FLAMENCO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chant flamenco (cante flamenco) est un art créé par le peuple andalou, sur la base d'un folklore populaire issu des diverses cultures qui s'épanouirent au long des siècles. À partir du xviiie siècle, époque capitale pour l'histoire de la culture et du folklore en maints pays européens, les Bas-Andalous, de souche gitane, donnèrent à cet art sa structure et ses caractères définitifs. Toute une série de facteurs, sociaux et humains, enracinés dans la douleur et la pauvreté, entrent en jeu à cette époque, l'Andalousie conservant sa prééminence, et les thèmes musicaux une marque primitive. Ainsi naît un phénomène littéraire et musical dont les premières manifestations sont signalées aux environs de 1750.

Malgré de multiples théories sur la formation et la nature du cante flamenco, les documents découverts jusqu'à ce jour permettent seulement d'affirmer qu'il est d'origine andalouse : quartier sévillan de Triana, ville de Xérès (Jerez de la Frontera), Cadix et ses puertos. C'est là que le cante flamenco trouva toujours le plus grand nombre d'interprètes et de styles.

On qualifie fréquemment le cante d'andalou, de profond (cante jondo), de gitan ou de flamenco. Cette dernière appellation s'est généralisée et prédomine désormais. L'étymologie du mot flamenco, comme qualificatif du cante, a été étudiée par de nombreux chercheurs, folkloristes et érudits. Plusieurs théories ont été proposées, aucune ne convainc totalement. Selon le musicologue García Matos, flamenco est un mot germanique qui signifie flamboyant, ardent et qui pourrait bien avoir été introduit en Espagne par des hommes du Nord. Ils auraient ainsi appelé le folklore andalou pour caractériser son éclat et sa fougue. Le mot flamenco s'applique aussi à une manière de vivre, faite de générosité et d'insouciance.

Origines et évolution

Diverses influences musicales ont eu une importance plus ou moins déterminante sur la formation des styles du cante flamenco. Selon d'éminents musicologues, les premières musiques orientales atteignirent le sud de l'Espagne avec les Phéniciens et les Carthaginois. Sous l'Empire romain, les marchands du Proche-Orient commercèrent avec les ports andalous ; ce sont les Syriens qui apportèrent le christianisme à l'Andalousie. Dès cette période, des textes grecs et romains font allusion à la grâce et aux dispositions des gens de Cadix pour la danse et le chant ; de prodigieuses danseuses vont même jusqu'à Rome, telle Thelethusa, célébrée par Juvénal. Les influences arabes étaient considérées, récemment encore, comme les plus importantes. Une théorie populaire assurait que tout le contexte musical provenait des Arabes, mais la démonstration a été faite que ce sont ces derniers qui s'inspirèrent du folklore andalou ! De l'étude de la danse et du chant orientaux, se dégage une affinité avec l'art populaire andalou, déjà imprégné d'orientalisme avant la domination sarrasine.

Le chant grégorien joua un grand rôle en Espagne au xe siècle. Le peuple participait aux fonctions religieuses en interprétant des cantiques : ainsi le chant religieux devient populaire. Ses caractéristiques mélodiques sont maintenant une des propriétés les plus significatives du chant flamenco. D'autre part, en raison de l'origine juive du christianisme et par l'intermédiaire de Byzance, la musique grégorienne avait acquis des inflexions sonores plaintives et orientales.

Cependant l'influence gitane l'emporte. En s'installant en Andalousie, les Gitans apportèrent au folklore andalou toute la tragédie de leur race persécutée et l'écho musical de leur origine indo-aryenne, au point qu'ils se prétendent les authentiques « forgerons » du cante flamenco.

