MERCURE, élément chimique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Gouttes de mercure

Gouttes de mercure
Crédits : Ventin/ Shutterstock

photographie

Mercure : propriétés physiques

Mercure : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Halogénures : propriétés

Halogénures : propriétés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Le mercure, élément chimique de numéro atomique 80, est le seul métal liquide à la température ordinaire. Il tire son symbole Hg du mot grec latinisé hydrargyrum (argent liquide). Le mot actuel a été introduit au vie siècle par les alchimistes qui le représentaient par le symbole de la planète Mercure. L'ancien nom français vif-argent est conservé en allemand (Quecksilber). Le mercure appartient avec le zinc et le cadmium aux éléments du groupe IIb du tableau périodique. À l'état fondamental, sa structure électronique est caractérisée par une sous-couche 5d saturée et par la présence d'un doublet électronique en 6s. Tandis que les éléments de la colonne Ib (Cu, Ag, Au) peuvent perdre un ou deux électrons d pour donner des ions ou des complexes aux degrés d'oxydation + II et + III, cela n'est plus possible pour les éléments IIb et tout particulièrement pour le mercure dont le degré d'oxydation maximal sera de II. Les orbitales 5d des couches saturées de l'atome de mercure n'interviennent jamais dans la formation des liaisons. L'inertie totale de la sous-couche 5d est une propriété caractéristique du mercure. Pour cette raison, il ne sera pas considéré comme élément de transition bien qu'il possède quelques analogies avec ceux-ci, en particulier la formation de nombreux complexes de coordination. Les propriétés du mercure sont liées à la tendance des seuls électrons 6s à donner des liaisons. Ces électrons étant relativement inertes, la réactivité chimique de l'élément est faible.

Gouttes de mercure

Gouttes de mercure

Photographie

Le mercure se divise en gouttelettes lorsqu'il est agité. 

Crédits : Ventin/ Shutterstock

Afficher

Préparation

La production mondiale annuelle de mercure est passée d'un maximum de 10 000 tonnes en 1970 à 6 500 tonnes en 1986, 3 260 tonnes en 1996 et 1 600 tonnes en 2003, en provenance principalement d'Espagne, du Kirghizstan, de Chine, et d'Algérie.

Le mercure se rencontre à l'état naturel essentiellement sous forme de sulfure rouge appelé « cinabre ». Très simple, l'extraction à partir du cinabre s'effectue par grillage du minerai à l'air :

Le mercure distillé est entraîné p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences de Rouen (chimie des solides)
  • : professeur d'université à l'I.U.F.M. de Créteil, chercheur au Centre d'études de chimie métallurgique (C.N.R.S.)

Classification


Autres références

«  MERCURE, élément chimique  » est également traité dans :

MERCURE, toxicologie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 575 mots

Certaines industries modernes mais aussi des processus biologiques aboutissent à une concentration dangereuse des composés mercuriels dans l'organisme humain. Le mercure est largement utilisé dans l'industrie, les produits chimiques, les peintures, divers objets, des pesticides et des fongicides, etc. Indépendamment du fait que de nombreux biens de consom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mercure-toxicologie/#i_452

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les techniques alchimiques chinoises »  : […] Les procédés qui permettent de détruire les causes de la décrépitude et de la mort, ainsi que de créer l'embryon du corps immortel, sont nombreux, mais on peut les répartir tous en trois classes : alimentaires et hygiéniques, respiratoires et mimétiques, alchimiques. Ces derniers sont considérés comme les plus puissants. Au iv e  siècle de notre è […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alchimie/#i_452

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 932 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'économie »  : […] C'est dans la seconde moitié du xvi e  siècle que se stabilisent, pour plus d'un siècle, les grands traits de structure de l'économie coloniale américaine. L'institution de l' encomienda , qui avait été pour les premiers pobladores une source abondante de rentes seigneuriales et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-histoire-amerique-espagnole/#i_452

