MOMIES, Égypte

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La découverte des momies

On ne peut pas vraiment parler de découverte... De tous temps l'Égypte a été connue des voyageurs pour être la terre des momies. Les Grecs Hérodote, Diodore, Strabon, sont nos premiers informateurs, témoins d'autant plus précieux qu'à leur époque le procédé était largement utilisé. Au Moyen Âge, les voyageurs arabes évoquent souvent l'existence des momies qui étaient mises continuellement au jour lors des pillages (ceux-ci ne faisant jamais que continuer les pillages antiques). Si on met de côté les brèves incursions des croisés au xiiie siècle, c'est surtout à partir du xve siècle que les Européens viennent en Égypte et dans le même temps découvrent cette pratique étrange. Ces nouveaux voyageurs s'étonnent de la manière dont les anciens Égyptiens « confisaient si bien [les corps] à l'éternité qu'ils durent encore et dureront sans fin » (Pierre Belon du Mans, Observation de plusieurs singularitez... 1555). C'est à cette époque que se développe une véritable industrie celle de la « mumia » : les momies sont réduites en une poudre qui est mélangée à d'autres ingrédients pour constituer un remède très utilisé dans la pharmacopée. Comme le rapporte le voyageur Christophe Harant en 1598, « le roi François, premier de ce nom, ne voyageait pas sans un morceau de momie ». Ce produit va être en usage jusqu'au début du xixe siècle.

Par ailleurs, les momies sont l'objet d'un intérêt qui leur vaut d'être ramenées en Europe pour orner les cabinets de curiosités. C'est ainsi que le peintre Rubens, le surintendant Fouquet, le magistrat aixois Peiresc en possèdent dans leurs collections. En fait, c'est l'expédition d'Égypte (1798) qui initie l'intérêt scientifique pour les momies. L'égyptologie était née. Mais ce sont essentiellement les monuments qui sont étudiés et, bien souvent, les momies ne sont prises en compte que d'une manière secondaire. Pendant une bonne partie du xixe siècle, les expéditions envoyées en Égypte pour enrichir les collections publiques et privées ramènent un matériel archéologique abondant mais, dans le même temps, conduisent à la détérioration, voire à la destruction de nombreuses momies. La découverte des momies royales va faire prendre conscience de l'intérêt des restes humains. C'est d'abord, en 1881, la découverte de la cachette de Deir el-Bahari, près de Thèbes, où étaient conservées les dépouilles de quarante pharaons et personnages des familles royales du Nouvel Empire. En 1898, une nouvelle trouvaille enrichit la collection de quinze pharaons ou personnes royales, qui avaient été cachés dans la tombe d'Amenhotep II. Enfin, en 1922, la découverte de la tombe de Toutankhamo vient encore ajouter à l'intérêt porté à ces dépouilles prestigieuses. Progressivement, des momies moins fameuses vont bénéficier de l'attention des savants. L'archéologue britannique William Flinders Petrie est sans doute le premier qui ait pris en compte les momies pour elles-mêmes, fussent-elles anonymes. Ses fouilles, en particulier au Fayoum, ont enrichi les collections publiques, égyptiennes et britanniques. Pourtant, les grandes nécropoles fouillées depuis la fin du xixe siècle (Thèbes, Memphis) n'ont pas fourni, semble-t-il, un matériel humain très important, sans doute en raison des pillages constants depuis l'Antiquité. En revanche, des fouilles de nécropoles tardives comme celle d'Antinoë ont livré de nombreuses momies aujourd'hui dispersées dans divers musées.

Découverte de l'hypogée de Toutankhamon

Photographie : Découverte de l'hypogée de Toutankhamon

Howard Carter, madame Arthur Merton, mademoiselle Allenby et lord Carnarvon à l'entrée de l'hypogée de Toutankhamon, novembre 1922. 

Crédits : The Illustrated London News Picture Library, London, UK, Bridgeman Images

Afficher

Depuis le début des années 1980, les fouilles de nécropoles se poursuivent. Dans la région thébaine, une mission japonaise et une mission française explorent des tombes du Nouvel Empire réutilisées à l'époque tardive. À Antinoë, une mission italienne a repris les fouilles de la vaste nécropole d'époque romaine et byzantine. Dans le delta du Nil, des missions allemande et autrichienne sont à l'œuvre, ainsi à Minschat Abou Omar dans le delta oriental, où ont été découverts de nombreuses momies et squelettes de l'époque prédynastique à l'époque romaine. À Saqqara, les missions britanniques ont mis au jour des momies du Nouvel Empire déposées dans les tombes de hauts dignitaires. Toujours à Saqqara, des restes humains ont été découverts dans le secteur du Boubasteion, tels ceux du vizir Aper-El et de sa famille, malheureusement réduits à l'état de squelettes. Les fouilles poursuivies dans les oasis de l'ouest, Dakhla et surtout Kharga, mettent au jour des centaines de momies des époques ptolémaïque et romaine ainsi que des squelettes dont certains remontent à l'Ancien Empire, tels ceux retrouvés dans les grands mastabas de Balat (oasis de Dakhla). Ces fouilles permettent de se faire une idée de plus en plus précise de la population égyptienne antique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Vases canopes

