MI FU [MI FOU] (1051-1107)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le connaisseur et le critique

Une dévotion totale, intransigeante et passionnée aux valeurs esthétiques, telle est la clé de la personnalité de Mi Fu, le principe unificateur de son activité multiforme : activité d'écrivain et de poète, de collectionneur, de critique et d'expert, de calligraphe et de peintre. En ce qui concerne l'écrivain, le principal recueil de ses œuvres en prose et en vers, le Shan lin ji, en cent fascicules, a malheureusement disparu. Dans le domaine de la critique, de l'expertise et de la théorie esthétique, il a laissé deux ouvrages consacrés l'un à la peinture et l'autre à la calligraphie, fruits de son expérience de collectionneur ; il inaugura ainsi un genre littéraire nouveau, les « notes de collectionneur », qui devait prendre un très large développement dans la suite. Il était lui-même un collectionneur acharné, capable à l'occasion d'aller jusqu'à la fabrication de faux, au chantage et au vol pour satisfaire sa passion. Son jugement critique est pénétrant et s'appuie sur une immense érudition, mais ses jugements de valeur, dictés par des critères très personnels et exigeants, donnent souvent dans l'excès et l'intransigeance partisane : il apporte ici comme en toute chose une sorte d'arrogance cassante et péremptoire, une absence de réserve et de nuance qui sont l'effet non de sa suffisance mais plutôt de la conscience qu'il avait d'être le serviteur et le défenseur d'un absolu esthétique ne pouvant tolérer nul compromis. Il rejette avec violence l'art académique dérivé de Huang Quan – peintre qui, selon lui, était « juste bon à barbouiller les murs des gargotes » – avec sa virtuosité technique et son idéal de minutie réaliste et décorative ; c'est à peine s'il mentionne Li Sixun ; même à l'égard de l'école des grands paysagistes nordistes du xsiècle – Guan Tong, Fan Kuan et Li Cheng – il conserve une certaine distance : la rigueur, l'élaboration sévère de leur art lui restent assez étrangères. Les valeurs qu'il prise avant tout sont le naturel, la naïveté, la spontanéité, le rejet de toutes les habiletés apprises. Il oppose ainsi le primitivisme de Gu Kaizhi à l'habileté de Wu Daozi, la simplicité de Dong Yuan et de Juran à la solennité des paysagistes du Nord. C'est qu'il est lui-même essentiellement un homme du Sud, en communion avec les paysages méridionaux, plus intimes et amènes dans leur grâce voilée.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification

Autres références

«  MI FU [ MI FOU ] (1051-1107)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 374 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Les collectionneurs »  : […] L'étude des collections chinoises à travers les siècles reste à entreprendre. Elle éclairerait non seulement l'histoire de l'art, mais l'évolution du goût et des préoccupations intellectuelles en Chine. Il a existé en effet à chaque époque des courants esthétiques qui ont profondément influencé la vie du lettré, ses voyages, ses passe-temps, l'installation de son ermitage, de sa bibliothèque, le c […] Lire la suite

GAO KEGONG [KAO K'O-KONG] (1248-?)

  • Écrit par 
  • Ching-lang HOU
  •  • 393 mots

En Chine, la peinture de paysage dans le style des lettrés connaît son épanouissement pendant la dynastie des Yuan (1280-1368). Les quatre grands maîtres (Huang Gongwang, Wu Zhen, Ni Zan, Wang Meng), considérés à partir de l'époque Ming comme les novateurs du xiv e  siècle, respectaient Gao Kegong et Zhao Mengfu comme des maîtres. Ceux-ci leur apparaissaient en effet à la fois comme les héritiers […] Lire la suite

NI ZAN [NI TSAN] (1301-1374)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 508 mots

Dans le chapitre « Un art inimitable »  : […] La peinture de Ni Zan, pâle et austère, simple et distante, semble vraiment à l'image de son âme. Il s'était pénétré des leçons des grands paysagistes du x e siècle, Dong Yuan avant tout, le maître du paysage méridional dont s'était réclamée l'école lettrée depuis Mi Fu, et que Zhao Mengfu avait à nouveau proposé comme modèle dès le début de l'époque Yuan ; mais il a également étudié Jing Hao, G […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « MI FU [MI FOU] (1051-1107) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mi-fu-mi-fou/