MOUVEMENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Espace, temps, matière

Comme on l'a déjà suggéré, la solution apportée par Newton au problème de la « cause » du mouvement inertiel – l'emprise de l'espace (absolu) sur les choses – n'est pas, en dépit de tous les succès qu'a connus la théorie newtonienne, celle qui convient. La raison en est que le concept d'espace absolu (tout comme celui de repos absolu) est en contradiction avec le principe de relativité galiléen. Comme l'écrit H. Weyl (op. cit.), « la ligne de démarcation ne passe pas entre le repos et le mouvement, mais bien entre les mouvements de translation uniforme et les mouvements accélérés ». L'inertie ne peut pas être pensée comme un effet de l'espace absolu sur les choses, puisque celui-ci n'est qu'une chimère. Comme l'a souvent fait remarquer Einstein (par exemple dans un texte d'introduction à la traduction anglaise du Dialogue de Galilée), l'espace absolu de Newton n'est pas satisfaisant pour deux raisons :

– il n'est investi d'aucune réalité comparable à celle dont jouit la matière ;

– il détermine le comportement des objets réels, mais n'est en aucune façon affecté par ces mêmes objets. C'est là le point crucial : la solution du problème de l'équivalence dynamique des mouvements inertiels et du repos nécessite la reconnaissance préalable du fait que la structure inertielle de l'espace, parce qu'elle est réelle, implique non seulement qu'elle agisse sur les objets, mais aussi qu'elle soit agie, affectée par eux (c'est même en cela et à ce prix là qu'elle est réelle).

Ce n'est pas le lieu ici de raconter comment Einstein, cherchant à expliquer l'égalité constatée entre ce qu'on est convenu d'appeler la « masse inertielle » (définie plus haut) et la « masse gravitationnelle » (laquelle quantifie le rôle de la matière dans l'attraction que subissent deux corps – et n'a aucune raison a priori d'être égale à la masse inertielle), en est venu à la conclusion que l'espace (ou plus exactement l'espace-temps, car, dans l'intervalle, il avait été reconnu qu[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOUVEMENT  » est également traité dans :

ABŪ L-HUDHAYL AL-‘ALLĀF (752-842)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 792 mots

Premier grand penseur de la théologie mu‘tazilite, disciple indirect de Wāṣil b. ‘Atā', Abū l-Hudhayl al-‘Allāf est né à Baṣra et mort à Sāmarā. S'étant initié à la philosophie, il s'oppose vivement aux « physiciens » matérialistes, la dahriyya, qui soutiennent l'éternité du monde, défendant dans les polémiques les grands […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-l-hudhayl-al-allaf/#i_46

ACTION & RÉACTION, physique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 1 491 mots

Dans le chapitre « Le principe de moindre action »  : […] de Newton peut se déduire d'un « principe variationnel ». L'idée en est la suivante : on considère pour un mobile toutes les trajectoires concevables entre deux points ; à chacune d'elles, on associe une certaine grandeur, calculée (par intégration le long de la trajectoire) à partir des vitesses et positions du corps. La quantité physique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/action-et-reaction-physique/#i_46

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 117 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les présocratiques »  : […] . À la contestation parménidienne de la réalité ontologique du mouvement, on oppose volontiers la théorie héraclitéenne de la mobilité universelle, qui fait que nous ne nous baignons jamais deux fois dans le même fleuve ou, comme renchérira son disciple Cratyle (env. 470-400), même pas une seule fois, parce que le fleuve n'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/#i_46

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Être et essence »  : […] ni par conséquent ne tente une explication du monde à partir d'un principe unique. La pluralité des sens de l'être apparaît comme une scission produite dans l'être autre que divin par le phénomène universel du mouvement. Mais, contrairement à Parménide qui nie la réalité du mouvement pour sauver l'univocité de l'être, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_46

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 240 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La physique, la biologie »  : […] Aristote fait de la nature elle-même le principe du mouvement, que ce soit dans le ciel (où le mouvement des astres est circulaire et uniforme) ou sur la Terre (où ont lieu le changement substantiel, et le changement selon le lieu, la qualité ou la quantité). D'où les deux compartiments de la nature : le ciel, dont les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristotelisme/#i_46

