MOI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le moi et la « déconstruction » du sujet

Le moi et l'altérité

Le moi s'entend de façon radicalement différente, selon qu'on admet ou non la révolution freudienne : aucun terme, sauf peut-être celui du sujet qui lui est lié, n'a subi une telle mutation. Dans la philosophie classique, ou en général dans la réflexion philosophique, le moi représente la conscience individuelle de l'empirique dans le sujet : conscience des changements et fluctuations d'un quelque chose d'invariant. Du même coup, le moi a une fonction de lien et de rassemblement : soit comme substrat permanent, soit comme sujet transcendantal, c'est-à-dire comme concernant les conditions de possibilité de la pensée dans le temps. Ce sont là les définitions du moi que l'on trouve dans le Vocabulaire technique et critique de la philosophie de Lalande : « conscience de l'individualité empirique », « réalité permanente et invariable, considérée comme substratum fixe des accidents simultanés et successifs qui constituent le moi empirique », « sujet pensant », au sens transcendantal, et surtout cette dernière définition, conséquence logique des autres : « Acte originaire de la pensée, dont il exprime l'autonomie radicale » (Fichte). Mais, qu'il soit substrat ou condition de possibilité, le moi philosophique constitue le fondement et l'essence de la subjectivité : celle-ci est alors conçue comme un intérieur face à l'extériorité du monde.

Dans la conception analytique freudienne, le moi garde des fonctions médiatrices, puisqu'il est « situé », dans les topiques, « entre » le ça et le surmoi. Mais, et c'est là que porte la mutation, l'extériorité est à l'intérieur du sujet. L'inconscient, tel que Freud le pose, introduit dans l'« autonomie » du sujet une série d'instances qui l'en dépossèdent : le sujet n'est plus face au monde ; il est aussi, si l'on peut dire, face à lui-même. Du fait de cette logomachie interne entre les instances qui forment le sujet, l'assurance subjective que les philosophes trouvent dans le moi est contesté [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages




Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de l'Université
  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  MOI  » est également traité dans :

AGRESSIVITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 100 mots

L'importance qu'a prise le concept d'agressivité dans le dernier état de la pensée freudienne tient à la position privilégiée qu'il occupe au point d'articulation, d'une part, des processus régressifs auxquels préside la pulsion de mort, d'autre part, de l'organisation culturelle animée par l'expansion d' Éros. De là vient son intérêt théorique : s'il est vrai que l'avatar agressif de la pulsion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agressivite/#i_3983

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 312 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Autrui : l'obligation et la trace »  : […] Autrui comme autre que moi, qui se refuse originellement à l'identification, qui pourtant me lie à lui jusqu'à fissurer mon moi, et m'ouvre sans tristesse sur l'abîme des commencements et l'indistinction de la fin, telle pourrait être, simplifiée à l'extrême, la thèse d' Emmanuel Levinas, le penseur le plus radical de l'altérité. Éthique ? Non, si l'on entend par là le corollaire d'une conception […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/altruisme/#i_3983

ÂME

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 6 026 mots

Dans le chapitre « L'influence du chamanisme »  : […] Au début du vi e  siècle, l'ouverture de la mer Noire au commerce et à la colonisation grecques amena pour la première fois la civilisation hellénique au contact du chamanisme. On peut reconstituer la ligne d'une tradition spirituelle de chamanisme grec qui part de la Scythie et de la Thrace (Abaris, Aristée, Orphée), traverse l'Hellespont, arrive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ame/#i_3983

ANALYSE TRANSACTIONNELLE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 1 079 mots

Théorie de la personnalité et pratique thérapeutique permettant de rendre compte et de modifier les relations inter-individuelles, l'analyse transactionnelle (A.T.) fut développée par le psychiatre et psychanalyste américain Eric Berne (1910-1970), qui fut l'élève de Paul Federn et d'Erik Erikson. L'analyse transactionnelle gagna rapidement les milieux psychiatriques américains ; et, en 1980, l'In […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-transactionnelle/#i_3983

ANGOISSE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 547 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Angoisse et névrose »  : […] Le problème qui reste posé est celui de savoir si le primordial que nous avons invoqué ne cacherait pas un archaïque plongeant dans l'enfance, si l'angoisse ne se ramènerait pas à des séquelles d'un traumatisme psychique déterminant une anxiété, voire des phobies, d'où toute expérience métaphysique devrait être exclue. C'est ainsi que les psychanalyste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angoisse/#i_3983

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 548 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une rhétorique du moi »  : […] « Celui qui ne donne de la réalité que ce qui peut en être vécu ne reproduit pas la réalité » (Bertolt Brecht, Sur le cinéma ). Si l'autobiographie en position classique ne doute pas de ce moi , qu'elle prend pour origine alors qu'il n'est peut-être que son produit, c'est parce que cette forme perverse du « discours vrai » (Foucault) est d'abord un per […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autobiographie/#i_3983

AUTOFICTION

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 2 432 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le jeu avec le « je » »  : […] L'âge d'or du roman n'a pas résisté à l'ère du soupçon, mais aussi au retour du biographique, qui refait la part de l'effectif et celle du fictif. Dans les années 1950, on peut voir dans le Nouveau Roman un refus des pouvoirs dévolus à l'auteur et un retour au principe flaubertien de l'absence nécessaire du romancier à l'intérieur de son œuvre. On retrouve ici Serge Doubrovsky , qui, dans un modèl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autofiction/#i_3983