Ni les écrivains ni les érudits ne fournissent de documents permettant de suivre l'évolution et le développement du cante flamenco dans la littérature populaire antérieure au xviiie siècle, bien que l'on ait compulsé de nombreux manuscrits, des romances d'aveugles, des documents corporatifs, des pièces de théâtre, des recueils de chansons, des livres de voyage, des chroniques historiques, des ouvrages de recherche ou d'étude sur la vie espagnole. Le cante flamenco, tel qu'on le connaît de nos jours, est, semble-t-il, une manifestation artistique qui commence à jouer un rôle à partir du xviiie siècle. Il s'exprime d'abord dans les lieux de travail ou dans les réunions familiales, pour passer ensuite dans les tavernes et les fêtes publiques. Les Gitans et les paysans en furent les principaux interprètes, car la société cultivée le méprisait, le considérant comme affaire de « petites gens ». Cette attitude favorisa le contact entre les Gitans et le peuple andalou. Vers 1850, le cante alimente le spectacle des cabarets chantants (cafés cantantes) qui se créent à Séville, Xérès, Cadix, Málaga et divers villes et villages andalous. Les styles les plus authentiques et les plus profonds (jondos) se mêlent à d'autres de caractère purement folklorique pour satisfaire un public toujours croissant. Dès 1918, avec le premier opéra flamenco, le cante se « théâtralise » et entre dans une époque de décadence, accentuée pendant la guerre civile et les premières années de l'après-guerre. C'est le temps des couplets aflamencados, répandus par de néfastes interprètes à la scène, à la radio ou au cinéma.

En 1957, une chaire de « flamencologie » est créée à Xérès et les premiers concours et festivals de chant s'organisent à Cordoue ; en outre, le regroupement de quelques poètes et intellectuels ouvre une étape de revalorisation du cante ; ces efforts sont récompensés : en un peu plus d'une décennie, le flamenco retrouve une splendeur équivalente à celle de l'époque des cafés cantantes ; on remet en valeur les styles authentiques, et une nouvelle génération d'interprètes se lève, qui sont comparables aux plus fameux d'antan.

Flamenco à Madrid

Photographie : Flamenco à Madrid

La culture du flamenco, née en Andalousie, a gagné l'ensemble de l'Espagne au XIXe siècle. 

Crédits : Françoise Weyl

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Flamenco à Madrid

Flamenco à Madrid
Crédits : Françoise Weyl

photographie

Mode de mi

Mode de mi
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cellules élémentaires du cante

Cellules élémentaires du cante
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : musicologue, assesseur au conseil de l'École de musique andalouse et de flamenco

Classification

Autres références

«  FLAMENCO  » est également traité dans :

CAMARÓN DE LA ISLA JOSÉ MONGE CRUZ, dit (1950-1992)

  • Écrit par 
  • André GAUTHIER
  •  • 815 mots

« Plus qu'un révolutionnaire, je le vois comme un créateur et un rénovateur de la musique et des formes du flamenco. Son disque La Légende du temps est pour moi un des joyaux de la discographie flamenca de cette seconde moitié du siècle », écrivait Antonio Morciano à la mort du célèbre cantaor, dont le véritable nom était José Monge Cruz. Il était né calle del Carmen, à Isla de San Fernando, dans […] Lire la suite

GADES ANTONIO (1936-2004)

  • Écrit par 
  • Martine PLANELLS
  •  • 1 064 mots

Révolutionnaire et rénovateur sont les deux termes qui caractérisent le mieux le danseur et chorégraphe espagnol Antonio Gades qui, pour n'être ni gitan ni andalou, a su incarner le flamenco dans toute sa pureté primitive. Si Gades n'a pu achever son Don Quichotte , il laisse toutefois derrière lui une œuvre immortalisée notamment par les trois films de Carlos Saura, témoignages vibrants de la rig […] Lire la suite

GALVÁN ISRAEL (1973- )

  • Écrit par 
  • Lise OTT
  •  • 970 mots
  •  • 1 média

D'origine andalouse et initié très jeune à la culture flamenco, Israel Galván de los Reyes a été reconnu dès la fin des années 1990, en Espagne, comme l'un des danseurs les plus prometteurs de sa génération. Sa notoriété de danseur et de chorégraphe n'a ensuite cessé de grandir non seulement dans son pays d'origine, mais aussi en Europe et à New York. Porteur d'un style très personnel visant à dé […] Lire la suite

GUITARE, en bref

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 446 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Œuvres principales »  : […] Les Recuerdos de la Alhambra ou le Capricho árabe de Francisco Tárrega illustrent admirablement le répertoire pour guitare de la fin du xix e  siècle ; le virtuose Miguel Llobet Soles (1878-1938), un de ses élèves, se produira dans le monde entier. Le fameux Concierto de Aranjuez de Joaquín Rodrigo (1940), tant de fois joué et réarrangé (y compris par le groupe de rock psychédélique The Doors), […] Lire la suite

MALAGUEÑA, danse

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 99 mots

Danse espagnole d'esprit flamenco, originaire de Málaga (d'où son nom). C'est une forme locale du fandango, comme le sont les rondeñas , les granadinas , les murcianas , nées respectivement à Ronda, à Grenade et à Murcie. La malagueña peut alterner avec le chant et s'accompagner de castagnettes. Elle est construite sur un rythme ternaire. C'est parfois une pièce seulement instrumentale. Son harmon […] Lire la suite

MANITAS DE PLATA (1921-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 494 mots
  •  • 1 média

Le musicien français Manitas de Plata a popularisé la guitare gitane et le flamenco en France, au milieu des années 1960, en même temps qu’il développait sa carrière internationale . Cet autodidacte, qui n'a jamais appris une note de solfège, a marqué les esprits par son jeu flamboyant, vendant des millions d'albums et jouant dans les plus grandes salles américaines. Ce succès commercial ne fut […] Lire la suite

PACO DE LUCÍA (1947-2014)

  • Écrit par 
  • Francis COUVREUX
  •  • 1 106 mots
  •  • 1 média

Par sa virtuosité, sa sensibilité et son audace, le maître de la guitare espagnole Paco de Lucía a donné au flamenco un rayonnement planétaire. Tout au long de sa vie, cet autodidacte andalou a fait évoluer la guitare flamenca en la mêlant à divers univers musicaux tels que la musique espagnole classique, les musiques brésiliennes ou encore le jazz. […] Lire la suite

PAQUERA DE JEREZ (1934-2004)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 179 mots

Chanteuse de flamenco. De son vrai nom Francisca Méndez Garrido. Issue d'une famille de chanteurs et de danseurs, de père gitan, elle se forme dans les cérémonies familiales et les fêtes privées. Son premier disque, Maldigo tus ojos verdes (1957), obtient un vif succès. En 1957, elle débute au tablao (cabaret) madrilène El Corral de la Morería. Avec Félix de Utrera et Pepín Cabrales, en 1959, e […] Lire la suite

TRIANA NARANJITO DE (1933-2002)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 131 mots

Chanteur flamenco espagnol. De son vrai nom José Sanchez Bernal, il affiche dès l'enfance ses dons exceptionnels pour le chant. Il rejoint très tôt des troupes de qualité, qui lui permettent de se produire d'emblée à Séville et à Madrid, avant d'entamer une carrière des deux côtés de l'Atlantique. Dans les années 1960, il participe à l'enregistrement de pièces de renom et notamment de la Messe f […] Lire la suite

TSIGANES ou TZIGANES MUSIQUES

  • Écrit par 
  • Francis COUVREUX
  •  • 3 928 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le chant flamenco »  : […] Interprété d'abord sans accompagnement musical, le chant flamenco voit le jour au début du xviii e  siècle dans certaines familles gitanes d 'Andalousie qui insufflent au fonds traditionnel andalou, notamment les romances (ballades octosyllabiques très anciennes transformées de génération en génération), une richesse expressive en sublimant à travers leur musique les souffrances et les tourments […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

José BLAS VEGA, « FLAMENCO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/flamenco/