ARISTOTÉLISME MÉDIÉVAL

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 4 994 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'« aristotélisme commun » et la représentation de la nature »  : […] de l'objet de la physique : la nature (définie comme « le principe et la cause du mouvement et du repos des choses en lesquelles elle réside immédiatement, par essence et non par accident », 192 b 21-23) et, par conséquent aussi, le mouvement (puisqu'on ne saurait connaître ce qu'est la nature sans savoir d'abord ce qu'est le mouvement) ou, plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristotelisme-medieval/#i_46

BALISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GARNIER
  •  • 2 104 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Balistique extérieure »  : […] La balistique extérieure peut être considérée comme une branche de la mécanique rationnelle. À ce titre, elle cherche à mettre sous forme d'équation le mouvement d'un projectile tiré par une bouche à feu ou celle d'un missile autopropulsé. L'étude comporte le mouvement du centre de gravité du projectile et son mouvement autour de son centre de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/balistique/#i_46

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 13 000 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Vers la causalité scientifique »  : […] Donnons quelques exemples. Les Grecs distinguaient deux sortes de mouvements – le changement qualitatif (par exemple, la genèse et la corruption des vivants) et le déplacement (par exemple des astres) ; on se limite, en astronomie et en mécanique, au second, le changement de lieu ou « phora ». Les Grecs liaient l'idée de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/causalite/#i_46

CINÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Michel CAZIN, 
  • Jeanine MOREL
  •  • 5 730 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Cinétique »  : […] équilibre si la résultante des forces qui lui sont appliquées est nulle en un point : c'est le centre de gravité. Si le solide est en mouvement, il s'ajoute une force qui provoque le mouvement, le centre de gravité se déplace alors vers un autre point qui permet l'équilibre du solide lors de son déplacement : le centre d'inertie, ou centre de masse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinematique/#i_46

CINÉTIQUE DES FLUIDES THÉORIE

  • Écrit par 
  • Jean-Loup DELCROIX
  •  • 10 022 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Fonction de distribution simple »  : […] À un instant donné, le mouvement d'une molécule du gaz peut être caractérisé par son vecteur position r et son vecteur vitesse w. On représente la position par un point dans l'espace ordinaire et le vecteur vitesse par un point dans l'espace des vitesses. Dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-cinetique-des-fluides/#i_46

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La physique »  : […] Descartes réduit l'essence du monde à celle d'un espace homogène, offert à un savoir proprement géométrique. Des trois espèces de mouvement que distinguait Aristote, il ne retient que le mouvement spatial, défini par le changement de lieu. C'est ce mouvement, mathématiquement exprimable, qui se répand dans la nature entière, selon les lois du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-descartes/#i_46

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 337 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'explication causale »  : […] et à ce titre comparables à celles que nous exerçons quand nous donnons une impulsion de mouvement à un corps. Elles correspondent même à l'expérience immédiate que nous avons de l'impulsion que notre volonté transmet à nos membres. Mais on a souvent remarqué, depuis Malebranche et Hume, que le processus par où nous mouvons nos membres est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description-et-explication/#i_46

DIODORE CRONOS (mort en -296)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 312 mots

Philosophe de l'école de Mégare, sur l'enseignement duquel nous ne possédons que des témoignages fragmentaires. Comme les autres mégariques, Diodore se situe dans la tradition éléate et cherche, comme Zénon d'Élée, à nier dialectiquement l'existence du mouvement (cf. Sextus Empiricus, Adversus mathematicos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diodore-cronos/#i_46

DURÉE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 954 mots

Cette notion indique l'idée de persistance d'un phénomène, de maintenance temporelle d'une réalité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/duree/#i_46

DYNAMIQUE

  • Écrit par 
  • Michel CAZIN, 
  • Jeanine MOREL
  •  • 9 997 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Relation entre théorèmes généraux et équations de Lagrange »  : […] Le théorème de l'énergie-puissance n'est pas indépendant des équations de mouvement obtenues par les méthodes équivalentes des théorèmes généraux ou des équations de Lagrange mais peut être obtenu à partir de ces équations. L'équation donnée par ce théorème pourra donc remplacer une des équations de mouvement mais ne donne pas une équation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynamique/#i_46

