Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MIMÉTISME, zoologie

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Les déguisements

Dans tous les cas précédents, c'est le corps même de l'animal qui prend une couleur ou une forme donnée et assure le camouflage. Mais il est des cas où l'animal emprunte au milieu des éléments dont il se couvre, semblant ainsi s'habiller. Il s'agit là non pas de faits d'intelligence, mais de faits de comportement. Ce cas, le moins fréquent dans la nature, bien que le plus varié, est celui qui se rapproche le plus des réalisations humaines. De tels déguisements se rencontrent parfois chez des insectes qui cachent leur corps dans un fourreau (larves des Trichoptères ou porte-bois, chenilles des Psychides). Certains Planipennes (Chrysopaprasina) recouvrent leur corps de leurs vieilles exuvies et des cadavres des pucerons dont elles se nourrissent. Les fausses chenilles de la tenthrède limace sont recouvertes d'un mucus gluant contenant leurs excréments. Chez les Crustacés (crabes, pagures), les déguisements sont plus fréquents. Les bernard-l'hermite, ou pagures, Crustacés à abdomen mou, vivent cachés dans les coquilles vides des Gastéropodes marins, mais ils cherchent là plus une protection contre les chocs qu'une dissimulation. Cependant ces coquilles sont souvent recouvertes d'éponges ou d'anémones de mer (actinies) et il ne s'agit pas là d'un hasard, car il y a de véritables associations entre le pagure et l'actinie qui le camoufle et le défend. Aussi chaque espèce de pagure possède-t-elle une actinie qui lui est inféodée (Sagartiaparasitica sur Eupagurusbernhardus, et Adamsiapalliata sur E. prideauxi). Le pagure ne subit pas passivement la présence de l'actinie, puisqu'il emporte son actinie lorsqu'il change de coquille.

Les crabes Oxyrhynques (araignées de mer), eux, déguisent littéralement leur carapace avec des algues, des cailloux, des morceaux de coquilles. Si on les débarrasse de leur revêtement, ils s'en recouvrent aussitôt. Le crabe saisit l'éponge ou l'algue, la porte à sa bouche, non pour la manger, mais pour y déposer un liquide agglutinant et, à l'aide de ses longues pattes, l'accroche sur son dos aux poils recourbés en crochets et souvent barbelés dont la carapace est garnie. Mais le fait le plus remarquable chez ces crabes, c'est qu'ils recherchent des substrats sur lesquels ils sont homochromes et qu'ils sont capables de changer de déguisement lorsque leur camouflage ne correspond plus à la couleur du milieu. Des expériences faites en France par R. Minkiewicz (1907) sont caractéristiques. Il constate que des crabes du genre Maia dont la carapace a été débarrassée de tous ses débris, placés dans des aquariums dont les parois sont couvertes de papiers de couleur, choisissent, pour se couvrir, les papiers correspondant à la couleur du milieu. Si ces crabes ainsi habillés sont ensuite transportés dans des aquariums dont les deux moitiés sont différemment colorées, ils se dirigent vers la moitié de l'aquarium dont la couleur correspond à leur revêtement. D'autres crabes du genre Hyas, revêtus d'algues rouges et introduits dans des aquariums tapissés uniquement avec des éponges, sont capables de changer leur déguisement et dès le lendemain ils sont recouverts exclusivement d'éponges. Ces comportements si proches du comportement humain sont d'interprétation controversée. On peut les rapprocher des activités d'imitation si répandues, par exemple, chez les oiseaux. De toute façon, le seul hasard ne saurait être invoqué à leur propos.

— Robert GAUMONT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Robert GAUMONT. MIMÉTISME, zoologie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 23/05/2023

Médias

Mimétisme - crédits : Art Wolfe/ The Image Bank/ Getty Images

Mimétisme

Camouflage du corps d'un serpent - crédits : Encyclopædia Universalis France

Camouflage du corps d'un serpent

Crevette tachetée - crédits : Danita Delimont/ Gallo Images/ Getty Images

Crevette tachetée

Autres références

  • ARACHNIDES

    • Écrit par
    • 3 671 mots
    • 12 médias
    Face aux prédateurs, les arachnides ont développé pour se défendre plusieurs techniques d’évitement comme le mimétisme, c’est-à-dire la ressemblance avec un autre animal (comme les araignées myrmécomorphes) ou avec l’environnement pouvant même aller jusqu’à l’homochromie (harmonisation de la...
  • DERMOPTÈRES

    • Écrit par
    • 162 mots

    Ordre de mammifères placentaires qui n'est représenté que par un seul genre : le galéopithèque, vivant dans les régions tropicales de l'Asie orientale. On connaît des formes fossiles depuis le début du Cénozoïque, c'est-à-dire depuis une époque où les placentaires en général...

  • LÉPIDOPTÈRES

    • Écrit par
    • 4 680 mots
    • 12 médias
    ...verticalement de telle sorte qu'on ne voit que leur face inférieure, les autres ont leurs ailes étalées à plat sur le support ou en toit. Certains papillons présentent une curieuse ressemblance avec les objets sur lesquels ils se posent (homotypie) comme le Gastropacha quercifolia qui a l'aspect d'une feuille...
  • MOLLUSQUES

    • Écrit par
    • 9 415 mots
    • 11 médias
    Lecamouflage relève des moyens naturels de protection dans bien des cas. Sur terre, les Mollusques à coquille brillamment colorée sont consommés en plus grand nombre par les Oiseaux que les formes dont la coquille est plus discrète. Mais le camouflage des pieuvres, qui s'adaptent aux milieux les plus...
  • Afficher les 7 références