LAGRANGE JOSEPH LOUIS (1736-1813)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au crépuscule du xviiie siècle, le mathématicien Lagrange a donné au calcul des variations sa formulation générale en l'abordant de manière purement analytique ; il appliquera ses méthodes à la mécanique dont il donne un exposé systématique qui repose sur la théorie des équations différentielles. Outre d'importants théorèmes de théorie des nombres, on lui doit un mémoire capital sur la théorie des équations qui annonce et prépare la grande révolution conceptuelle de l'algèbre au siècle suivant.

L'œuvre de Lagrange

Joseph Louis Lagrange appartenait à une famille turinoise originaire de France par les hommes. Les aptitudes scientifiques du jeune Lagrange se révélèrent très tôt et, bien que destiné au barreau, il se tourna à l'âge de dix-sept ans vers l'analyse mathématique.

La lecture de l'ouvrage d'Euler sur les isopérimètres le conduisit, dès 1754, à des résultats fondamentaux sur le calcul des variations, dont il doit être considéré, avec Euler, comme un des fondateurs. Il introduit la notion générale de variation et crée une méthode purement analytique, indépendante de considérations géométriques propres à chaque problème particulier. La réaction favorable d'Euler l'encourage et, en 1756, il applique ses techniques au principe de la moindre action, fondement de la mécanique.

En 1757, Lagrange et quelques-uns de ses amis fondent une société scientifique d'où sortira, en 1783, l'Académie de Turin. Dans les Mélanges de Turin édités par cette société, Lagrange publiera ses « Recherches sur la nature et la propagation du son » ; il participera brillamment à la célèbre polémique sur le problème des cordes vibrantes. Il développe ses conceptions sur le calcul des variations, les applique à la mécanique, et étudie de nombreux cas d'intégration d'équations différentielles et d'équations aux dérivées partielles.

Lagrange remporte le prix de l'Académie des sciences de Paris (1764, libration de la Lune et 1766, satellites de Jupiter).

Dans un court voyage à Paris, en 1764, il [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, membre correspondant de l'Académie internationale d'histoire des sciences

Classification


Autres références

«  LAGRANGE JOSEPH LOUIS (1736-1813)  » est également traité dans :

RÉFLEXIONS SUR LA RÉSOLUTION ALGÉBRIQUE DES ÉQUATIONS (J. L. Lagrange)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 195 mots

Joseph Louis Lagrange (1736-1813) publie en 1770 les Réflexions sur la résolution algébrique des équations dans les Mémoires de l'Académie royale des sciences et belles-lettres de Berlin, Académie où il avait succédé à Leonhard Euler comme directeur des mathématiques. Ce texte commence par un hommage appuyé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reflexions-sur-la-resolution-algebrique-des-equations/#i_20324

ACTION & RÉACTION, physique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 1 491 mots

Dans le chapitre « Le principe de moindre action »  : […] voit s'imposer une autre notion d'action. À l'origine de cette terminologie donc, la puissance divine. Plus laïquement, Joseph Louis Lagrange (1736-1813) montrera que la mécanique de Newton peut se déduire d'un « principe variationnel ». L'idée en est la suivante : on considère pour un mobile toutes les trajectoires concevables entre deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/action-et-reaction-physique/#i_20324

ANALYSE MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 8 744 mots

Dans le chapitre « Théorie spectrale et analyse fonctionnelle »  : […] de paramètres réels qj(1 ≤ j  n) qui varient en fonction du temps t). La solution, due à Lagrange, consiste à chercher les « oscillations propres » (ou « en phase »), c'est-à-dire de la forme qj(t) = cjϕ(t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-mathematique/#i_20324

BESSEL FRIEDRICH (1784-1846)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 502 mots

Influencé par les travaux de Joseph-Louis Lagrange (1736-1813) sur les trajectoires elliptiques des planètes, Bessel s’attache à résoudre le problème du mouvement de trois corps soumis à leurs attractions mutuelles par la force de gravitation. Il trouve alors commode d’introduire les fonctions qui, depuis, portent son nom. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-bessel/#i_20324

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 509 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La théorie des fonctions de Lagrange »  : […] Quant à Lagrange, estimant la méthode des limites entachée d'un recours à la métaphysique et suspectant la rigueur de la méthode des infiniment petits, il s'efforça, dès 1772, de fonder l'analyse sur des méthodes algébriques et en particulier sur l'emploi des développements en séries de Taylor. Ses conceptions furent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-infinitesimal-histoire/#i_20324

DIOPHANTIENNES APPROXIMATIONS

  • Écrit par 
  • Marcel DAVID
  •  • 4 870 mots

Dans le chapitre « Approximations d'un irrationnel. Fractions continuées »  : […] ad − bc = ± 1 et a, b, c et d entiers. (3) Une condition nécessaire et suffisante pour que τ présente un développement périodique est que τ soit un irrationnel algébrique du second degré (théorème dû à Lagrange).pour tout n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/approximations-diophantiennes/#i_20324

