VALLÉE DES ROIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À partir de la XVIIIe dynastie, le lieu de sépulture des pharaons se trouve séparé de leur lieu de culte ; celui-ci prend place désormais dans les « temples de millions d'années », une expression apparue dans les textes égyptiens dès la fin du Moyen Empire pour désigner un type de sanctuaire où le culte du roi est associé à celui de certaines hypostases divines, par exemple à Thèbes celles d'Amon. Mais des raisons de sécurité ont aussi présidé à l'ensevelissement des souverains dans des hypogées creusés au cœur de la montagne thébaine, dont le profil est celui d'une énorme pyramide naturelle. Dans le secteur occidental du massif, un ouadi sauvage, que les Arabes appellent Bibān al-Mulūk, la célèbre Vallée des Rois, regroupe tous les tombeaux des pharaons du Nouvel Empire, à partir de celui de Thoutmosis Ier jusqu'à ceux des derniers souverains de la XXe dynastie ; seul, pendant cette période, l'hérétique Akhenaton choisit de se faire enterrer loin de Thèbes, sur le site d'Amarna, la capitale qu'il avait fondée. Outre les vingt-trois hypogées pharaoniques, la Vallée des Rois abrite trente-cinq sépultures ayant appartenu à de hauts dignitaires, datant pour la plupart de la XVIIIe dynastie. De l'autre côté de la montagne, une autre vallée, connue sous le nom de Vallée des Reines, a servi de nécropole aux épouses royales et aux princes de l'époque ramesside.

Vallée des Rois, Égypte

Photographie : Vallée des Rois, Égypte

La Vallée des Rois, située à Thèbes en Égypte, est le site principal des tombes des pharaons du Nouvel Empire (environ 1530-1069 avant J.-C.). Les sépultures sont des hypogées s'enfonçant dans la roche d'où seules émergent les entrées. Elles symbolisent le lieu de la navigation de... 

Crédits : Mountainpix/ Shutterstock

Afficher

Creusés parfois jusqu'à 200 mètres dans le massif calcaire, les hypogées sont d'un plan relativement simple. Par un long couloir en pente douce, parfois coudé, qui s'élargit fréquemment pour former une pièce ou deux, supportées par des piliers laissés en réserve dans le rocher, on atteint une ou plusieurs antichambres à piliers, donnant sur la salle sépulcrale. Le sarcophage y est déposé dans un renfoncement du sol, et dans des pièces annexes on trouve le matériel funéraire. Les parois des salles sont décorées d'inscriptions et de représentations religieuses illustrant des recueils funéraires, comme le Livre de l'Amdouat, le Livre des Portes, le Livre de la nuit, le Livre des Cavernes, qui décrivent la course du Soleil dans l'autre monde au cours des douze heures de la nuit. Ces immenses cosmographies devaient permettre, grâce à la vertu magique des images et des textes, la renaissance du roi, identifié à l'astre solaire dans sa barque, ayant triomphé des mille dangers et ennemis terrifiants du royaume des morts et réapparaissant en gloire, au terme de son long parcours, à l'horizon oriental du ciel. On trouve cependant des thèmes de décor moins austères : Thoutmosis III et sa famille, en compagnie de diverses divinités, sont figurés sur des piliers de sa tombe (no 34), dont le caveau a la forme ovale d'un cartouche royal ; dans le caveau d'Aménophis II (no 35), l'ornementation imite sur fond jaune les vignettes des papyrus sur lesquels étaient primitivement inscrits les textes funéraires. La tombe de Séti Ier (no 17) est particulièrement remarquable par ses dimensions, son état de conservation et la finesse de ses reliefs en méplat.

Le pharaon Thoutmosis III portant la couronne-atef

Diaporama : Le pharaon Thoutmosis III portant la couronne-atef

ART ÉGYPTIEN, Nouvel Empire, XVIIIe dynastie, Le pharaon Thoutmosis III portant la couronne-atef - Peinture provenant de Deir el-Bahari, calcaire peint. Musée de Louxor. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Déesse Hathor et Séti Ier, art égyptien

Photographie : Déesse Hathor et Séti Ier, art égyptien

La déesse Hathor et Séti Ier. Calcaire peint, bas-relief de la tombe de Séti Ier. XIXe dynastie. Vers 1314-1200 avant J.-C. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Toutes ces tombes ont été retrouvées pillées, totalement ou partiellement, car elles avaient été violées dès le Nouvel Empire. Plusieurs dépouilles de ces illustres souverains avaient été regroupées sous la XXIe dynastie avec les vestiges de leur matériel funéraire dans une cachette de la falaise de Deir el-Bahari, qui a été mise au jour en 1881. Treize momies avaient également été placées à l'abri dans le caveau de l'hypogée d'Aménophis II, où elles ne furent retrouvées qu'en 1898. C'est pourquoi la découverte de la tombe de Toutânkhamon, la seule sépulture royale du Nouvel Empire conservée pratiquement intacte, a suscité un tel retentissement. Cette modeste sépulture d'un des rois les plus insignifiants de la fin de la XVIIIe dynastie, mort avant l'âge de vingt ans, devient d'un coup l'hypogée le plus célèbre de la Vallée des Rois (no 62). L'entrée en avait été masquée et protégée jusqu'à notre époque par les huttes des ouvriers qui avaient travaillé à la tombe de Ramsès VI. C'est en novembre 1922 que l'Anglais Howard Carter, dont les fouilles étaient financées par lord Carnarvon, découvre l'hypogée de Toutânkhamon, après des recherches restées longtemps infructueuses ; son attention avait été attirée sur ce secteur par divers objets [...]

