Artistes chinois



AI WEIWEI (1957- )

  • Écrit par 
  • John M. CUNNINGHAM
  •  • 1 095 mots
  •  • 1 média

Artiste contestataire chinois, Ai Weiwei est l'auteur d'une œuvre aux multiples facettes, allant des installations sculpturales aux projets architecturaux en passant par la photographie et la vidéo. Salué par la critique internationale, il subit dans son pays diverses formes de répression, les autorités chinoises n'appréciant guère la dimension souvent provocatrice et subversive de son art, ni son […] Lire la suite

DAI JIN [TAI TSIN] (1388-1462) & WU WEI [WOU WEI] (1459-1508)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 294 mots

Dai Jin et Wu Wei sont à peu près les deux seuls représentants de la peinture professionnelle de l'époque Ming (appelée aussi « école du Zhejiang ») dont le nom ait tant bien que mal survécu à l'anathème des lettrés. Dans quelle mesure cette hostilité des amateurs, relativement tardive mais finalement fatale pour les professionnels, se justifiait-elle esthétiquem […] Lire la suite

DAOJI [TAO-TSI] ou SHITAO [CHE T'AO] (1641-env. 1720)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 400 mots

Shitao (c'est sous ce surnom de courtoisie qu'il est le mieux connu en Chine, tandis qu'en Occident il est plus souvent désigné par son nom monastique de Daoji) est probablement l'un des peintres chinois les plus étudiés aujourd'hui, tant en Chine qu'à l'étranger. Créateur prolifique et versatile, il a laissé une œuvre immense dont la diversité et l'esprit d'expérimentation poussé audacieusement d […] Lire la suite

DING YANYONG [TING YEN-YONG] (1904-1978)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 429 mots

Les peintres chinois contemporains se trouvent dans une situation délicate. Certains, séduits par les techniques de la peinture à l'huile, ont trop bien réussi : leur succès les a placés définitivement dans l'orbite des écoles de Paris, de Londres ou de New York, et, si estimable que puisse être leur contribution artistique, elle ne relève plus de l'univers chinois. D'autres s'accrochent à la trad […] Lire la suite

DONG QICHANG [TONG K'I-TCH'ANG] (1555-1636)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 878 mots

Dong Qichang fut pour la peinture des lettrés le pape d'une orthodoxie : c'est lui qui définit de façon définitive les dogmes de cet art et prononça contre les peintres professionnels et autres hérétiques une excommunication sans appel. Si déplaisant que fût le personnage (il a laissé le souvenir d'un arriviste rusé et rapace), l'influence qu'il devait exercer sur trois siècles de peinture Qing do […] Lire la suite

DONG YUAN [TONG YUAN] (mort en 962) & JURAN [KIU-JAN] (actif vers 975)

  • Écrit par 
  • Ching-lang HOU
  •  • 1 206 mots

Après la révolution (755) d'An Lushan, la ville de Chang'an qui, depuis le vie siècle, était le centre des activités artistiques, se vit destituée de son rôle de capitale. La guerre civile se répandit partout. Seules les régions au sud du fleuve Bleu (Yangzi) et le Sichuan demeurèrent des îlots de calme, favorables à l'apparition de nouveaux thèmes d' […] Lire la suite

EXCENTRIQUES DE YANGZHOU GROUPE DES HUIT

  • Écrit par 
  • Ching-lang HOU
  •  • 1 027 mots

Dans la peinture chinoise du xviiie siècle, on distingue deux grandes tendances : celle des peintres de cour exerçant dans la région de Pékin et celle des peintres lettrés de la prospère cité sudiste de Yangzhou. Les sujets traités par les artistes de la cour selon les goûts de l'empereur Qianlong (1736-1795) sont peints dans un style particulièrement […] Lire la suite

GAO KEGONG [KAO K'O-KONG] (1248-?)