AUTRE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Alexandre ABENSOUR
  •  • 1 307 mots

Le débat philosophique sur autrui est inséparable de la question du primat de la conscience : comment expliquer l'existence d'une autre conscience, sous quelles modalités la rencontrer ? La doctrine qui va produire un impact certain sur les réflexions proprement psychologiques est celle de la sympathie. Développée au xviii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autre-psychanalyse/#i_3983

BERGSON HENRI (1859-1941)

  • Écrit par 
  • Camille PERNOT
  •  • 8 102 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'esprit, le moi, la liberté »  : […] La durée est d'essence psychique, car elle suppose la conservation et la continuation du passé dans le présent, c'est-à-dire une mémoire. Elle est donc, en premier lieu, la forme sous laquelle l'intuition perçoit la vie intérieure : l'esprit est durée et même il n'est que durée. Pour Bergson, ce qui le caractérise au premier chef, ce n'est pas un pouvoir de connaître ou de sentir, ni la capacité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-bergson/#i_3983

ÇA, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 648 mots

Le pronom neutre allemand substantivé Es , que l'on traduit par « ça », a été emprunté par Freud à Groddeck ( Le Livre du ça ), en lui donnant toutefois une signification différente ; alors que, pour Groddeck, le ça englobe tout (conscient, inconscient, système végétatif) et a un sens métaphysique, Freud réserve ce terme à l'instance qui, dans la seconde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ca-psychanalyse/#i_3983

CONDILLAC ÉTIENNE BONNOT DE (1714-1780)

  • Écrit par 
  • Pierre TROTIGNON
  •  • 1 140 mots

Dans le chapitre « La sensation universellement explicative »  : […] Ayant ainsi fait du langage l'opérateur universel des idées réflexives, Condillac est amené à rejeter la dualité des principes que l'on trouve chez Locke : mis à part le langage, qui est d'institution, il ne reste qu'une source naturelle dans nos connaissances et facultés : la sensation. De la sensation, par dérivation et aussi par composition entre des sensations d'origine différente, Condillac d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/condillac-etienne-bonnot-de/#i_3983

CONSCIENCE

  • Écrit par 
  • Henri EY
  •  • 10 465 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ambiguïté de la thèse freudienne »  : […] La thèse freudienne tient l'inconscient pour une zone entièrement autonome, un système hermétique de détermination. La sphère de l'inconscient est, dans la théorie psychanalytique, incommensurablement plus importante que ne l'est celle de la conscience. Elle est régie, comme le sont les premiers stades du développement infantile, par le principe de plaisir, c'est-à-dire par l'exigence de satisfac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conscience/#i_3983

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La genèse du sentiment de culpabilité »  : […] Dans la théorisation relativement tardive qu'il nomme sa métapsychologie, Freud explique le sentiment de culpabilité comme l'expression et le résultat d'une tension entre le moi et le surmoi. Cette dernière instance psychique dérive à la fois du narcissisme primitif et du complexe d'Œdipe à la suite d'une identification au parent rival, jaloux interdicteur (des caractères essentiels de la personn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culpabilite/#i_3983

DÉFENSE MÉCANISMES DE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 663 mots
  •  • 1 média

Expression usitée en psychanalyse pour désigner plusieurs types d'opérations psychiques destinées à « protéger » le moi. La notion de défense est présente chez Freud dès le début de ses recherches ; ainsi, dans ses Études sur l'hystérie (1895) : « Une condition indispensable à l'apparition de l'hystérie est qu'il y ait incompatibilité entre le moi et la représentation qui le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanismes-de-defense/#i_3983

DÉFENSE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Odile BOMBARDE
  •  • 1 294 mots

Dans le chapitre « La protection du moi contre la pulsion »  : […] La défense témoigne donc de l'unité du psychisme. En effet, c'est bien lui qui est à l'origine de la tentative d'isolation que constitue la séparation entre la représentation perturbante et l'affect qui lui était originellement lié. Or l'oubli de l'événement traumatique avait été jusqu'alors compris comme un « clivage de conscience », primaire selon Pierre Janet, acquis selon Joseph Breuer. La dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/defense-psychanalyse/#i_3983

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 477 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La première des certitudes »  : […] Mais il est aussi provisoire. Sa fin est de préparer les voies de la certitude, en éliminant de la science tout ce qui n'est que probable. Et, la multiplicité contradictoire de nos opinions étant rejetée, le doute rendra possible une philosophie une , et pouvant se dérouler selon l'ordre. Au reste, le doute a pour conséquence immédiate la découverte de la première des vérité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-descartes/#i_3983

LA DESTINATION DE L'HOMME, Johann Gottlieb Fichte - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 853 mots

Dans le chapitre « Du doute à la croyance »  : […] «  Doute », « Savoir », « Croyance » ( Zweifel, Wissen, Glauben ), titres des trois livres composant l'ouvrage, marquent autant d'étapes progressives sur la voie de la libération du Moi. Le Moi qui s'exprime à la première personne n'est pas seulement celui de l'auteur, mais celui que nous sommes tous. En donnant à lire les crises successives qu'a dû traverser sa subjectivité, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-destination-de-l-homme/#i_3983

