GODELIER MAURICE (1934- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’évolution historique des rapports sociaux et des sociétés

Dans cette perspective, toute société est, selon Godelier, un ensemble de rapports sociaux hiérarchisés selon la nature de leurs fonctions, qui déterminent le poids respectif de chacune de leurs activités dans l’évolution historique de cet ensemble. Les rapports de parenté ne sauraient ainsi fonder les bandes cynégétiques et les tribus, pas plus que les rapports économiques les États-nations capitalistes. Ce sont en effet pour Godelier les rapports politico-religieux qui ont un rôle majeur dans la totalisation synchronique des sociétés, et les rapports économiques un rôle moteur dans leurs transformations diachroniques. Ces derniers n’accèdent néanmoins que tardivement, avec l’avènement du capitalisme, à une forme relative d’autonomie et de désencastrement. L’appropriation des biens (im)matériels et des moyens de production s’est en effet auparavant et partout ailleurs réalisée majoritairement dans le cadre des rapports de parenté et/ou des rapports politico-religieux (à l’instar des Aborigènes australiens, des royaumes hindous ou des cités-États grecques de la ligue de Délos).

Godelier réfléchit ainsi sur l’évolution historique en récusant à partir d’exemples océaniens (Tikopia, Trobriand, Hawaï) les stades néo-évolutionnistes (bandes, tribus, chefferies, états) où s’intercale la notion polysémique de chefferie entre les sociétés sans et avec État. Il se focalise pour cela sur trois des transformations majeures ayant affecté les tribus : le remplacement des great men par les big men, leur étatisation sous la forme de royautés divines et leur incorporation au système géopolitique du capitalisme.

Comparant une cinquantaine de sociétés mélanésiennes, Godelier observe que l’introduction dans le mariage du prix en échange de la fiancée ouvre à la transformation des rapports de parenté, leurs struc [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences, École des hautes études en sciences sociales, membre du Laboratoire d'anthropologie sociale

Classification

Autres références

«  GODELIER MAURICE (1934- )  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'anthropologie marxiste »  : […] Certes, la conception que se font les marxistes de l'histoire est différente de celle de Lévi-Strauss, mais, d'un côté comme de l'autre, les débats portent sur les mêmes problèmes fondamentaux, essentiellement celui de savoir quel statut et quelle priorité accorder aux systèmes symboliques. Même si, en définitive, les divergences restent profondes, Lévi-Strauss, dans La Pensée sauvage , déclare v […] Lire la suite

QUAI BRANLY-JACQUES CHIRAC MUSÉE DU, Paris

  • Écrit par 
  • Julien GUILHEM, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 196 mots

Dans le chapitre « Le débat sur la place des « arts primitifs » »  : […] L'absence de concertation préalable de la communauté ethnologique, ainsi que le déménagement annoncé d'une partie des collections ethnologiques du musée de l'Homme (250 000 pièces) et du MAAO (24 000 pièces), eut pour effet de plonger les ethnologues dans une profonde inquiétude, à peine tempérée par la nomination de Maurice Godelier – remplacé ensuite par un autre ethnologue, Emmanuel Desveaux – […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent BERGER, « GODELIER MAURICE (1934- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-godelier/