CASTELLANI RENATO (1913-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Renato Castellani est né à Finale Ligure (Savona) en 1913. Après des études d'architecture à Milan, et alors qu'il montre déjà de l'intérêt pour la conservation des vieux films, il fait ses débuts au cinéma comme assistant de Mario Camerini et d'Alessandro Blasetti. Scénariste talentueux, il collabore dans les années 1930 au scénario de films réalisés par ces deux cinéastes, ainsi qu'avec Augusto Genina et Mario Soldati. Il passe à la mise en scène en 1941 avec Le Coup de pistolet d'après Pouchkine, un film qui reconstitue avec soin les comportements aristocratiques dans la Russie de 1830 et qui le range immédiatement parmi les représentants les plus doués du mouvement calligraphique. Dans la même veine, il réalise Zazà en 1942 – une des plus belles interprétations d'Isa Miranda – puis s'essaye au drame contemporain avec un film tourné en décors naturels, La Femme de la montagne (1943), d'après un roman de Salvator Gotta. Après la guerre, il infléchit son parcours en direction de la comédie et réalise une sorte de tétralogie dans laquelle il fait défiler des caractères sociaux et des typologies régionales qui alimentent une étude de mœurs pleine de vitalité. La critique a souvent minimisé l'importance de ces œuvres envisagées sous l'appellation réductive de néoréalisme rose. Mon fils professeur (1946), Sous le soleil de Rome (1948), Primavera (1949) et surtout Deux sous d'espoir (1951) – ce film lui vaut en 1952 la palme d'or au festival de Cannes –, décrivent avec un humour empreint de mélancolie des gens simples qui vivent à Rome ou à Florence, en Sicile ou à Milan.

Très cultivé et n'ayant jamais renoncé à un certain raffinement esthétique héritage de sa formation d'architecte, Castellani retrouve ses racines intellectuelles en adaptant Shakespeare à l'écran. Roméo et Juliette (1954), avec Lawrence Harvey et Susan Shentall, est une reconstitution particulièrement soigneuse qui demanda [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CASTELLANI RENATO (1913-1985)  » est également traité dans :

CALLIGRAPHISME

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 942 mots
  •  • 1 média

Au début des années 1940 se développe dans le cinéma italien un mouvement de grande attention à la forme auquel on donne, par référence à la belle écriture des manuscrits enluminés, le nom de « calligraphisme ». Ce mouvement touche des cinéastes comme Mario Soldati ( Piccolo Mondo antico , 1941 ; Malombra , 1942), Luigi Chiarini ( Via delle cinque lune , 1942 ; La Bella Addormentata , id.), Ren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calligraphisme/#i_85897

Pour citer l’article

Jean A. GILI, « CASTELLANI RENATO - (1913-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/renato-castellani/