  • Écrit par 
  • Ching-lang HOU
  •  • 393 mots

En Chine, la peinture de paysage dans le style des lettrés connaît son épanouissement pendant la dynastie des Yuan (1280-1368). Les quatre grands maîtres (Huang Gongwang, Wu Zhen, Ni Zan, Wang Meng), considérés à partir de l'époque Ming comme les novateurs du xive siècle, respecta […] Lire la suite

GONG XIAN [KONG HIEN] (av. 1599-1689) ET KUNCAN [K'OUEN-TS'AN] (1612-av. 1680)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 310 mots

Théoricien et artiste chinois, Gong Xian a illustré admirablement, dans son art, ses préceptes théoriques. Dans sa peinture, exclusivement vouée au paysage et évocatrice d'un univers immobile et muet, entièrement déserté de toute présence humaine, la rigueur austère de la structure est enveloppée d'une aura de mystère. Son langage plastique, limité et monotone, possède un accent unique qui exerce […] Lire la suite

GU KAIZHI [KOU K'AI-TCHE] (344 env.-env. 406)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 055 mots

Après les périodes archaïques de production artisanale et anonyme, l'époque des Six Dynasties marque en peinture un jalon nouveau : la création picturale devient le fait de personnalités individuelles qui désormais appartiennent souvent à l'élite sociale et intellectuelle. Entre tous les artistes de cette époque dont les noms ont été préservés, Gu Kaizhi brille d'un éclat particulier : premier pei […] Lire la suite

GUO XI [KOUO HI] (1020 env.-env. 1100)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 340 mots

Après la phase contemplative et statique du paysage classique du xe siècle, la peinture de Guo Xi amorce une conception dynamique et active de la composition picturale, dont la construction apparaît au spectateur non plus comme un équilibre immobile, mais comme un devenir en expansion illimitée. Le recours à des procédés que l'on pourrait presque qual […] Lire la suite

HAN GAN [HAN KAN] (VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 552 mots

Bien qu'il ait peint des figures (il réalisa entre autres des fresques bouddhiques), Han Gan est avant tout célèbre comme peintre de chevaux. C'est lui d'ailleurs qui contribua à hausser ce sujet au niveau d'un genre. En Chine, un peintre peut fort bien se spécialiser étroitement dans une seule catégorie de sujets sans pour autant être considéré comme un artiste mineur. Cela s'explique par les con […] Lire la suite

HUANG BINHONG [HOUANG PIN-HONG] (1864-1955) & FU BAOSHI [FOU PAO-CHE] (1904-1965)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 948 mots

Au xxe siècle, plusieurs peintres chinois ont entrepris de rompre avec une tradition qui leur était devenue hermétique ou avait cessé pour eux d'être pertinente ; leur courage n'a pas encore été entièrement couronné de succès. D'autres, plus nombreux, s'accrochent au culte timoré d'une tradition qu'ils ne sont plus capables de comprendre ni d'animer. […] Lire la suite

HUANG GONGWANG [HOUANG KONG-WANG] (1269-1354)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 047 mots

Huang Gongwang est l'aîné de ces « quatre maîtres de l'époque Yuan » (les trois autres étant Wu Zhen, Ni Zan et Wang Meng) qui donnèrent au paysage Yuan son visage spécifique et exercèrent une influence déterminante sur tout le développement de la peinture des lettrés aux époques Ming et Qing. On peut le considérer comme le re […] Lire la suite

HUIZONG [HOUEI-TSONG] (1082-1135)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 462 mots

Huizong, le dernier empereur des Song du Nord, fut moins un souverain cultivant les arts qu'un artiste égaré sur un trône. Peintre et calligraphe de talent, bon poète, fervent amateur de musique, « doué pour toute chose sauf pour être empereur » (comme le disait un ministre à l'empereur Yuan Shundi pour modérer l'admiration que ce dernier éprouvait à l'endroit de Huizong), ses dons artistiques l'a […] Lire la suite

IKE NO TAIGA (1723-1776)

  • Écrit par 
  • Chantal KOZYREFF
  •  • 1 197 mots

L'école chinoise, connue au Japon sous le nom de Bunjin-ga ou Nanga, régénère la peinture de paysage au xviiie siècle. Et Ike no Taiga s'en fait l'un des interprètes les plus personnels.Bien que les termes Bunjin-ga (« peinture des Lettrés ») et Nanga (« peinture du Sud ») ne soient pas synonymes à l'origine – l […] Lire la suite

JING HAO [KING HAO] & GUAN TONG [KOUAN T'ONG] (fin IXe-déb. Xe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 772 mots

La période des Cinq Dynasties a marqué le premier grand épanouissement du paysage chinois : quelques artistes éminents, tout d'abord Jing Hao et son disciple Guan Tong au Nord, et ensuite Dong Yuan et son disciple Juran au Sud, opérèrent la synthèse des expériences Tang en matière de paysage et élaborèrent la formule majestueuse et classique qui devait servir ensuite de canevas fondamental aux pei […] Lire la suite

