KONITZ LEE (1927- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le jazzman américain Lee Konitz, né le 13 octobre 1927, à Chicago, est une figure majeure du style cool et l'un des saxophones alto les plus emblématiques.

Lee Konitz fait ses études à l'université Roosevelt de Chicago et joue du saxophone alto dans l'orchestre de Claude Thornhill en 1947 et 1948 (Anthropology, 1947), avant de s'installer à New York. Sous l'influence du pianiste Lennie Tristano, son style atteint la maturité et, de 1948 à 1950, Lee Konitz joue dans les deux ensembles précurseurs du jazz cool : le nonette de Miles Davis, qui enregistre en 1949 et 1950 les plages qui seront regroupées dans l'album Birth of the Cool, et le sextette de Lennie Tristano (Subconscious-Lee, 1949). Après avoir passé une année (1952-1953) au sein du big band de Stan Kenton, Lee Konitz se lance dans une carrière indépendante. Il se produit souvent avec des musiciens bop et, lors de séances particulièrement enrichissantes, avec Lennie Tristano et certains de ses disciples, comme le pianiste Sal Mosca et le saxophone ténor Warne Marsh. Outre ses apparitions dans des ensembles de jazz conventionnels, il joue en duo et en solo ainsi qu'avec son propre nonette, qu'il réunit de façon épisodique dans les années 1970 et 1980.

Au début de sa carrière, Lee Konitz joue sans la moindre inflexion ni le plus infime vibrato, dans un style radicalement opposé à celui, plus classique, qui avait été développé par le saxophoniste alto Charlie Parker. Il évolue cependant progressivement vers des sonorités plus expressives, sans sacrifier à la clarté qui le distingue. Célèbre avant tout pour ses improvisations mélodiques, il joue à l'origine de longues lignes musicales, aux accords souvent homogènes, ponctuées d'accents capricieux, avant de s'orienter peu à peu vers un phrasé plus diversifié. Réputé pour son audace harmonique, il participe à des événements de free jazz exceptionnels, parmi lesquels un festival d'improvisation free organisé par le guitariste Derek Bailey à Londres en 1987. Lee Konitz a exercé une profonde influence sur les saxophonistes alto de style West Coast, au premier rang desquels Art Pepper, Bud Shank et Paul Desmond.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  KONITZ LEE (1927- )  » est également traité dans :

COOL, jazz

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 421 mots

À la fin des années 1940, un nouveau courant s'affirme autour de Lennie Tristano ou de Miles Davis : le cool. Allant à l'encontre des tempos ultrarapides du be-bop, le cool redécouvre la fluidité et l'héritage de Lester Young. À la fin des années 1940, face à la saturation de l'espace sonore du be-bop de Charlie Parker ou de Dizzy Gillespie, un certain nombre de musiciens s'engagent sur la voie d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cool-jazz/#i_52866

Pour citer l’article

« KONITZ LEE (1927- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lee-konitz/