MOMIES, Égypte

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Vases canopes

Vases canopes
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Sarcophage momiforme, Akhmim, Égypte

Sarcophage momiforme, Akhmim, Égypte
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Sarcophage d'Artémidoros

Sarcophage d'Artémidoros
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Égypte : principales nécropoles

Égypte : principales nécropoles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Tous les médias


Les techniques de la momification

Telle qu'elle est décrite dans ses Histoires par Hérodote, historien grec venu visiter l'Égypte vers 450 avant J.-C. (livre II, chap. LXXXV), la momification comporte une série d'opérations succédant à un premier lavage du corps, coutume commune pratiquement à toute l'humanité.

L'éviscération crânienne

Il s'agit de l'ablation du cerveau par la voie nasale au moyen d'une tige de métal (bronze) recourbée que l'opérateur enfonçait dans la narine gauche de façon à perforer le toit des fosses nasales (ethmoïde) et à accéder directement à la cavité crânienne. Le cerveau désagrégé à l'aide de la tige métallique était progressivement extirpé du crâne. L'opération terminée était en principe suivie du remplissage plus ou moins complet de la cavité crânienne par une « résine » d'aspect noirâtre, vitreux, rendue liquide par chauffage. On a retrouvé des entonnoirs à deux conduits ayant servi à introduire la résine par les narines. Parfois, on se contentait de remplir la cavité crânienne de linges mis en charpie. La destruction volontaire du cerveau montre que les Égyptiens n'avaient pas reconnu le rôle que joue cet organe dans la vie psychique.

L'éviscération abdominale

Elle était réalisée après ouverture du flanc gauche effectuée à l'aide d'un couteau d'obsidienne (la « pierre d'Éthiopie » d'Hérodote). Par l'ouverture, on extirpait les poumons, l'estomac et les intestins, le foie. Ces organes étaient lavés, déshydratés à l'aide de natron, bandelettés, puis, selon les époques, déposés dans des vases (les vases canopes) ou remis dans la cavité thoraco-abdominale, ou encore placés entre les membres inférieurs du défunt. Le cœur, considéré comme l'organe essentiel, siège des sentiments, des sensations et de l'élan vital, était laissé en place. Si on l'avait enlevé par mégarde, on le replaçait soigneusement dans le thorax.

Le bain de natron

Le natron, mélange naturel de carbonate et de bicarbonate de sodium, contenant également du chlorure et du sulfate de sodium, était utilisé sous forme de cristaux dont on recouvrait le corps préalablement éviscéré. So [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : docteur en médecine, ancien chef du service de radiologie de l'Institut Arthur-Vernes, Paris
  • : professeur d'histoire des religions à l'université Marc-Bloch, Strasbourg

Classification


Autres références

«  MOMIES, Égypte  » est également traité dans :

BAHARIYA OASIS DE, Égypte

  • Écrit par 
  • Françoise DUNAND, 
  • Roger LICHTENBERG
  •  • 997 mots

Un jour de l'été 1996, l'âne d'un gardien du service des Antiquités trébuche dans un trou près de la route qui va de Bahariya à Farafra, non loin de Bawiti, ville principale de l'oasis occidental égyptien. Le gardien, intrigué, en réfère à son supérieur, lequel alerte aussitôt le Dr Zahi Hawass, directeur des Antiquités pour la région de Giza et du nord des oasis. Commencée en 1999, l'exploration […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oasis-de-bahariya-egypte/#i_11205

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 361 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « La momification »  : […] La protection initiale à assurer est la conservation perpétuelle du corps, de sorte qu'il puisse continuer à vivre dans la tombe et que les principes immatériels de sa personnalité puissent trouver en lui un support permanent. Ce souci a donné naissance à la momification, dont les rites sont à la fois matériels, pour soustraire les chairs à la putréfaction, et magiques, pour faire appel aux puiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-civilisation-la-religion/#i_11205

ÉGYPTE DES PHARAONS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 520 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le monde des morts »  : […] Les anciens Égyptiens croyaient à la survie après la mort selon une conception dualiste. Momifié, le corps devenu impérissable prolonge son existence dans le monde sous-terrain tandis que ses principes spirituels poursuivent une vie éternelle dans le monde céleste où ils rejoignent la suite du pharaon uni au Soleil. Cette vie éternelle est conditionnée par une morale et assurée par des rituels fu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-des-pharaons/#i_11205

KHÉPRI

  • Écrit par 
  • Yvan KOENIG
  • , Universalis
  •  • 305 mots
  •  • 1 média

Dans la religion égyptienne, Khépri est la première forme d’apparition divine distincte du chaos primordial ; il est le soleil du matin, une forme du dieu-Soleil. Avec Rê-Horakhty (le soleil dans son zénith) et Atoum (le soleil couchant), il constitue le grand dieu d'Héliopolis qui vint à l'existence « sous la forme de l'existant ». Kheper signifie en égyptien « devenir », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/khepri/#i_11205

MORT - Les sociétés devant la mort

  • Écrit par 
  • Louis-Vincent THOMAS
  •  • 8 190 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De l'« amortalité » à l'immortalité »  : […] La mort n'étant qu'exceptionnellement destruction totale de l'être, la croyance en la perdurabilité de la personne (ou plutôt de ses constituants privilégiés) semble fort répandue. Cette « amortalité », que Frazer appréhende comme « la prolongation de la vie pour une période indéfinie, mais pas nécessairement éternelle », n'est généralement conçue par les populations sans machinisme que sur le mod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-societes-devant-la-mort/#i_11205

NÉCROPOLIS D'ALEXANDRIE (archéologie)

  • Écrit par 
  • Olivier PICARD
  •  • 854 mots

La Nécropolis d’Alexandrie, la « ville des morts » comme la nomme le géographe Strabon à l’époque d’Auguste, ressurgit à la lumière en 1997 : les premiers travaux de construction d’une autoroute urbaine au lieu-dit Gabbari entraînent de telles découvertes que les autorités égyptiennes confient ce chantier archéologique au Centre d’études alexandrines, dirigé par Jean-Yves Empereur. Seule une peti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/necropolis-d-alexandrie/#i_11205

TOUTÂNKHAMON (XIVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Véronique BARRIEL
  •  • 2 447 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Questions sur la filiation de Toutânkhamon »  : […] Si certaines relations entre les membres des familles royales sont connues par des documents historiques, l'identité de diverses momies et leurs relations de parenté restent incertaines. En ce qui concerne la lignée paternelle de Toutânkhamon, plusieurs hypothèses furent avancées avec trois prétendants possibles : Amenhotep III (1388-1351 av. J.-C.), Aménophis IV-Akhenaton (1351-1334 avant J.-C.) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toutankhamon/#i_11205

VALLÉE DES ROIS

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 934 mots
  •  • 7 médias

À partir de la XVIII e dynastie, le lieu de sépulture des pharaons se trouve séparé de leur lieu de culte ; celui-ci prend place désormais dans les « temples de millions d'années », une expression apparue dans les textes égyptiens dès la fin du Moyen Empire pour désigner un type de sanctuaire où le culte du roi est associé à celui de certaines hypostases divines, par exem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vallee-des-rois/#i_11205

Voir aussi

AMULETTE    DÉSHYDRATATION    NATRON    SCARABÉE art

Pour citer l’article

Roger LICHTENBERG, Françoise DUNAND, « MOMIES, Égypte », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/momies-egypte/