MOUVEMENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Newton ou comment fonder une dynamique compatible avec la cinématique

Pour nécessaire qu'elle ait été historiquement, l'introduction de la cinématique n'est qu'une étape dans le développement de la conception moderne du mouvement. Une fois la « nature du mouvement » établie, restait à expliquer les phénomènes correspondants à partir de leurs causes ; autrement dit, restait à édifier une dynamique sur les ruines de celle de l'École. À vrai dire, ce n'était pas là la seule possibilité qui s'offrait à la science occidentale ; celle-ci s'est trouvée, après Galilée, à la croisée des chemins et la voie empruntée par Newton, qui consiste précisément à identifier les forces comme les causes des changements de mouvement, n'était pas la seule possible : on sait que Descartes s'était, quant à lui, proposé d'éliminer le concept de force de sa physique. Ironie de l'histoire : la solution qui s'est révélée être la « bonne », celle qui s'est imposée de façon contraignante, n'est pas la plus « relativiste ». Comme on va le voir, la théorie de Newton marque une forme de recul par rapport au principe, pourtant fondateur, de relativité (alors que Descartes, dans Le Monde, s'est efforcé de conduire ce principe à ses conséquences ultimes). En cela, la théorie de Newton est éminemment problématique – ce qui n'ôte rien à son intérêt épistémologique, bien au contraire.

Le rôle de l'espace absolu chez Newton

Toute l'œuvre de Newton peut se définir comme l'effort d'un homme pour établir une différentiation dynamique entre l'état de repos et les mouvements (de translation uniforme) auxquels il est équivalent en vertu du principe de relativité. Tentative très peu galiléenne, que Newton avait ses raisons (métaphysiques essentiellement) d'entreprendre. De là la fameuse distinction entre mouvements vrais et mouvements apparents, que le développement ultérieur de la physique a rendu caduque, mais sans laquelle rien de la dynamique de Newton ne peut se comprendre – puisque aussi bien c'est sur elle qu'est fondée l'introduction des forces : « Quant aux termes de temps, d'espace, de lieu et de mouvement, ils sont connus de tout le monde ; mais il faut remarquer que, pour n'avoir considéré ces quantités que par leurs relations à des choses sensibles, on est tombé dans plusieurs erreurs. Pour les éviter, il faut distinguer le temps, l'espace, le lieu et le mouvement en absolus et relatifs, vrais et apparents, mathématiques et vulgaires. Le mouvement absolu est la translation des corps d'un lieu absolu dans un autre lieu absolu. Le mouvement relatif est la translation des corps d'un lieu relatif en un autre lieu relatif. Les causes par lesquelles on peut distinguer le mouvement vrai du mouvement relatif sont les forces imprimées dans les corps pour leur donner le mouvement » (Principia).

Et Newton d'ajouter, cette fois-ci en parfaite conformité avec la théorie de Galilée (et plus spécifiquement avec l'idée qu'il existe des mouvements « sans cause ») : « Le mouvement vrai d'un corps ne peut être produit ni changé que par les forces imprimées à ce corps même, au lieu que son mouvement relatif peut être produit et changé sans qu'il éprouve l'action d'aucune force. » Ce qui fait dire à H. Weyl (dans Philosophy of Mathematics and Natural Science, 1949) que Newton n'a en définitive qu'à moitié rempli son programme (isoler les caractéristiques du repos vrai) ; en effet, s'il a réussi à établir ce qui, du point de vue dynamique, distingue les mouvements de translation uniforme des autres, en revanche, il n'est pas arrivé (et pour cause, serions-nous tentés de dire aujourd'hui) à mettre en évidence ce qui, parmi ces mouvements uniformes, singularise le repos absolu. De là vient que, dans la formulation de sa première loi, mouvement uniforme et repos figurent côte à côte, comme s'il s'agissait de deux choses différentes : « Tout corps persévère dans l'état de repos ou (souligné par nous) de mouvement uniforme... » À cette première loi vient s'ajouter, de façon toute naturelle, une deuxième loi (qui, dans l'enseignement français porte, à tort, le nom de « principe fondamental de la dynamique », abrégé en P.F.D.) : « Les changements qui arrivent dans le mouvement sont proportionnels à la force motrice et se font dans la ligne droite dans laquelle cette force a été imprimée » (la force motrice ayant elle-même été définie ailleurs comme le produit de la force imprimée par le temps que dure cette « impression »).