DEUIL

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 334 mots
  •  • 1 média

Dans le langage courant, le mot « deuil » renvoie à deux significations. Est appelé deuil l'état affectif douloureux provoqué par la mort d'un être aimé . Mais deuil signifie tout autant la période de douleurs et de chagrins qui suit cette disparition. Le deuil est donc constitutif d'une perte d'objet, au sens psychanalytique d'objet d'amour. Freud s'est intéressé dans son ouvrage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deuil/#i_3983

DOUBLE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 656 mots

La question de l'existence d'un double insaisissable, en tout point semblable à son modèle « vrai et vivant », se présente chaque fois que la conscience se voit surprise à manquer au contrôle sévère qu'elle doit exercer en permanence sur la faculté d'attention. C'est ainsi que les rêves ou les états extatiques semblent nous échapper pour se laisser diriger par un moi invisible, d'autant plus inqui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/double/#i_3983

ENGAGEMENT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE, 
  • Jacques LECARME, 
  • Christiane MOATTI
  •  • 11 579 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'unité existentielle du moi »  : […] Naturellement, la prise que nous pouvons avoir sur le futur varie avec l'éloignement temporel. Nous avons un accès plus direct, plus sûr, plus précis au futur proche qu'au futur lointain. Chacun peut faire des projets détaillés pour la semaine ou le mois à venir, il est beaucoup plus difficile d'élaborer des programmes pour une période lointaine. Mais la capacité d'engagement elle-même ne diminue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/engagement/#i_3983

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La subjectivité de l'expérience »  : […] On s'accorde en général pour attribuer aux états mentaux que nous appelons des expériences les caractères suivants. En premier lieu, elles sont immédiates, au sens où les données qu'elles nous présentent appartiennent à une conscience actuelle (ici et maintenant) et paraissent primitives, c'est-à-dire ne requérir la médiation d'aucune connaissance conceptuelle ou propositionnelle. Elles relèvent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience/#i_3983

FÉNELON FRANÇOIS DE SALIGNAC DE LA MOTHE- (1651-1715)

  • Écrit par 
  • Jeanne-Lydie GORÉ-CARACCIO
  •  • 3 168 mots

Dans le chapitre « Le mystique »  : […] En un siècle marqué par l'augustinisme, la pensée de l'archevêque de Cambrai s'est orientée vers l'approfondissement de la notion d'être et s'est efforcée, en une hantise pathétique d'anéantissement, de dépasser la limite du « moi », mettant ainsi en cause le concept même d'« individu ». Relativement peu centrée sur le mystère de l'incarnation, cette spiritualité, tout en maintenant le dualisme d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fenelon-la-mothe/#i_3983

FICHTE JOHANN GOTTLIEB (1762-1814)

  • Écrit par 
  • Alexis PHILONENKO
  • , Universalis
  •  • 8 846 mots

Dans le chapitre « Le moi et le non-moi »  : […] Le premier exposé de la doctrine de la science, les Principes de la doctrine de la science , occupe, dans l'ensemble de la théorie, le moment initial de la synthèse quintuple générale. La fondation du système oblige à constater que l'ouvrage, qui représente la philosophie première de Fichte, visait deux buts. Tout d'abord, il s'agissait d'assurer le rapport de la conscience […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-gottlieb-fichte/#i_3983

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 389 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le fragment et la question du sujet »  : […] Dépourvu de centre comme de sujet, le haïku laisse de côté l'ego et le miroir. Car ce qui est en jeu dans les Cent Mille Milliards de poèmes de Queneau ou les cut-up de la tradition moderne, tout comme dans les aphorismes de la tradition classique, c'est aussi cette possibilité de figurer un énoncé sans « je ». Ce qui ne veut pas dire cette fois sans a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fragment-litterature-et-musique/#i_3983

FREUD ANNA (1895-1982)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 707 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Orthodoxie » freudienne et ego psychology »  : […] Parallèlement à son activité d'analyste, Anna Freud s'est occupée de la publication des œuvres inédites de son père, notamment de ses lettres, ce qui, ajouté à son statut d'enfant préféré, contribua à faire d'elle, aux yeux des analystes, le garant de l'orthodoxie freudienne. Mais il semble qu'elle ait mis à profit cet avantage pour influer sur la doctrine : d'une part, en essayant de la rendre ac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anna-freud/#i_3983

FRUSTRATION

  • Écrit par 
  • Jacques NASSIF
  •  • 7 788 mots

Dans le chapitre « La dimension de la demande »  : […] Pour se convaincre du sens véritable de la frustration, il suffit de voir comment Freud use du concept, et de quelle façon celui-ci lui permet de constituer un cadre général capable d'interpréter les différents types de déclenchement de la névrose, et cela en mettant son concept en rapport, non pas avec la dimension de l'objet, mais avec celle de la demande. Examinant le premier type de déclenchem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frustration/#i_3983

HARTMANN HEINZ (1894-1970)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 825 mots

Fils d'un professeur d'histoire de l'université de Vienne, Heinz Hartmann fit ses études de médecine et travailla sous la direction du pharmacologue Hans Horst Mayer et du sociologue Max Weber. En 1927, alors qu'il était en psychanalyse avec Sandor Rado, il publia Die Grundlagen der Psychoanalyse ( Les Fondements de la psychanalyse ), où il oppose l'out […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinz-hartmann/#i_3983

HUME DAVID (1711-1776)