LIANG KAI [LEANG K'AI] ET MUQI [MOU-K'I] (XIIe-XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 276 mots

À l'opposé des autres écoles du bouddhisme, qui n'ont guère demandé aux peintres que des illustrations doctrinales ou hagiographiques et qui de ce fait n'intéressaient qu'une classe d'artisans spécialisés, le bouddhisme Chan – mieux connu en Occident dans la prononciation japonaise de Zen – a stimulé quelques-unes des plus hautes créations de la peinture chinois […] Lire la suite

LI CHENG [LI TCH'ENG] ET FAN KUAN [FAN K'OUAN] (Xe-XIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 205 mots

L'étude de Li Cheng, cette grande ombre insaisissable qui domine l'âge d'or du paysage chinois classique, est pour les historiens de la peinture chinoise la source des plus vives frustrations. Les auteurs anciens attestent unanimement de l'importance de son œuvre qui, avec celle de Guan Tong et de Fan Kuan, ouvrit la voie du paysage Song en lui donnant d'emblée sa plus haute et plus puissante expr […] Lire la suite

LI LONGMIAN [LI LONG-MIEN] (1040-1106)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 821 mots

Le peintre chinois Li Gonglin, plus souvent désigné par son surnom de Li Longmian, du nom d'une montagne avoisinant sa bourgade natale dans la province de Anhui, appartenait à une grande famille du Jiangnan.Bien qu'il semble avoir abordé tous les genres picturaux avec une égale facilité, Li Gonglin doit avant tout sa célébrité à ses peintures de figures et de chevaux ; toutes celles de ses œuvres […] Lire la suite

LI SIXUN [LI SSEU-HIUN] (651-716)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 069 mots

L'historiographie traditionnelle assigne à Li Sixun une place très importante dans le développement de la peinture chinoise : on considère qu'il fut le premier à ériger le paysage en genre véritablement autonome. Il faut observer toutefois que s'il a contribué de façon décisive à consacrer le paysage comme une discipline majeure, sa conception restait essentielle […] Lire la suite

LI TANG (XIe-XIIe s.) ET MA YUAN (XIIe-XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 720 mots

Étudiés isolément dans leurs manifestations les plus caractéristiques, le paysage des Song du Nord et celui des Song du Sud paraissent aux antipodes l'un de l'autre. Le premier est monumental, équilibré, impassible et classique, il cherche à créer un monde complet, saisi dans sa permanence et son universalité ; le représentant par excellence de cet idéal est Fan Kuan. Le second est plus sentimenta […] Lire la suite

MI FU [MI FOU] (1051-1107)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 2 135 mots

Peu d'individus ont exercé sur l'évolution de la peinture chinoise une influence aussi profonde que Mi Fu. L'importance de son rôle est sans commune mesure avec son œuvre peint proprement dit. Ce que Mi Fu a apporté, bien plus que certaines innovations techniques, c'est une nouvelle esthétique, une nouvelle conception de la nature même de l'activité picturale, à partir de laquelle devait se dévelo […] Lire la suite

NI ZAN [NI TSAN] (1301-1374)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 512 mots

La notion de « peinture des lettrés », qui s'était incarnée pour la première fois à l'époque Tang dans la personnalité d'un Wang Wei, puis qui avait trouvé à l'époque Song chez Su Dongpo et Mi Fu de prestigieux porte-parole, a dominé l'ensemble de la peinture chinoise à partir de la dynastie Yua […] Lire la suite

PEI IEOH MING (1917-2019)

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 1 134 mots
  •  • 2 médias

L'architecte sino-américain Ieoh Ming Pei est né à Canton le 26 avril 1917. Il a passé sa jeunesse à Hong Kong, où son père dirigeait la Banque de Chine, puis à Shanghai, au moment du plein développement économique et commercial de la ville. En 1935, il rejoint le Massachusetts Institute of Technology de Cambridge (États-Unis), dont il sort diplômé en architecture en 1940. Retenu par la Seconde Gu […] Lire la suite

QIAN XUAN [TS'IEN SIUAN] (1235 env.-1301)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 377 mots

Durant la courte période de domination mongole entre les deux longues dynasties nationales des Song (960-1279) et des Ming (1368-1644), la Chine est le théâtre de profondes transformations socio-culturelles. La faillite des structures politiques traditionnelles et la remise en question qu'elle engendre chez les intellectuels chinois est, bien sûr, à la source de ces transformations. Dans la peintu […] Lire la suite

