NI ZAN [NI TSAN] (1301-1374)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notion de « peinture des lettrés », qui s'était incarnée pour la première fois à l'époque Tang dans la personnalité d'un Wang Wei, puis qui avait trouvé à l'époque Song chez Su Dongpo et Mi Fu de prestigieux porte-parole, a dominé l'ensemble de la peinture chinoise à partir de la dynastie Yuan. L'occupation mongole, qui marqua dans l'histoire politique chinoise une humiliation sans précédent, se solda paradoxalement dans le domaine artistique par un remarquable renouveau créateur. L'usurpation étrangère démobilisa de la vie publique une proportion importante de lettrés ; ceux-ci, s'isolant dans une retraite protestataire, purent s'adonner tout à loisir aux choses de l'esprit, se tournant vers les mystiques d'évasion – bouddhisme et taoïsme, qui, comme à toutes les périodes de désarroi politique, connurent alors un regain de développement – et cultivant la poésie, la calligraphie et la peinture. L'ignorance et l'indifférence de la dynastie mongole en matière de peinture rendirent aux artistes une plus grande liberté d'inspiration : plus d'académie impériale pour servir d'arbitre officiel du goût, plus de carrière ouverte à l'ambition des peintres professionnels ; la peinture redevient une activité purement individuelle d'amateurs raffinés.

Un grand maître Yuan

Des « quatre grands maîtres Yuan » – Huang Gongwang, Wu Zhen, Ni Zan et Wang Meng –, Ni Zan n'est pas le plus puissant, mais il est probablement le plus pur. Sa vie, sa personnalité et son œuvre présentent une cohérence exemplaire, une intégrité et une originalité irréductibles. Sa peinture illustre par excellence l'impondérable qualité du yi (noble désinvolture, détachement intérieur) qui, à partir de l'époque Yuan, devint la catégorie suprême de l'esthétique chinoise.

Né à Wuxi dans le Jiangsu, Ni Zan tout au long de sa vie ne s'est guère éloigné de sa région natale. Comme les autres grands [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification


Autres références

«  NI ZAN [ NI TSAN ] (1301-1374)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « La peinture comme évasion spirituelle »  : […] L'époque Yuan, bien que relativement brève, est d'une importance considérable pour la peinture, qui connaît alors un tournant décisif. En rupture complète avec la peinture des Song du Sud, une esthétique nouvelle s'élabore, et son influence sera déterminante sur les époques Ming et Qing. L'occupation mongole voue à l'inactivité d'une retraite volontaire toute une partie de l'élite lettrée, pour qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_21460

WANG MENG (1308 env.-1385)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 500 mots

Quatre grands peintres du xiv e  siècle ont été choisis par les auteurs de la postérité comme les meilleurs représentants de la profonde mutation artistique survenue sous les Yuan, et réunis sous le vocable de « Quatre grands maîtres Yuan ». Ce choix est le fruit d'une longue élaboration qui, au cours du xv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-meng-1308-env-1385/#i_21460

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « NI ZAN [NI TSAN] (1301-1374) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ni-zan-ni-tsan/