CHLORE

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 616 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Comparaison des cellules à mercure et des cellules à diaphragme »  : […] La consommation d'énergie électrique par tonne de chlore produit est plus faible avec les cellules à diaphragme, mais un supplément d'énergie doit être fourni pour la concentration de la solution diluée de soude qu'elles fournissent, alors que les cellules à mercure produisent directement des solutions à la concentration voulue. Celles-ci ont également l'avantage de permettre l'obtention de soud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chlore/#i_452

CYCLES BIOGÉOCHIMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 7 878 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'exemple du mercure »  : […] Le cycle naturel du mercure (Hg) est dominé par le transport atmosphérique et les échanges entre l'atmosphère et la surface des continents ou des océans. Ce métal est relâché par les volcans et par volatilisation depuis les terres et les mers. Ses temps de résidence dans l'atmosphère, les sols et l'océan sont respectivement 11 jours, 1 000 ans et 3 200 ans. Ce cycle naturel a été très perturbé par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycles-biogeochimiques/#i_452

DIURÈSE

  • Écrit par 
  • Henri SCHMITT
  •  • 3 238 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Diurétiques mercuriels »  : […] L'action diurétique du mercure est connue depuis le xv e  siècle, mais les composés employés aujourd'hui sont des dérivés organomercuriels, comme la mercaptomérine et la mercurophylline. Les diurétiques mercuriels, actifs seulement par voie parentérale, provoquent après un temps de latence court (trente minutes) l'excrétion d'une urine isotonique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diurese/#i_452

ÉCLAIRAGE DOMESTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges ZISSIS
  •  • 8 119 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les lampes fluocompactes  »  : […] Produites à partir de 1974, les lampes fluorescentes compactes, ou fluocompactes, sont fondées sur la technologie du tube fluorescent, dit à tort « tube à néon » (car c’est ce gaz qui était utilisé à l’origine dans ce tube, donnant alors une lumière rouge). Ce sont donc des tubes de verre remplis d’un gaz neutre (généralement de l’argon) et d’une faible quantité de mercure. Pour donner à ces lamp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eclairage-domestique/#i_452

FAHRENHEIT DANIEL GABRIEL (1686-1736)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 444 mots

Daniel Gabriel Fahrenheit est un physicien allemand connu pour son invention du thermomètre à mercure moderne et pour la définition d’une échelle de température qui porte son nom et qui est encore utilisée aux États-Unis. Né le 24 mai 1686 à Dantzig (alors en Allemagne, maintenant Gdańsk en Pologne), il est issu d’une famille de commerçants. Après la mort de ses parents en 1701, victimes de l’ing […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-gabriel-fahrenheit/#i_452

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 263 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Chimie et sciences naturelles »  : […] Les sciences naturelles sont infiniment moins développées que la médecine dans l'Inde traditionnelle. Il est vrai que, réciproquement, la science que nous avons pris l'habitude d'appeler médecine et qui se nomme Āyurveda en sanskrit, la « science de longévité », déborde le cadre d'une simple doctrine thérapeutique et englobe toutes les sciences naturelles, la nature offrant à l'homme une immense […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-sciences/#i_452

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « Le miracle économique »  : […] Le taux de croissance, remarquable, de 11 p. 100 par an en moyenne que le Japon connaît dans les années 1960 et au début des années 1970 permet de doubler le revenu moyen de la population en moins de dix ans. Le Japon est désormais considéré comme un « miracle économique », conjuguant haute productivité et taux d'épargne élevé. La croissance est soutenue par les directives du M.I.T.I., qui orient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_452

MESURE DE LA PRESSION ATMOSPHÉRIQUE

  • Écrit par 
  • Danielle FAUQUE
  •  • 210 mots

L'expérience du physicien et mathématicien italien Evangelista Torricelli (1608-1647), conçue en 1643, n'a aucune visée météorologique. Elle consiste seulement à montrer l'existence du poids de l'air. Pour cela, Torricelli remplit un tube de mercure qu'il retourne dans une cuve remplie elle aussi de mercure. Ce métal liquide descend dans le tube puis se stabilise lorsqu'il est équilibré par le poi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesure-de-la-pression-atmospherique/#i_452

MÉTALLURGIE

  • Écrit par 
  • Adrienne R. WEILL
  •  • 6 882 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'industrie à l'époque classique »  : […] En Grèce, l'exploitation des mines du Laurium est la seule industrie indépendante des métiers d'art, encore que l' argent soit extrait du plomb par le procédé déjà connu de la coupellation. À l'époque gréco-romaine, les ponts des navires sont recouverts de plomb pour protéger le bois, et le plomb, utilisé pour les poids, servira aussi à faire les ancres. La monnaie d'argent frappée et non plus co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metallurgie/#i_452

MINAMATA MALADIE DE

  • Écrit par 
  • Yugi SATO
  •  • 288 mots

Intoxication au mercure observée, dès 1956, dans la ville de Minamata (petit port japonais de la côte ouest de l'île de Kyūshū), d'abord chez les chats, puis chez les pêcheurs et leur famille qui ont consommé du poisson ou des coquillages. Cette intoxication — qui , au début du xxi e siècle, selon les statistiques gouvernementales, avait fait 2 26 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-de-minamata/#i_452

PRESSION ATMOSPHÉRIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 2 534 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le baromètre à cuvette »  : […] L’idée que l’atmosphère exerce une pression date du xvii e  siècle. La question resurgit, lorsqu’un groupe de mathématiciens tentent d’expliquer pourquoi les pompes aspirantes des fontaines de Florence ne peuvent élever l’eau au-delà d’une hauteur d’environ 10 mètres. En 1644, en retournant un tube plein de mercure sur une cuvette remplie du mêm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pression-atmospherique/#i_452

REACH (Registration, Evaluation and Authorization of Chemicals)

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 8 032 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Catastrophes industrielles »  : […] L 'industrie chimique a un lourd passif de catastrophes dont plusieurs ont marqué les esprits. À Minamata (Japon), une unité de production d'acétaldéhyde (ou éthanal) CH 3 CHO de la société Shin Nippon Chisso utilisait du sulfate de mercure comme catalyseur. Rejeté dans la mer de 1932 à 1968, le mercure, sous la forme de chlorure de méthylmercure CH 3 HgCl toxique, contamina la chaîne alimentaire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reach/#i_452

SULFURES ET SULFOSELS NATURELS

  • Écrit par 
  • Roland PIERROT, 
  • Guy ROGER
  •  • 6 119 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Cinabre »  : […] Le cinabre HgS, cubique (P  3 1  21 ), est rare en cristaux (surtout rhomboèdres souvent maclés, en groupements hexagonaux) ; il est, dans la plupart des cas, massif, grenu ou se présente en masses terreuses. Il est de couleur rouge cochenille, son éclat est adamantin ou semi-métallique. C'est, avec le mercure natif (qui lui est parfois associé), le seu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfures-et-sulfosels-naturels/#i_452

TEMPÉRATURE (météorologie)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 2 547 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Unités et mesures de la température »  : […] L’unité légale de température est le kelvin, noté K, dont l’échelle est définie à partir de deux états : la température d’équilibre glace-liquide-vapeur, ou point triple de l’eau, qui vaut 273,16 K, et le zéro absolu ( T  = 0 K), qui correspond à un état où les atomes et les molécules ne s’agiteraient plus (énergie cinétique nulle). En principe, le zéro absolu représente auss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temperature-meteorologie/#i_452

TORRICELLI EVANGELISTA (1608-1647)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 234 mots
  •  • 1 média

Physicien et mathématicien italien, né à Faenza et mort à Florence, inventeur du baromètre. Les écrits de Galilée inspirèrent à Torricelli un traité de mécanique, De motu ( Du mouvement ), qui devait à son tour influencer Galilée. Invité à Florence en 1641, Torricelli assure les fonctions de secrétaire et d'assistant auprès de Galilée, durant les trois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evangelista-torricelli/#i_452

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy PÉREZ, Jean-Louis VIGNES, « MERCURE, élément chimique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mercure-element-chimique/