Vases canopes
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Sarcophage momiforme, Akhmim, Égypte

Sarcophage momiforme, Akhmim, Égypte
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Sarcophage d'Artémidoros

Sarcophage d'Artémidoros
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Égypte : principales nécropoles

Égypte : principales nécropoles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire des religions à l'université Marc-Bloch, Strasbourg
  • : docteur en médecine, ancien chef du service de radiologie de l'Institut Arthur-Vernes, Paris

Classification

Autres références

«  MOMIES, Égypte  » est également traité dans :

BAHARIYA OASIS DE, Égypte

  • Écrit par 
  • Françoise DUNAND, 
  • Roger LICHTENBERG
  •  • 997 mots

Un jour de l'été 1996, l'âne d'un gardien du service des Antiquités trébuche dans un trou près de la route qui va de Bahariya à Farafra, non loin de Bawiti, ville principale de l'oasis occidental égyptien. Le gardien, intrigué, en réfère à son supérieur, lequel alerte aussitôt le Dr Zahi Hawass, directeur des Antiquités pour la région de Giza et du nord des oasis. Commencée en 1999, l'exploration […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 373 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « La momification »  : […] La protection initiale à assurer est la conservation perpétuelle du corps, de sorte qu'il puisse continuer à vivre dans la tombe et que les principes immatériels de sa personnalité puissent trouver en lui un support permanent. Ce souci a donné naissance à la momification, dont les rites sont à la fois matériels, pour soustraire les chairs à la putréfaction, et magiques, pour faire appel aux puiss […] Lire la suite

ÉGYPTE DES PHARAONS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 526 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le monde des morts »  : […] Les anciens Égyptiens croyaient à la survie après la mort selon une conception dualiste. Momifié, le corps devenu impérissable prolonge son existence dans le monde sous-terrain tandis que ses principes spirituels poursuivent une vie éternelle dans le monde céleste où ils rejoignent la suite du pharaon uni au Soleil. Cette vie éternelle est conditionnée par une morale et assurée par des rituels fu […] Lire la suite

KHÉPRI

  • Écrit par 
  • Yvan KOENIG
  • , Universalis
  •  • 305 mots
  •  • 1 média

Dans la religion égyptienne, Khépri est la première forme d’apparition divine distincte du chaos primordial ; il est le soleil du matin, une forme du dieu-Soleil. Avec Rê-Horakhty (le soleil dans son zénith) et Atoum (le soleil couchant), il constitue le grand dieu d'Héliopolis qui vint à l'existence « sous la forme de l'existant ». Kheper signifie en égyptien « devenir », « exister », mais ce m […] Lire la suite

MORT - Les sociétés devant la mort

  • Écrit par 
  • Louis-Vincent THOMAS
  •  • 8 190 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De l'« amortalité » à l'immortalité »  : […] La mort n'étant qu'exceptionnellement destruction totale de l'être, la croyance en la perdurabilité de la personne (ou plutôt de ses constituants privilégiés) semble fort répandue. Cette « amortalité », que Frazer appréhende comme « la prolongation de la vie pour une période indéfinie, mais pas nécessairement éternelle », n'est généralement conçue par les populations sans machinisme que sur le mod […] Lire la suite

NÉCROPOLIS D'ALEXANDRIE (archéologie)

  • Écrit par 
  • Olivier PICARD
  •  • 854 mots

La Nécropolis d’Alexandrie, la « ville des morts » comme la nomme le géographe Strabon à l’époque d’Auguste, ressurgit à la lumière en 1997 : les premiers travaux de construction d’une autoroute urbaine au lieu-dit Gabbari entraînent de telles découvertes que les autorités égyptiennes confient ce chantier archéologique au Centre d’études alexandrines, dirigé par Jean-Yves Empereur. Seule une peti […] Lire la suite

TOUTÂNKHAMON (XIVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Véronique BARRIEL
  •  • 2 450 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Questions sur la filiation de Toutânkhamon »  : […] Si certaines relations entre les membres des familles royales sont connues par des documents historiques, l'identité de diverses momies et leurs relations de parenté restent incertaines. En ce qui concerne la lignée paternelle de Toutânkhamon, plusieurs hypothèses furent avancées avec trois prétendants possibles : Amenhotep III (1388-1351 av. J.-C.), Aménophis IV-Akhenaton (1351-1334 avant J.-C.) […] Lire la suite

VALLÉE DES ROIS

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 936 mots
  •  • 7 médias

À partir de la XVIII e dynastie, le lieu de sépulture des pharaons se trouve séparé de leur lieu de culte ; celui-ci prend place désormais dans les « temples de millions d'années », une expression apparue dans les textes égyptiens dès la fin du Moyen Empire pour désigner un type de sanctuaire où le culte du roi est associé à celui de certaines hypostases divines, par exemple à Thèbes celles d'Amo […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise DUNAND, Roger LICHTENBERG, « MOMIES, Égypte », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/momies-egypte/