Sarcophage momiforme de Toutankhamon

Photographie : Sarcophage momiforme de Toutankhamon

Sarcophage momiforme de Toutankhamon en or et lapis-lazuli. Le souverain tient les insignes du pouvoir pharaonique. Provient de la tombe de Toutankhamon. Vallée des Rois, Thèbes. XVIIIe dynastie. Vers 1361-1352 avant J.-C. Musée égyptien, Le Caire. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Masque funéraire de Toutankhamon

Diaporama : Masque funéraire de Toutankhamon

ART ÉGYPTIEN, Nouvel Empire, XVIIIe dynastie, vers 1326 avant J.-C., Masque funéraire de Toutankhamon, provenant de la Vallée des Rois à Thèbes-Ouest, or massif et incrustations. Musée égyptien, Le Caire. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Fresques de la tombe de Toutankhamon, Vallée des Rois

Photographie : Fresques de la tombe de Toutankhamon, Vallée des Rois

Fresques de la tombe de Toutankhamon, découverte en 1922. Elles représentent le pharaon dans ses activités quotidiennes ainsi que neuf singes de couleur turquoise. Ce sont des babouins, animal sacré du dieu Thot. XVIIIe dynastie. Vers 1336-1327 avant J.-C. Vallée des Rois, Thèbes,... 

Crédits : Index/ Bridgeman Images

Afficher

Découverte de l'hypogée de Toutankhamon

Photographie : Découverte de l'hypogée de Toutankhamon

Howard Carter, madame Arthur Merton, mademoiselle Allenby et lord Carnarvon à l'entrée de l'hypogée de Toutankhamon, novembre 1922. 

Crédits : The Illustrated London News Picture Library, London, UK, Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Vallée des Rois, Égypte

Vallée des Rois, Égypte
Crédits : Mountainpix/ Shutterstock

photographie

Le pharaon Thoutmosis III portant la couronne-atef

Le pharaon Thoutmosis III portant la couronne-atef
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Déesse Hathor et Séti Ier, art égyptien

Déesse Hathor et Séti Ier, art égyptien
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Sarcophage momiforme de Toutankhamon

Sarcophage momiforme de Toutankhamon
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification

Autres références

«  VALLÉE DES ROIS  » est également traité dans :

HYPOGÉES PHARAONIQUES DU NOUVEL EMPIRE : VALLÉE DES ROIS (Égypte)

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 233 mots
  •  • 2 médias

Les tombes des deux premiers rois du Nouvel Empire, Ahmosis et Aménophis Ier, n'ont pas été à ce jour identifiées. Thoutmosis Ier, troisième souverain de la XVIIIe dynastie, choisit, quant à lui, de loger sa sépulture sur la rive occidentale de Thèbes, dans le site […] Lire la suite

LES ARTISTES DE PHARAON. DEIR EL-MÉDINEH ET LA VALLÉE DES ROIS (exposition)

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 1 030 mots

En dépit de l'importance de ses vestiges architecturaux et bien que civilisation de l'écrit, l'Égypte pharaonique a paradoxalement laissé peu d'informations sur la vie quotidienne et le mode de pensée des habitants de la vallée du Nil ou, du moins, les sources sur ce sujet sont disparates et souvent susceptibles de relever d'un discours officiel qui réinterprète les données du réel. La communaut […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'art

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 11 450 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « Les hypogées de la Vallée des Rois sous le Nouvel Empire (1530-1069 av. J.-C. environ) »  : […] Après les troubles de la Deuxième Période intermédiaire, l'Égypte est de nouveau unifiée grâce à l'énergique politique de chefs thébains qui, sous la XVII e  dynastie, chassent les envahisseurs hyksôs venus du Proche-Orient. Sept tombes leur appartenant ont été repérées, surmontées de pyramides en brique. Les pharaons du Nouvel Empire, leurs successeurs, inaugurent un type différent de sépulture. […] Lire la suite

TOUTÂNKHAMON (XIVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Véronique BARRIEL
  •  • 2 450 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La découverte de l'hypogée »  : […] Tout le monde connaît la découverte exceptionnelle du Britannique Howard Carter (1874-1939) , le 29 novembre 1922 , lorsqu'il pénètre dans la tombe inviolée d'un des derniers pharaons de la XVIII e  dynastie (Nouvel Empire, 1550-1085 av. J.-C.) : Toutânkhamon (1334-1324 av. J.-C.). Aristocrate britannique passionné d'égyptologie, lord Carnarvon (1866-1923), qui finance la mission, confie à Howard […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean LECLANT, « VALLÉE DES ROIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vallee-des-rois/