QI BAISHI [TS'I PAI-CHE] (1863-1957)

  • Écrit par 
  • M. M. CHIN
  •  • 1 332 mots

Le xxe siècle restera peut-être dans l'histoire comme l'époque la plus tourmentée de la Chine, et cela sur tous les plans, notamment sur le plan artistique.Alors que la plupart des artistes chinois luttaient pour le maintien de la peinture traditionnelle, Qi Baishi s'est engagé dans la voie tracée par Xu Wei, Bada shanren, Shitao et son prédécesseur i […] Lire la suite

SHEN ZHOU [CHEN TCHEOU] (1427-1509)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 459 mots
  •  • 1 média

Shen Zhou – surnom de courtoisie : Qinan ; surnom de fantaisie : Shitian – domine ce courant majeur de la peinture Ming que les critiques devaient appeler par la suite l'«  école de Wu », Wu étant l'ancien nom de la préfecture de Suzhou. Shen Zhou n'est pas à proprement parler un novateur ou un fondateur d'école, mais par sa personnalité et par son œuvre, il a cr […] Lire la suite

SU SHI [SOU CHE] (1037-1101)

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 2 034 mots

Su Shi est souvent cité comme le type du lettré complet de l'histoire chinoise : homme politique engagé dans les luttes qui partagent ses contemporains, haut fonctionnaire puis exilé politique aux confins de l'Empire, mais en même temps esthète raffiné cultivant tous les arts de l'« honnête homme » de son temps, l'art de la conversation avec des lettrés, des moi […] Lire la suite

TANG YIN [T'ANG YIN] (1470-1523) ET QIU YING [K'IEOU YING] (1510 env.-1551)

  • Écrit par 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS
  •  • 1 611 mots

Parmi les nombreux peintres de Suzhou au xvie siècle, Tang Yin et Qiu Ying, par leur personnalité, leur mode de vie et leur production artistique, se situent quelque peu en marge. À côté des influences de l'école de Wu et des maîtres Yuan, ils acceptent aussi certains critères du courant académique et développent, à […] Lire la suite

WANG LES QUATRE (XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Françoise DENÈS
  •  • 4 469 mots
  •  • 1 média

Au début de l'époque Qing, l'essor de la peinture chinoise se poursuit dans les provinces du Sud, là où l'attachement à la culture Ming était resté très vivant plus d'une génération après l'installation des Mandchous à Pékin. À côté d'artistes isolés, recherchant une voie personnelle, un grand nombre de peintres suivent les idéaux des lettrés de la fin de la période Ming. Ils se rangent sous la ba […] Lire la suite

WANG MENG (1308 env.-1385)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 496 mots

Quatre grands peintres du xive siècle ont été choisis par les auteurs de la postérité comme les meilleurs représentants de la profonde mutation artistique survenue sous les Yuan, et réunis sous le vocable de « Quatre grands maîtres Yuan ». Ce choix est le fruit d'une longue élaboration qui, au cours du xve […] Lire la suite

WANG SHU (1963- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 707 mots

L’architecte chinois Wang Shu est connu pour réutiliser des matériaux récupérés sur des chantiers de démolition. Cette approche ainsi que sa réflexion sur l’architecture chinoise traditionnelle tranchent avec l’urbanisation effrénée de la Chine contemporaine. Il cherche davantage à créer une architecture fondée sur une identité moderne en symbiose avec l’ancienne civilisation chinoise.Wang Shu naî […] Lire la suite

WANG WEI (699 env.-env. 759)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Ching-lang HOU
  •  • 1 820 mots

Le génie de Wang Wei s'épanouit sous le règne de Xuanzong (712-756), qui, après un siècle de paix intérieure et avant la catastrophe de 755, marque l'apogée de la civilisation des Tang. Wang Wei est un représentant typique de cet âge d'or. Choyé par la noblesse, il est poète de cour. Lauréat des concours impériaux et haut fonctionnaire, il est poète lettré. Cep […] Lire la suite

WEN ZHENGMING [WEN TCHENG-MING] (1470-1559)

  • Écrit par 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS
  •  • 1 155 mots

Figure dominante de la peinture chinoise dans la première moitié du xvie siècle, Wen Zhengming suivit, au moins à ses débuts, les traces de son maître Shen Zhou (1427-1509). Mais il appartenait à une catégorie d'esprit différente et resta plus fidèle aux traditions. Si les connaisseurs chinois classent Shen parmi les « ermites », ils rangent Wen parmi […] Lire la suite