Il est intéressant de noter que cet énoncé des lois du mouvement est immédiatement suivi par un corollaire (Corollaire no 1) qui porte sur la composition des mouvements provoqués par deux forces agissant simultanément sur un même corps. Si l'on se rappelle que, chez Galilée, c'est précisément la définition cinématique des mouvements qui permet de penser leur composition, on perçoit bien quel est le sens de l'entreprise de Newton : superposer à la description cinématique de Galilée une description dynamique qui lui soit compatible ; autrement dit, annuler le décalage entre les deux descriptions du mouvement. L'entreprise est hérissée de difficultés et le résultat auquel aboutit Newton n'est pas de part en part satisfaisant, en dépit de l'incontestable puissance opératoire de sa dynamique.

Matière et mouvement : inertie et quantité de mouvement

Si l'entreprise est difficile, c'est bien parce que, pour intellectuellement contraignant et satisfaisant qu'il soit, le principe cinématique de relativité est éminemment difficile à traduire en termes de causes. Comment penser correctement, en effet, ces mouvements pour lesquels nulle force n'est requise : les mouvements de translation uniforme, que l'on désigne encore du nom de « mouvements inertiels » ?

L'adjectif « inertiel » est (on l'aura compris à travers ce qui a été dit de la nouvelle conception inaugurée par Galilée) à entendre au double sens qu'a le mot inertie dans la langue commune : résistance au mouvement, d'une part, et effet par lequel un mouvement se poursuit « tout seul », d'autre part. L'introduction de l'inertie dans la description du mouvement (inertie que Newton appelle aussi vis insita, c'est-à-dire force qui réside dans la matière) procède du souci d'attribuer une cause, l'inertie justement, aux mouvements de translation uniforme lorsqu'ils sont rapportés à l'espace absolu : les forces inertielles (par exemple, les forces centrifuges que met en évidence l'expérience du seau en rotation, expérience dite « du seau de Newton ») sont ce par quoi se manifeste l'emprise de l'espace absolu sur la matière dont sont constituées les choses qui s'y trouvent placées.

Cette conception de l'inertie revient à affirmer :

– que l'espace a une structure non seulement géométrique (structure définie par sa métrique), mais également physique ;

– que la « cause ultime » du mouvement (celle qui subsiste en l'absence de force « imprimée ») est la matière elle-même. C'est là que se marque tout particulièrement le génie de Newton ; car raisonner a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MOUVEMENT  » est également traité dans :

ABŪ L-HUDHAYL AL-‘ALLĀF (752-842)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 792 mots

Premier grand penseur de la théologie mu‘tazilite, disciple indirect de Wāṣil b. ‘Atā', Abū l-Hudhayl al-‘Allāf est né à Baṣra et mort à Sāmarā. S'étant initié à la philosophie, il s'oppose vivement aux « physiciens » matérialistes, la dahriyya , qui soutiennent l'éternité du monde, défendant dans les polémiques les grands principes de l'École. Des doctrines de Platon et d'Aristote sur l'acte, le […] Lire la suite

ACTION & RÉACTION, physique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 1 491 mots

Dans le chapitre « Le principe de moindre action »  : […] L'aire sémantique très large du terme va le conduire, toujours dans le cas de la physique, à d'autres emplois, plus profonds sans doute. « La Nature dans la production de ses effets agit toujours par les moyens les plus simples. [...] Lorsqu'il arrive quelque changement dans la nature, la quantité d'action nécessaire pour ce changement est la plus petite qu'il soit possible. [...] Notre principe […] Lire la suite

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 142 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La force du raisonnement philosophique »  : […] Tout comme le jour et la nuit, les saisons, les années et les générations semblent se répéter inlassablement. D'un bout à l'autre de la Terre, il en résulta une conception du temps qu’on a qualifié de cyclique. Comme l’a résumé Mircea Eliade dans son classique Mythe de l’éternel retour (1949), « tout recommence à son début à chaque instant. Le passé n’est que la préfiguration du futur. Aucun évé […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 119 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les présocratiques »  : […] La philosophie n'est pas née à proprement parler en Grèce, mais dans les colonies grecques d'Asie Mineure. C'est à Milet qu'une lignée de physiciens, souvent appelés ioniens en raison de leur origine, commencent à spéculer, dès le début du vi e  siècle avant J.-C., sur la nature profonde des choses, c'est-à-dire sur ce qui, derrière les apparences, constitue leur principe (ἀρχή). La notion de p […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Être et essence »  : […] La tradition s'est trop aisément satisfaite de cette assimilation, attribuant volontiers à Aristote sous le nom d' analogie de l'être une théorie selon laquelle l'être se répandrait, sans perdre son unité, dans la diversité hiérarchisée du réel, chaque chose ayant reçu l'être, ou participant à l'être, à proportion de sa perfection. Une telle doctrine n'est pas aristotélicienne. Aristote connaît, […] Lire la suite

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 240 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La physique, la biologie »  : […] Aristote fait de la nature elle-même le principe du mouvement, que ce soit dans le ciel (où le mouvement des astres est circulaire et uniforme) ou sur la Terre (où ont lieu le changement substantiel, et le changement selon le lieu, la qualité ou la quantité). D'où les deux compartiments de la nature : le ciel, dont les mouvements sont éternels et nécessaires ; la Terre, où les changements obéis […] Lire la suite

ARISTOTÉLISME MÉDIÉVAL

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 4 995 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'« aristotélisme commun » et la représentation de la nature »  : […] Restent les données de fond de l'aristotélisme, ce qu'on pourrait appeler l'« aristotélisme commun », la multitude des emprunts et des garanties que la science et les sciences aristotéliciennes fournissent au savoir médiéval. La matière est ici inépuisable. L'idée même de science et des critères de la scientificité est, durant toute la période scolastique, proprement aristotélicienne : le De ortu […] Lire la suite

BALISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GARNIER
  •  • 2 104 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Balistique extérieure »  : […] La balistique extérieure peut être considérée comme une branche de la mécanique rationnelle. À ce titre, elle cherche à mettre sous forme d'équation le mouvement d'un projectile tiré par une bouche à feu ou celle d'un missile autopropulsé. L'étude comporte le mouvement du centre de gravité du projectile et son mouvement autour de son centre de gravité. […] Lire la suite

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 13 000 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Vers la causalité scientifique »  : […] Ainsi posées, ces questions sont à la fois essentielles et insolubles : elles relèvent d'un choix plutôt que d'un savoir. On s'est donc demandé : comment formuler l'idée de cause pour qu'elle puisse recevoir de l'expérience une confirmation ou une réfutation ? Le cheminement de la notion métaphysique à un principe utilisable en sciences a été graduel et lent : il a fallu, du côté de la philosophie […] Lire la suite

CINÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Michel CAZIN, 
  • Jeanine MOREL
  •  • 5 740 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Cinétique »  : […] La cinétique, théorie partielle de la mécanique, fait appel aux notions de longueur, de temps et de masse. Elle est le prolongement de la cinématique, puisque son élaboration ne demande que l'introduction d'une nouvelle notion : celle de masse (cf. masse ). On pose comme postulat que, en chaque point M du domaine de l'espace où se trouve un ensemble matériel, la masse d'un ensemble mécanique est […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-31 août 2021 Afghanistan – États-Unis. Prise du pouvoir par les talibans.

mouvement taliban Zabihullah Mujahid affirme : « La guerre est terminée, nous ne chercherons pas à nous venger. » De leur côté, les capitales occidentales déclarent qu’elles jugeront le nouveau régime sur ses actes et notamment sur le respect par celui-ci des droits humains. Le 19, jour anniversaire de l’indépendance du pays vis-à-vis des Britanniques […] Lire la suite

10-25 août 2021 Allemagne. Grève dans le secteur ferroviaire.

mouvement entraîne de nombreuses perturbations. La grève fait figure d’exception dans un pays où prévaut le dialogue social. Les précédentes grandes grèves dans le secteur ferroviaire remontent à 2014-2015. Le 25, un second épisode de grève à l’appel de GDL s’achève sans qu’aucun accord n’ait été trouvé avec la Deutsche Bahn.  […] Lire la suite

24 août 2021 Algérie – Maroc. Rupture des relations diplomatiques entre Alger et Rabat.

Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) et le mouvement islamo-conservateur Rachad, interdits dans le pays, qu’Alger soupçonne d’être impliqués dans les incendies qui ont fait au moins quatre-vingt-dix morts en Kabylie au cours du mois. Alger réagit également au rapprochement entre le Maroc et Israël. En juillet, Alger avait dénoncé  […] Lire la suite

16-20 août 2021 Malaisie. Retour au pouvoir de l'Organisation nationale unifiée des Malais.

mouvement de contestation né de la situation sanitaire. Le 20, le roi Abdullah Shah nomme chef du gouvernement le Premier ministre adjoint sortant, Ismail Sabri Yaakob, qui bénéficie du soutien d’une majorité de députés, au premier rang desquels ceux de l’UMNO. Le Premier ministre étant habituellement nommé à l’issue des élections législatives, le […] Lire la suite

12 août 2021 Algérie. Condamnation du journaliste Rabah Karèche.

mouvement de protestation de Touaregs qui dénonçaient l’« expropriation de leurs terres ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise BALIBAR, « MOUVEMENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement/