CYMBALUM ou CEMBALUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cymbalum est un instrument à cordes de la famille du tympanon et qui est utilisé dans de petits ensembles, notamment par les Roms d'Europe centrale. Il possède une caisse de résonance trapézoïdale montée sur quatre pieds, avec une étendue chromatique de quatre octaves et, contrairement aux autres instruments de la même famille, une sourdine à pédale pour étouffer le son des cordes. Le cymbalum comporte environ cent vingt-cinq cordes métalliques, à raison de trois à cinq cordes par note. Certaines cordes rencontrent deux ou trois chevalets sur l'ensemble de leur longueur. Le musicien, qui joue assis, frappe les cordes avec deux petits marteaux en bois, un dans chaque main ; ces marteaux sont recouverts de cuir dur ou souple, selon le son qui est recherché.

Apparenté au santūr persan au Hackbrett germanique, le cymbalum est joué en Hongrie dès le xvie siècle. Des cimbaloms portatifs traditionnels, d'origine plus ancienne, sont encore joués dans les campagnes hongroises ; on en trouve des formes étroitement apparentées en Roumanie, en Grèce, en Pologne, en Lettonie, en Lituanie et en Estonie. La version portative du cymbalum est accrochée à l'aide d'une courroie aux épaules de l'instrumentiste, qui en joue debout.

Le cymbalum moderne a été inventé à Budapest vers 1870 par Jozsef Schunda. Une vingtaine d'années plus tard, il était proclamé instrument national de la Hongrie et, dès 1897, on a commencé à enseigner le cymbalum à l'Académie de musique de Budapest. Il semble que ce soit Franz Liszt qui ait introduit le cymbalum dans l'orchestre « classique », dans la version révisée de sa Ungarischer Sturmmarsch (1875) ; le cymbalum a été utilisé par Igor Stravinski dans Renard (1916) et dans Ragtime (1918), par Zoltán Kodály dans Háry János (1926), par Heinz Holliger dans Glühende Rätsel (1964), par Pierre Boulez dans Répons (1981), par Peter Eötvös dans Psychokosmos (1994)...

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CYMBALUM ou CEMBALUM  » est également traité dans :

CLAVECIN

  • Écrit par 
  • Josiane BRAN-RICCI, 
  • Robert VEYRON-LACROIX
  •  • 4 760 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Origine et fonctionnement »  : […] Parce que le piano a pris la place du clavecin, on a parfois tendance à croire que l'un et l'autre appartiennent à la même famille. Or, ces deux instruments n'ont guère que trois points communs : les cordes, le clavier et la forme, cette dernière ressemblance étant d'ailleurs fort approximative. En réalité, il s'agit de deux familles d'instruments très distinctes. D'une part, celle des cordes pin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clavecin/#i_10128

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 365 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Histoire de l'instrument »  : […] Le piano est né de l'association d'un clavier utilisé comme base de la réalisation de l'écriture musicale – à ce titre, il a hérité de l'orgue, du clavecin et du clavicorde – et d'une percussion contre des cordes tendues sur une structure de résonance (cadre, caisse et table d'harmonie). Il s'agit là d'un héritage du psaltérion et du tympanon, instruments à cordes frappées au moyen de petits mail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piano/#i_10128

Pour citer l’article

« CYMBALUM ou CEMBALUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cymbalum-cembalum/