MI FU [MI FOU] (1051-1107)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le calligraphe

Si, en peinture, Mi n'a finalement fait figure que d'amateur détaché, en calligraphie, en revanche, sa position éminente a été conquise à force d'un labeur de tous les instants et repose sur une production énorme, dont subsistent aujourd'hui encore quelques superbes échantillons. Des quatre grands calligraphes de l'époque – les trois autres étant Su Dongpo, Huang Tingjian et Cai Xiang –, Mi est le plus brillant. La calligraphie lui a manifestement fourni le mode d'expression le mieux approprié à son génie, aussi y a-t-il dévoué le meilleur de son attention. Sa formation calligraphique fut de nature éclectique ; ses œuvres les plus accomplies relèvent d'une demi-cursive (xing shu) influencée à l'origine par Wang Xizhi et Wang Xianzhi, mais transformée par l'exubérance de son tempérament ; il réussit à égaler le naturel et la vivacité changeante des deux Wang, mais, emporté par les foucades de son ego, il exhibe un certain penchant à la démesure qui est aux antipodes de la retenue poétique de ses prédécesseurs.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification

Autres références

«  MI FU [ MI FOU ] (1051-1107)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Les collectionneurs »  : […] L'étude des collections chinoises à travers les siècles reste à entreprendre. Elle éclairerait non seulement l'histoire de l'art, mais l'évolution du goût et des préoccupations intellectuelles en Chine. Il a existé en effet à chaque époque des courants esthétiques qui ont profondément influencé la vie du lettré, ses voyages, ses passe-temps, l'installation de son ermitage, de sa bibliothèque, le c […] Lire la suite

GAO KEGONG [KAO K'O-KONG] (1248-?)

  • Écrit par 
  • Ching-lang HOU
  •  • 393 mots

En Chine, la peinture de paysage dans le style des lettrés connaît son épanouissement pendant la dynastie des Yuan (1280-1368). Les quatre grands maîtres (Huang Gongwang, Wu Zhen, Ni Zan, Wang Meng), considérés à partir de l'époque Ming comme les novateurs du xiv e  siècle, respectaient Gao Kegong et Zhao Mengfu comme des maîtres. Ceux-ci leur apparaissaient en effet à la fois comme les héritiers […] Lire la suite

NI ZAN [NI TSAN] (1301-1374)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 508 mots

Dans le chapitre « Un art inimitable »  : […] La peinture de Ni Zan, pâle et austère, simple et distante, semble vraiment à l'image de son âme. Il s'était pénétré des leçons des grands paysagistes du x e siècle, Dong Yuan avant tout, le maître du paysage méridional dont s'était réclamée l'école lettrée depuis Mi Fu, et que Zhao Mengfu avait à nouveau proposé comme modèle dès le début de l'époque Yuan ; mais il a également étudié Jing Hao, G […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « MI FU [MI FOU] (1051-1107) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mi-fu-mi-fou/