que c'est en ce lieu qu'ont vu le jour ces poèmes, ou qu'ils y ont été rassemblés et consignés par écrit. Il n'est pas exclu non plus qu'edda ait été fabriqué sur le latin edere (composer de la poésie), l'islandais ayant aussi un kredda (credo) sur le latin credere (croire). Toutefois, le Rígsthula voit en Edda un personnage mythique, l'aïeule symbolique de l'humanité. L'œuvre qui porte ce nom serait donc la mère de toute science, d'autant qu'elle couvre intégralement l'histoire mythique et héroïque du monde, des dieux [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  EDDAS  » est également traité dans :

EDDAS (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 855 mots

Ces deux recueils islandais du xiiie siècle, l'un poétique, l'autre dit « en prose », nous donnent, dans une forme hautement élaborée, la majorité des textes sur lesquels nous nous fondons pour connaître la mythologie des anciens Scandinaves. Ils comptent parmi les fle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eddas-anonyme/#i_11543

BRÜNHILD, BRÜNNHILDE ou BRYNHILDR

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 302 mots

Princesse guerrière à la grande beauté, héroïne de la littérature épique germanique du Moyen Âge et apparaissant dans d'anciennes sources noroises et nordiques (chants de l' Edda , saga islandaise des Völsungar) et, en allemand, dans le Nibelungenlied (début du xiii e  siècle ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brunhild-brunnhilde-brynhildr/#i_11543

FREYJA

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 1 085 mots

Dans la mythologie du Nord, la déesse Freyja occupe une place centrale, mais il est difficile de cerner exactement sa personnalité : son caractère licencieux explique que les commentateurs du Moyen Âge, qui constituent nos sources principales et qui étaient chrétiens, se soient montrés discrets. De plus, pour des raisons philologiques évidentes, elle est souvent confondue avec Frigg, si bien qu'il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/freyja/#i_11543

GRUNDTVIG NICOLAI FREDERIK SEVERIN (1783-1872)

  • Écrit par 
  • Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN
  •  • 2 015 mots

Dans le chapitre « Poésie et mythologie »  : […] Au cours de sa longue vie – né en 1783 à Udby, il mourut à Copenhague en 1872 –, Nicolai Grundtvig a traversé presque un siècle de vie spirituelle au Danemark. Il a d'abord été enfant du xviii e  siècle, dont le goût marque ses premières lectures et ses premières options en matière religieuse. Il entreprit ses études « sans esprit et sans foi », p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolai-frederik-severin-grundtvig/#i_11543

ISLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Édouard KAMINSKI, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 16 476 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'ère de la grandeur »  : […] Les Islandais n'ayant appris à écrire, aux divers sens du mot, qu'après la christianisation de leur île (999) et selon les enseignements de l'Église, il n'existe pas d'œuvre de leur main antérieure à 1100 approximativement. Et leurs premiers écrits accusent fortement l'influence de la littérature hagiographique, du style clérical dit style savant ( lœr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islande/#i_11543

KALEVALA

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 258 mots

Dans le chapitre « L'apport scandinave »  : […] Puis les choses se compliquent. Les interactions entre la Scandinavie (Suède surtout) et la Finlande ont dû être bien plus nombreuses et profondes qu'on ne le croit. Les Vikings suédois, les « rus », passaient par la Carélie avant d'entreprendre, par les fleuves russes, la traversée qui les mènerait à Miklagardr (Byzance). De leur côté, les Finnois ont dû commercer avec eux, leur vendre des peaux, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kalevala/#i_11543

LOKI

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 1 235 mots

Dans la mythologie du Nord, Loki est le dieu du Mal. Mais cette définition est peu éclairante, car la conception que l'on peut se faire du « mal » varie infiniment avec les lieux, les époques, les hommes, les cultures ; et, comme le Nord présente un phénomène caractérisé de brassage (de peuples et d'influences surtout), il est presque décourageant de tenter de préciser les contours de la figure, é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loki/#i_11543

MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Pierre-Yves LAMBERT
  • , Universalis
  •  • 8 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mythologie germano-nordique »  : […] Malgré les nombreuses études qu'elle a suscitées, la mythologie germano-nordique reste très mal connue, en raison, avant tout, de l'indigence des documents dont nous disposons. Nos sources principales, les Eddas ( Edda poétique , xii e  siècle, Edda de Snorri Sturluson , env. 1220) sont trop récentes et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-dieux-des-peuples-barbares/#i_11543

NIBELUNGEN

  • Écrit par 
  • Pierre SERVANT, 
  • Georges ZINK
  •  • 4 132 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les témoignages nordiques »  : […] Il peut paraître singulier qu'antérieurement à la fin du xii e  siècle les légendes du cycle des Nibelungen aient laissé si peu de traces en Allemagne : tout au plus peut-on signaler la présence de Gunther et de Hagen dans un poème latin du début du x e  siècle, le Waltharius. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nibelungen/#i_11543

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 720 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les débuts, jusqu'à la Réforme »  : […] Les premiers documents « écrits » remontent au iv e  siècle de notre ère : ce sont les inscriptions runiques égaillées sur tout le territoire norvégien. Simplement commémoratives ou obscurément magiques, concises jusqu'à l'énigme ou hautement élaborées, elles témoignent par leur versification évoluée de l'existence d'une poésie primitive orale de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norvege/#i_11543

ODIN, ÓDHINN, WOTAN ou WODEN

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 770 mots

Le principal dieu ase de la mythologie scandinave s'appelle Odin et il est bien attesté également (Wotan) dans tout le domaine germanique continental et anglo-saxon (Woden). Il a donné son nom au mercredi (island., ódinsdagr  ; vha., Wuotanesdac  ; angl., wednesday  ; suéd., onsdag ), ce qui justifie l'identifi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/odin-odhinn-wotan-woden/#i_11543

RAGNARÖK

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 574 mots

Le Ragnarök ou Destin-des-Puissances (et non comme on le dit souvent, en lisant « Ragnarøkr » : Crépuscule-des-Puissances) désigne l'ensemble de représentations apocalyptiques qui correspondaient, pour les anciens Germano-Nordiques, à la fin du monde. Quelles qu'en soient les causes (un parjure des dieux, sans doute, et la mort inexpiable de Baldr, le dieu bon), le Ragnarök accumule en une série d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ragnarok/#i_11543

SNORRI STURLUSON (1179-1241)

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 1 376 mots

Dans le chapitre « Un maître écrivain »  : […] Dans l'état présent des connaissances, on est en mesure d'attribuer à Snorri la paternité de trois œuvres au moins : une des plus importantes sagas dites de famille, Egils Saga Skallagrímssonar ( La Saga d'Egill, fils de Grímr le Chauve ), qui est l'un des chefs-d'œuvre du genre et dont le grand mérite est d'avoir rapporté la part la plus vaste de la pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/snorri-sturluson/#i_11543

TYR, mythologie nord-germanique

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 866 mots

S'il faut chercher quel est, de tous les dieux que nomment les sources disponibles, celui qu'on peut tenir pour le plus authentiquement nordique (ou germanique), on doit sans hésiter répondre que c'est Tyr. Il est franchement pangermanique — caractéristique que, seule, la déesse Frigg partage avec lui — et a, d'ailleurs, donné son nom au mardi (anglais Tuesday , allemand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tyr-mythologie-nord-germanique/#i_11543

VIKINGS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 729 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L’art viking »  : […] Héritier du style animalier de l’Âge du fer, l’art viking reposait sur la figuration d’un bestiaire fantastique où les représentations d’animaux plus ou moins fabuleux étaient intimement combinées pour former entrelacs ou volutes, dans le souci constant d’occuper toute la surface disponible du support. Les dieux restent fort peu représentés. Les décors sur bois et sur pierre étaient souvent rehau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vikings-notions-de-base/#i_11543

Voir aussi

ATLAKVIDA    GRIMNISMÁL    GUDRÚN    GUNNAR ou GUNNARR    HÁVAMÁL    HELGI    LITTÉRATURE ISLANDAISE    NOROIS ou NORROIS    RÍGSTHULA    RUNES ou RUNIQUE    SIEGFRIED    SIGURD    VÖLUSPÁ

Pour citer l’article

Régis BOYER, « EDDAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eddas/