MERCURE, élément chimique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Usages et toxicité

Le mercure, en raison de ses propriétés physiques remarquables (état liquide, conductibilité électrique élevée, masse volumique élevée, tension de vapeur faible, etc.), a été très largement utilisé dans les baromètres, thermomètres, manomètres, pompes à diffusion de vapeur de mercure pour vides très poussés, jauges de McLeod, commutateurs électriques... La surtension importante du dihydrogène sur sa surface ou sur celle d'un amalgame a entraîné son emploi dans des procédés industriels de production de dichlore et d'hydroxyde de sodium par électrolyse de solutions de chlorure de sodium ainsi que dans la fabrication de piles, en polarographie. Il est employé dans les lampes à vapeur de mercure, les lampes à ultraviolet ainsi que dans les lampes fluorescentes, qui en contiennent quelques milligrammes. Les amalgames dentaires sont constitués pour environ la moitié de leur masse par du mercure, l'autre moitié étant de l'argent, de l'étain, du cuivre et du zinc. Il a été pendant longtemps utilisé industriellement dans l'extraction des métaux précieux et son emploi persiste dans des exploitations artisanales, particulièrement en Amazonie. C'est également un catalyseur de nombreuses synthèses organiques.

Plusieurs de ces utilisations sont en voie de disparition en raison de la toxicité du mercure. Le mercure a disparu des piles salines et alcalines, la vente des thermomètres contenant du mercure est interdite en France depuis 1999. En effet, le mercure est toxique quelle que soit sa forme chimique. Les formes les plus toxiques sont les sels minéraux solubles, qui sont des poisons violents, ainsi que les composés organiques tels que le méthyl-mercure, soluble dans les graisses et donc susceptible de franchir les membranes cellulaires, et la vapeur de mercure qui est émise, en quantité non négligeable compte tenu de sa toxicité, à la température ambiante, par le mercure liquide.

Les rejets de mercure dans l'environnement marin forment du méthyl-mercure qui, absorbé par le plancton, se concentre ensuite dans les poissons. La pollution de la baie de Minamata (Japon), de 1956 (année de la découverte des premiers cas d'intoxication humaine) à 1967, par une usine chimique (active depuis 1932) qui utilisait du mercure comme catalyseur pour produire de l'acétaldéhyde a entraîné près d'un millier de morts et de nombreuses personnes sont devenues handicapées pour cette raison.

Actuellement, dans le monde, les émissions naturelles de mercure sont estimées à 3 000 tonnes par an, celles qui résultent d'activités humaines à 4 000 tonnes par an. Ces dernières proviennent pour les deux tiers de la combustion du charbon et pour un quart de l'incinération des déchets. Afin de diminuer ces valeurs, le traitement des fumées de combustion des centrales thermiques au charbon se développe ainsi que le traitement des déchets contenant du mercure et la diminution des quantités de mercure employées ou sa disparition dans de nombreuses applications.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Gouttes de mercure

Gouttes de mercure
Crédits : Ventin/ Shutterstock

photographie

Mercure : propriétés physiques

Mercure : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Halogénures : propriétés

Halogénures : propriétés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences de Rouen (chimie des solides)
  • : professeur d'université à l'I.U.F.M. de Créteil, chercheur au Centre d'études de chimie métallurgique (C.N.R.S.)

Classification

Autres références

«  MERCURE, élément chimique  » est également traité dans :

MERCURE, toxicologie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 575 mots

Certaines industries modernes mais aussi des processus biologiques aboutissent à une concentration dangereuse des composés mercuriels dans l'organisme humain. Le mercure est largement utilisé dans l'industrie, les produits chimiques, les peintures, divers objets, des pesticides et des fongicides, etc. Indépendamment du fait que de nombreux biens de consom […] Lire la suite