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 3 326 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Scepticisme et naturalisme »  : […] Ce n'est donc pas sans raison que l'on a pu tenir la philosophie de Hume pour un scepticisme, et qu'en un autre sens on a pu y voir, selon l'expression de Jean Laporte, un dogmatisme du sentiment. Cette philosophie marque la fin de la métaphysique entendue au sens classique, de la métaphysique comme spéculation sur l'Être et sur l'absolu. Elle annonce, d'autre part, le kantisme, mais sans se souci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-hume/#i_3983

HUMOUR

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 1 111 mots

Le concept d'humour, dont le champ d'application s'est considérablement élargi depuis son utilisation dans la littérature anglaise des xvii e et xviii e siècles, n'a pas pour autant subi de multiples variations sémantiques ni cessé de se rattacher implicitement à son étymologie latine : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humour/#i_3983

IDÉAL DU MOI, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 715 mots

Expression utilisée en psychanalyse pour désigner une instance psychique. C'est en 1923 que Freud, dans l'article Le Moi et le Ça , présente une organisation de l'appareil psychique qui se divise en trois instances : le ça, le moi et le surmoi. Ce dernier comprend l'idéal du moi. Dans cet article, Freud n'établit pas de nette distinction entre l'idéal du moi et le surmoi. Tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ideal-du-moi-psychanalyse/#i_3983

IDENTIFICATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 375 mots

Dans l'acception psychologique de la notion, la forme d'identité la plus directement accessible est celle qu'a dégagée, en rupture avec la tradition cartésienne, la critique de la substantialité du moi. « Le soi ( Self ), écrit Locke, est cette chose pensante consciente (de quelle substance elle est formée, spirituelle ou matérielle, simple ou composée, il n'importe) qui est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/identification/#i_3983

IMAGINAIRE ET IMAGINATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 12 540 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sédimentation sociale de l'imaginaire »  : […] La tâche est relativement aisée, puisqu'on dispose désormais dans cette vue d'un fil directeur. Partons en effet du rêve. Il se caractérise par la suspension de la position de l'ego, sujet de l'énonciation, et par son éclatement en une multiplicité d'acteurs imaginaires qui sont les protagonistes du rêve. La même raison qui fait que sont convertis en inscriptions plastiques les signifiants dont e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imaginaire-et-imagination/#i_3983

INCONSCIENT

  • Écrit par 
  • Christian DEROUESNE, 
  • Hélène OPPENHEIM-GLUCKMAN, 
  • François ROUSTANG
  •  • 8 260 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La logique de l'inconscient »  : […] Caractériser les processus inconscients par la condensation et le déplacement, c'est, au regard de la pensée consciente, les assimiler à l'arbitraire et à l'incohérence. Freud dit en effet que les pulsions, c'est-à-dire les motions de désir constitutives de l'inconscient, ne connaissent pas la contradiction et donc la négation , mais qu'elles persistent les unes à côté des au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inconscient/#i_3983

INFÉRIORITÉ SENTIMENT D'

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 883 mots
  •  • 1 média

Expression qui fut surtout employée par Alfred Adler ( Minderwertigkeitsgefühl ) et qu'on pourrait rapprocher de celle de « sentiments d'incomplétude » de Pierre Janet. Pour Adler, le sentiment d'infériorité est fondé sur la réalité : la personne qui l'éprouve est effectivement dans une situation d'infériorité organique ou fonctionnelle. Dans le sentiment ou complexe d'infér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sentiment-d-inferiorite/#i_3983

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 557 mots
  •  • 1 média

Intérêt pour la vie ou désintérêt de la vie, intérêt amoureux ou caractère intéressé, intérêt pour la musique, pour la politique ou pour le genre humain – dans le foisonnement des acceptions de l'intérêt, une première orientation nous vient de par son emploi au sens de « dommage » dans la langue des xiii e et xiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interet-sciences-humaines/#i_3983

INVESTISSEMENT, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 979 mots

La notion d'investissement, ainsi que celles qui lui sont liées (désinvestissement et contre-investissement), tient une place de première importance dans l'œuvre de Freud. Elle vient du mot allemand besetzen , qui peut désigner l'occupation militaire d'une place ou, dans le langage financier, le placement d'un capital dans une entreprise avec l'idée de profit. Si certains aut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investissement-psychanalyse/#i_3983

IRRATIONALITÉ INDIVIDUELLE ET ORDRE SOCIAL (P. Moessinger) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 483 mots

Les sciences sociales, depuis leur lointaine constitution et leur institutionnalisation au xix e  siècle, sont le cadre d'un débat toujours recommencé sur les rapports qu'entretiennent individu et société. La manière dont les mécanismes psychologiques s'ajustent au dispositif social a fait l'objet d'analyses qui, pour rendre compte de l'ordre ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irrationalite-individuelle-et-ordre-social/#i_3983

JUNG CARL GUSTAV (1875-1961)

  • Écrit par 
  • Étienne PERROT
  •  • 5 208 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Individuation et totalité »  : […] Ce monde renouvelé est l'aboutissement de ce que Jung a dénommé le processus d'individuation . Il explique ce terme par le fait que, tant que l'être n'a pas réalisé la venue à la conscience et l'intégration des contenus archétypiques de l'inconscient, ceux-ci sont projetés, de façon positive ou négative selon le cas, dans des figures extérieures, si bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-gustav-jung/#i_3983

LACAN JACQUES (1901-1981)

