METSYS ou MASSYS QUENTIN (1465/66-1530)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la différence de tant d'autres peintres nordiques des xve et xvie siècles, Quentin Metsys ne fut jamais oublié et, cas rarissime, était encore considéré en pleine époque baroque comme un très grand peintre dont le souvenir restait intact (cf. les biographies si louangeuses de Fickaert, en 1648, et de Fornenbergh, en 1658). Plus personne ne saurait contester aujourd'hui, à la suite du chroniqueur Giucciardini, de Molanus et de Lampsonius, tous auteurs du xvie siècle, que Metsys était originaire de Louvain et qu'il y reçut même sa première formation avant d'apparaître, en 1491 seulement, sur les registres de la gilde de Saint-Luc à Anvers. À cet égard, le milieu encore assez fermé et traditionaliste de Louvain, durablement marqué par Hugo van der Goes et Dieric Bouts, dont l'atelier était maintenu et prolongé par le fils de ce dernier, Albert (fut-il le maître de Metsys ?), semble bien avoir exercé une influence efficace sur le jeune Metsys. Le père de Metsys était ferronnier, et il est possible (mais non prouvé) que le jeune Quentin ait dû un moment continuer le travail paternel. Quoi qu'il en soit, l'existence artistique du peintre commence en 1491 et se localise tout entière à Anvers. Chose curieuse, Metsys, qui deviendra l'une des célébrités anversoises, ne paraît jamais avoir reçu de commandes de la ville. Ses deux principaux retables ont une autre origine : celui de Sainte Anne (1507-1509, aujourd'hui à Bruxelles) provient d'une confrérie de l'église Saint-Pierre de Louvain (ce qui confirme les relations étroites de Metsys avec Louvain) ; celui de la Déploration du Christ (1508-1511, musée d'Anvers) émane de la corporation des menuisiers de cette ville. Sans doute marié peu après 1491, Quentin est veuf en 1507 et se remarie en 1508, ayant chaque fois plusieurs enfants. On ne sait au juste de quel lit sont issus ses fils Jan et Cornelis qui, jusqu'en 1531 en tout cas, ont travaillé dans l'atelier paternel ; Jan, notamment, tout au moins dans ses débuts, paraît avoir souvent copié, répété ou même complété des œuvres de son père (ainsi Saint Jérôme du Prado, et peut-être la Vieille Femme monstrueuse de Londres, qui garde le souvenir d'une œuvre perdue de Quentin en pendant au Vieillard de 1513, conservé au musée Jacquemart-André à Paris).

Peu d'œuvres de Metsys se laissent situer avant les grands retables des années 1500. Néanmoins, les deux Vierge de Bruxelles et le Saint Christophe d'Anvers, par leur massivité austère et leur coloration sombre, ont un caractère brugeois traditionnel qui permet de les dater avant 1500 en se reportant à David et à Bouts. Gardant la rigueur d'organisation de la première période, recourant à des schémas décoratifs contraignants (de Weyden dans la Pietà d'Anvers, de Léonard dans la Vierge à l'Enfant de Poznan, de Van Eyck dans le Prêteur du Louvre), après 1500, Metsys porte avant tout ses efforts et ses talents sur l'exécution picturale et parvient à une véritable « révolution tranquille » par un raffinement technique inouï, par une délicatesse de tons inégalée, par la suavité des couleurs transparentes et quasi aquarellées, qui signifient un nouvel art de peindre : le rendu illusionniste et infiniment virtuose des objets (ainsi le miroir néo-eyckien du Prêteur du Louvre, de 1514), la subtilité des lointains et le rendu de la profondeur et de l'atmosphère, la calme et fine observation des visages modelés avec tact ; autant de triomphes picturaux qui révèlent, non pas un grand inventeur formel, mais un exécutant incomparable qui permettra les futures expressions si riches d'avenir de la nature morte, du portrait et du paysage (ainsi dans la Crucifixion d'Ottawa ou dans la Pietà du Louvre). En Metsys, peintre de la douceur et de la technicité, éclectique raffiné qui assimile Van Eyck et Weyden autant que Luini et Léonard (sa Vierge à l'Enfant du Mauritshuis, La Haye), humaniste convaincu lié avec Érasme dont il fait le portrait (palais Corsini, Rome), s'accomplit une véritable osmose, comme chez Joos van Cleve, entre le vieux fonds médiéval nordique et l'idéal moderne italien, entre la tradition linéaire et expressive du xve siècle flamand et les nouveautés plastiques, décoratives et néo-antiquisantes de la Renaissance. À Anvers même, Metsys constitue une énigme et une surprise par sa résistance délibérément archaïsante, nourrie da la peinture placide, intérieure et réservée des primitifs flamands face aux extravagances stylistiques du maniérisme gothique tardif du milieu anversois. Cette subtile et efficace modernisation réactionnaire, qui est le propre de Metsys comme elle l'était un peu plus tôt à Bruges d'un Memling, s'exprime à merveille dans le portrait : effigies se détachant sculpturalement sur des paysages au fondu léonardesque et d'une grande dignité psychologique, comme dans les tableaux de Francfort, de l'ancienne collection Spencer Churchill, de Liechtenstein (cf. encore le Paracelse connu par la copie du Louvre), qui ont l'italianité d'un Raphaël ou d'un Rosso Fiorentino. On ne saurait enfin omettre l'innovation essentielle apportée par Quentin Metsys dans la peinture de genre flamande avec le réalisme satirique du Couple mal assorti de New York ou de la Tête d'homme caricaturale du musée Jacquemart-André à Paris (1513), veine agressive qui sera intensément exploitée par Jan Massys, Hemessen et Marinus, et aboutira au grand Bruegel.