EINSTEIN ALBERT (1879-1955)

  • Écrit par 
  • Michel PATY
  •  • 6 512 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Mouvement moléculaire »  : […] s'aperçut que les fluctuations pourraient trouver une application dans les propriétés du mouvement brownien, mouvement aléatoire de nature macroscopique affectant de petits corps en suspension dans un fluide, qui résulte de l'agitation thermique des molécules. Élargissant la notion de pression osmotique des molécules des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-einstein/#i_46

ESPACE-TEMPS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PROVOST, 
  • Marie-Antoinette TONNELAT
  • , Universalis
  •  • 6 019 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Espace et temps absolus »  : […] à la relativité de Galilée : pour celui-ci, les lois physiques régissant un phénomène ne sont pas troublées par le mouvement du système considéré. Les lois du mouvement d'un mobile donné sont les mêmes pour tous les observateurs, qu'ils soient ou non eux-mêmes en mouvement. Ces observateurs ne sont plus privilégiés : ils deviennent équivalents […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-temps/#i_46

FLUIDES MÉCANIQUE DES

  • Écrit par 
  • Jean-François DEVILLERS, 
  • Claude FRANÇOIS, 
  • Bernard LE FUR
  •  • 8 847 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Champ des vitesses »  : […] avec le fluide, c'est-à-dire telle que chacun de ses points soit animé de la même vitesse locale que le fluide. Le mouvement de cette particule peut se décomposer en un mouvement de translation dont la vitesse est celle du centre d'inertie du fluide contenu dans la surface fermée et en un mouvement de rotation dont le vecteur vitesse de rotation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-des-fluides/#i_46

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

Dans le chapitre « Logique transcendantale et mécanique rationnelle »  : […] substantielle de la matière doit être abandonnée. La mécanique doit décrire le mouvement comme manifestation spatio-temporelle de la matière. Comme nature et existence, la matière possède certes une intériorité substantielle. Mais celle-ci est inaccessible en tant que telle. Elle est nouménale. Elle s'extériorise, s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forme/#i_46

FROTTEMENT

  • Écrit par 
  • Jacques-Jean CAUBET, 
  • Jean POLTI
  •  • 3 375 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Typologie des frottements »  : […] Le cas le plus général est celui du « frottement de glissement ». Si l'on désigne par F la force, parallèle au plan tangent commun aux corps A et B, nécessaire pour obtenir le glissement de A par rapport à B, le coefficient global de frottement de glissement f est égal à F/N ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frottement/#i_46

GÉOCENTRISME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  •  • 3 227 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Cosmologie et physique »  : […] Le mouvement, dont Aristote ne fera qu'une catégorie du changement, n'est pas possible non plus ! Les paradoxes de Zénon d'Élée (ve siècle av. J.-C.) ne sont pas plus facilement contournables que ceux de Parménide : le coureur ne touchera jamais au but, car avant de toucher l'extrémité de la piste, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geocentrisme/#i_46

GESTALTISME

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 595 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les précurseurs »  : […] « stroboscope ». Plateau et Stampfer avaient découvert la possibilité de produire un mouvement apparent, c'est-à-dire un procédé procurant une impression continue de mouvement à partir de la combinaison temporelle d'images immobiles. Cette découverte ne fut pas seulement à l'origine de l'invention capitale du cinématographe par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gestaltisme/#i_46

HOBBES THOMAS (1588-1679)

  • Écrit par 
  • Raymond POLIN
  •  • 2 662 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un mécanisme strict »  : […] Principles, il conçoit le monde dans les termes d'un mécanisme strict, en termes de mouvements caractérisant des corps définis par leur étendue et par leur forme. Tout mouvement consiste dans le passage continu d'un lieu à un autre. Tout corps est en mouvement ou en repos. Quand un corps est en mouvement, il se meut éternellement à moins d'en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-hobbes/#i_46

HYLÉMORPHISME

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 939 mots

Théorie philosophique d'Aristote selon laquelle la constitution de tout être relevant du cosmos est expliquée par deux principes corrélatifs : la matière (hylê : bois, matériau de construction) et la forme (morphê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hylemorphisme/#i_46