  • Écrit par 
  • Patrick GUYOMARD
  •  • 6 767 mots

Dans le chapitre « La structure »  : […] Ce retour aux fondements ne vise à rien de moins qu'à une restauration du concept de l'inconscient. Lacan s'en était donné les prémisses dès 1936 dans sa communication reprise en 1949 sous le titre « Le Stade du miroir comme formateur de la fonction du Je ». Sans qu'y apparaisse une définition de la structure au sens strict, on y trouve un des éléments majeurs de la critique de la psychanalyse am […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-lacan/#i_3983

LATENCE PHASE DE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 496 mots

Période du développement de l'enfant pendant laquelle les pulsions paraissent ne plus se manifester. On préfère à ce sujet utiliser la notion de phase ou de période plutôt que celle de stade, qui implique l'idée d'une nouvelle organisation pulsionnelle de la personnalité. Cette phase est définie par Freud comme un arrêt, ou une régression, dans l'évolution de la sexualité infantile, qui va du décl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phase-de-latence/#i_3983

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « Vers une typologie des variations individuelles »  : […] À mesure que s'étend le domaine de la libido paraît cependant se restreindre son contenu. Prenant pour thème initial l'expérience commune de l'appétit sexuel, nous avons en effet assisté à la construction de ce concept par vagues successives, chacun des temps de son élaboration traduisant un renforcement de la dépendance de la libido vis-à-vis de la pulsion. En un premier temps, sous la perspectiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libido/#i_3983

MAHLER MARGARET (1897-1985)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 139 mots

Psychanalyste américaine d'origine autrichienne, Margaret Mahler compte parmi les plus grands théoriciens du développement du très jeune enfant. Née à Sopron (actuellement en Hongrie), elle s'installa comme pédiatre à Vienne, où elle poursuivit son analyse avec Helen Deutsch et fréquenta le cercle des disciples et des proches de Freud. Lors de l'Anschluss, elle gagna New York, où elle s'établit co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/margaret-mahler/#i_3983

MAINE DE BIRAN (1766-1824)

  • Écrit par 
  • Henri GOUHIER
  •  • 1 788 mots

Dans le chapitre « La philosophie de Maine de Biran »  : […] Biran ne remet pas en question le refus de l' innéisme. Mais il constate que dans je sens , le je qui s'affirme sentant est un sujet actif dont aucune genèse ne peut rendre compte à partir des sensations passives liées au monde des objets. La conscience du moi relève d'un « sens intime » qui s'éveille avec le « sentiment de l'effor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maine-de-biran/#i_3983

MAQUILLAGE

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 5 300 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Philosophie du maquillage »  : […] Associé à partir de la philosophie grecque à l'art de la toilette et considéré par Platon comme une dévaluation de l'art du corps, puis voué aux gémonies par le christianisme en raison du verset « Dieu a fait l'homme à son image, le maquillage », symbole du diable, a tardé à se constituer comme une pratique rituelle ou artistique qui en aurait fait un objet d'étude. L'anthropologie se consacre aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maquillage/#i_3983

MÉDITATIONS MÉTAPHYSIQUES, René Descartes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 988 mots

Dans le chapitre « Un exposé de la « philosophie première » »  : […] Ce qui dans le Discours apparaissait comme la démarche d'un individu particulier (dont le premier chapitre esquissait brièvement la vie et la formation intellectuelle) prend ici valeur universelle. Le je impersonnel s'engage dès la Méditation première dans l'épreuve du doute. Comment me convaincre que je ne suis pas le jouet d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meditations-metaphysiques/#i_3983

MÉLANCOLIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 3 000 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Psychanalyse et philosophie »  : […] Freud classe la mélancolie, en 1896, parmi les psychonévroses de défense et plus précisément les névroses narcissiques. Liée à la série des névroses d'angoisse, particulièrement à la dépression périodique, elle se rattache au troisième mode de transformation de l'énergie non liquidée, celui de la transformation de l'affect ; mais, alors que la névrose d'angoisse provient d'une accumulation de ten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melancolie/#i_3983

MÉTAPSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michèle BOMPARD-PORTE
  •  • 1 275 mots

Dans le chapitre « Explicitations »  : […] Le point de vue dynamique considère que les formations psychiques – des rêves au caractère, en passant par les symptômes ou les idéaux – sont des processus temporels dont la stabilité est relative. Elles résultent de conflits entre des forces psychiques sous-jacentes, d'origine pulsionnelle, qui se dépensent dans l'entretien desdites formations et peuvent varier, entraînant des changements ou la d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metapsychologie/#i_3983

MOI PSYCHOLOGIE DU

  • Écrit par 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 431 mots

Expression qui définit une théorie générale de la personnalité, édifiée à partir des données de la psychanalyse, par un groupe de psychanalystes d'origine viennoise émigrés aux États-Unis, notamment Heinz Hartmann (1894-1970), Ernst Kris (1900-1957), Rudolf Loewenstein. Cette théorie prend appui sur la distinction qui, proposée par Freud au début des années 1920 pour rendre compte des conflits int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-du-moi/#i_3983

MONTAIGNE MICHEL EYQUEM DE (1533-1592)

  • Écrit par 
  • Fausta GARAVINI
  •  • 8 169 mots

Dans le chapitre « Le sujet en questions »  : […] Façonné ainsi par son activité de magistrat, l'homme qui, en 1571, démissionne de sa charge pour se faire écrivain ne peut que s'écrire de manière problématique, c'est-à-dire se poser en sujet écrivant, anticipant les recherches actuelles sur l'écriture. Les Essais disent le malaise d'un moi placé entre l'exigence de se fixer dans le livre et l'imposs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montaigne-michel-eyquem-de/#i_3983

