MI FU [MI FOU] (1051-1107)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peu d'individus ont exercé sur l'évolution de la peinture chinoise une influence aussi profonde que Mi Fu. L'importance de son rôle est sans commune mesure avec son œuvre peint proprement dit. Ce que Mi Fu a apporté, bien plus que certaines innovations techniques, c'est une nouvelle esthétique, une nouvelle conception de la nature même de l'activité picturale, à partir de laquelle devait se développer tout le courant ultérieur de la « peinture des lettrés ». Les idées de Mi Fu sont peut-être d'une originalité moins radicale qu'il ne pourrait paraître à première vue ; mais ces idées soutenues et illustrées par son génie divers ont trouvé en lui un porte-parole d'une flamboyante éloquence : il a réussi à les incarner dans tout un comportement esthétique. En faisant de sa personnalité et de sa vie même une œuvre d'art, il s'est présenté aux générations ultérieures d'artistes comme l'image idéale, le prototype même du peintre-lettré.

Une ombrageuse indépendance

C'est dans un siècle prospère et brillant que s'est déroulée la carrière de Mi Fu (« Fu » est la prononciation correcte ; en Chine toutefois, une erreur de lecture consacrée par l'usage a imposé la prononciation « Fei » : celle-ci est également utilisée par de nombreux ouvrages occidentaux). Contemporain et ami de Su Dongpo, de Huang Tingjian, de Li Longmian, il fréquenta tous les personnages les plus influents de son époque ; son talent fut remarqué notamment par Wang Anshi. Il avait eu l'avantage de naître dans une famille de hauts fonctionnaires ; par sa mère qui avait appartenu à la suite de l'impératrice, il eut ses entrées à la cour. Comblé de tous les dons, il était animé d'une farouche volonté d'indépendance ; chez lui, le soin de cultiver l'intégrité originale de sa personnalité prima toujours toute autre considération, et ceci entrava fort sa carrière officielle. Il n'occupa jamais que des postes subalternes. Constamment déplacé, il servit dans les provinces méridionales : Guangdong, Guangxi, Hunan, Zhejiang, Anhui, Jiangsu, avec un intermède dans la capitale sous le règne de Huizong, dont il put voir les collections. Son comportement excentrique, son refus de toute compromission avec les « vulgarités mondaines » le rendaient radicalement inadaptable à la vie mandarinale. Il fut deux fois démis de ses fonctions, mais ses disgrâces n'eurent cependant jamais de conséquences graves : ses bizarreries mêmes le mettaient en marge du monde périlleux de la politique, et si elles lui interdisaient tout avancement, elles lui valaient du moins une sorte d'immunité.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification


Autres références

«  MI FU [ MI FOU ] (1051-1107)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 366 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Les collectionneurs »  : […] et amateur éclairé d'antiquités. » Certains de ces amateurs sont resté fameux, comme Mi Fu (1051-1107), peintre et collectionneur, qui apportait à la recherche des objets rares une passion frénétique. Il partageait le goût très vif des lettrés Song pour les « curiosités » et en particulier pour les pierres que leur forme, leur structure ou leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_21468

GAO KEGONG [KAO K'O-KONG] (1248-?)

  • Écrit par 
  • Ching-lang HOU
  •  • 393 mots

En Chine, la peinture de paysage dans le style des lettrés connaît son épanouissement pendant la dynastie des Yuan (1280-1368). Les quatre grands maîtres (Huang Gongwang, Wu Zhen, Ni Zan, Wang Meng), considérés à partir de l'époque Ming comme les novateurs du xiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gao-kegong-kao-k-o-kong/#i_21468

NI ZAN [NI TSAN] (1301-1374)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 508 mots

Dans le chapitre « Un art inimitable »  : […] siècle, Dong Yuan avant tout, le maître du paysage méridional dont s'était réclamée l'école lettrée depuis Mi Fu, et que Zhao Mengfu avait à nouveau proposé comme modèle dès le début de l'époque Yuan ; mais il a également étudié Jing Hao, Guan Tong et Li Cheng, dont il possédait des originaux dans ses collections. Il appréciait beaucoup Mi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ni-zan-ni-tsan/#i_21468

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « MI FU [MI FOU] (1051-1107) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mi-fu-mi-fou/