LÉONARD DE VINCI (1452-1519)

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 12 070 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le savoir »  : […] de l'agitation diffuse dans la nature : le vent, les eaux, la chute des corps, etc., il procède à l'analyse méthodique du mouvement et de ses lois, et il apparaît ainsi engagé dans la voie de Galilée, mais sans déboucher sur la physique abstraite de l'étendue. Tout mouvement est dû pour lui au fait que chacun des quatre éléments réside à l'état de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonard-de-vinci/#i_46

LIBERTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 11 646 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le langage de l'action »  : […] se déploie dans un autre univers du discours : c'est le langage qui exprime l'action dans les termes des mouvements qu'on observe dans la nature. Le langage de l'action n'est pas le langage du mouvement : un mouvement est quelque chose qui arrive et que l'on constate ; une action est quelque chose qu'on fait arriver et que l'on sait faire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte/#i_46

LOCKE JOHN (1632-1704)

  • Écrit par 
  • Geneviève BRYKMAN
  •  • 3 990 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le déclin du pur « cogito » »  : […] dualisme esprit-matière. Locke tient que c'est notre expérience de la capacité des êtres à provoquer ou à simplement recevoir du mouvement qui est à l'origine de la croyance dualiste : « Notre idée d'un corps est celle d'une substance solide, étendue, capable de communiquer le mouvement par impulsion ; notre idée de l'âme comme substance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-locke/#i_46

MAGNÉTOHYDRODYNAMIQUE (M.H.D.)

  • Écrit par 
  • Jean-Loup DELCROIX
  •  • 4 459 mots
  •  • 18 médias

La magnétohydrodynamique (M.H.D.) est une branche de la physique consacrée à l'étude des mouvements des fluides conducteurs de l'électricité en présence de champs magnétiques. Elle s'applique aux métaux liquides (mercure, métaux alcalins fondus), aux gaz faiblement ionisés et aux plasmas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetohydrodynamique/#i_46

MASSE, physique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND, 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 055 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Masse et inertie »  : […] dynamique. L'expérience courante l'indique aussi bien : plus la masse (quantité de matière) d'un objet est grande, plus il est difficile de le mettre en mouvement ou de l'arrêter, autrement dit, de modifier son état de mouvement. Le principe de l'inertie, ébauché par Galilée, puis par Descartes, et énoncé par Newton, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masse-physique/#i_46

MASSE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 654 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La masse inerte et la masse grave »  : […] avoir été le premier à développer la notion d'inertie liée à l'idée d'opposition au mouvement et à la vitesse acquise par un corps céleste soumis à une force ; il associait ce concept d'inertie à la quantité de matière contenue dans un volume donné, entretenant la confusion entre masse et densité. Le concept sera défini clairement par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masse/#i_46

MÉCANIQUE - Histoire de la mécanique

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 6 181 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De Galilée à Newton »  : […] C'est donc la deuxième des sciences nouvelles, moins prophétique, qui fait le véritable succès de l'ouvrage. Elle concerne le mouvement des corps pesants et l'organise en un corps de doctrine de manière admirable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-histoire-de-la-mecanique/#i_46

MÉCANIQUE - Mécanique analytique

  • Écrit par 
  • Francis HALBWACHS, 
  • Jean-Marie SOURIAU
  •  • 3 807 mots
  •  • 1 média

de Maupertuis (1744), dans un certain isolement par rapport aux autres branches de la mécanique et de la physique. Le point de départ en est le « principe de moindre action », qui permet de déterminer le mouvement d'un point matériel dans un champ de forces. Si on considère le mouvement le long d'un arc de trajectoire AB et que l'on évalue l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-mecanique-analytique/#i_46

MÉCANIQUE - Liaisons mécaniques

  • Écrit par 
  • Armand GIET
  •  • 9 086 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Liaisons partielles et guidages »  : […] On ne peut communiquer à un corps quelconque un mouvement déterminé qu'en limitant ses degrés de liberté par d'autres corps. On dit alors qu'il existe, entre les corps, des liaisons partielles. L'assemblage qui permet certaines libertés de mouvement et en empêche d'autres s'appelle guidage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-liaisons-mecaniques/#i_46