WU CHANGSHI [WOU TCH'ANG-CHE] (1844-1927)

  • Écrit par 
  • Bérénice ANGREMY
  •  • 1 596 mots

À la fois peintre, calligraphe et graveur de sceaux, Wu Changshi [Wou Tch'ang-che] est une des figures dominantes de l'art chinois de la fin des Qing (1644-1911). Son œuvre révèle qu'en cette période de chaos politique, économique et social, marquée par la guerre de l'Opium (1839-1842), la révolte des Taiping (1851-1864), la première guerre sino-japonaise (1894) […] Lire la suite

WU DAOZI [WOU TAO-TSEU] (actif entre 713 et 755)

  • Écrit par 
  • Ching-lang HOU
  •  • 1 059 mots

Sous le règne de l'empereur Minghuang (713-756), la capitale chinoise Chang'an, centre culturel, commercial et politique de l'Asie, vit éclore la fleur de la poésie et de la peinture : « l'Immortel de la poésie » Li Bo (699-762), « le Saint de la poésie » Du Fu (712-770) et « le Peintre divin de cent générations » Wu Daozi […] Lire la suite

WU GUANZHONG (1919-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 413 mots

Le peintre chinois Wu Guanzhong a su marier la pratique traditionnelle de l'encre et du pinceau avec les styles de la peinture à l'huile occidentale pour créer une forme inédite d'art moderne qui s'incarne à merveille dans ses magnifiques paysages, souvent au bord de l'abstraction.Né en 1919 dans une famille paysanne de Yixing, dans la province orientale du Jiangsu, Wu Guanzhong suit une formation […] Lire la suite

WU ZHEN [WOU TCHEN] (1280-1354)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 481 mots

Pour pacifier et réunifier la Chine, plus de soixante-dix ans de guerre auront été nécessaires à Gengis-khan et à ses héritiers. Trois quarts de siècle de désordres et de destructions mettaient le pays au bord de la ruine. Seules structures encore solides, les Églises bouddhique et taoïste accueillirent alors des milliers de Chinois. Entrer dans les ordres constituait souvent l'unique échappatoire […] Lire la suite

XIA GUI [HIA KOUEI] (actif vers 1190-1225)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 444 mots

On ne possède que très peu d'informations sur la vie de Xia Gui : il était originaire des environs de Hangzhou et occupa une position officielle à l'Académie impériale de peinture sous le règne de l'empereur Ningzong (1195-1224).La peinture de Xia Gui, très appréciée à l'époque, lui valut la distinction honorifique du « ruban d'or ». Avec son contemporain M […] Lire la suite

XU BEIHONG [SIU PEI-HONG] ou JUPÉON (1895-1953)

  • Écrit par 
  • E. L. K. KEUNG, 
  • Q. L. WAN, 
  • Universalis
  •  • 689 mots

Peintre et professeur d'art chinois, né le 19 juillet 1895 à Yixing (Jiangsu), mort le 26 septembre 1953 à Pékin.Xu Beihong (connu sous le nom francisé de Jupéon) apprend la peinture dans son enfance auprès de son père, Xu Dazhang, un portraitiste de renommée locale. Xu Beihong devient peintre professionnel ambulant et professeur d'art avant d'avoir vingt ans. Il visite Shanghai en 1912 et commenc […] Lire la suite

XU WEI [SIU WEI] ou WENCHANG (1521-1593)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 418 mots

Xu Wei est aussi célèbre comme écrivain que comme peintre. Mais, malgré l'admiration fervente que lui voua une élite individualiste et excentrique (le littérateur Yuan Hongdao voyait en lui « le plus grand écrivain des Ming », et le peintre Zheng Banqiao déclarait qu'il se serait volontiers fait « le chien de son seuil »), il n'a pas eu très bonne presse auprès […] Lire la suite

YAN LIBEN [YEN LI-PEN] (mort en 673)

  • Écrit par 
  • Ching-lang HOU
  •  • 1 102 mots

Avec l'avènement de l'empereur Gaozu en 618 commence une des plus grandes dynasties chinoises : celle des Tang. Cette époque, qui voit la fondation et la consolidation du nouvel Empire, fait appel à de nombreux peintres et architectes, parmi lesquels Yan Liben et son frère Lide. Leur influence s'étendra jusqu'au début du règne de l'empereur Minghuang (713-755).Yan Liben est issu d'une famille de l […] Lire la suite

YUN SHOUPING [YUN CHEOU-P'ING] (1633-1690)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 399 mots
  •  • 1 média

Malgré les bouleversements occasionnés par la chute des Ming et l'avènement d'une nouvelle dynastie, celle des Mandchous (Qing), les traditions de la peinture Ming demeurent bien vivantes dans la seconde moitié du xviie siècle. C'est souvent un désaveu des transformations politiques du temps qui sous-tend la démarche artistique originale des « Individ […] Lire la suite

ZAO WOU-KI, chin. ZHAO WUJI [TCHAO WOU-KI] (1921-2013)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 638 mots
  •  • 1 média

Un Chinois, Zao Wou-Ki, né en 1921 à Pékin, découvre seul l'art occidental et choisit de s'installer à Paris, où il apporte la tradition renouvelée d'un art plus que millénaire : cette aventure devait avoir lieu un jour ou l'autre, et déboucher (comme ce fut le cas) sur des illustrations pour des œuvres de René Char, d'André Malraux, de Henri Michaux. Ce dernier, avec qui il se lie d'amitié, consa […] Lire la suite

ZHANG DAQIAN (1899-1983)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SIMONET
  •  • 838 mots

Zhang Daqian (Tchang Ta-ts'ien), qui mourut à Taibei le 2 avril 1983, âgé de quatre-vingt-quatre ans et entouré de la vénération nationale, passe pour avoir été le plus célèbre des peintres chinois contemporains. Sa renommée s'étendant des élites culturelles et politiques jusqu'à l'homme de la rue fit de lui une véritable institution. Le côté pittoresque du personnage, sa jovialité, son mode de vi […] Lire la suite

ZHAO MENGFU [TCHAO MONG-FOU] (1254-1322)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 468 mots
  •  • 1 média

Entre le repli de la dynastie Song au sud du fleuve Bleu, en 1127, sous la poussée des Tartares, et sa défaite ultime devant l'envahisseur mongol en 1279, la Chine connut une longue période de scissions, et des traditions artistiques évoluant différemment au Nord et au Sud. Un des aspects positifs de la conquête mongole fut, en réunifiant la Chine, de permettre à nouveau les échanges culturels. Le […] Lire la suite

ZHEN CHEN (1955-2000)

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 785 mots

Né à Shanghai (Chine) en 1955, Chen Zhen y fit des études artistiques avant de devenir professeur. En 1986, il s'inscrit à Paris à l'École des beaux-arts et participe à l'aventure de l'Institut des hautes études en arts plastiques créé par Pontus Hulten, où il enseignera de 1993 à 1995. En 1995 il est nommé à l'École nationale des beaux-arts de Nancy. Véritable citoyen du monde, Chen Zhen travaill […] Lire la suite

ZHU DA [TCHOU TA] (1626-1705)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 316 mots

Zhu Da, mieux connu en Chine sous son surnom de Bada shanren, est une énigme limpide : d'une part, l'ombre qui a longtemps entouré sa biographie n'a pas encore entièrement achevé de se dissiper et le langage symbolique de ses poèmes et de ses peintures continue à poser une série de rébus moqueurs dont toutes les entrées sont encore loin d'être forcées ; d'autre part, l'ensemble de son œuvre peint […] Lire la suite


Affichage 

So Sorry, Ai Weiwei

photographie : So Sorry, Ai Weiwei

photographie

Lors de l’exposition So Sorry (2009) à la Haus der Kunst de Munich, l’artiste chinois Ai Weiwei présente plusieurs œuvres dont Soft Ground (un tapis reproduisant l’état du sol du lieu de l’exposition), Rooted Upon (cent troncs d’arbres venant... 

Crédits : Miguel Villagran/ Getty Images Entertainment/ AFP

Afficher

Zao Wou-Ki

photographie : Zao Wou-Ki

photographie

Zao Wou-Ki dans son atelier parisien en 1995. 

Crédits : Catherine Panchout/ Sygma/ Getty Images

Afficher

So Sorry, Ai Weiwei

So Sorry, Ai Weiwei
Crédits : Miguel Villagran/ Getty Images Entertainment/ AFP

photographie

Zao Wou-Ki

Zao Wou-Ki
Crédits : Catherine Panchout/ Sygma/ Getty Images

photographie