MAURYA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

-600 à -200. Philosophes et conquérants

-600 à -200. Philosophes et conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Chapiteau provenant de Sarnath, Inde

Chapiteau provenant de Sarnath, Inde
Crédits : Dinodia Picture Agency, Bombay, Bridgeman Images

photographie

Colonnes d'Asoka

Colonnes d'Asoka
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Déesse mère, art maurya, Inde

Déesse mère, art maurya, Inde
Crédits : W. Forman/ AKG

photographie


Les colonnes dites d'Aśoka

Ces colonnes, dont seize subsistent, sont en grès, provenant probablement de Chunar, près de Bénarès. Le fût, toujours lisse et poli à l'émeri, est monolithe ; il peut peser jusqu'à 40 tonnes, et l'on imagine l'exploit qu'a représenté le transport de ces blocs sur des centaines de kilomètres. La colonne est fichée directement dans le sol ; elle est couronnée par un chapiteau (fixé par un tenon) en forme de cloche décorée de pétales de lotus ( ?) ; l'abaque, carré ou circulaire, est souvent décoré de rosettes ou d'animaux passant ; il est surmonté d'un animal, assis ou debout. À Sārnāth les lions adossés étaient surmontés d'une grande roue, symbole de l'empire du monde et de la foi bouddhique, qui culminait à 12,80 m au-dessus du sol.

Nous empruntons à M. J. Irwin qui a renouvelé le sujet, le tableau.

Colonnes d'Asoka

Colonnes d'Asoka

Tableau

Les colonnes d'Asoka. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Grâce à J. Irwin, on sait désormais que les colonnes 1, 6, 11, 14 et 16 sont peut-être pré-aśokéennes ; que les colonnes 5 et 15 ont été érigées sous Aśoka ; et que les colonnes 3, 4, 7, 8 et 10 ont été érigées vingt-six ans après le sacre d'Aśoka. Le symbolisme de ces colonnes isolées, dressées au centre des villes (6), près de lieux saints bouddhiques (2, 12, 13, 15) ou hindous, (1) est sûrement indien. Ce sont des représentations de l'axe du monde qui sépare le ciel de la terre. Mais le passage du bois à la pierre, le monolithisme et le polissage des fûts dénotent une technique étrangère (perse), encore que les colonnes achéménides soient faites de tambours cannelés. L'absence de base s'explique par ce symbolisme : l'axe du monde jaillit du sol. Les chapiteaux rappellent les bases des colonnes de Persépolis, qui ont servi de modèle pour transcrire en pierre l'enroulement de cordes par lequel un emblème de métal était fixé au sommet des colonnes de bois primitives. Les rosettes sont assyro-achéménides, mais les palmettes et le traitement des animaux les plus beaux paraissent grecs. Les animaux, s'ils perpétuent de plus anciens emblèmes de métal, sont néanmoins sculptés à l'imitation des chapiteaux de Persépolis, et on soupçonne parfois la mai [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MAURYA  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les Gréco-Bactriens »  : […] Après la mort prématurée d'Alexandre, à Babylone en 323 avant J.-C., son empire devint un enjeu pour ses lieutenants ambitieux qui, au bout d'une période de troubles et d'anarchie, le partagèrent entre eux en trois parties principales. Tandis que les provinces indiennes retournaient aux souverains locaux, la majorité des conquêtes asiatiques d'Alexandre devenait le fief de Séleucos Nicator (355-28 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afghanistan/#i_23434

ARTHAŚĀSTRA (attribué à Kautilya) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François CHENET
  •  • 1 523 mots

Dans le chapitre « Influence de l'œuvre »  : […] Si cet art de gouverner très élaboré apparaît d'une originalité remarquable au regard de nos critères, ce royaume idéal de consonance étrangement moderne correspond-il pour autant à la réalité historique des États indiens ? L'Empire Maurya, dans le bassin moyen du Gange, s'était certes doté d'une administration bureaucratique très organisée, qui contrôlait toute la vie économique, et il a certes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthasastra-attribue-a-kautilya/#i_23434

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 498 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « L'Empire maurya »  : […] L'Inde aborde à cette époque sa première phase d'unification impériale. Au vi e  siècle avant J.-C., l'un des royaumes de l'Inde aryanisée, le Magadha, né dans le Bihar méridional, a commencé d'affirmer sa suprématie sur ses voisins. Deux siècles plus tard, sous la dynastie des Nanda, il maîtrise tout l'espace gangétique, des approches du Pañjāb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_23434

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Sous les Maurya (env. 320-176 av. J.-C.) »  : […] Candragupta, père de la dynastie Maurya, fonda un empire qui allait s'étendre sur la majeure partie du subcontinent (l'extrême Sud excepté) et jusqu'à l'Hindukush. Ce premier effort d'unification indienne fut en quelque sorte l'aboutissement d'un sursaut national qui avait chassé du Sindh et du Pañjāb les préfets mis en place par Alexandre. En signant un traité avec Séleucus (305), Candragupta ouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_23434

MAGADHA

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 282 mots

Au ~ vi e siècle, des confédérations, formées par les tribus âryennes ou âryanisées de l'Inde du Nord et du centre, surgirent des « États ». L'un d'eux, le Magadha, prit un rapide essor dû, peut-être, à ses gisements de minerais. Ce royaume s'étendait depuis la vallée du Gange (avant que celui-ci ne se divise en plusieurs bras pour se jeter dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magadha/#i_23434

ŚUṄGA LES

  • Écrit par 
  • Roland BRETON
  •  • 404 mots

La dynastie indienne des Śuṅga (~ 185-~ 176 à ~ 73-~ 64 ?) a succédé à celle des Maurya. Son fondateur est l'usurpateur Puśyamitra (ou Puśpamitra), général en chef qui assassine le dernier empereur maurya Brihadratha, au cours d'une revue militaire. Il doit faire face à l'invasion des Grecs de Bactriane (~ 175-~ 168) qui arrivent jusqu'à la capitale de l'empire : Pātaliputra. Ceux-ci semblent avoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-sunga/#i_23434

TAXILA

  • Écrit par 
  • Francine TISSOT
  •  • 1 437 mots

Dans le chapitre « Les occupants de Taxila »  : […] En 326 avant J.-C., Alexandre le Grand se prit d'amitié pour le roi de Taxila, Ambhi ou Taxile, qui l'aida à battre son ennemi et voisin, Pôros, roi des Paurava. Les écrivains au service d'Alexandre décrivent la région de Taxila comme une petite Grèce, et cette impression demeure, de nos jours, quand on parcourt cette douce campagne du Pendjab. Un roi de la dynastie indienne des Maurya, Aśoka, es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taxila/#i_23434

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard FUSSMAN, « MAURYA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurya/