TSIGANES ou TZIGANES MUSIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Taraf de Haïdouks

Le Taraf de Haïdouks
Crédits : Narcis Parfenti/ Shutterstock

photographie

Procession de Gitans

Procession de Gitans
Crédits : A. Keler/ Sygma/ Corbis

photographie

Django Reinhardt

Django Reinhardt
Crédits : Library of Congress, Washington, D.C.

photographie


La musique rom d'Europe centrale et orientale

Dès les premières vagues de migrations au Moyen Âge, les Rom se sont implantés, pour une grande part, en Europe centrale et orientale. Ils y constituent aujourd'hui un prolétariat de plus en plus misérable, sédentarisé dans des quartiers ghettos où s'accumulent les problèmes sociaux. Les soubresauts de l'histoire ont entraîné dans cette région d'incessants redécoupages territoriaux et des déplacements de population. Aussi, les musiques d'Europe centrale et orientale telles qu'on les nomme ne coïncident pas toujours avec les frontières actuelles. C'est le cas de la musique dite hongroise – musique majoritairement instrumentale faisant la part belle au cymbalum et au violon – qui s'est notamment développée en Transylvanie, région aujourd'hui roumaine mais qui a appartenu jusqu'aux lendemains de la Première Guerre mondiale à la Hongrie.

La musique tsigane hongroise

Les Rumungre, descendants des premiers tsiganes arrivés en Hongrie au xive siècle, et les Olah ou Rom Vlax, arrivés plus tard de Valachie et de Moldavie au milieu du xixe siècle, forment les deux principaux groupes tsiganes hongrois.

Les Rom Vlax seraient les gardiens des formes les plus archaïques du répertoire, des chants habités d'une grande profondeur et restés longtemps ignorés. Pour parler de leurs chants qui puisent toujours dans le même fonds archétypal transmis de génération en génération, les Rom disent djili (terme signifiant « chanson » en romani). Selon Patrick Williams, c'est en quelque sorte la parole qui continue, une manière de dire son émotion en exaltant la fraternité, l'assemblée encourageant le chanteur et pouvant aussi se joindre à lui. La rythmique est assurée par les claquements de doigts, de mains ou par les battements de pied, et éventuellement par la percussion, jouée sur des ustensiles ménagers (cruche ou cuillères placées dos à dos). Cette musique tsigane est longtemps restée méconnue de ceux qui n'appartenaient pas à la communauté.[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TSIGANES ou TZIGANES MUSIQUES  » est également traité dans :

FLAMENCO

  • Écrit par 
  • José BLAS VEGA
  •  • 3 215 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Origines et évolution »  : […] Cependant l'influence gitane l'emporte. En s'installant en Andalousie, les Gitans apportèrent au folklore andalou toute la tragédie de leur race persécutée et l'écho musical de leur origine indo-aryenne, au point qu'ils se prétendent les authentiques « forgerons » du cante flamenco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flamenco/#i_55099

ROM

  • Écrit par 
  • Marcel COURTHIADE
  •  • 6 985 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Musique »  : […] Élément essentiel de leur culture, la musique reste un art où les Rom excellent. En règle générale, ils reprennent des motifs locaux qu'ils enluminent, transfigurent et « tsiganisent » : les romances russes et même de simples chansons comme Kalinka, Les Yeux noirs, Les Soirées de Moscou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rom/#i_55099

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis COUVREUX, « TSIGANES ou TZIGANES MUSIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/musiques-tsiganes/