MÉCANIQUE - Mécanismes

  • Écrit par 
  • Robert LE BORZEC
  •  • 1 832 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Classification des mécanismes »  : […] Ainsi définis, les mécanismes peuvent être classés d'après la nature des mouvements « moteurs » et « utilisateurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-mecanismes/#i_46

MÉCANIQUE CÉLESTE

  • Écrit par 
  • Bruno MORANDO
  •  • 6 162 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le mouvement de la Lune »  : […] Le corps central est ici la Terre de masse M ; m est la masse de la Lune et m′ celle du Soleil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-celeste/#i_46

MÉCANIQUE SPATIALE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CARROU
  •  • 6 673 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les lois fondamentales »  : […] L'utilisation simultanée de l'équation fondamentale de la dynamique et de la loi de l'attraction newtonienne permet d'écrire l'équation du mouvement, qui est une conique. On retrouve ainsi, pour les relations liées aux ellipses, les lois de Kepler, établies au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-spatiale/#i_46

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « La pensée et le mouvement »  : […] décrire rationnellement ce processus en l'inscrivant dans la conceptualité générale du mouvement, en faisant de la pensée un mouvement, une altération certes distincte de l'altération au sens habituel de « changement vers une disposition privative » impliquant une destruction, mais une altération tout de même relevant de cet « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_46

NAẒẒĀM AL- (775-846)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 322 mots

Théologien mu‘tazilite. Disciple d'Abū l-Hudhayl al-‘Allāf, Naẓẓām est remarquable par l'étendue de ses connaissances en matières religieuses et philosophiques. Comme son maître, il combat les dualistes et les « physiciens » matérialistes (dahriyya). Reprenant une distinction d'Abū l-Hudhayl entre les actes des membres et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-nazzam/#i_46

NEWTON ISAAC (1642-1727)

  • Écrit par 
  • Michel PATY
  •  • 4 665 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La gravitation universelle et les « Principia » »  : […] distances pour sa force dès ses « années merveilleuses », quand il s'intéressait déjà aux mouvements curvilignes et au problème de la Lune, il ne donna cependant tout leur développement à ses conceptions que dans la période décisive qui va de 1679 à 1684, sous la stimulation de Hooke, de Flamsteed, de Halley […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-newton/#i_46

OBJET

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 8 222 mots

Dans le chapitre « L'objet scientifique irréductible à l'objet perçu »  : […] comme scientifique. L'exemple classique est celui de la mécanique, théorie du mouvement. C'est en effet seulement lorsqu'un concept de mouvement a été formé par abandon des notions richement intuitives de changements qualitatifs, de naissance, de corruption qu'ont pu être formulés des axiomes simples et appliqués des raisonnements rigoureux, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/objet/#i_46

ORESME NICOLE D' (1325-1382)

  • Écrit par 
  • Francis RUELLO
  •  • 292 mots

Né en Normandie, Oresme suit à Paris, à la faculté des arts, les cours de Jean Buridan dont il est le disciple et l'ami. Maître ès art en 1362, il est nommé évêque de Lisieux en 1377 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicole-d-oresme/#i_46

PENDULES & MOUVEMENTS PENDULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel CAZIN
  •  • 2 348 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Mouvement pendulaire relatif à un repère galiléen »  : […] Étudions d'abord le mouvement d'un seul solide relativement à un repère de référence galiléen (g) et supposons que l'axe du rotoïde soit Ogzg = Oz, faisant avec le plan horizontal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pendules-et-mouvements-pendulaires/#i_46

PERPÉTUEL MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 2 792 mots

Le vocabulaire et le thème du mouvement perpétuel appartiennent essentiellement à l'histoire des sciences, et, plus précisément, en Europe, à l'époque qui va du début du xvie à la fin du xviiie siècle. Le rôle important qu'ils ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-perpetuel/#i_46

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 742 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La question du savoir »  : […] : et c'est Héraclite, alors, qui a raison. On peut raffiner la thèse, concevoir le mouvement non plus comme un principe d'altération et de changement, mais comme le principe de multiples genèses, de relations instantanées dont les termes sont de simples corrélatifs que rien ne relie vraiment ni entre eux ni à eux-mêmes. Une perception aurait lieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_46