MOTIVATION

  • Écrit par 
  • Gaston RICHARD, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 5 062 mots

Dans le chapitre « Glissements de sens propres à la notion »  : […] Particulièrement frappante semble la tendance propre aux auteurs béhavioristes à évacuer la notion de motivation. Les uns, nominalistes, voient en elle le moyen de baptiser un certain nombre d'agents physiologiques fort hétérogènes, influençant ou non le comportement ; d'autres la conçoivent comme facteur de sensibilisation ( sensitizer ) et d'activation ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/motivation/#i_3983

NARCISSISME

  • Écrit par 
  • Michèle MONTRELAY
  •  • 4 743 mots
  •  • 1 média

Le narcissisme, ou amour de soi-même, d'après la fascination qu'exerçait sur Narcisse sa propre image , est, pour la psychanalyse, l'un des concepts les plus nécessaires à la compréhension de processus fondamentaux tels que le rêve, la psychose, l'instauration du principe de réalité et du principe de constance. Dans l'œuvre de Freud, il fut l'objet, pendant vingt-cinq ans, de travaux qui précisèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/narcissisme/#i_3983

NÉDONCELLE MAURICE (1905-1976)

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 822 mots

Universitaire et prêtre français, philosophe et historien de la pensée religieuse, Nédoncelle a ouvert une voie originale entre l'idéalisme universitaire français des années vingt et un personnalisme philosophiquement fondé. Il part, en 1926, d'une « Esquisse d'un volontarisme idéaliste » (publiée en 1970 dans les Explorations personnalistes ) où se manifeste, dans l'esprit d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-nedoncelle/#i_3983

NÉVROSE INFANTILE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 834 mots
  •  • 1 média

Les particularités spécifiques des névroses infantiles ont été isolées relativement tard dans l'évolution de la psychiatrie. Au début de la psychanalyse, la névrose infantile est considérée comme ayant la même symptomatologie que celle de l'adulte, mais aussi comme étant son prototype et son modèle ; elle est alors rétrospectivement analysée à travers la névrose de l'adulte. En fait, quand on se p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nevrose-infantile/#i_3983

NOSTALGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 5 257 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nostalgie et renoncement »  : […] « Ils ne sont pas heureux, ils souffrent de langueur [ Sehnsucht ] mais ils ne sont pas malades », affirme Freud dans la vingt-deuxième de ses Conférences à propos des individus qu'il estime capables de supporter une privation libidinale. Et la nostalgie, loin de se trouver réduite à un processus pathologique, offrirait peut-être, au contraire, matière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nostalgie/#i_3983

OMBRE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 589 mots

Pour la connaissance symbolique, l'ombre apparaît comme une réalité lourde de toutes les angoisses humaines. Le pays de la mort est éprouvé comme le royaume des ombres. Sans être confondue avec l'âme, l'ombre lui est liée. Aussi, dans de nombreuses cultures des interdits entourent ce phénomène : ne pas marcher sur l'ombre d'autrui, ne pas jouer avec l'ombre de quelqu'un ou de soi-même. L'ombre est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ombre/#i_3983

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La psychologie de l'enfant : Wallon et Piaget »  : […] Outre celui qu'il a chez Freud, le concept d'opposition joue aussi un rôle important dans l'étude des processus mentaux telle qu'elle a été développée par la psychologie contemporaine. Ainsi, pour Henri Wallon, la pensée par couples représente le mode primitif de fonctionnement intellectuel dont dispose l'enfant durant la période que cet auteur qualifie de précatégorielle (de six à neuf ans en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_3983

PERSONNALISME

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 2 383 mots

Dans le chapitre « La constitution d'une catégorie »  : […] Dans sa recherche des sources du personnalisme, l'historien doit procéder avec prudence, afin d'éviter l'illusion rétrospective : l'apparition d'une catégorie mentale est toujours un phénomène complexe, localisé et qui draine beaucoup d'ambiguïté. Étudiant le statut évolutif des termes πρ́οσωπον et persona qui désignent d'abord, dans l'Antiquité classique, le masque de théât […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personnalisme/#i_3983

PERVERSIONS

  • Écrit par 
  • Jean CLAVREUL
  •  • 2 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Perversion et psychanalyse »  : […] La psychanalyse s'est intéressée très tôt aux perversions, au moins pour avoir retrouvé sous la forme de « fantasmes » pervers un équivalent imaginaire des pratiques perverses chez tous les sujets, normaux et névrosés. Une hypothèse génétique conduit ainsi à considérer l'enfant comme un «  pervers polymorphe », c'est-à-dire capable de s'adonner à toutes les perversions, lesquelles existent donc so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perversions/#i_3983

PHÉNOMÉNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Renaud BARBARAS, 
  • Jean GREISCH
  •  • 7 227 mots

Dans le chapitre « L'« épochè » phénoménologique »  : […] Dès les Recherches logiques , le sens philosophique de la phénoménologie est clairement établi : il réside dans l'idée d'une corrélation a priori et universelle entre l'objet transcendant et ses modes subjectifs de donnée. Autrement dit, la phénoménologie a pour projet de préserver la transcendance du réel tout en respectant sa relativité à la conscience, ce qui revient à en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie/#i_3983