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 656 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les techniques alchimiques chinoises »  : […] Les procédés qui permettent de détruire les causes de la décrépitude et de la mort, ainsi que de créer l'embryon du corps immortel, sont nombreux, mais on peut les répartir tous en trois classes : alimentaires et hygiéniques, respiratoires et mimétiques, alchimiques. Ces derniers sont considérés comme les plus puissants. Au iv e  siècle de notre ère, Ge Hong déclare formellement que sans l'alchimi […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 938 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'économie »  : […] C'est dans la seconde moitié du xvi e  siècle que se stabilisent, pour plus d'un siècle, les grands traits de structure de l'économie coloniale américaine. L'institution de l' encomienda , qui avait été pour les premiers pobladores une source abondante de rentes seigneuriales et de formation de capital, perd de son importance économique. Non seulement le rendement global des tributs ne cesse de […] Lire la suite

CHLORE

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 619 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Comparaison des cellules à mercure et des cellules à diaphragme »  : […] La consommation d'énergie électrique par tonne de chlore produit est plus faible avec les cellules à diaphragme, mais un supplément d'énergie doit être fourni pour la concentration de la solution diluée de soude qu'elles fournissent, alors que les cellules à mercure produisent directement des solutions à la concentration voulue. Celles-ci ont également l'avantage de permettre l'obtention de soud […] Lire la suite

CYCLES BIOGÉOCHIMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 7 881 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'exemple du mercure »  : […] Le cycle naturel du mercure (Hg) est dominé par le transport atmosphérique et les échanges entre l'atmosphère et la surface des continents ou des océans. Ce métal est relâché par les volcans et par volatilisation depuis les terres et les mers. Ses temps de résidence dans l'atmosphère, les sols et l'océan sont respectivement 11 jours, 1 000 ans et 3 200 ans. Ce cycle naturel a été très perturbé par […] Lire la suite

DIURÈSE

  • Écrit par 
  • Henri SCHMITT
  •  • 3 239 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Diurétiques mercuriels »  : […] L'action diurétique du mercure est connue depuis le xv e  siècle, mais les composés employés aujourd'hui sont des dérivés organomercuriels, comme la mercaptomérine et la mercurophylline. Les diurétiques mercuriels, actifs seulement par voie parentérale, provoquent après un temps de latence court (trente minutes) l'excrétion d'une urine isotonique ou hypotonique. Ils accroissent la diurèse aqueuse […] Lire la suite

ÉCLAIRAGE DOMESTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges ZISSIS
  •  • 8 125 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les lampes fluocompactes  »  : […] Produites à partir de 1974, les lampes fluorescentes compactes, ou fluocompactes, sont fondées sur la technologie du tube fluorescent, dit à tort « tube à néon » (car c’est ce gaz qui était utilisé à l’origine dans ce tube, donnant alors une lumière rouge). Ce sont donc des tubes de verre remplis d’un gaz neutre (généralement de l’argon) et d’une faible quantité de mercure. Pour donner à ces lamp […] Lire la suite

FAHRENHEIT DANIEL GABRIEL (1686-1736)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 444 mots

Daniel Gabriel Fahrenheit est un physicien allemand connu pour son invention du thermomètre à mercure moderne et pour la définition d’une échelle de température qui porte son nom et qui est encore utilisée aux États-Unis. Né le 24 mai 1686 à Dantzig (alors en Allemagne, maintenant Gdańsk en Pologne), il est issu d’une famille de commerçants. Après la mort de ses parents en 1701, victimes de l’ing […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 264 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Chimie et sciences naturelles »  : […] Les sciences naturelles sont infiniment moins développées que la médecine dans l'Inde traditionnelle. Il est vrai que, réciproquement, la science que nous avons pris l'habitude d'appeler médecine et qui se nomme Āyurveda en sanskrit, la « science de longévité », déborde le cadre d'une simple doctrine thérapeutique et englobe toutes les sciences naturelles, la nature offrant à l'homme une immense […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 082 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « Le miracle économique »  : […] Le taux de croissance, remarquable, de 11 p. 100 par an en moyenne que le Japon connaît dans les années 1960 et au début des années 1970 permet de doubler le revenu moyen de la population en moins de dix ans. Le Japon est désormais considéré comme un « miracle économique », conjuguant haute productivité et taux d'épargne élevé. La croissance est soutenue par les directives du M.I.T.I., qui orient […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy PÉREZ, Jean-Louis VIGNES, « MERCURE, élément chimique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mercure-element-chimique/