TSIGANES ou TZIGANES MUSIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si les Tsiganes font souvent l'objet de l'incompréhension voire du rejet de la part des autres peuples, ils jouissent d'un grand prestige dans le domaine de la musique, du chant et de la danse où, à travers la force de leur interprétation, résonne leur volonté de s'affirmer et de supporter l'exclusion dont ils sont victimes. Se produisant dès leur arrivée en Europe aussi bien pour les souverains et les princes qu'à l'occasion de fêtes et de noces villageoises, leur apport à la culture européenne est considérable.

Bohémiens, Gypsies, Gitanos, Zingari, Zigeuner, Tsigani : chaque État a incorporé à sa langue nationale une terminologie pour qualifier « ses » Tsiganes qui seraient de 7 à 9 millions en Europe, et probablement 12 millions dans le monde. Si le terme tsigane (qui signifie « extérieur à la communauté ») est utilisé en Occident, il est considéré en Europe centrale et orientale comme extrêmement péjoratif par les intéressés. Tout comme les instances internationales, ceux-ci utilisent le terme général rom, une dénomination choisie dans les années 1970 par les intellectuels de l'Union romani pour désigner toutes les communautés tsiganes d'Europe, mais dans laquelle ne se reconnaissent ni les Manouches, ni les Gitans.

Loin de la vision romantique du peuple errant, les mouvements migratoires des Rom s'expliquent surtout par des facteurs extérieurs tels que la guerre, l'instabilité politique et économique, les persécutions ou des changements sociaux profonds. Faute de traces historiques, les dates et les causes de leur départ du nord-ouest de l'Inde puis de leurs diverses vagues de migration vers l'Europe restent inconnues. Ce sont les linguistes à partir de la fin du xviiie siècle qui montreront que la langue tsigane, le romani, qui n'existe qu'à travers une pléiade d'idiomes marqués par les langues des territoires traversés au cours des siècles, est une langue indo-européenne proche des langues de l'Inde du Nord.

Quelle musique jouaient les Rom lors de leur arrivée en Europe du xiie au xive siècle ? Et avant ? Si bien des énigmes subsistent quant à la généalogie des musiques tsiganes, c'est, d'une part, faute d'archives, et, d'autre part, parce que ses musiciens créent avec le matériau des autres quelque chose qui, au bout du compte, leur est propre. Mais qu'est-ce qui est à proprement parler tsigane dans leur musique ? Une chose est sûre, il n'existe pas une mais des musiques tsiganes, dont les trois grands genres sont les musiques rom d'Europe centrale et orientale, le flamenco et le swing manouche.

Caractéristiques communes des musiques tsiganes

Si les musiques tsiganes révèlent une grande diversité de formes, de sources et de contenus, elles trouvent également leur unité à travers leur synergie avec les traditions locales et la manière dont elles sont interprétées.

Des musiques en osmose avec les traditions locales

À chacun des trois groupes principaux issus des divers chemins empruntés par les Tsiganes et de leur séjour plus ou moins long dans les pays traversés, correspond un genre musical en osmose avec la musique des autochtones qu'ils côtoyaient : les chœurs russes et les musiques d'Europe centrale et orientale pour les Rom, le flamenco pour les Gitans et le swing à cordes hérité de Django Reinhardt pour les Manouches.

Les Tsiganes se sont aussi emparés des instruments caractéristiques de la région où ils vivaient : le violon alto (bratsch) et les flûtes (caval, nai ou flûte de Pan) en Roumanie, l'accordéon touches-piano et la clarinette dans le sud des Balkans, la guitare à sept cordes et la balalaïka en Russie, le kanoun (cithare de forme trapézoïdale), la darbouka et l'oud en Turquie, le cymbalum (cithare sur caisse trapézoïdale à cordes frappées à l'aide d'une paire de baguettes dont l'extrémité est enroulée de fils de coton) en Hongrie essentiellement et en Roumanie. Toutefois, parce qu'ils sont très répandus en Europe, faciles à transporter et à intégrer dans to [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Le Taraf de Haïdouks

Le Taraf de Haïdouks
Crédits : Narcis Parfenti/ Shutterstock

photographie

Procession de Gitans

Procession de Gitans
Crédits : Keystone-France/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Django Reinhardt

Django Reinhardt
Crédits : Library of Congress, Washington, D.C.

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TSIGANES ou TZIGANES MUSIQUES  » est également traité dans :

FLAMENCO

  • Écrit par 
  • José BLAS VEGA
  •  • 3 215 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Origines et évolution »  : […] Diverses influences musicales ont eu une importance plus ou moins déterminante sur la formation des styles du cante flamenco . Selon d'éminents musicologues, les premières musiques orientales atteignirent le sud de l'Espagne avec les Phéniciens et les Carthaginois. Sous l'Empire romain, les marchands du Proche-Orient commercèrent avec les ports andalous ; ce sont les Syriens qui apportèrent le chr […] Lire la suite

ROM

  • Écrit par 
  • Marcel COURTHIADE
  •  • 6 985 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Musique »  : […] Élément essentiel de leur culture, la musique reste un art où les Rom excellent. En règle générale, ils reprennent des motifs locaux qu'ils enluminent, transfigurent et « tsiganisent » : les romances russes et même de simples chansons comme Kalinka , Les Yeux noirs , Les Soirées de Moscou passent désormais, jouées molto rubato , pour partie intégrante du patrimoine tsigane. La part de virtuosité […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis COUVREUX, « TSIGANES ou TZIGANES MUSIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/musiques-tsiganes/