PHOBIE

  • Écrit par 
  • François PERRIER
  •  • 3 385 mots

Dans le chapitre « L'angoisse »  : […] Jusqu'à la fin de son œuvre, Freud ne s'est pas estimé satisfait de sa théorie de l'angoisse. Selon un premier schéma, celle-ci surgit lorsque, de par un processus de refoulement qui a détaché la libido de ses « objets d'investissement », une quantité d'énergie libidinale, désormais libre, et non plus fixée, ne trouve pas à se réinvestir. Dans l'hystérie de conversion, la libido réinvestit des fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phobie/#i_3983

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Phénoménologie et logique »  : […] Quel est donc le statut de cette vérité historique sur laquelle est entré le sujet dans les phases successives de son développement ? Relève-t-elle d'une logique ? À quel titre cette logique serait-elle appelée à régir la théorie de la pratique psychanalytique ? Quelles incidences enfin la critique de la raison psychanalytique peut-elle avoir dans le registre de la pratique ? Si Lacan a su aborde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_3983

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « Couples d'opposés et polarités dans la genèse du moi »  : […] La succession des étapes de la formation du moi, dont la structure est isomorphe par rapport à la dialectique précédente, met elle-même en jeu, dans le cadre coordonné d'une genèse de l'amour et de la haine, un ensemble complexe de deux systèmes d'opposition ( Gegensätze ), dont l'un se définit comme constitué de trois couples d'opposés ( Gegensatzpaar ) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-concept-d-opposition/#i_3983

RATIONALISATION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 371 mots

Terme introduit en psychanalyse par Ernest Jones en 1908 ( La Rationalisation dans la vie quotidienne ), et utilisé pour désigner un procédé qui, comme tel, apparaît dans un champ très étendu allant de la pensée normale à la pensée délirante. La rationalisation permet au sujet de tolérer des attitudes émotives et des expériences pulsionnelles (qu'il redouterait ordinairement) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalisation-psychanalyse/#i_3983

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Art »  : […] Si l' art romantique semble se définir par ses thèmes et par la galerie de ses héros plutôt que par ses formes, c'est que le romantisme a plus facilement et plus vite trouvé son expression littéraire. En fait, il s'agit d'indices plus que d'éléments constituants. Et, si l'on envisage le romantisme non pas comme une simple appellation qui couvre indistinctement une tranche chronologique, mais comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_3983

SARTRE JEAN-PAUL

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME, 
  • Juliette SIMONT
  •  • 8 906 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'intentionnalité »  : […] C'est de cette doxa qu'il faut se défaire, pour tenter de restituer à la fraîcheur de son invention la pensée de Sartre . De quelle « subjectivité » s'agit-il de faire la philosophie ? La première « obédience » de Sartre fut husserlienne, mais se révéla d'emblée contestataire et déviante. De la phénoménologie, Sartre a retenu, avec un émerveillement jamais démenti, la notio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-sartre/#i_3983

SCHELLING FRIEDRICH WILHELM JOSEPH VON (1775-1854)

  • Écrit par 
  • Jean-François MARQUET
  •  • 4 155 mots

Dans le chapitre « La recherche d'une philosophie (1794-1801) »  : […] Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling est né à Leonberg, petite ville du Wurtemberg où son père était pasteur. Après de bonnes études à l'école religieuse de Bebenhausen (résidence de la famille Schelling depuis 1778) et au gymnase de Nürtingen, il entre, en 1790, au Stift de Tübingen, où il retrouve ses aînés Hölderlin et Hegel. Durant ses quatre premières années de sémin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-wilhelm-joseph-von-schelling/#i_3983

SEXUALITÉ, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 4 976 mots

Dans le chapitre « Des pulsions partielles au concept de castration »  : […] De fait, la théorie psychanalytique ne pouvait éviter d'interroger de plus près le rapport de difficile voisinage du sexuel et du psychique ; et c'est ce qu'aborde Freud avec la théorie des pulsions. Ce qu'il faut retenir de l'expérience sur ce point, c'est que la sexualité n'est représentée dans le psychisme, n'y a son accès et son efficacité que sous la forme de «  pulsions partielles », c'est-à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualite-psychanalyse/#i_3983

SOI (psychologie)

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 321 mots
  •  • 1 média

« L'endroit où le soi, le non-moi psychologique, est endormi est l'endroit le plus banal du monde — une gare, un théâtre, la famille, la situation professionnelle. » La psychologie des profondeurs telle que l'a théorisée Carl Gustav Jung repose sur une distinction entre deux instances psychiques : le moi, « la personnalité empirique et consciente », et le soi, « [...] concept limite, exprimant un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soi-psychologie/#i_3983

SOUFFRANCE

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 4 420 mots

Dans le chapitre « Niveaux de profondeur de la souffrance »  : […] À la différence du déplaisir, qui consiste dans la simple conscience d'une augmentation de tension, la souffrance ne se réduit jamais à l'affect. Conjointement à la décharge motrice et à la conscience de sa valeur pathique, celle-ci suppose, en effet, l'investissement d'une représentation. L'attention se concentre sur la zone du corps douloureuse ou bien prend pour pôle l'objet d'une nostalgie na […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/souffrance/#i_3983

SPALTUNG, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 717 mots

Traduit en français, suivant les usages qu'on en fait, par « séparation », « clivage » ou « dissociation », le terme allemand Spaltung n'est lui-même que la traduction par Freud d'une expression fréquente dans la psychiatrie française du xix e siècle, celle de « double conscience », utilisée en particulier par Pierre Janet. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spaltung-psychanalyse/#i_3983