RELATIVITÉ - Relativité restreinte

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 432 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Dilatation du temps et contraction des longueurs »  : […] Les équations de Lorentz impliquent que le mouvement a pour effet de dilater les intervalles d'un facteur γ. Cela ne signifie pas qu'un voyageur dans une fusée se sent vieillir moins vite lorsque son véhicule a une vitesse élevée par rapport à la Terre, ni que des horloges en mouvement retardent comme si leur mécanisme était grippé par un effet dû […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relativite-relativite-restreinte/#i_46

ROBOTIQUE ET PSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe GAUSSIER
  •  • 2 144 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le robot comme outil »  : […] de façon parfaitement identique. À l’inverse, on peut programmer un robot pour que ses mouvements soient dégradés ou impossibles à réaliser par un humain. Ces travaux sont notamment utilisés pour étudier ce qui nous permet de discriminer un mouvement biologique d’autres types de mouvements ou pour analyser les dynamiques d’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robotique-et-psychologie/#i_46

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 644 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Science et ontologie »  : […] un exemple, celui de la physique. « La physique se meut dans l'espace et le temps et le mouvement. La science en tant que science ne peut décider de ce qu'est le mouvement, l'espace, le temps. La science ne pense donc pas, elle ne peut même pas penser dans ce sens avec ses méthodes. » L'espace, le temps et le mouvement ne sont pas, pour la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_46

SÉISMES ET SISMOLOGIE - Le génie parasismique

  • Écrit par 
  • Philippe GUÉGUEN
  •  • 8 875 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Comportement sismique d'une structure »  : […] de ses déplacements lorsqu'elle subit un chargement donné et variable dans le temps. Les déplacements d'un corps solide soumis à un chargement dynamique sont obtenus au moyen d'expressions mathématiques, appelées équations dynamiques du mouvement. Elles doivent tenir compte des lois de comportement, des conditions aux limites et de l'état d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seismes-et-sismologie-le-genie-parasismique/#i_46

STABILITÉ

  • Écrit par 
  • Michel CAZIN
  •  • 3 750 mots
  •  • 2 médias

La question est de savoir si tous les εi(t) restent petits dans le déroulement évolutif des phénomènes. S'il en est ainsi, on dira que le mouvement de (D), prévu et caractérisé par qi = fi(t), avec i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stabilite/#i_46

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 141 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La force du raisonnement philosophique »  : […] une absence de temps auparavant, ce qui était absurde puisque la notion d’« auparavant » présupposait l’existence du temps. De même, un mouvement ne pouvait pas se produire spontanément : soit il existait de toute éternité, soit il résultait de l’action d’un autre mouvement qui était lui-même soit éternel, soit le produit d’encore un autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/age-de-la-terre/#i_46

THÉORIE DU MOUVEMENT DES CORPS SOLIDES OU RIGIDES (L. Euler)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 353 mots
  •  • 1 média

Le mathématicien suisse Leonhard Euler (1707-1783) pose les fondements de la mécanique analytique en publiant en 1765 un volumineux ouvrage de plus de 500 pages titré Theoria motus corporum solidorum seu rigidorum (Théorie du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-du-mouvement-des-corps-solides-ou-rigides/#i_46

VIBRATIONS MÉCANIQUES

  • Écrit par 
  • Michel CAZIN
  •  • 6 840 mots
  •  • 12 médias

On dit qu'un ensemble mécanique est le siège de vibrations s'il est animé de petits mouvements au voisinage d'une position d'équilibre. Une vibration est définie à l'aide de une ou de plusieurs fréquences ; elle est également caractérisée par son amplitude […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vibrations-mecaniques/#i_46

ZÉNON D'ÉLÉE (-Ve s.)

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 1 925 mots

ci enseignait que l'être est un, indivisible et immobile, que la multiplicité et le mouvement ne sont qu'illusion. Cette doctrine était taxée d'incohérence par ses adversaires. Afin de défendre son maître, Zénon imagina une série d'arguments qui devaient montrer que les positions de ces détracteurs étaient, plus que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zenon-d-elee/#i_46

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise BALIBAR, « MOUVEMENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement/