MONTAGNESFormation des chaînes de montagnes

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les chaînes de collision

La collision entre deux continents a, nous l'avons vu, été immédiatement précédée soit par une subduction (fig. 3), soit par une obduction (fig. 4). Dans le premier cas, un des continents chevauche l'autre mais il est tout à fait possible qu'aucune roche océanique, trace de l'océan disparu, ne jalonne ce contact mécanique. La frontière entre les deux continents, souvent appelés suture, est alors très discrète ; seules les études paléogéographiques détaillées permettent de la situer (fig. 3).

Chaînes de montagnes : exemple d'évolution à l'échelle des plaques

Diaporama : Chaînes de montagnes : exemple d'évolution à l'échelle des plaques

Exemple d'évolution à l'échelle des plaques, montrant successivement : le fonctionnement d'une subduction péricontinentale, avec enfoncement de la lithosphère océanique dans le manteau, accompagné de distension et de volcanisme (a) ; le fonctionnement d'une subduction provoquant la... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Déformation continentale

Diaporama : Déformation continentale

Exemple d'évolution depuis un stade intraocéanique jusqu'à une déformation intracontinentale, montrant successivement : le fonctionnement d'une subduction intraocéanique (a) provoquant la formation d'un arc volcanique ; la formation d'une chaîne d'obduction (b) par enfoncement du... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Chaînes de montagnes : exemple d'évolution à l'échelle des plaques

Diaporama : Chaînes de montagnes : exemple d'évolution à l'échelle des plaques

Exemple d'évolution à l'échelle des plaques, montrant successivement : le fonctionnement d'une subduction péricontinentale, avec enfoncement de la lithosphère océanique dans le manteau, accompagné de distension et de volcanisme (a) ; le fonctionnement d'une subduction provoquant la... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dans le second cas, un continent chevauche également l'autre mais il existe alors, coincés entre eux, des restes de croûte océanique, mis en place lors de l'obduction. La suture est alors très nette et permet de localiser facilement la limite entre les deux continents initiaux (fig. 4). Dans les deux cas, il se forme des charriages importants, dont les sens de déversement sont toujours les mêmes, c'est-à-dire dans le sens du couple induit par la subduction initiale.

Déformation continentale

Diaporama : Déformation continentale

Exemple d'évolution depuis un stade intraocéanique jusqu'à une déformation intracontinentale, montrant successivement : le fonctionnement d'une subduction intraocéanique (a) provoquant la formation d'un arc volcanique ; la formation d'une chaîne d'obduction (b) par enfoncement du... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'exemple de la chaîne de l'Himalaya-Tibet

L'Himalaya et le Tibet présentent un grand intérêt car ils montrent clairement la succession dans le temps d'une chaîne de subduction proche du type andin, d'une obduction, puis d'une chaîne de collision continentale par fermeture du domaine océanique.

Au nord de l'Inde affleurent au moins trois ceintures ophiolitiques (I, II, III, cf. carte dans chaîne himalayenne) qui sont les témoins d'océans disparus par subduction au cours des 200 derniers millions d'années. Ces ceintures ophiolitiques séparent au moins quatre ensembles continentaux distincts : au nord l'Asie, au sud l'Inde et, entre les deux, le Nord-Tibet et le Sud-Tibet. À la fin du Paléozoïque (vers — 250 millions d'années), l'Asie appartenait à un continent septentrional appelé Laurasie et l'Inde était rattachée à un continent austral, le Gondwana, lequel comprenait aussi l'Afrique, l'Amérique du Sud, l'Australie et l'Antarctique. Le Nord-Tibet et le Sud-Tibet présentent certaines affinités avec cet ensemble continental austral. Entre la Laurasie au nord et le Gondwana au sud s'étendait un grand océan appelé Paléotéthys.

Le microcontinent du Nord-Tibet s'est détaché le premier de cet ensemble austral. Pendant qu'il migrait vers le nord au cours du Paléozoïque terminal-Trias, la Paléotéthys se fermait progressivement par subduction sous la Laurasie ; par ailleurs, un nouveau bassin océanique (la Mésotéthys) s'ouvrait entre le Nord-Tibet et le SudTibet. Le Nord-Tibet est entré en collision (suture III) avec la Laurasie au Trias (vers — 200 millions d'années). Suivant un processus semblable, le Sud-Tibet a commencé à migrer vers le nord, vers la fin du Paléozoïque-début du Trias. Sur sa marge septentrionale, la Mésotéthys se fermait par subduction sous le Nord-Tibet tandis qu'un nouveau domaine océanique (la Néotéthys) s'ouvrait entre le Sud-Tibet et le Gondwana. Le Sud-Tibet est entré en collision (suture II) avec le Nord-Tibet au cours du Jurassique supérieur-Crétacé inférieur (vers — 140 millions d'années). Enfin, au Crétacé supérieur (vers — 85 millions d'années), l'océan Indien a commencé à s'ouvrir ; l'Inde s'est mise alors à migrer rapidement vers le nord, pendant que la Néotéthys se fermait progressivement par subduction sous le Sud-Tibet. C'est cette fermeture de la Néotéthys suivie de la collision Inde-Asie (suture I) que nous allons examiner plus en détail (fig. 6).

Fermeture de l'océan Néotéthys

Diaporama : Fermeture de l'océan Néotéthys

Les principaux stades de la fermeture de l'océan Néotéthys et de la collision Inde-Asie. En a, conséquence de l'ouverture rapide de l'océan Indien depuis 85 millions d'années, l'Inde migre vers le nord à raison de 10 cm/an. En même temps, le fond océanique de la Néotéthys subducte... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La subduction de la Néotéthys et l'obduction

La subduction de la Néotéthys sous le Sud-Tibet induit sur la bordure méridionale de celui-ci une chaîne de type andin avec un plutonisme (le batholite transhimalayen) et un volcanisme calcalcalins (fig. 6a). Les déformations de cette chaîne transhimalayenne sont moins bien connues que celles des Andes. On peut toutefois observer que les plissements antérieurs à la collision ne montrent que de faibles raccourcissements, comme dans les Andes.

Vers le Crétacé terminal-Paléocène (vers — 70 à — 60 millions d'années) des fragments de la croûte océanique de la Néotéthys sont obductés sur la marge nord du continent indien ; celle-ci est alors fortement déformée. Actuellement [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

Tectonique des plaques

Tectonique des plaques
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Déformations de l'écorce terrestre

Déformations de l'écorce terrestre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Néolithosphère et paléolithosphère

Néolithosphère et paléolithosphère
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Chaînes de montagnes : exemple d'évolution à l'échelle des plaques

Chaînes de montagnes : exemple d'évolution à l'échelle des plaques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MONTAGNES  » est également traité dans :

MONTAGNES - Géomorphologie

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 3 236 mots
  •  • 4 médias

Les géomorphologues appellent chaîne une unité montagneuse complexe, caractérisée par un relief élevé, à fortes dénivellations, et, surtout, par la disposition ordonnée de ses éléments et de leurs combinaisons, selon une direction privilégiée qui est celle de son axe.Toutes les chaînes correspondent ainsi à une tectonique de plissement récente, développée […] Lire la suite

MONTAGNES - Le milieu montagnard

  • Écrit par 
  • Pierre BARRERE
  •  • 2 858 mots
  •  • 5 médias

Moins peuplées en général que les régions plus basses, de relief moins tourmenté, les montagnes sont souvent considérées comme des régions hostiles à l'homme ou, en tout cas, des régions rudes devant lesquelles refluent les formes modernes de la vie humaine. Du moins fut-ce longtemps vrai aux latitudes tempérées, où l'altitude introduit des conditions de milieu beaucoup plus sévères que dans les p […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Une répartition géographique contrastée »  : […] La répartition de la population présente de grandes inégalités entre espaces vides et espaces pleins. Déserts et zones arides ne peuvent naturellement supporter qu'une très faible population, localisée près des points d'eau . L'habitat en oasis répond aux contraintes naturelles. Rien n'empêche, en revanche, les milieux forestiers de porter de fortes densités. C'est le cas au sud-est du Nigeria : […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le cadre géographique »  : […] Le territoire albanais (28 748 km 2 ) s'inscrit dans un cadre physique essentiellement montagneux de structure dinarique, qui forme une barrière le long de la frontière orientale, alors que la partie occidentale offre, par contraste, un littoral ouvert de plaine. Les Alpes du Nord, situées à l'est du lac de Shkodër (370 km 2 ) et au nord du Drin, formées de plusieurs massifs calcaires orientés su […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Géographie) - Aspects naturels et héritages

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 8 234 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'Allemagne alpine »  : […] L'Allemagne alpine comprend deux éléments : la montagne alpine et le plateau de Bavière qui la précède vers le nord. […] Lire la suite

ALPES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Paul OZENDA, 
  • Thomas SCHEURER
  •  • 13 213 mots
  •  • 11 médias

Les Alpes constituent une des principales chaînes de montagne d’Europe, identifiée comme telle dès l’époque romaine, puis clairement circonscrite par les naturalistes à partir du xviii e  siècle. Dotées de nombreux sommets dépassant les 4 000 mètres d’altitude, source de plusieurs cours d’eau majeurs du continent, soumises à l’influence de climats très différents, elles sont une composante essenti […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La disposition longitudinale du relief »  : […] Le relief est caractérisé par l'absence de compartimentage de détail, analogue à ce qui existe en Europe occidentale, par exemple ; il a donc offert à l'occupation humaine un vaste cadre, aux amples paysages, propices à la constitution de grands États plutôt qu'au morcellement politique. Des masses grandioses présentent une disposition zonale nord-sud et, généralement, les montagnes sont situées […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie

  • Écrit par 
  • Marston BATES
  •  • 4 981 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Zones montagneuses »  : […] Sa densité diminuant avec l'altitude, l'air retient moins la chaleur solaire et se refroidit, ce qui produit un gradient de température en montagne : dans les Andes équatoriales, la moyenne annuelle tombe de 0,55 0 C pour chaque élévation de 107 mètres. En raison de l'orientation nord-sud des montagnes américaines, les plantes et les animaux arctiques et subarctiques se sont répandus vers le sud e […] Lire la suite

ANDES CORDILLÈRE DES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELER, 
  • Olivier DOLLFUS
  •  • 10 949 mots
  •  • 5 médias

La cordillère des Andes étend ses reliefs en bordure de l'océan Pacifique, entre la mer des Caraïbes et la Terre de Feu sur environ 2,5 millions de kilomètres carrés – une superficie très proche de celle formée par les Himalayas et le plateau du Tibet –, et elle est présente sur les territoires de sept pays ( Venezuela, Colombie, Équateur, Pérou, Bolivie, Chili et Argentine). La continuité m […] Lire la suite

APENNIN

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean DEMANGEOT
  •  • 2 775 mots
  •  • 3 médias

L' Apennin est la chaîne montagneuse qui constitue l'ossature de la péninsule italienne. Il est flanqué latéralement de basses montagnes anti-apennines, tels les volcans du Latium, avec lesquelles il importe de ne pas le confondre. On aurait grand tort d'imaginer que l'Apennin ressemble aux Alpes sous prétexte qu'il les prolonge topographiquement et qu'il est, géologiquement parlant, une chaîne […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean AUBOUIN, Maurice MATTAUER, Jacques-Louis MERCIER, « MONTAGNES - Formation des chaînes de montagnes », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/montagnes-formation-des-chaines-de-montagnes/