Der Goldwaeger und seine Frau, Q. Massys

Photographie : Der Goldwaeger und seine Frau, Q. Massys

Quentin Massys, Der Goldwaeger und seine Frau, 1514 (71x 68 cm, Musée du Louvre). Au XVIe siècle, les «.changeurs.» manipulent encore des espèces et tiennent déjà des écritures . 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Portrait de Paracelse

Diaporama : Portrait de Paracelse

D'après Quentin METSYS ou MASSYS, Portrait de Paracelse, huile sur bois. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Der Goldwaeger und seine Frau, Q. Massys

Der Goldwaeger und seine Frau, Q. Massys
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Portrait de Paracelse

Portrait de Paracelse
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, service d'études et de documentation, département des Peintures, musée du Louvre

Classification

Autres références

«  METSYS ou MASSYS QUENTIN (1465/66-1530)  » est également traité dans :

ANVERS

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN, 
  • Carl VAN DE VELDE
  •  • 8 126 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La peinture »  : […] Le peintre le plus important de la première moitié du siècle est sans doute Quentin Metsys (1465 ou 1466-1530), qui travailla à Anvers de 1491 jusqu'à sa mort. Son style est fait d'une fusion de l'esprit religieux des primitifs et du goût de la beauté terrestre et de l'individualisme humain, qui sont les acquisitions de la Renaissance. Le sfumato dans les paysages démontre sa profonde connaissa […] Lire la suite

HUMANISME

  • Écrit par 
  • André GODIN, 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 11 428 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Thèmes érasmiens dans la peinture flamande ? »  : […] Dans un livre assez mal connu (1954), le critique et historien belge de l'art, Georges Marlier, a tenté d'établir l'influence d'Érasme sur des peintres anversois, ses contemporains, en particulier Quentin Metsys dont beaucoup de tableaux, par leur ferveur évangélique et la finesse psychologique dont ils témoignent, seraient une parfaite traduction picturale de l'érasmisme. S'inspirant des théori […] Lire la suite

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 174 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les genres : portrait et paysage »  : […] La plus grande innovation iconographique est certainement l'apparition des genres qui sont indépendants du contexte de l'art religieux du xv e  siècle. On a déjà remarqué que le paysage indépendant s'est développé à partir des arrière-plans des retables. Une même tendance a stimulé l'art du portrait qui avait commencé, avec hésitation, à mener avec Van Eyck sa vie propre : maintenant, au lieu des […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques FOUCART, « METSYS ou MASSYS QUENTIN (1465/66-1530) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/metsys-massys/