GODELIER MAURICE (1934- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’imaginaire dans la structuration des rapports sociaux

Fort de cette expérience de terrain où la domination masculine légitimée par des mythes et mise en œuvre lors de rites fonde la division du travail, Godelier revisite les notions marxistes d’infrastructure, de superstructure et d’idéologie, pour conceptualiser l’unité et l’historicité des sociétés. Il intègre d’abord aux infrastructures la pensée et le langage en tant que forces productives. Il reformule ensuite l’hypothèse de causalité en dernière instance des infrastructures, à partir de l’articulation complémentaire de trois structures nécessaires à l’existence de toute société (les « rapports de parenté », les « rapports économiques », les « rapports politico-religieux »).

Godelier accorde ainsi une place centrale dans le matérialisme historique aux activités mentales, des formes de conscience verbalisées les plus réflexives aux connaissances pratiques les plus implicites, fondées sur la classification, l’analogie et la schématisation de l’expérience vécue. Qui dit ressources naturelles dit en effet compétence à les classer et identifier leurs propriétés. Il en est de même pour les outils et les machines qui supposent une habilité à les inventer et savoir les utiliser. Toute activité humaine implique en outre une répartition coordonnée des tâches, tout comme se spécialisent des catégories de population dans l’exercice de certaines activités plutôt que d’autres. Les représentations justifiant ces spécialisations, catégorisant ces populations et légitimant l’appropriation de ces moyens d’action et de ces produits de l’activité au profit d’une catégorie plutôt qu’une autre, participent ainsi directement à l’infrastructure des sociétés et aux logiques de domination qui s’y exercent. En ce sens, l’imaginaire à l’œuvre dans cette délimitation du champ du possible et de l’impossible est une réalité intangible matérialisée au cœur même des activités hu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences, École des hautes études en sciences sociales, membre du Laboratoire d'anthropologie sociale

Classification

Autres références

«  GODELIER MAURICE (1934- )  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'anthropologie marxiste »  : […] Certes, la conception que se font les marxistes de l'histoire est différente de celle de Lévi-Strauss, mais, d'un côté comme de l'autre, les débats portent sur les mêmes problèmes fondamentaux, essentiellement celui de savoir quel statut et quelle priorité accorder aux systèmes symboliques. Même si, en définitive, les divergences restent profondes, Lévi-Strauss, dans La Pensée sauvage , déclare v […] Lire la suite

QUAI BRANLY-JACQUES CHIRAC MUSÉE DU, Paris

  • Écrit par 
  • Julien GUILHEM, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 196 mots

Dans le chapitre « Le débat sur la place des « arts primitifs » »  : […] L'absence de concertation préalable de la communauté ethnologique, ainsi que le déménagement annoncé d'une partie des collections ethnologiques du musée de l'Homme (250 000 pièces) et du MAAO (24 000 pièces), eut pour effet de plonger les ethnologues dans une profonde inquiétude, à peine tempérée par la nomination de Maurice Godelier – remplacé ensuite par un autre ethnologue, Emmanuel Desveaux – […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent BERGER, « GODELIER MAURICE (1934- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-godelier/