DIOPHANTIENNES ÉQUATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COLLIOT-THÉLÈNE, 
  • Marcel DAVID, 
  • Universalis
  •  • 6 367 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Généralités sur le second degré »  : […] de conique à coefficients entiers, n'est intéressante que dans les cas parabolique ou hyperbolique. L'étude en a été faite par Euler et Lagrange. Dans le cas elliptique, en effet, il n'y a qu'un nombre fini (éventuellement nul) de solutions, qu'on peut déterminer par essais successifs. C'est ainsi que Gauss a étudié l'équation ax2 + by […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equations-diophantiennes/#i_20324

ÉQUATIONS ALGÉBRIQUES

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 5 787 mots

Dans le chapitre « La résolution algébrique des équations »  : […] Les idées développées par Vandermonde se trouvent encore, indépendamment d'ailleurs, dans l'important mémoire de Joseph Lagrange, lu en 1771 : Réflexions sur la résolution algébrique des équations. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equations-algebriques/#i_20324

EULER LEONHARD (1707-1783)

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL, 
  • Jean ITARD
  •  • 2 813 mots

Dans le chapitre « Mathématiques »  : […] Euler trouva une démonstration du fait que tout nombre premier de la forme 4+ 1 est somme de 2 carrés, mais laissa à Lagrange la gloire de démontrer que tout entier est somme de 4 carrés. Son habileté au calcul lui permit de trouver que 225 + 1 est divisible par 641, alors que Fermat avait conjecturé que 22n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonhard-euler/#i_20324

FONCTIONS REPRÉSENTATION & APPROXIMATION DES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 19 539 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Subdivisions à pas constant »  : […] la formule symbolique Th = exphD. Ce calcul, ébauché par Leibniz, a été systématisé par Lagrange et Laplace ; à la fin du xixe siècle, il a été repris dans le cadre général de la théorie des opérateurs de convolution, c'est-à-dire des opérateurs qui commutent aux translations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/representation-et-approximation-des-fonctions/#i_20324

GÉOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • François RUSSO
  •  • 10 635 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La géométrie analytique moderne »  : […] e siècle. Dans l'esprit de ses travaux sur la mécanique analytique, Louis de Lagrange (1736-1813) souligne « avec combien de facilité et de succès la méthode algébrique peut être employée pour les questions qui paraissaient être le plus du ressort de la géométrie proprement dite et les moins propres à être traitées par le calcul ». Rompant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geometrie/#i_20324

INTERACTIONS (physique) - Unification des forces

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 613 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'unification newtonienne »  : […] mathématiques par une équation, mettant en jeu la constante de gravitation G, ouvre la voie à la physique moderne. Un siècle plus tard, Lagrange réécrit la dynamique newtonienne en s'appuyant sur la notion de potentiel gravitationnel. Ce cadre mathématique permettra aux physiciens du xixe siècle de décrire dans un même cadre théorique la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interactions-physique-unification-des-forces/#i_20324

MÉCANIQUE - Histoire de la mécanique

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 6 181 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La mécanique classique »  : […] La mise en œuvre de ce principe demeure cependant délicate. D'Alembert ne l'illustrera guère que par l'oscillation des corps pesants et la rotation des corps autour de leur centre de gravité. C'est à Lagrange (1736-1813) que revient l'honneur d'avoir achevé la prise de possession mathématique d'une idée féconde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-histoire-de-la-mecanique/#i_20324

NOTATION MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hans FREUDENTHAL
  •  • 10 386 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les indices »  : […] Le premier « indice général » se trouve chez Lagrange, dans son travail sur la corde vibrante (1759) ; il appelle les élongations des points de la corde dans les points d'une division :et il arrive finalement à des formules telles que : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-mathematique/#i_20324

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 699 mots

Dans le chapitre « Valeurs approchées d'une fonction en un point »  : […] Dans La Théorie des fonctions analytiques, Lagrange reprend les calculs précédents mais il établit des majorations des restes des séries considérées. De telles majorations ont joué un rôle important dans la construction du concept de convergence des séries, comme il apparaît dans le Cours d'analyse déjà cité de Cauchy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-numerique/#i_20324

RADON JOHANN (1887-1956)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 421 mots

Pensée abstraite et pouvoir d'adaptation fondé sur l'intuition géométrique, tel est le double talent mathématique de l'Autrichien Johann Radon, qui est aussi bien capable de créer une théorie générale ou de traiter un problème particulier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-radon/#i_20324

VARIATIONS CALCUL DES

  • Écrit par 
  • Claude GODBILLON
  •  • 3 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Présentation analytique d'un problème variationnel »  : […] On peut maintenant, avec J. L. Lagrange, considérer un élément ω de E comme une « variation » de la fonction f de D en introduisant la fonction g = f + ω. La formule de Taylor permet alors d'écrire, à des termes d'ordres supérieurs près ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-des-variations/#i_20324

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean ITARD, « LAGRANGE JOSEPH LOUIS - (1736-1813) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-louis-lagrange/