Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NERVEUX (SYSTÈME) Le neurone

Exemples de neurotransmetteurs

Les neurones les mieux connus à l'heure actuelle dans le cerveau sont certainement les neurones monoaminergiques. C'est une découverte d'Eränko exploitée très judicieusement par les auteurs suédois (Falck, Hillarp, Carlsson, Fuxe, Dahlström) qui a permis d'établir dès les années 1962-1966 la distribution des neurones contenant une monoamine dans le système nerveux central. En effet, dans certaines conditions, aussi bien la sérotonine que les catécholamines, au sein même des neurones, dans une coupe histologique, émettent une fluorescence de longueur d'onde caractéristique.

Grâce à des expériences de lésions spécifiques ou de stimulations électriques directes, on a pu montrer que les neurones monoaminergiques étaient impliqués dans de nombreux comportements comme la faim, la soif, le sommeil, le comportement sexuel, la thermorégulation... Comme ces comportements sont perturbés par des agents pharmacologiques, les drogues psychotropes, on a très vite été conduit à rechercher si ces drogues altéraient l'activité de ces neurones en modifiant le métabolisme des monoamines. De fait, de nombreux travaux ont montré que les neuroleptiques (phénothiazines et butyrophénones) bloquaient la transmission dopaminergique, que le LSD supprimait l'activité des neurones sérotoninergiques, que les amphétamines augmentaient la libération de la dopamine à partir des terminaisons et des dendrites des neurones dopaminergiques... Bien sûr, il ne s'agit là que d'exemples, et les drogues exercent rarement une seule action dans le système nerveux central. Les troubles comportementaux qu'elles provoquent sont en fait la résultante d'effets multiples sur des systèmes de neurones divers (et peut-être encore inconnus).

— Michel HAMON

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès sciences naturelles, agrégé de physiologie-biochimie, maître de recherche à l'I.N.S.E.R.M.
  • : docteur en biologie, neurobiologiste

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Neurone moteur d'un muscle strié - crédits : Ed Reschke/ Stone/ Getty Images

Neurone moteur d'un muscle strié

Autres références

  • ORGANISATION DISCONTINUE DU TISSU NERVEUX

    • Écrit par Pascal DURIS
    • 249 mots

    Les éléments qui composent le tissu nerveux sont-ils en continuité ou seulement en contiguïté ? La question oppose, à la fin du xixe siècle, les « réticulistes », partisans d'un tissu nerveux constitué de cellules anastomosées par leurs dendrites et leurs axones en de véritables réseaux...

  • ACARIENS

    • Écrit par Jean-Louis CONNAT, Gabriel GACHELIN
    • 6 631 mots
    • 2 médias
    La plupart des acariens possèdent un système nerveux très condensé, limité à une masse ganglionnaire – appelée synganglion ou « cerveau » – entourant la partie antérieure du tube digestif. Le synganglion est inclus dans un sinus du système circulatoire recevant l'aorte dorsale. De nombreuses cellules...
  • ACÉTYLCHOLINE

    • Écrit par Paul MANDEL
    • 1 910 mots
    • 2 médias
    L'ACh existe dans le tissu nerveux essentiellement sous forme inactive liée à une protéine, ce qui la protège contre la destruction enzymatique. Dès sa libération, elle subit une hydrolyse par l'acétylcholinestérase (AChE). Presque simultanément la choline-acétylase assure la néosynthèse d'ACh qui est...
  • ADRÉNALINE

    • Écrit par Jacques HANOUNE
    • 3 565 mots
    • 2 médias
    C'est également sous forme de granules que la noradrénaline est, elle aussi, stockée dans les terminaisons nerveuses. La concentration en catécholamines de ces granules est moins grande que dans les granules de la médullo-surrénale ; le rapport noradrénaline/ATP y est différent (de 12 à 18/1). La libération...
  • AGRESSION (psychologie sociale)

    • Écrit par Laurent BÈGUE
    • 902 mots

    L’agression est définie comme un comportement qui vise à blesser intentionnellement un individu motivé à se soustraire à ce traitement. Les recherches conduites sur les formes et fonctions du comportement agressif ont mobilisé des méthodologies extrêmement variées (statistiques publiques judiciaires...

  • Afficher les 116 références

Voir aussi