SPÉCULAIRE & SPECTACULAIRE, littérature et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 1 527 mots

En minéralogie, on qualifie de spéculaires les pierres qui réfléchissent la lumière. Encore appelées « miroirs d'âme » par les Anciens, qui en usaient pour garnir les croisées des maisons ou les bords des litières, elles ont donné naissance à la science spéculaire, celle qui enseigne à faire des miroirs ( specularis de speculum  : miroir). Le miroir a é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/speculaire-et-spectaculaire-litterature-et-psychanalyse/#i_3983

STADE DU MIROIR, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Alejandro DAGFAL
  •  • 1 204 mots

Le stade du miroir est une phase structurelle de la constitution de la subjectivité introduite par Jacques Lacan dans la psychanalyse. En s'appuyant sur des expériences de la psychologie du développement et de l'éthologie de son époque, il fait une relecture phénoménologique du concept freudien de narcissisme. L'illusion mortifère de Narcisse, amoureux de son propre reflet, devient chez Lacan un m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stade-du-miroir-psychanalyse/#i_3983

STIRNER MAX (1806-1856)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON
  •  • 2 147 mots

Dans le chapitre « Critique de l'idéalisme »  : […] L'histoire de l'humanité se divise pour Stirner en trois périodes successives : le réalisme, l'idéalisme et l'égoïsme. Le centre de gravité de cette triade dialectique se situe autour de la négation, représentée par le deuxième moment. Stirner s'efforce de faire basculer vers l'égoïsme l'idéalisme, qui, avec l' Essence du christianisme (1841) de Feuerbach, vient d'atteindre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-stirner/#i_3983

SUBLIMATION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 5 962 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sublimation, vérité de l'expérience amoureuse »  : […] Dans son essai Le Moi et le Ça (1923), Freud décrit, en effet, la sublimation comme l'œuvre du moi soulageant le ça de ses premiers investissements d'objets. Rappelons que le ça représente ici le rôle de l'hérédité, et l'ensemble de ce que l'être apporte en naissant, tandis que le moi est déterminé par ce qu'il a lui-même vécu. L'objet des pulsions sex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublimation-psychanalyse/#i_3983

SUICIDE

  • Écrit par 
  • René ARLABOSSE, 
  • Jean-Pierre BLANADET, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  • , Universalis
  •  • 7 381 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le problème psychopathologique »  : […] C'est à travers l'analyse d'Anna O. ( Études sur l'hystérie ) que Freud entreprit d'abord l'étude du problème du suicide ; il y mettait déjà en évidence la culpabilité que provoquent des pulsions agressives dirigées contre les parents. Dans l'analyse de Dora ( Cinq Psychanalyses ), le suicide prend un éventail de sens, qui ne se développeront que plus ta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suicide/#i_3983

SUJET

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 3 607 mots

Dans le chapitre « Le sujet psychanalytique »  : […] Ce passage à la limite opéré par Descartes n'avait pourtant cessé d'être contesté tout au long de l'histoire de la philosophie. «  Veritas filia temporis » , rappelait G. Vico : la vérité est fille du temps, non de l'évidence instantanée. Aussi bien l'idéal de la science moderne, n'admettant comme valeur que l'idée claire et distincte, se montrait-il totalement inapplicable d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sujet/#i_3983

SURMOI

  • Écrit par 
  • Jean-Michel VAPPEREAU
  •  • 5 137 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Morale et « Idéal du moi » »  : […] Le surmoi nous oblige à nous mettre à jour au regard du problème moral. Car, avec cette notion, il s'agit bien de l'aspect oral de l'âme, de l'âme orale. On peut entendre, par là, la voix de la conscience dans les hauteurs et sa corrélation avec la primitive pulsion orale intéressée par la mamelle et les cris. Si l'on entre plus avant dans l'univers de la faute, on doit admettre que la naturalisa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surmoi/#i_3983

TAYLOR CHARLES (1931- )

  • Écrit par 
  • Ruth ABBEY
  •  • 1 495 mots

Dans le chapitre « L'identité moderne »  : […] Dans son premier ouvrage majeur, Hegel (1975), Charles Taylor montre comment la pensée du philosophe allemand continue d'être pertinente pour la philosophie politique et sociale contemporaine. Avec Sources of the Self : The Making of the Modern Identity (1989, Les Sources du moi : la formation de l'identité moderne ), il explore […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-taylor/#i_3983

TOPIQUE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 052 mots

Dans la théorie psychanalytique de Freud, on distingue couramment deux topiques successives ou conceptions des lieux psychiques. La première topique, élaborée à partir de 1900, distingue métaphoriquement dans l'appareil psychique : l'inconscient, le préconscient et le conscient ; la seconde, qui date de 1923, distingue le ça, le moi et le surmoi. Chacun de ces lieux ou chacune de ces instances psy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/topique-psychanalyse/#i_3983

ZEN

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 18 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le pointillé épistémologique »  : […] La projection objectivante du moi inlassablement opérée par dévolution aux skandha d'une unité substantielle qui en serait le ciment, et dont la réflexion spéculaire représente un cas flagrant, est considérée par le Mahāyāna dans toutes les activités de la personne. La voie d'élection de cette projection est la perception, dont fait aussi partie intégrante la perception indi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zen/#i_3983

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine CLÉMENT, Henry DUMÉRY, « MOI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moi/